Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/05/2011

Le foot oui, la démocratie non !

A Barcelone, les «indignés» brutalement évacués pour cause de foot

Un policier anti-émeutes lance sa matraque contre des manifestants, Place de Catalogne, à

article + vidéos

121 personnes ont été blessées. Les autorités ont décidé de faire place nette pour laisser place aux éventuelles festivités, si le FC Barcelone remporte la Ligue des Champions, samedi. 

lu sur :

http://www.liberation.fr/monde/01012339974-a-barcelone-les-indignes-brutalement-evacues-pour-cause-de-foot

Des incidents ont éclaté vendredi à Barcelone entre policiers et jeunes «indignés» sur la Place de Catalogne, où les services municipaux ont démonté le campement des contestataires en prévision des festivités de la Ligue des Champions samedi.

Casqués et armés de matraques, les policiers ont dispersé un groupe qui bloquait l'entrée de la place, en plein centre de la capitale catalane, au moment où les camions de nettoyage emportaient les tentes et le matériel.

-> Sur cette vidéo postée sur Youtube, des policiers matraquent les jambes et le dos de manifestants.

 

Sur cette autre vidéo, on voit les policiers se mettre en position. Puis les services de nettoyage arrachent les pancartes.

Selon Libertad Digital Television, qui a posté la vidéo, «environ 400 personnes se sont assises au milieu de la place, refusant d'abandonner la lutte». La police a alors encerclé la place:

 

 

-> Voir aussi cette galerie de photos, sur le compte Flickr du campement de Barcelone et cette vidéo, sur le site espagnol de 20 minutes.

 

«121 personnes ont dû recevoir des soins, dont 37 policiers et 12 personnes qui ont été hospitalisées, toutes légèrement atteintes», a annoncé une porte-parole du service des urgences. Elle a précisé qu'il s'agissait surtout «de crises d'angoisse et de contusions multiples».

Une fois déblayé le campement, une foule de manifestants a de nouveau envahi la place. Environ 200 d'entre eux y demeuraient dans l'après-midi.

Comme à la Puerta del Sol à Madrid, où les manifestants ont installé un village alternatif devenu le foyer de la contestation, et de nombreuses autres places en Espagne, la Place de Catalogne était occupée depuis dix jours par des centaines de jeunes Espagnols.

Vendredi, la municipalité de Barcelone a décidé de faire place nette dans la perspective des célébrations prévues samedi soir, en cas de victoire du FC Barcelone en finale de la Ligue des champions de football, contre Manchester United à Londres.

Albert Gea / Reuters

Pendant que les camions des services de nettoyage emportaient le matériel, des policiers casqués ont fait usage de matraques et de balles en caoutchouc pour disperser quelques dizaines de manifestants qui bloquaient une entrée de la place.

Les agents de nettoyage ont ensuite fini de démonter le campement, sous la surveillance de deux cordons de policiers.

«Une fois le nettoyage terminé, ils pourront revenir, mais sans les tentes, les couteaux et les objets potentiellement dangereux», avait expliqué une porte-parole de la police catalane.

«Ils nous font partir à cause du match, mais nous nous rassemblerons à nouveau, ici ou dans un autre endroit car notre match est plus important», assurait Albert Bonet, artiste et manifestant de 42 ans à la barbe blonde.

Appels à des manifestations de soutien

Albert Gea / Reuters

«C'est un début, pour prendre conscience que nous devons travailler tous ensemble», lançait Carlos Ramiro, un chômeur de 25 ans. «Dorénavant nous serons beaucoup plus nombreux», ajoutait un autre manifestant, Enrique Lamotta, ingénieur sans travail âgé de 42 ans.

Des appels à des manifestations de soutien aux «indignés» de Barcelone ont été lancés, via Twitter, pour vendredi soir dans toutes les villes espagnoles.

«Ils sont arrivés à 6h00 du matin et nous ont dit de tout enlever et de partir de la place. Certains sont partis, mais nous nous sommes restés», a raconté Anais, une étudiante en sociologie de 22 ans.

Sur Twitter, le réseau social qui a largement relayé le mouvement spontané entamé le 15 mai, les commentaires étaient nombreux vendredi matin.

«Ils nous évacuent avec violence. C'est totalement illégal, les policiers n'ont pas de plaques d'identification», selon un tweet posté sur le compte @acampadabcn (campement barcelone).

Matraques et balles en caoutchouc

Puerta del Sol à Madrid: «Liberté d'expression en Catalogne». (Susana Vera / Reuters)

A Madrid, le ministre de l'Intérieur Alfredo Perez Rubalcaba a annoncé que les autorités «étudiaient» une éventuelle évacuation de la place de la Puerta del Sol, à la suite d'une demande du gouvernement régional.

Relayé par les réseaux sociaux, le mouvement, rejoint par des citoyens de tous horizons, s'est développé autour de revendications multiples, visant le chômage, la «corruption» des hommes politiques ou encore la loi électorale favorisant les grands partis.

Le campement de Lleida (nord-est), une autre grande ville catalane, a également été évacué vendredi matin.

Des «indignés» grecs prennent la place Syntagma

Place Syntagma, à Athènes, le 26 mai. (John Kolesidis / Reuters)

Les «indignés» espagnols font des petits en Grèce. Des milliers de personnes se réunissent depuis deux jours à Athènes via les réseaux sociaux. Ils ont monté un campement place Syntagma, devant le Parlement, pour exiger une «vraie démocratie» ou un «référendum» contre l'austérité.

Le premier rassemblement «d'indignés» a eu lieu mardi. Des milliers de personnes (8000 selon la police, 20.000 selon la plupart des médias) se sont rassemblées spontalement, venus sans slogan, sans étiquette. Idem le lendemain. De fait, après un an d'austérité draconienne, et surtout plus de deux ans de profonde récession, la population a du mal à digérer les nouvelles mesures de rigueur en préparation, censées stopper l'avancée de la crise de la dette qui fait trembler toute la zone euro.

En Grèce, la contestation était jusqu'à présent portée par des manifestations quasi-institutionnelles, ritualisées à l'extrême, et encadrées de près par les partis.

-> A consulter: «La carte d'une jeunesse européenne malmenée et "indignée"»

 

http://www.liberation.fr/economie/01012339399-la-carte-du-chomage-des-jeunes-en-europe(Source AFP) 


Les commentaires sont fermés.