Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

11/10/2011

Les représailles racistes en Palestine occupée

lu sur :

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/10/10/israel-s-inquiete-de-la-multiplication-d-incidents-racistes-visant-des-arabes_1585035_3218.html

Israël s'inquiète de la multiplication d'incidents racistes visant des Arabes

La question de l'impunité dont bénéficient les colons israéliens extrémistes est récurrente.

 

Profanations de tombes musulmanes et chrétiennes, mosquée incendiée, slogans anti-Arabes peints sur des murs, arrachage d'oliviers appartenant à des paysans palestiniens, agression de soldats par des colons juifs... Ces incidents, qui se sont multipliés ces dernières semaines, sont liés à la pratique du "prix à payer" : à chaque fois qu'ils estiment leurs intérêts lésés ou menacés, les colons exercent une vengeance - le price tag - à l'encontre des Palestiniens, mais également envers l'armée israélienne. Un phénomène qui déborde en Israël.

La police a envoyé des renforts, dimanche 9 octobre, à Jaffa, un quartier mixte (arabe-juif) du sud de Tel-Aviv, à la suite des profanations signalées la veille dans deux cimetières, l'un juif, l'autre musulman, de cette localité. "Mort aux Arabes ", "Prix à payer" : telles étaient les inscriptions souillant quelque 25 tombes. Cet acte de vandalisme, qui intervient après l'incendie, le 3 octobre, de la mosquée du village bédouin de Touba Zangaria, situé au nord du lac de Tibériade, a provoqué une vive inquiétude en Israël, où le risque d'un engrenage de violences est latent.

Le président israélien, Shimon Pérès, et le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, ont lancé des appels au calme et stigmatisé "l'intolérance religieuse", mais, au-delà des assurances de circonstance sur la recherche opiniâtre des coupables, le maire de Tel-Aviv, Ron Huldai, a dressé un constat largement partagé : "Le phénomène du "prix à payer" dure depuis des années. La police et le Shin Beth (le service de renseignement intérieur) n'ont arrêté pratiquement personne."

La question de l'impunité dont jouissent les colons juifs extrémistes, qui bénéficient souvent de l'indulgence de la police et de l'armée israéliennes, est récurrente. Elle revient à chaque début de la récolte des olives, qui est l'une des principales activités agricoles des Palestiniens. Des affrontements, qui ont pour prétexte une dispute liée à la terre, opposent régulièrement des groupes de colons aux paysans, les premiers détruisant les oliviers appartenant aux seconds.

900 arbres détruits

Selon l'organisation israélienne de défense des droits de l'homme B'tselem, quelque 900 arbres ont été détruits en Cisjordanie, du 21 au 27 septembre. L'Autorité palestinienne avance le chiffre de 4 000 arbres abattus en septembre (*). Les éditorialistes de la presse israélienne soulignent le peu d'empressement des autorités à sanctionner les colons extrémistes. Dans le quotidien Maariv, Ben-Dror Yemini évoque un "djihad juif", en soulignant que les intéressés sont "soutenus par des institutions" et des "budgets massifs""Le terrorisme juif gagne en intensité", relève Yaakov Katz, dans le Jerusalem Post.

Ce qui n'exonère pas les Palestiniens. Ceux-ci se vengent parfois sur les oliviers appartenant à des colons et, le 6 octobre à Naplouse, des croix gammées ont été peintes sur les murs du site abritant le tombeau de Joseph. L'armée israélienne a, d'autre part, publié des statistiques montrant qu'en septembre, les incidents liés à des jets de pierres contre les forces de l'ordre et des voitures israéliennes sont les plus nombreux depuis dix-huit mois.

La crainte d'un engrenage pouvant déboucher sur une flambée de violence est cependant davantage liée aux agissements des colons radicaux. Notamment parce que ceux-ci placent l'armée israélienne dans une position difficile. Le quotidien Haaretz rapporte que, si les autorités militaires ont exclu des opérations d'évacuation des colonies illégales de Cisjordanie les soldats et officiers servant dans cette région, c'est parce ces derniers ont tendance à prévenir les colons de l'imminence d'une opération.

--------

(*) mon commentaire : combien de décennies faut-il pour qu'un olivier soit productif ?

Les commentaires sont fermés.