Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/07/2011

Surendettement et choix politiques

lu sur :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/0412203e-b300-11e0-a8ee-13a50ce0f9e8/Pris_au_pi%C3%83%C2%A8ge_de_lendettement_plusieurs_

pays_ont_choisi_de_faire_d%C3%83%C2%A9faut

Finance
Pris au piège de l’endettement, plusieurs pays ont choisi de faire défaut
L’Amérique du Sud, mais aussi l’Afrique et l’Asie ont été confrontées à la crise de la dette

Equateur, 2010

Issu des élections de novembre 2009, le nouveau gouvernement a nommé un comité d’audit pour faire un état des lieux de la dette qu’il n’arrivait plus à rembourser. «Nous avons constaté que de nombreux prêts étaient illégitimes et ne respectaient pas des règles élémentaires», explique Eric Toussaint, économiste, spécialiste de la dette et l’un des évaluateurs. Sur la base de son rapport, le gouvernement a acheté en juin 2010 une grande partie des créances arrivant à maturité entre 2013 et 2030 et valant 3,2 milliards de dollars pour seulement 1 milliard. Cette opération lui permet aussi d’économiser 300 millions d’intérêts par an. Selon le spécialiste, le pays n’est pas retourné sur le marché des capitaux grâce aux apports alternatifs, notamment de la Chine et d’institutions financières d’Amérique du Sud. Après une quasi-stagnation en 2010, l’Equateur renoue avec la croissance (+4%) en 2011.

Argentine, 2001

Le géant sud-américain était en récession depuis 33 mois lorsqu’il a décidé de faire défaut sur 1000 milliards de créances en 2001. En 2005, il signe un accord de remboursement avec 76% des créanciers, à qui il impose une décote de 60%. La manne économisée est investie pour moderniser l’économie. Depuis, celle-ci enregistre une croissance de 8% en moyenne par année. Il faut dire que l’Argentine, une puissance agricole et minière, a bénéficié des prix élevés des matières premières depuis 2004.

Le pays n’est pas encore retourné sur le marché des capitaux. Il est toujours en défaut pour 6,5 milliards de dollars auprès du Club de Paris (créanciers publics). Des négociations sont en cours en vue de trouver un compromis.

Amérique du Sud, 1981

Dès 1981, plusieurs pays se sont retrouvés dans l’incapacité d’honorer leurs engagements. Le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale et la Banque interaméricaine de développement ont alors apporté de l’argent frais. Or, vers 1985, les pays ont réalisé que l’aide était utilisée surtout pour rembourser les intérêts de la dette. En 1988, pour éviter la révolte, les Etats-Unis ont mis en avant l’idée d’échanger des titres des pays respectifs contre de nouvelles obligations, cette fois-ci garanties par le gouvernement américain, les «Brady Bonds», du nom du secrétaire d’Etat au Trésor Nicolas Brady. Les premières de ces obligations furent émises pour le Mexique en 1990.

Selon Eric Toussaint, ce ne sont pas les Brady Bonds qui ont permis à l’Amérique du Sud de sortir de la crise. «Le Mexique, le Brésil, l’Argentine et les autres ont racheté les Brady Bonds dans les années 90 lorsque leurs économies ont retrouvé la croissance, explique-t-il. La solution américaine était pensée surtout pour rembourser aux banques.» Et d’affirmer que «les euro-obligations qu’il est à présent question d’émettre au profit de la Grèce serviront les mêmes intérêts».

Afrique, 1980

Le surendettement en Afrique a fait suite à l’explosion des prix pétroliers des années 70, ce qui avait permis aux grandes banques d’accumuler un surplus de liquidités. Celles-ci ont alors prêté à des taux d’intérêt insignifiants à des Etats africains. Les milliards n’ont toutefois pas tous été investis à bon escient. La crise a éclaté lorsque les créances sont arrivées à échéance. Elle a été empirée du fait que les produits d’exportation africains ne valaient pas beaucoup sur le marché mondial. Les pays étaient en faillite, mais le défaut a été techniquement évité grâce à un programme de désendettement mis en place par le FMI.

Sur le plan bilatéral, la Suisse a engagé 700 millions de francs dès 1991 dans des programmes de désendettement avec plusieurs pays d’Afrique, mais aussi d’Asie et d’Amérique du Sud. Ce programme a été mené dans le cadre du 700e anniversaire de la Confédération, en 1991.  

Les commentaires sont fermés.