Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/03/2015

Retour sur le libre accès à la plage du Petit-Travers/Grand-Travers ...

...  finalement, l'évidence s'impose, le seul moyen de lutter contre l'érosion est le rechargement en sable.
 
Cette évidence était déjà soulignée dans une note de ce blog, en date du 2/9/2006 (...nous sommes maintenant le 14/3/2015) : la plage du petit travers

On peut lire aujourd'hui que cette solution est mise en œuvre aux Aresquiers.

Voir l'article du Midi Libre  :

 
Des Aresquiers à Marseillan, les grands moyens sont mis en œuvre pour sauver les plages de l'Hérault.
 
Rappel de la note du 2/9/2006 : (voir en particulier les parties surlignées)
 

Il y a actuellement une enquête publique sur le projet de limitation d’accès des voitures à la plage entre Carnon et la Grande-Motte (plage du petit-travers au grand-travers).

Cette enquête se tient aux mairies de Carnon et Mauguio jusqu’au 22 septembre.

Le projet consiste, dans un premier temps (dès l’année prochaine, en 2007) de mettre la route entre Carnon et la Grande-Motte (RD59) en sens unique de Carnon vers la Grande-Motte sur UNE SEULE VOIE, en supprimant la possibilté de stationner côté mer.
Dans un deuxième temps, de fermer cette route à la circulation automobile.
Dans un troisième temps, de supprimer totalement cette route.
Ces transformations s’accompagneront de créations de parkings aux extrémités côté Carnon et la Grande-Motte.

De ce fait, cette plage du petit/grand-travers deviendra pratiquement inaccessible à ses usagers habituels, et en particulier aux familles avec de jeunes enfants, à ceux qui viennent avec parasol et pique-nique, aux personnes à mobilité réduite, aux véliplanchistes...

L’objectif du projet présenté est:

- “Assurer une protection durable du massif dunaire de la plage, aujourd’hui menacé par une fréquentation insuffisamment gérée et par une érosion intense.”
- “Limiter la présence de la voiture en réorganisant les modalités d’accès et de stationnement et en favorisant les modes de déplacement doux (circulation piétonnière, piste cyclable). Améliorer les conditions d’accueil des usagers de la plage; les conditions d’accès, de circulation et de stationnement sont aujourd’hui difficiles, voire dangereuses pour les piétons et les cyclistes; les services aux usagers pratiquement absents (pas de sanitaires, pas de parcs à vélos...). Développer la communication sur la qualité et la fragilité du site ignorées du plus grand nombre et ainsi inciter à un plus grand respect. Mettre en œuvre une gestion novatrice du site (nettoyage de la plage).”

Il est important que ceux qui sont contre ce projet aillent le marquer sur les cahiers de l’enquête ou le disent à l’enquêteur qui sera à Carnon le mercredi 13 septembre de 9h à midi, et à Mauguio le vendredi 22 septembre après-midi.

Comme beaucoup d’autres, je suis contre ce projet.
Pour deux raisons:
- si ce projet se réalise, la plage ne pourra être fréquentée que par ceux aptes à faire des kilomètres à pied ou à vélo (comment transporter à pied sur des kilomètres les poussettes, les parasols, pique-niques, planches à voile...? Quid des personnes à mobilité réduite ?).
l’objectif le plus important visé par le projet, seule justification valable à sa réalisation, à savoir “une protection durable du massif dunaire de la plage”, ne pourra être atteint.
En effet, comme indiqué dans le dossier d’enquête que j’ai pris le temps de lire attentivement, l’érosion de la plage ne résulte pas du piétinement des dunes mais du “blocage du transit littoral par la digue du port de Carnon et les épis de protection de la station” (dossier page 7/102).

Contrairement, à ce qui est dit dans la justification du projet présenté, la fragilité des dunes n’est pas “ignorée du plus grand nombre”, mais seulement d’une petite minorité des usagers. 
Dans la journée, même en pleine saison estivale, le piétinement des dunes, le non-respect des passages transdunaires, résultent essentiellement de la mauvaise signalisation des passages aménagés. L’arrachage des ganivelles (palissades) résulte d’actes d’ignorance ou d’incivisme se produisant la nuit; jamais dans la journée.
Ainsi, limiter la présence des voitures le long de la plage ne résoudra pas ce genre de problème. Une signalisation plus claire des passages transdunaires autorisés et un affichage permanent de panneaux explicatifs sur la fragilité des dunes seraient plus efficaces.

Le projet présenté ne constitue nullement un “recul stratégique” (page 6/102).
Un tel recul stratégique suppose d’accepter à terme la disparition du cordon dunaire, du réseau routier entre Carnon et la Grande-Motte et l’ouverture de l’étang de Mauguio sur la mer, ce qui n’est pas envisagé, même dans le futur.

En conclusion, mieux vaut consacrer l’argent prévu pour le projet
- à l’amélioration de la communication sur la fragilité du site, inexistante actuellement,
- à la meilleure signalisation des accès transdunaires autorisés,
- au rechargement en sable du cordon littoral, indispensable de toute façon en raison des aménagements portuaires existants,
- à l’amélioration des conditions d’accès et de circulation, qui sont actuellement difficiles en saison estivale, par exemple en mettant la route en sens unique mais à DOUBLE VOIE.

Ainsi, le vœux de “permettre aux habitants, aux usagers, aux amoureux de la mer et de la nature de continuer à profiter de ce site exceptionnel et de le transmettre en bon état aux générations futures” (dossier d’enquête, page 3/11) sera réalisé !

Les commentaires sont fermés.