Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/07/2017

L'agent orange, vous vous en souvenez ?

«Comment peut-on manger du maïs modifié par la même boîte qui a produit l'agent orange ...

https://www.letemps.ch/.../peuton-manger-modifie-meme-boite-produit-lagent-orange
 
Il y a 14 heures - «Comment peut-on manger du maïs modifié par la même boîte qui a produit l' agent orange». Du Vietnam aux Etats-Unis, Mathieu Asselin livre ...
 
sur le même sujet :

Résultats de recherche

Guerre du Viêt Nam — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Viêt_Nam
 

Résultats de recherche

Monsanto — Wikipédia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Monsanto
 

24/07/2017

Les bateaux, le pétrole (encore), la pollution ...

lecture du jour :

A Marseille, les dessous bien peu reluisants du nouveau tourisme ...

https://www.bastamag.net/A-Marseille-les-dessous-bien-peu-reluisants-du-nouveau-to...
 
16 juin 2017 -

 

20/07/2017

Pétrole et matières plastiques, omniprésents dans notre vie quotidienne !

 

Depuis 1950, l'homme a fabriqué 8,3 milliards de tonnes de plastiques

www.lemonde.fr/.../depuis-1950-l-homme-a-fabrique-8-3-milliards-de-tonnes-de-plastiq...

    
Depuis 1950, l’homme a fabriqué 8,3 milliards de tonnes de plastiques.
La production mondiale de ce matériau qui pollue massivement l’environnement pourrait atteindre 25 milliards de tonnes d’ici à 2050.

Depuis 1950, l’homme a fabriqué 8,3 milliards de tonnes de plastiques.pdf

17/07/2017

Israël a utilisé des cobayes humains

À l'imitation du régime nazi ???

Lu sur "Le Temps" (Suisse)

Les terribles expérimentations du jeune Etat israélien - Le Temps

https://www.letemps.ch/monde/2017/07/16/terribles-experimentations-jeune-israelien

Juste après la création de l'Etat d'Israël, des milliers d'enfants yéménites ont été enlevés à leur famille.

Certains ont servi de cobayes humains.

L'«énigme des enfants disparus», qui taraude la société israélienne depuis plus de soixante ans, commence seulement à livrer ses secrets. Ils sont encore plus effrayants que ce que l’on imaginait. D’abord, les archives confirment que des milliers d’enfants yéménites ont bien été enlevés. Mais elles démontrent aussi que certains disparus ont succombé durant des expériences médicales pour lesquelles ils ont servi de cobaye humain.

Echanges de lettres entre hôpitaux rendus publics

Au cours d’une séance spéciale de la Commission ad hoc de la Knesset, le parlement israélien, organisée le 14 juin dernier ont ainsi été dévoilées des lettres échangées au début des années 1950 par plusieurs directeurs de grands hôpitaux du jeune Etat d’Israël. Ceux-ci se félicitaient confidentiellement de «disposer d’un matériel si abondant à Rosh Hayin», le petit village où étaient alors parqués de nombreux Yéménites.

Lire aussi: «L’énigme des enfants juifs séfarades disparus»

 
 
 
 
 
 
 

«J’ai retrouvé le témoignage d’une infirmière racontant comment des médecins avaient tenté de savoir pourquoi le cœur des Yéménites est aussi résistant», raconte le député Amir Ohana, (Likoud). «Je n’imaginais pas que des choses pareilles aient pu se passer dans ce pays, j’en suis retourné.»

D’autres documents datant de 1949 et de 1950 prouvent que les hommes en blanc ont cherché à savoir si les Yéménites avaient «du sang nègre». Ils confirment par ailleurs qu’au moins quatre enfants ayant reçu «un traitement expérimental actif» de nature indéterminée en sont morts. Les parents n’ont pas été prévenus et les corps ont été enterrés à la sauvette dans un lieu que plus personne ne peut situer soixante ans plus tard.

Les Yéménites croyaient réaliser un rêve biblique

Peu après la création de l’Etat hébreu en 1948, des centaines de milliers de Juifs originaires des pays arabes et du bassin méditerranéen se sont installés en «Terre promise». Leur intégration n’a pas été facile car la plupart d’entre eux étaient considérés avec mépris par l’establishment «ashkénaze», ces Juifs d’Europe qui constituaient l’ossature du nouvel Etat juif.

Parqués dans des camps de tentes ou dans des «maabarot», des villages de cabanes rudimentaires, les nouveaux émigrants orientaux ont beaucoup souffert. Mais les plus mal traités étaient sans conteste les 48 000 Yéménites emmenés en Israël entre 1948 et 1949 dans le cadre de l’opération «Tapis volant», un pont aérien secret lancé avec le soutien des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne.

