Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/05/2011

La police reflet de la société

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/les-syndicats-de-police-boycottent-le-conseil-de-discipline-01-05-2011-1325210_23.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20110501

Les syndicats de police boycottent un conseil de discipline

L'auteur de "Omerta dans la police", ouvrage critique sur la police aux frontières, était convoquée jeudi pour être sanctionnée.

Sihem Souid dénonce la corruption, le racisme et l'homophobie de certains de ses anciens collègues à la police aux frontières d'Orly.

AFP 

C'est une première. Des délégués syndicaux policiers qui refusent de siéger en conseil de discipline pour protester contre les méthodes du ministère de l'Intérieur qui souhaitait la révocation de Sihem Souid, adjointe administrative de 1re classe à la préfecture de police, pour manquement au devoir de réserve.

Auteur de Omerta dans la police*, où elle dénonce la corruption, le racisme et l'homophobie de certains de ses anciens collègues à la police aux frontières d'Orly, Sihem Souid, suspendue à deux reprises, a été réintégrée dans la police, la dernière fois le 1er avril. Le conseil de discipline devait avoir lieu jeudi.

"Acharnement"

Mais pour la CGT, la CFDT , l'Unsa et FO, élus majoritaires au conseil de discipline, l'administration ne présente dans le dossier soumis aux débats que des éléments à charge, "occultant tous les éléments" en sa faveur.

Beauvau s'est même "trompé" en délivrant une liste de reçus au concours de gardien de la paix à une date qui ne correspond pas à celle à laquelle Sihem Souid avait obtenu son concours, "cherchant sciemment à tromper la religion du conseil de discipline". Pour le représentant de l'Unsa, "l'acharnement administratif est évident".

À ce jour, aucune enquête du ministère de l'Intérieur n'a été diligentée sur les faits dénoncés par Sihem Souid dans son ouvrage, même si la plupart des policiers mis en cause ont été soit mutés soit appelés à faire valoir leur droit à la retraite. En revanche, un juge d'instruction a été désigné au TGI de Créteil à la suite de la plainte de Sihem Souid pour "harcèlement" et "discrimination".

*éditions Le Cherche-Midi

Les commentaires sont fermés.