Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/04/2013

Savez-vous ce que vous mangez ? Informez-vous sur internet

lu sur :

http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/04/15/alimentation-face-aux-doutes-les-internautes-s-organisent_3159792_1651302.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Alimentation : face aux doutes, les internautes s'organisent

LE MONDE | 15.04.2013 à 10h53 • Mis à jour le 16.04.2013 à 15h47

Par Laure Belot

Les amateurs de vinaigre balsamique Maille, de mélange "maxi-fête" Carambar ou de pastilla à l'agneau Picard risquent d'être surpris. Il suffit de consulter le site Openfoodfacts.com, pour découvrir, d'un clic, que ces aliments recèlent du E150d, soit du "caramel au sulfite d'ammonium", colorant brun autorisé en Europe mais classé comme potentiellement cancérigène par l'Etat de Californie depuis janvier 2012.

En pleine crise de confiance agroalimentaire, les consommateurs prennent la main. Après la connaissance – Wikipedia, encyclopédie collaborative de référence –, la cartographie – Openstreetmaps, véritable contre-proposition citoyenne à Googlemaps –, c'est au tour de l'alimentation d'être scrutée par les internautes : le site Openfoodfacts, créé en mai 2012, se veut un instantané de l'offre alimentaire industrielle. "Chaque consommateur peut photographier la composition d'un produit et nous l'envoyer, explique le créateur Stéphane Gigandet. En dix mois, 6 600 étiquettes nous sont parvenues de France, Espagne, Japon, Brésil..." Pour chaque additif, l'internaute voit apparaître, en ligne, une succession d'images d'aliments dans lesquels on peut le trouver.

GÉLATINE DE PORC DANS CHOCOLAT LIÉGEOIS

Cette initiative bénévole rejoint des démarches plus entrepreneuriales. L'application Shopwise, lancée en décembre 2010 et téléchargée 500 000 fois, a évalué 32 000 aliments selon des critères sanitaires et environnementaux. "Les mobinautes nous envoient 1 000 photos de produits à évaluer chaque semaine", affirme son fondateur Frédéric Leurent, qui s'est lancé dans cette aventure "après avoir découvert de la gélatine de porc dans chocolat liégeois".

L'application Noteo, créée en décembre 2012 et téléchargée 20 000 fois, vient de lever 1 million d'euros. "A partir de mai, les mobinautes pourront nous envoyer des photos de produits que nous évaluerons. Nous en avons déjà notés 40 000, nous en aurons 100 000 d'ici à décembre, explique Isabelle Mallet, nutritionniste chez Noteo. Avec l'apposition d'étiquettes de performances énergétiques, les fabricants d'électroménager ont été obligés d'améliorer leurs produits. Nous voulons faire de même avec les aliments." Noteo reconnaît s'être inspiré de Goodguide.com, référence américaine répertoriant "175 000 produits et téléchargée un million de fois depuis 2008", précise Dara O'Rourke, son cofondateur, professeur à Berkeley (Californie). Ce concept essaime : Barcoo en Allemagne, QuestionMark aux Pays-Bas, etc.

Plus besoin donc de décortiquer obsessionnellement les étiquettes : on découvre ainsi qu'en France la tartrazine (E102), le jaune de quinoléine (E104), la carmoisine (E122) et le Ponceau 4R (E124), soupçonnés de déclencher hyperactivité, asthme, rhinites, etc., se retrouvent dans des boissons gazeuses, de la pâte d'amande, des fruits confits, des berlingots... Par décision européenne, les étiquettes doivent obligatoirement alerter les utilisateurs depuis 2009. Mais, en ligne, on s'aperçoit surtout que certains industriels préfèrent, par discrétion, ne plus mentionner les noms de code (Exxx), facilement identifiables par le consommateur.

CONTEXTE DE DÉFIANCE GÉNÉRALISÉE

Le Monde a demandé à Bruno Figadère, directeur du laboratoire de chimie médicinale (CNRS - faculté de pharmacie, université Paris-Sud) de parcourir le site Openfoodfacts. Parmi ses multiples étonnements, la présence de dioxyde de titane dans des chewing-gums à la menthe : "Pour faire plus blanc, sûrement, mais c'est plutôt utilisé dans les peintures. En a-t-on réellement besoin alors que ce produit peut avoir des conséquences inflammatoires ?", s'interroge-t-il. Même surprise découvrant dans des sucreries, glaces, amuse-bouches du Ponceau 4R (E124), colorant "irritant, alors qu'existe le rouge de betterave (E162), une alternative naturelle". Ce scientifique est également étonné de rencontrer des bisulfites (E223, E224) dans de la moutarde ou des boîtes de filets de maquereau : "C'est a priori pour éviter l'oxydation, mais cela peut créer des allergies. Autre problème, aucune concentration n'est précisée", poursuit le scientifique.