Profondément religieux, pétris de traditions ancestrales et souvent analphabètes, les «Teymanim» («Yéménites», en hébreu) croyaient réaliser un rêve biblique et s’installer au «Gan Eden» (le paradis). En réalité, beaucoup y ont découvert l’enfer. Surtout les parents des trois à cinq mille enfants enlevés par des infirmières à des fins de «vaccination» avant d’être déclarés «morts» ou «disparus».

«C’était forcément vrai»

Selon leurs proches qui se battent depuis plus de soixante ans pour obtenir une réponse, la plupart ces bambins auraient été vendus à des familles occidentales désireuses d’adopter. «Les médecins ont prétendu que mon petit frère Yohanan (9 mois) n’avait pas supporté un vaccin pour le déclarer mort mais nous n’avons jamais su où il avait été enterré», raconte Yossi Gamliel, fils de parents yéménites. «Mon père et ma mère étaient des gens simples, à leurs yeux, lorsqu’un médecin en tablier blanc leur affirmait quelque chose, c’était forcément vrai. Ils ont accusé le choc et considéré la disparition de ce fils comme un coup du destin.»

A l’instar de Yossi Gamliel, nombre de descendants de familles traumatisées par l’étrange disparition de leurs proches maintiennent la pression sur les autorités afin d’obtenir la vérité. Et ce n’est pas facile. Certes, depuis les années 1960, trois commissions d’enquête ont été créées pour élucider le mystère mais en réalité, elles ont tout mis en œuvre pour empêcher la vérité d’éclater au grand jour.

Il a donc fallu attendre l’été 2016 pour que, poussé par les médias et par les familles dont certains membres avaient entre-temps été élus à la Knesset, le gouvernement de Benyamin Netanyahou autorise la publication de 200 000 documents confidentiels.

«Vider l’abcès quoiqu’il en coûte»

«Nous devons vider l’abcès quoiqu’il en coûte», proclame Ygal Yossef, descendant d’une famille marquée par la disparition d’un proche. Après enquête, ce dernier a d’ailleurs fourni aux députés des copies de certificats de décès en blanc et signés anticipativement. Ce qui signifie d’après lui que l’enlèvement des enfants était programmé et la mort de certains d’entre eux, anticipée.

«Bien sûr, la situation d’Israël au début des années 1950 n’était évidemment pas celle que nous connaissons aujourd’hui. C’était le foutoir», lâche notre interlocuteur. «Mais quand même, cela n’excuse rien! Nos parents étaient des gens faibles ne comprenant pas bien l’hébreu et ne connaissant pas leurs droits. Ils ont été abusés par un establishment médical qui considérait leurs enfants comme des sujets d’expérience. En leur nom et en celui des disparus, je ne réclame pas la vengeance. Seulement la justice.»

15/07/2017

De l'industrie du tabac (suite)

Au cœur des manœuvres de Philip Morris - Le Temps

https://www.letemps.ch/economie/2017/07/14/coeur-manoeuvres-philip-morris

Il y a 14 heures - Des documents publiés par l'agence Reuters montrent comment Philip Morris tente de contrecarrer la lutte contre le.

13/07/2017

De l'industrie du tabac

sans commentaire :

Threats, bullying, lawsuits: tobacco industry's dirty war for the African ...

https://www.theguardian.com › World › Tobacco industry

Traduire cette page


Revealed: In pursuit of growth in Africa, British American Tobacco and others use intimidatory tactics to attempt to suppress health warnings and regulation

08/07/2017

Un peu de lecture pour les vacances ...

Capture d’écran 2017-07-08 à 19.52.04.pngUn peu de lecture pour les vacances :

Discours de la servitude volontaire — (voir Wikipédia)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Discours_de_la_servitude_volontaire

 

Le Discours de la servitude volontaire ou le Contr'un est un ouvrage rédigé par Étienne de La Boétie. Publié en latin, par fragments en 1574, puis intégralement en français en 1576, il a été écrit par La Boétie probablement à l'âge de 16 ou 18 ans1.

Ce texte consiste en un court réquisitoire contre l'absolutisme qui étonne par son érudition et par sa profondeur, alors qu'il a été rédigé par un jeune homme. Ce texte pose la question de la légitimité de toute autorité sur une population et essaie d'analyser les raisons de la soumission de celle-ci (rapport « domination-servitude »).

