Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

22/02/2013

Palestine : Israël, ses services secrets, l'Iran, le "prisonnier X"

les surlignages sont de moi

lu sur :

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2013/02/21/israel-veut-classer-le-dossier-du-prisonnier-x-et-ses-questions-restees-sans-reponses_1836027_3218.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Israël veut classer le dossier du "prisonnier X" et ses questions restées sans réponse

LE MONDE | 21.02.2013 à 12h11

Par Laurent Zecchini - Jérusalem, correspondant

Bien sûr, il ne s'agit pas d'un aveu officiel. Mais la mise au point à laquelle s'est résolu le bureau du premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, mardi 19 février, s'en approche. Du moins autant que le caractère sensible d'une affaire impliquant le Mossad, le service de renseignement extérieur d'Israël, le permet.

Ben Zygier, alias "prisonnier X", qui s'est apparemment pendu dans sa cellule du quartier de haute sécurité de la prison Ayalon, près de Ramleh (sud de Tel-Aviv), le 15 décembre 2010, "n'avait aucun contact" avec les services secrets australiens (ASIO), et les relations entre les organisations de sécurité des deux pays sont excellentes, vu qu'elles travaillent "en parfaite coordination et transparence".

Par ce communiqué, le gouvernement israélien espère couper court aux informations publiées par la presse, notamment la chaîne de télévision australienne ABC, selon lesquelles le mystérieux prisonnier aurait été interrogé par les agents d'ASIO (avant son retour en Israël), à qui il aurait livré des informations sur des opérations clandestines du Mossad, en particulier l'une d'entre elles. Selon le journaliste australien Trevor Bormann, d'ABC, il s'agirait de la création en Italie – par Ben Zygier et deux autres Israéliens-Australiens prénommés "Paul" et "David" – d'une société écran chargée d'exporter des équipements de communication dans divers pays du Proche-Orient, en particulier l'Iran.

En démentant de facto tout différend entre ses services et ceux de Canberra, Tel-Aviv veut parer le risque d'une dégradation des relations diplomatiques avec l'Australie. Il sera en revanche plus difficile de mettre un terme à ce que M. Nétanyahou a qualifié de "surexposition médiatique" risquant de porter atteinte à la "sécurité nationale" : le ministère des affaires étrangères australien a engagé une enquête sur les circonstances de la mort de ce ressortissant australien âgé de 34 ans (qui avait également la nationalité israélienne), et la commission des affaires étrangères et de la défense de la Knesset, le Parlement israélien, a décidé d'ouvrir une "enquête exhaustive".

On sait un peu mieux comment Ben Zygier est décédé, depuis la publication, mardi, du rapport (expurgé) de la juge Daphna Blatman-Kedrai : détenu dans le quartier d'isolement de la prison, il se serait pendu avec un drap accroché à la fenêtre de la douche attenante à sa cellule. Ces précisions sont analysées par la presse israélienne comme une volonté de dégager toute responsabilité du Mossad, quitte à mettre en cause celle de l'administration carcérale. Aucun élément ne permet d'expliquer ce suicide : deux jours avant sa mort, le prisonnier avait discuté avec un avocat, Avigdor Feldman, des conditions d'une négociation avec la justice. L'entretien s'était déroulé quatre jours après la naissance de sa seconde fille.

UN PERSONNAGE "BAVARD"

Selon M. Feldman, son interlocuteur, qui lui est apparu "rationnel, attentif et très au fait" (de la discussion), était enclin à refuser tout arrangement, préférant démontrer son innocence au cours d'un procès, tout en sachant qu'il risquait une lourde peine de prison. Pour quel motif ? Mystère. L'avocat assure que Ben Zygier était soumis à des pressions, voire à des menaces. Qui était vraiment le "prisonnier X" ? Le ministre israélien chargé de la sécurité publique, Yitzhak Aharonovitch, a affirmé, lundi, que l'intéressé avait accepté d'être détenu sous une fausse identité afin de préserver sa famille, et la "sécurité nationale" d'Israël.

Curieux prisonnier tout de même, et surtout agent secret présumé très atypique. La presse australienne rapporte que Ben Zygier s'était vanté à plusieurs reprises, en 2009, de son appartenance au Mossad. Un personnage réputé "bavard", voire un peu mythomane... Voilà qui ne cadre guère avec le profil des agents d'un service réputé pour son efficacité. En creux, c'est la question du mode de recrutement du Mossad qui est posée. Ben Zygier a-t-il trop parlé ? Faut-il accorder crédit à la thèse qui le présente comme un agent double travaillant pour ASIO ? N'était-il qu'un jeune homme peu structuré pris dans un système, le monde du renseignement, qui le dépassait ?

Il est probable que ces questions demeureront sans réponses. "Je demande à tout le monde de laisser les forces de sécurité travailler tranquillement", a plaidé M. Nétanyahou.

Tzipi Livni chargée du dossier palestinien

 

L'ancienne ministre israélienne des affaires étrangères Tzipi Livni sera chargée du portefeuille de la justice mais aussi des négociations de paix avec les Palestiniens dans le futur gouvernement dirigé par Benyamin Nétanyahou, selon un communiqué du Likoud, le parti du premier ministre.

Mme Livni dirige un parti centriste qui a obtenu 6 sièges aux élections du 22 janvier. L'ex-ministre avait axé sa campagne sur la relance des pourparlers avec les Palestiniens.

M. Nétanyahou a lancé officiellement au début du mois les consultations pour former une coalition gouvernementale.

Les commentaires sont fermés.