Face à cette masse d'informations accessible en ligne, le Conseil national de la consommation a lancé, en février 2012, un groupe de réflexion sur la "dématérialisation de l'information du consommateur", animé par la Directiongénérale de la concurrence, de la consommation et répression des fraudes (DGCCRF) pour évoquer la fiabilité de ces données. Car qu'on y soit favorable ou non, ce "crowdsourcing" (appel aux internautes) représente une nouvelle donne. "De plus en plus de consommateurs veulent savoir ce qu'il y a derrière les produits", remarque Dara O'Rourke. Ces initiatives numériques apparaissent dans un contexte de défiance généralisée face aux autorités économiques, institutionnelles et politiques. "Avant, les citoyens faisaient confiance a priori. Désormais, ils se demandent s'il y a quelque chose dernière chaque affirmation, constate Dominique Levy, directrice générale d'Ipsos France. Avec l'arrivée des outils numériques ad hoc, nous nous transformons tous en 'fact-checkers'."

"MOYEN DE PRESSION"

Les récents scandales alimentaires ne risquent pas de contrer la tendance. Ainsi, la filière de la viande n'est pas la seule à susciter des interrogations : "En 2009, 40 % des étiquettes des confiseries contrôlées par la DGCCRF n'étaient pas conformes, note le docteur Laurent Chevallier, président de la commission alimentation du Réseau Environnement santé. J'ai des doutes légitimes. La plupart des analyses sont fournies par les industriels. Sont-ils exhaustifs ? De plus, les normes sont parfois obsolètes. Pour simplifier, je préconise à mes patients d'éviter a priori les aliments présentant plus de trois additifs. Dès qu'un doute existe, il doit bénéficier aux consommateurs et non aux industriels. Est-ce vraiment le cas ?"

Aux Etats-Unis, le journaliste du New York Times Michael Moss est plébiscité pour son enquête Salt, Sugar, Fat : How the Food Giants Hooked Us ("Sel, sucre, graisse : comment les géants de l'alimentaires nous attrapent", éd. W. H. Allen), dénonçant le cynisme de groupes agroalimentaires refusant de diminuer certains additifs ou ingrédients peu bénéfiques à la santé mais dopant leurs ventes. Bruno Figadère estime que ces données collaboratives, aussi incomplètes soient-elles, "peuvent constituer un moyen de pression face à des politiques extrêmement frileux".

Le docteur Eric Konofal (service de psychopathologie de l'enfant, hôpital Robert-Debré, Paris) rêve même tout haut de pousser plus loin l'expérience. "De nombreuses pathologies inflammatoires augmentent sans raison identifiée. Les citoyens qui enrichissent ces bases de données pourraient nous aider. Pourquoi ne pas leur demander si leurs enfants consommateurs ont par exemple présenté certains problèmes de concentration ou de sommeil ?" Le crowdsourcing, appel à témoignage numérique, futur outil de santé publique ?

Lire aussi : Le 4-MEI contesté, Coca change sa formule

http://www.lemonde.fr/sante/article/2013/04/15/le-4-mei-conteste-coca-change-sa-formule_3159793_1651302.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

LE MONDE | 15.04.2013 à 10h46 • Mis à jour le 15.04.2013 à 16h54

Par Laure Belot

La société Coca-Cola change actuellement dans le monde entier sa formule controversée de colorant. Une décision stratégique prise après seize mois de turbulences. En janvier 2012, l'entreprise avait réduit drastiquement la présence de E150d, colorant marron, dans sa célèbre boisson, mais uniquement en Californie, afin d'éviter de devoir apposer sur les canettes et bouteilles le message : "Attention, ce produit contient des produits chimiques connus par l'Etat de Californie pour causer le cancer, des malformations foetales ou d'autres troubles de la reproduction."

En cause, le 4-méthylimidazole (4-MEI), caramel au sulfite d'ammonium, issu de sucres chauffés en présence de sulfite et d'ammoniac. Cette décision n'entame pas la détermination de l'association de consommateurs Center for Science in the Public Interest (CSPI), à l'origine de l'affaire.

Le 5 mars 2012, le CSPI relance la polémique, affirmant que les canettes californiennes de Coca-Cola comportent toujours des taux de 4-MEI supérieurs à ce qui est autorisé (dose quotidienne maximum absorbable de 29 microgrammes). Trois mois plus tard, en juin, cette même association publie une étude comparative internationale réalisée dans neuf pays – sans la France. La concentration de 4-MEI la plus faible se trouve bien en Californie (4 µg pour 355 ml), mais dans les autres pays, elle peut monter à 267.

"PROCESS MODIFIÉ"

Interrogé par Le Monde le 12 avril, sur les suites qu'il entendait donner à cette affaire, le groupe d'Atlanta répond : "La société Coca-Cola a demandé à ses fournisseurs de caramel de modifier le procédé de fabrication (...). Nous avons l'intention d'étendre à tous les pays l'utilisation du caramel au process modifié, afin de simplifier notre chaîne d'approvisionnement, nos systèmes de production et de distribution. La mise en œuvre de cette opération est en cours de développement."

L'entreprise ajoute qu'"il est important de rappeler que le colorant caramel ajouté dans boissons ne présente aucun danger pour la santé". Le groupe américain précise qu'il "désapprouve la décision de l'Etat de Californie d'exiger un étiquetage comportant un message sanitaire pour certains produits contenant des traces de 4-MEI, substance se formant quand certains aliments – incluant le caramel – sont chauffés. Les connaissances scientifiques sur ce sujet ne justifient pas la position de la Californie". Il rappelle également que "l'agence de sécurité sanitaire européenne a réaffirmé la sécurité du colorant caramel en mars 2011".

----------------

lire aussi :

Sodas et santé

Les commentaires sont fermés.