L’originalité de la thèse soutenue par La Boétie, est de nous démontrer que, contrairement à ce que beaucoup s’imaginent quand ils pensent que la servitude est forcée, elle est en vérité toute volontaire. Combien, sous les apparences trompeuses, croient que cette obéissance est obligatoirement imposée. Pourtant comment concevoir autrement qu’un petit nombre contraint l’ensemble des autres citoyens à obéir aussi servilement ? En fait, tout pouvoir, même quand il s’impose d’abord par la force des armes, ne peut dominer et exploiter durablement une société sans la collaboration, active ou résignée, d’une partie notable de ses membres2. Pour La Boétie, « Soyez donc résolus à ne plus servir et vous serez libres »3.

 

...

07/07/2017

L'Espiguette, vous connaissez ?

Opposition à l'autorisation d'exploiter le site de stockage d'hydrocarbures de l'Espiguette (30)

 

Risques majeurs d’explosion et de pollution sur la zone naturelle protégée et la plage de l’Espiguette

En septembre 2015, nous avons été informés de l’avis d’enquête publique publié par la commune du Grau du Roi (Gard) portant sur l’autorisation d’exploiter un site de stockage d’hydrocarbures attenant à la plage de l’Espiguette. Nous fréquentons cette plage et la présence d’un tel équipement dans une zone classée à plusieurs titres (Natura 2000, Ramsar, ZPS, ZNIEFF…) nous a surpris !

Découverte de ce site insoupçonné

Effectivement, six cuves semi-enterrées permettant le stockage de 66 000 m3 de kérosène sont situées à moins de 500 m de la plage.
Ce site dangereux hérité de la guerre froide, classé SEVESO seuil haut a été installé au sein du massif dunaire, pour les besoins de l'OTAN à l'aube des années soixante.
Un oléoduc secondaire le relie à l’axe principal Noves (13) / Fos-sur-Mer / Feyzin / Langres (52).
Depuis 1982 et la fin de son approvisionnement par la mer, plus rien ne justifie une telle installation dans un site naturel aussi sensible.

Le stockage d’hydrocarbures est très dangereux

Des accidents graves ont eu lieu à Feyzin (Rhône), et à Berre (Bouches-du-Rhône), où les cuves étaient pourtant aux normes (double paroi), ce qui n’est pas le cas à l’Espiguette.
En été, cette plage accueille 10 000 estivants par jour, la route qui y mène est une impasse.

Nous sommes inquiets. Dans l’immédiat nous demandons une mise aux normes du site et la mise en place d’un Plan Particulier d’Intervention (PPI). Dans les meilleurs délais, ces cuves doivent être vidées, et ce site de stockage abandonné sous le contrôle d’une Commission de suivi du site.

Le PPI est un plan d’organisation entrant dans le champ du plan ORSEC départemental. Il englobe des mesures de prévention et de sécurité minimales pour les personnes et l’environnement face au danger potentiel d’un tel équipement en cas d’incident ou d’accident.

http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussill...

Lien ci-dessus pour visualiser le reportage du journal de Soir3 du 05/02/2016, mais ensuite, revenez sur cette page!

Attention, des "erreurs" s'y sont glissées :
- ce ne sont pas 35 000 litres de kérosène stockés mais 66 000 m3 ;
- ces cuves ne sont pas doublées, comme le prévoit l'arrêté du 18 avril 2008 relatif aux réservoirs enterrés de liquides inflammables ;
- contrairement à ce qu'annonçait M. Crauste, Maire du Grau du Roi, il n'y aura pas de PPI (plan particulier d'intervention) puisque l'arrêté préfectoral du 19 mai 2016 en dispense le dépôt pétrolier de l'Espiguette.

A quoi servira l'argent collecté ?

Un arrêté préfectoral de dispense de PPI a été publié le 19 mai 2016. Nous avons engagé Maitre Bertella-Geffroy pour introduire le 19 juillet 2016 un recours pour abus de pouvoir contre cet arrêté auprès du Tribunal Administratif.

Un second arrêté émanant du Ministère de la Défense, publié le 11 avril 2016, délivre l'autorisation d'exploiter au SNOI (syndicat national des oléoducs interralliés) le stockage d'hydrocarbures de l'Espiguette. Le 10 avril 2017 nous avons déposé avec notre avocate un recours de plein contentieux auprès du Tribunal Administratif de Nîmes.

Nous collectons des dons pour pouvoir financer les frais de procédure et d'expertise que nous avons engagés et poursuivre notre action.

Notre groupe

Nous sommes des résidents de la Petite Camargue ou nous la fréquentons régulièrement. Nous sommes sensibles à cet environnement exceptionnel et attachés à sa conservation.
Ce dépôt d'hydrocarbures est obsolète, possiblement générateur de pollution irréversible et d’importants dégâts humains que nous tenons à prévenir.