Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/06/2011

Informations médicales: travail de nuit, antibiotiques, médicaments

lu sur : http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Cancer : le travail de nuit en question
Dans le cadre du congrès Eurocancer 2011, qui se tient jusqu'à jeudi 23 juin au Palais des Congrès de Paris, le Dr. Florence Menegaux (Inserm), commentera ses travaux sur le potentiel cancérogène du travail de nuit. La perturbation du cycle circadien, de nature à provoquer des bouleversements hormonaux, pourrait en effet être lié à un risque de cancer accru, une hypothèse déjà avancée par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ).
AFP, 20/06/2011 

Les antibiotiques ont la peau dure
L'Afssaps fait état d'une stagnation de la consommation d'antibiotiques en France, après plusieurs années de courbe descendante. En 2009, le chiffre d'affaires des ventes s'est monté à 852 millions d'euros, pour un coût de 556 millions pour la Cnam. En comparaison européenne, la France ressort au second rang des pays consommateurs d'antibiotiques derrière la Grèce. Afin de « maîtriser et rationaliser la prescription », l'Afssaps annonce un nouveau plan national. Les Echos soulèvent une conséquence de la surconsommation : le développement de bactéries multirésistantes, responsables de 4.200 décès annuels en France.
Echos [Les], 21/06/2011 

Dominique Maraninchi souhaite une Afssaps plus transparente et indépendante
Interviewé par Libération, Dominique Maraninchi, patron de l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, déclare qu'en France, « il y a (...) trop de médicaments. » Fort de ce constat, il précise son projet de réforme. Tout d'abord, il souhaite rassembler en une seule commission, dite « bénéfices-risques », les actuelles commissions AMM et de pharmacovigilance. La nouvelle commission unique « suivrait le médicament d'un bout à l'autre de sa vie. » M. Maraninchi veut aussi couper les liens entre l'agence et l'industrie des médicaments : le financement de l'Afssaps « serait une dotation publique » ; les experts devraient en outre « interrompre leurs activités auprès des laboratoires durant leur collaboration avec l'Afssaps. »
Libération, 21/06/2011 

Les commentaires sont fermés.