Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/04/2013

Réchauffement climatique : la chaleur stockée dans les eaux profondes des océans

lu sur :

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2013/04/04/climat-une-part-de-l-energie-manquante-retrouvee_3154140_1650684.html

Climat : une part de l'énergie manquante retrouvée

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | 04.04.2013 à 17h38 • Mis à jour le 11.04.2013 à 14h55

Stéphane Foucart

A mesure que l'atmosphère se charge en gaz à effet de serre, le réchauffement s'accentue. Pourtant, depuis une dizaine d'années, l'augmentation de la température moyenne de la basse atmosphère semble connaître une pause. Ce hiatus entre l'énergie introduite dans la machine climatique et le plateau des températures a donné naissance, en 2010, au concept (très discuté) d'"énergie manquante".

Lire :  Climat : et si le réchauffement faisait une pause ?

De la chaleur excédentaire a bel et bien été introduite dans le système climatique : ce fait est évalué par satellite, en comparant le rayonnement incident et celui réémis par la Terre dans l'espace. Mais cette énergie ne s'est pas traduite par le réchauffement attendu de la basse atmosphère... Où diable est-elle donc passée ?

Dans la dernière édition de la revue Geophysical Research Letters, Magdalena Balmaseda (European Centre for Medium-Range Weather Forecasts) et ses coauteurs présentent un début de réponse. L'énergie excédentaire introduite dans la machine climatique "peut se manifester de plusieurs manières", explique Kevin Trenberth, chercheur au National Center for Atmospheric Research américain et coauteur de ces travaux.

STOCKAGE DE LA CHALEUR

"L'augmentation des températures n'en est qu'une manifestation, précise-t-il. La fonte de la banquise arctique, l'intensification du cycle de l'eau ou encore le renforcement des tempêtes en sont d'autres... En outre, environ 90 % de cette chaleur est absorbée par les océans."

Or l'analyse présentée - principalement fondée sur les mesures du réseau de bouées plongeantes Argo - montre qu'au cours de la dernière décennie "plus de chaleur s'est trouvée stockée dans l'océan à des profondeurs inférieures à 700 mètres, là où s'arrêtent la plupart des autres analyses", ajoute M. Trenberth.

L'océan profond aurait donc stocké une part de cette "énergie manquante" qui échappait à la vigilance des réseaux d'instruments d'observation. "Cela signifie moins de réchauffement de surface pour le court terme, mais au prix de plus de réchauffement sur le long terme, et un rythme d'élévation du niveau de la mer plus rapide, ajoute le chercheur américain. Cela aura donc des conséquences." Eventuellement, d'ailleurs, à moyen terme : une part de la chaleur stockée dans l'océan peut en effet être rapidement "rendue" à l'atmosphère à l'occasion d'un prochain Niño...

Stéphane Foucart

Les commentaires sont fermés.