Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/02/2014

France : les élus et la "transparence"

lu sur :

Députés et transparence : « On a voté ça, nous ? ! »

Le Monde 

LE MONDE | 01.02.2014 à 11h37 • Mis à jour le 02.02.2014 à 14h52 |

Hélène Bekmezian

Image 1.png

Non mais vous vous rendez compte ? Dix-sept pages à remplir et au moins autant de questions ! Alors, monsieur le député, êtes-vous propriétaire d'un bien immobilier ? Si oui, de quelle valeur ? Avez-vous un contrat d'assurance-vie ? Des bijoux de haute valeur ? Une voiture ? Un scooter ? Quel est son prix d'achat ? Et à l'argus ?

Date limite pour rendre les copies – c'est-à-dire les déclarations de patrimoine dûment remplies –, cachet de la poste faisant foi : samedi 1er février. C'est à ce jour que tous les parlementaires (français et européens) mais aussi les membres des cabinets ministériels, les collaborateurs du chef de l'Etat et des présidents des Assemblées devaient avoir transmis ces informations à la Haute Autorité de la transparence, comme le prévoient les lois sur la transparence de la vie publique, votée en 2013 à la suite du scandale Cahuzac.

CELA N'EST PAS TOUJOURS AGRÉABLE…

Mais les législateurs n'ont pas l'habitude d'être les premiers concernés par une loi et beaucoup réalisent que cela n'est pas toujours agréable… Dans l'entourage du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, qui avait bataillé – avec succès – pour empêcher que ces déclarations soient rendues publiques, comme le sont celles des ministres, on s'en amuserait presque. « Des députés viennent nous voir avec des yeux comme ça, la déclaration à la main, en disant : “On a voté ça, nous ?”. »

Eh oui, et il est un peu tard pour les coups de gueules, comme celui du socialiste François Loncle, selon qui « on dépasse les bornes ! ». A trois jours de l'échéance, le député de l'Eure pestait encore d'avoir « 17 pages à remplir avec un détail inouï, un tas de paperasseries de déclarations absurdes » et de devoir « donner le prix d'achat et le prix d'argus de la Citroën C3 de ] femme ! ».

De la même manière, le communiste André Chassaigne (Puy-de-Dôme) ne comprend pas très bien l'intérêt de déclarer le F1 que lui et ses quatre frères et sœurs ont reçu en héritage à la suite de la mort de leur mère, quand Jean-Christophe Lagarde (UDI, Seine-Saint-Denis), opposé à la loi, juge « très chiant » et « très con » de devoir « déclarer le livret A de ma fille de 6 mois, à 15 euros et 6 centimes ». Rappelant au passage, et avec raison, que ces déclarations n'ont pas grand sens si elles ne sont pas strictement contrôlées.

« LE MONDE RÉEL »

D'autres, surtout chez les jeunes conseillers ministériels, répondent, amusés, qu'ils sont si peu fortunés qu'ils n'ont qu'à inscrire « néant » dans toutes les cases, ce qui n'est pas très compliqué. « C'est normal de devoir le faire, même si c'est pénible », résume quant à lui le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis (PS).

Cette grogne des députés a provoqué sur Internet la colère de nombreux lecteurs, qui y sont allés de leurs commentaires assassins. « Bienvenue dans le monde réel ! », écrivait l'un d'eux sur LeMonde.fr. « En tant que gérant je remplis aussi beaucoup de papiers qui “me font chier”, cela me fait plaisir de voir qu'ils découvrent la stupidité de leur propre système », relançait un autre.

Un troisième : « C'est la même déclaration que des milliers de contribuables doivent remplir pour l'ISF chaque année. La paperasserie, c'est OK pour les contribuables mais pas pour les députés qui la votent ? » On n'aurait pas dit mieux.

Hélène Bekmezian 
Journaliste

Les commentaires sont fermés.