Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/10/2014

Nobel 2014 : le cerveau et l'orientation spatiale

lu  dans la synthèse de presse de l'INSERM :

Le Prix Nobel de médecine 2014 a été remis à  John O’Keefe,  May-Britt and Edvard I. Moser  lundi 06 octobre 2014 pour leurs travaux sur un système de positionnement mis en place par des cellules dans le cerveau permettant la représentation de l’espace.

40003_prv

© David Bishop / UCL, kavli institute / NTNU

Lire le communiqué de presse de presse du comité Nobel (anglais)

John O’Keefe a découvert l’existence d’un endroit dans notre cerveau où sont stockées des cartes de notre environnement, l’hippocampe, équivalentes à la carte du GPS. Avoir une carte n’est pas suffisant pour se repérer. Il est nécessaire de savoir où on se trouve pour retrouver notre chemin. May-Britt et Edvard Moser ont complété ce travail en découvrant des cellules cérébrales qui permettent de nous localiser dans l’espace, le cortex entorhinal. C’est l’équivalent du point rouge qui bouge sur le GPS.

« Le bon fonctionnement du cerveau repose donc sur l’interaction de ces deux régions par le biais des connexions cérébrales  » explique Michel Thiebaut de Schotten, chercheur à l’Inserm qui a réalisé un atlas des connexions cérébrales .

(Catani et Thiebaut de Schotten, Atlas of Human Brain Connection, Oxford University Press 2012)

Michel Thiebaut de Schotten, chercheur à l’Inserm, indique que ce travail explique notamment pourquoi les patients, dans les stages précoces de la maladie d’Alzheimer où l’hippocampe et le cortex entorhinal sont endommagés, sont incapables de s’orienter dans l’espace.

Il précise par ailleurs que tout le monde n’a pas forcément un bon sens de l’orientation. « Cette aptitude peut se travailler comme le montre une étude chez les chauffeurs de taxi Londonien qui ont besoin de s’orienter dans l’espace toute la journée. La taille de leur hippocampe est proportionnelle au nombre d’années de travail en tant que chauffeur de taxi (Maguire 2000). »

Francis  Eustache, directeur de l’Unité Inserm « Neuropsychologie et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine » se réjouit du choix du jury Nobel:

« Il s’agit de chercheurs de deux générations différentes qui mènent une activité scientifique exemplaire. Cette mémoire spatiale est essentielle tant chez l’animal que chez l’homme et c’était une découverte de taille que de la relier à des enregistrements cellulaires, »indique Francis Eustache.

« Ces recherches fondamentales pointent l’importance de la formation hippocampique (hippocampe, cortex entorhinal) dans la mémoire spatiale. Le lien peut être fait ici avec la maladie d’Alzheimer, débutant souvent par des troubles de l’orientation spatiale en lien avec des lésions atrophiques de cette région du cerveau. Ces connaissances fondamentales récompensées par le Nobel permettent d’orienter la recherche clinique et thérapeutique. » Conclut-il.

Voir le schéma explicatif (anglais)

En savoir plus sur les coulisses de l’annonce du prix Nobel : « Pourquoi l’annonce d’un prix Nobel est elle si incroyable? avec le Huffington Post

POUR CITER CETTE PAGE :
Salle de presse de l’Inserm – Prix Nobel de médecine 2014


Lien :
http://presse-inserm.fr/prix-nobel-de-medecine-2014/16004/ 

Les commentaires sont fermés.