Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/01/2012

Franquisme et crime contre l'Humanité

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/le-juge-garzon-sur-le-banc-des-accuses-24-01-2012-1422797_24.php

Le juge Garzón sur le banc des accusés

L'ex-étoile de la magistrature espagnole s'est attaquée aux crimes du franquisme. Une faute qui passe mal dans l'Espagne de Rajoy.

De notre correspondant à Madrid, François Musseau

Le chemin de croix de Baltázar Garzón se poursuit. Après avoir occupé le banc des accusés du Tribunal suprême (TS) la semaine dernière, dans le cadre d'écoutes illégales visant des avocats, le "superjuge" espagnol (suspendu de ses fonctions depuis mai 2010) est convoqué ce mardi matin devant d'autres magistrats pour une affaire autrement retentissante. Il a osé s'attaquer a posteriori aux crimes du franquisme, une dictature qui a duré près de quatre décennies et ne prit fin qu'avec la mort du caudillo, dans son lit, en 1975. "Le juge étoile", icône de la justice sans frontières et à l'origine de l'interpellation à Londres d'Augusto Pinochet en 1998, est accusé d'avoir enfreint les lois d'amnistie de 1977, toujours en vigueur. Elles interdisent de remuer le douloureux passé espagnol marqué par une terrible guerre civile, entre 1936 et 1939, et par les innombrables exactions du franquisme - assassinats, disparitions, tortures, envois en exil, mesures de rétorsion contre les opposants au régime...

De tous les juges espagnols, seul Baltásar Garzón a défié le statu quo judiciaire qui règne depuis le retour de la démocratie. Il en paie aujourd'hui les conséquences : il devra répondre de ses actes d'ici la fin du mois. Il encourt 20 années d'interdiction d'exercer, ce qui équivaudrait à la fin de sa carrière. Depuis un quart de siècle, Garzón instruisait les procès les plus fracassants à la tête du tribunal n° 5 de l'Audience nationale, dans le centre de Madrid, aussi bien contre le terrorisme basque, les anciens militaires latino-américains ou la corruption dans son pays : au début des années 90, lorsque Felipe González était aux commandes, il avait notamment expédié derrière les barreaux l'essentiel des ténors socialistes pour leur implication dans les GAL, ces milices terroristes ayant tué une vingtaine de militants basques sur ordre de l'État.

Extrême droite

Entre 2006 et 2008, à l'appel de familles de victimes du franquisme, Baltásar Garzón s'était déclaré "compétent" pour enquêter sur le sort de 151 000 personnes fusillées par les nacionales, puis jetées dans des fosses communes. Pour contourner l'amnistie, Garzón avait requalifié les faits en crime contre l'humanité. Mais fin 2009, le "juge étoile" est dessaisi de ce dossier brûlant : les hauts magistrats du Tribunal suprême excédés par l'insolence de Garzón, rejettent son interprétation. Trois mois plus tard, en février 2010, le juge Lucino Varela, qui ne cache pas ses sympathies socialistes, accepte les plaintes déposées par deux groupuscules d'extrême droite inconnus du grand public. Et met Baltásar Garzón en examen pour supposée "prévarication", en arguant qu'il ne pouvait "alors ignorer l'existence" des lois d'amnistie de 1977. C'est ce procès qui commencera ce mardi matin.

Il aura donc fallu deux longues années pour que le turbulent magistrat de l'Audience nationale comparaisse et réponde de ce supposé délit. "La raison en est simple, explique un analyste judiciaire. La haute magistrature a traîné des pieds car elle sait que, vu de l'extérieur, ce procès est incompréhensible : Comment est-il possible qu'un juge soit traîné devant un tribunal pénal pour avoir interprété les plaintes de victimes du franquisme de façon légale et conforme au droit international ?"

De nombreuses personnalités du monde entier ont exprimé leur soutien à Garzón. Amnesty International a diffusé la semaine dernière un communiqué qualifiant de "scandaleux" qu'on mette en examen pour "prévarication" ce qui fut une "enquête de violation des droits de l'homme". Et nombreux sont les commentateurs qui estiment que, même si Garzón est condamné, la justice espagnole risque d'être montrée du doigt dans le reste de l'Europe.

Les commentaires sont fermés.