Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/05/2013

Le procès Eternit dans l'affaire de l'amiante

les surlignages sont de moi

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/amiante-enfin-l-espoir-d-un-proces-23-05-2013-1671329_23.php

Amiante, enfin l'espoir d'un procès

Publié le 23 mai 2013 à 09h25

 Par et Elsa Mari

Il y aura donc bien un procès Eternit dans l'affaire de l'amiante. La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris a en effet confirmé, ce matin, les mises en examen de la société en tant que personne morale, de son patriarche Joseph Cuvelier, héritier de la dynastie de l'amiante-ciment et de trois de ses anciens responsables. C'est surtout un camouflet pour l'autre chambre de l'instruction, présidée par la juge Martine Bernard, qui les avait annulées le 16 décembre 2011 et dont l'arrêt avait été cassé six mois plus tard, la Cour de cassation les renvoyant alors devant une chambre nouvellement composée. Cette décision de la cour d'appel démontre combien les autres annulations décidées par la précédente chambre ne sont que temporaires, notamment celle, la semaine dernière, des neuf mises en examen dans le dossier de l'usine de Condé-sur-Noireau (Calvados) dont Martine Aubry.

 
 

Avec Eternit, on est au coeur de la longue saga de l'amiante. La société, fondée en 1922, exploite l'invention d'un ingénieur autrichien, Ludwig Hatschek, et les formidables qualités de cette fibre minérale. Il s'agit de la mélanger avec du ciment pour créer de multiples produits de construction (tuiles, tuyaux, bardages). Dans le mot Eternit, il y a bien sûr éternité et la promesse de produits qui dureront toute une vie. Celle des ouvriers de cette industrie rapidement florissante est, elle, tragiquement écourtée tant ils sont exposés aux fibres minuscules qui pénètrent leurs poumons et leur enveloppe, la plèvre. À partir des années 1970, au fur et à mesure des révélations scientifiques sur ses aspects cancérogènes, l'amiante n'a plus bonne presse et Eternit, rejoint par l'autre grand du secteur, Saint-Gobain, sera l'un des principaux bailleurs de fonds des différents lobbys, dont le fameux Comité permanent amiante (CPA). Celui-ci est chargé d'oeuvrer afin de retarder toute réglementation, notamment européenne, susceptible d'aboutir à un bannissement du "magic mineral".

Des ouvriers protégés "de manière très précaire pendant des décennies "

"Je suis sincèrement désolé pour les victimes atteintes et décédées de maladie", avait déclaré Joseph Cuvelier, alors âgé de 73 ans, à la juge Marie-Odile Bertella-Geffroy, lors de sa mise en examen pour homicide involontaire en novembre 2009 concernant la période allant de 1971 à 1994. Mais les gendarmes chargés de l'enquête, au terme des nombreuses auditions d'anciens travailleurs de l'usine la plus touchée, celle de Thiant (Nord), constateront combien la protection des ouvriers "s'est faite de manière très précaire pendant des décennies". En 1995, quand le scandale éclate, l'usine détient le record de France des maladies professionnelles indemnisées (278 cas) et les inspecteurs du ministère du Travail qui se rendent alors sur place notent : "Les installations sont poussiéreuses, les dispositifs de protection sont incomplets, souvent mal conçus, généralement mal entretenus. (...) L'entreprise ne recherche pas vraiment l'exposition minimum du personnel aux poussières d'amiante."

Le combat de Joseph Cuvelier est ailleurs. Il l'expose ainsi dans un discours martial révélé par l'instruction et prononcé peu de temps avant que le scandale ne soit révélé. "La vigueur du combat que nous poursuivons en ce moment même contre les tentatives de bannissement de l'amiante dans le marché commun (il s'agit de l'Europe, NDLR) est exemplaire. (...) Il ne s'agit pas de préserver le marché, mais l'avenir industriel de tous. Il s'agit de se battre, de se battre... sans concession." Il y souligne également ce que tous les responsables politiques mis en cause veulent oublier aujourd'hui : "Le gouvernement français, quelle que soit sa tendance politique, a toujours soutenu nos initiatives, notre dossier industriel, y compris dans le cadre des négociations internationales dures et difficiles." Ce sera une réussite puisqu'en 1995 la France est devenue la patrie du "magic mineral" : elle en est le premier importateur en Europe et le troisième au monde. On apprend, un an plus tard, par une étude de l'Inserm que 100 000 Français mourront d'ici à 2025 pour avoir été exposés dans les usines, mais surtout à l'extérieur, principalement dans les métiers du bâtiment et dans des dizaines d'autres professions. Le 1er janvier 1997, l'amiante est interdit en France. 

Les commentaires sont fermés.