Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

18/11/2013

La déforestation en hausse

lu sur :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/edc79ee8-4e2b-11e3-a30e-61b9f942d2c0/Une_surveillance_globale_de_la_déforestation#.Uom1gEb5NXI

ENVIRONNEMENT Samedi 16 novembre 2013

Une surveillance globale de la déforestation 
Des images satellitaires révèlent l’ampleur de la déforestation au niveau mondial. Les résultats sont préoccupants

En un coup d’œil, visualiser la disparition – ou plus rarement l’apparition – de forêts à la surface de notre planète. Voilà ce que permet de faire une nouvelle cartographie de la couverture forestière mondiale, réalisée à partir d’images satellitaires et décrite dans la dernière édition de la revue Science. Avec une résolution de 30 mètres, elle offre un aperçu exceptionnel de l’évolution des forêts entre 2000 et 2012. La dynamique qu’elle révèle est loin d’être positive: malgré les progrès réalisés par certains pays, Brésil en tête, les ravages de la déforestation se sont poursuivis dans le monde ces dernières années, essentiellement en zone tropicale.

L’utilisation d’images satellitaires pour le suivi des forêts n’a rien de révolutionnaire, puisqu’elle remonte aux années 1970. Mais cette carte est la première à offrir un aperçu global de la forêt au niveau planétaire. Et cela avec une bonne résolution: chaque pixel des images correspond à la surface d’un tiers de stade de football.

Pour obtenir ce résultat, les scientifiques ont utilisé des images du satellite Landsat 7, qui a l’avantage de fournir des données harmonisées pour l’ensemble de la Terre, et dont les archives sont gratuitement accessibles depuis 2008. En tout, ils ont comparé plus de 650 000 images. «Cet ensemble de données est en soi exceptionnel», estime Esther Thürig, spécialiste des ressources forestières à l’Institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL).

L’analyse de ces clichés a été rendue possible par l’arrivée de nouveaux outils informatiques de traitement des données. «Pour évaluer l’état de la forêt dans certaines régions du monde très brumeuses comme l’Indonésie, il faut comparer plusieurs milliers d’images satellites, ce qui extrêmement lourd», indique Matthew Hansen, de l’université américaine du Maryland, principal auteur de l’étude publiée dans Science, qui a collaboré avec Google pour élaborer sa cartographie.

L’état des lieux est sombre. En douze années, la Terre a perdu 2,3 millions de km2 de forêt, tandis que seuls 0,8 million de km2de nouvelles forêts se sont établis. Sans surprise, la déforestation est particulièrement marquée dans les régions tropicales, où elle s’est accrue de plus de 2000 km2 par an depuis 2000. «Ces chiffres confirment que la déforestation est un problème persistant au niveau mondial, malgré les progrès déjà accomplis dans ce domaine», souligne Rodney Taylor, respon sable du programme «Forêts» au WWF International.

Un pays s’est toutefois distingué dans la lutte contre la déforestation: le Brésil. Les clichés pris par Landsat confirment l’efficacité des mesures prises dans ce pays. «Le rythme de la déforestation y a été réduit de moitié sur notre période d’étude», précise Matthew Hansen. La situation y demeure cependant fragile: selon des chiffres révélés jeudi par la ministre brésilienne de l’Environnement, la déforestation a atteint cette année 5,843 km2, en hausse de 28% par rapport à l’année précédente, qui avait enregistré la plus faible déforestation de l’histoire. Cette inversion de tendance serait notamment liée à l’entrée en vigueur, l’année dernière, d’un code forestier plus souple.

Les progrès effectués par le Brésil ont malheureusement été compensés par la détérioration de la situation dans d’autres pays. C’est en Indonésie que la disparition de la forêt s’est le plus accélérée au début du XXIe siècle; elle a dépassé les 200 000 km2 en 2011 et 2012. «Ce pays a pourtant pris des engagements pour protéger ses forêts, mais ils ne se sont jusqu’alors pas concrétisés sur le terrain», indique Rodney Taylor. La forêt disparaît également à grande vitesse dans les forêts tropicales sèches d’Amérique du Sud, comme au Paraguay et en Bolivie, ainsi que dans certaines régions tropicales d’Afrique et d’Asie.

Si la majeure partie de ce phénomène est due à des activités humaines, d’autres causes existent: «Au Portugal, les incendies expliquent une partie de la déforestation observée; dans le sud-ouest de la France, c’est une tempête survenue en 2009 qui a été à l’origine d’un vaste déboisement», relate ainsi Matthew Hansen. «Un insecte ravageur des conifères sévit par ailleurs dans la province ca nadienne de Colombie-Britannique», ajoute Esther Thürig. Enfin, selon l’étude parue dansScience, ce sont les forêts eurasiennes de conifères qui connaissent la plus forte expansion – autrement dit, les nôtres. Elles reprennent leurs droits sur d’anciennes terres agricoles abandonnés.

Au-delà de ces constatations, à quoi cette cartographie de la déforestation va-t-elle servir? «C’est un important pas en avant, affirme Stewart Maginnis, responsable du programme «Forêt et changement climatique» à l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Elle nous offre une source d’information sur les forêts à la fois crédible et exhaustive, alors qu’auparavant, nous dépendions de sources d’information éparses.»

«Grâce à la précision de ces images, les sociétés qui exploitent illégalement la forêt ne pourront plus dissimuler leurs activités, même lorsqu’elles opèrent au beau milieu de l’Amazonie», abonde de son côté Rodney Taylor. L’équipe de Matthew Hansen travaille d’ailleurs sur un système de détection rapide des déboisements de grande ampleur. Les ­forêts jouent également un rôle de puits de carbone en stockant de grandes quantités de CO2. Le scientifique estime que sa cartographie devrait permettre de mieux évaluer les dégâts infligés à ce précieux réservoir.

De son côté, le WWF a lancé une campagne appelant à stopper la déforestation d’ici à 2020 . «Quand on voit la situation révélée par cette étude, cela apparaît comme un vrai défi, concède Rodney Taylor. Mais elle montre aussi que la déforestation se concentre dans un petit nombre de pays, sur lesquels les efforts doivent porter.» Tous les spécialistes appellent enfin à être attentifs à la qualité des forêts nouvellement établies, parfois en compensation de terrains défrichés. Une plantation n’aura en effet pas la même valeur qu’une forêt ancienne diversifiée, que ce soit en termes de biodiversité, de stockage de carbone ou de services rendus, comme la lutte contre l’érosion.

Les commentaires sont fermés.