Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/12/2013

Amiante : suite du dossier

lu sur : 

www.20minutes.fr/...enquetent-contamination-salaries-otis  

Trois juges d'instruction parisiens sont saisis depuis six mois d'une enquête sur l'exposition à l'amiante des salariés d'Otis, dont des dizaines ont contracté des maladies lors d'interventions de maintenance des ascenseurs. 

JOEL SAGET AFP

Mis à jour le 20.12.13 à 20h21
 

Trois juges d'instruction parisiens sont saisis depuis six mois d'une enquête sur l'exposition à l'amiante des salariés d'Otis, dont des dizaines ont contracté des maladies lors d'interventions de maintenance des ascenseurs.

Le parquet de Paris a ouvert le 31 mai une information judiciaire pour homicides et blessures involontaires dans le cadre du travail et mise en danger de la vie d'autrui, a-t-on appris vendredi de sources proches du dossier.

C'est en 2008 que les syndicats (CGT-CFDT-FO-CFTC-CFE-CGC) d'Otis avaient porté plainte contre X à Nanterre (Hauts-de-Seine), estimant que le groupe ne prenait pas les mesures suffisantes pour protéger ses salariés intervenant sur les ascenseurs.

La plainte a fait l'objet d'une enquête préliminaire menée à Nanterre, puis à Paris. Ce sont désormais les juges spécialisés du pôle santé publique qui sont saisis.

Les fibres d'amiante ont été très largement utilisées, notamment dans le bâtiment, du fait de leur exceptionnelle qualité de résistance à la chaleur et au feu, leur inertie chimique, leur résistance mécanique et leur imputrescibilité. Cette substance hautement cancérogène est interdite en France depuis 1997.

Dans les ascenseurs, l'amiante servait à l'isolation des portes palières et était utilisé dans les freins, certains éléments électriques, les machineries. Avec le risque pour les ouvriers, manipulant ces éléments lors d'interventions de maintenance, d'inhaler des poussières.

Parti à la retraite fin 2007, après plus de 30 ans chez Otis, Gérard Aymes, 65 ans, continue de suivre de près la problématique de l'amiante chez son ancien employeur et tente de recenser les victimes.

«Il est difficile de dresser un bilan, mais j'estime entre 200 et 220 le nombre de salariés ou d'anciens d'Otis qui ont développé des pathologies liées à l'amiante, dont certains sont décédés», a-t-il indiqué à l'AFP. Un bilan de toutes façons en évolution, puisque les maladies liées à l'amiante ne se déclarent que des dizaines d'années après l'exposition.

«Faute inexcusable»

Depuis 1997, la très grande majorité des composants contenant de l'amiante ont été remplacés dans les ascenseurs.

«Mais il arrive encore que l'on tombe sur de l'amiante dans de vieux appareils», a expliqué à l'AFP Frank Pfister, délégué syndical central CFDT d'Otis qui, comme M. Aymes, a été entendu comme témoin dans l'enquête préliminaire.

Récemment, la procédure de «Danger grave imminent» (DGI), qui permet de suspendre les travaux, a été activée sur deux sites, à Trouville (Calvados) et Orléans (Loiret), où de l'amiante avait été trouvée, selon M. Pfister.

Plusieurs tribunaux des affaires de la Sécurité sociale (Tass), saisis par des salariés d'Otis malades, ont reconnu ces dernières années la «faute inexcusable» de l'employeur, pointant l'absence de mesures adéquates de protection et la conscience que la société devait avoir du danger, selon Me Elisabeth Leroux, avocate de l'intersyndicale. D'autres employés tentent de faire reconnaître leur préjudice d'anxiété face au risque de contamination.

Les juges d'instruction doivent, eux, rechercher d'éventuelles responsabilités pénales.

Une enquête capitale pour la prévention, selon Me Leroux: «Il y a toujours des contaminations à l'amiante d'ouvriers dans les ascenseurs, parfois sans qu'ils le sachent et il faut que les chantiers de désamiantage soient menés dans les règles de l'art, même s'ils coûtent cher».

Contactée par l'AFP, la direction d'Otis n'a pas souhaité faire de commentaire sur l'information judiciaire en cours.

De source syndicale, on concède que des efforts d'information ont été faits par l'entreprise ces dernières années, ce que reconnaissait d'ailleurs en janvier 2011 la cour d'appel de Versailles dans un jugement pourtant défavorable à Otis.

«C'est bien qu'ils forment aujourd'hui le personnel, mais ça vient 20 ou 25 ans trop tard car aujourd'hui, on a des copains qui meurent», déplore M. Aymes.

Une quarantaine d'enquêtes pénales ont été lancées depuis 1997 par le parquet de Paris sur l'amiante, substance qui pourrait provoquer 100.000 décès d'ici à 2025.

© 2013 AFP
---------
sur le même sujet lire :
 

- 23/05/2013 Le procès Eternit dans l'affaire de l'amiante Le procès Eternit dans...


- 19/05/2013 Amiante : pas de responsables, pas de coupables (suite) Amiante : pas de...

Amiante : le parquet général demande l'annulation de la mise en examen de Martine Aubry


- 01/03/2013 Le scandale de l'amiante Le scandale de l'amiante


- 20/01/2013 France et amiante : le lobbying plus fort que la justice ? France et amiante : le...


- 19/06/2012 Lobbying : l'appel d'Heidelberg, il y a 20 ans-Lobbying : l'appel...

..." Initiative spontanée de la communauté scientifique ? L'appel d'Heidelberg est en réalité le résultat d'une campagne habilement orchestrée par un cabinet de lobbying parisien lié de près aux industriels de l'amiante et du tabac..."

Les commentaires sont fermés.