Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/01/2012

Fin de la recherche sur les liens entre environnement et santé ?

lu sur :

http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/

Le cas du Registre des malformations néonatales (Remera)
Le Monde
rend compte de la décision, le 9 décembre, de « déqualification » du Registre de malformations congénitales en Rhône-Alpes (Remera). Elle a été prise après l’arrêt, fin 2011, du seul programme de l’Agence nationale de la recherche (ANR) dédié à la santé environnementale. Cette mesure peut conduire à la suspension des subventions publiques et risque donc de faire disparaître ou faire entrer « en déshérence le fichier le plus important du genre en France ». Le Monde souligne que « plus de la moitié des quelque 200 000 euros de budget annuel de l’association loi 1901 repose sur les subventions de l’Inserm et de l’Institut national de veille sanitaire (InVS) ». Le 4 janvier, le secrétaire perpétuel de l’Académie de médecine, Raymond Ardaillou, a demandé, dans un courrier adressé à Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice générale du registre, « un deuxième examen » de cette mesure, ce qui devrait être fait dans les prochaines semaines. L’Inserm et l’InVS assurent, quant à eux, ne pas vouloir interrompre les financements, même si la déqualification du registre est maintenue. (Le Monde, 06/01)

voir :


LE MONDE |  5 janvier 2012 | Paul Benkimoun et Stéphane Foucart | 654 mots
L'avenir du plus important registre de surveillance des malformations néonatales en France est en suspens. Préoccupations grandissantes autour des effets de l'environnement sur la santé, défiance accrue à l'égard des autorités sanitaires, exaspération de voir les métiers de la recherche et de la...

Les commentaires sont fermés.