Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/02/2015

De la Politique Professionnelle

lu sur Le Point :

Députés : la préférence pour l'argent caché 
L'Assemblée prétend en finir avec les "indemnités de poche" perçues par les 577 élus du Palais-Bourbon. De la poudre aux yeux ! Lire

 Coignard - Députés _ la préférence pour l'argent caché - Le Point.pdf

lire aussi :

19/12/2014

Comme les "grands" : PAS DE TABLETTES NUMÉRIQUES POUR NOËL !

communiqué :

Image 1.png

 

Image 2.png

 

 

 

Image 3.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

--

 

 Voir :

Steve Jobs Was a Low-Tech Parent NYTimes.com 

www.nytimes.com/2014/09/.../steve-jobs-apple-was-a-low-tech-parent.html

10 Sep 2014 ... By NICK BILTON SEPT. 10, 2014 ... during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

When Steve Jobs was running Apple, he was known to call journalists to either pat them on the back for a recent article or, more often than not, explain how they got it wrong. I was on the receiving end of a few of those calls. But nothing shocked me more than something Mr. Jobs said to me in late 2010 after he had finished chewing me out for something I had written about an iPad shortcoming.

“So, your kids must love the iPad?” I asked Mr. Jobs, trying to change the subject. The company’s first tablet was just hitting the shelves. “They haven’t used it,” he told me. “We limit how much technology our kids use at home.”

I’m sure I responded with a gasp and dumbfounded silence. I had imagined the Jobs’s household was like a nerd’s paradise: that the walls were giant touch screens, the dining table was made from tiles of iPads and that iPods were handed out to guests like chocolates on a pillow.

Nope, Mr. Jobs told me, not even close.

Since then, I’ve met a number of technology chief executives and venture capitalists who say similar things: they strictly limit their children’s screen time, often banning all gadgets on school nights, and allocating ascetic time limits on weekends.

I was perplexed by this parenting style. After all, most parents seem to take the opposite approach, letting their children bathe in the glow of tablets, smartphones and computers, day and night.

Yet these tech C.E.O.’s seem to know something that the rest of us don’t.

Chris Anderson, the former editor of Wired and now chief executive of 3D Robotics, a drone maker, has instituted time limits and parental controls on every device in his home. “My kids accuse me and my wife of being fascists and overly concerned about tech, and they say that none of their friends have the same rules,” he said of his five children, 6 to 17. “That’s because we have seen the dangers of technology firsthand. I’ve seen it in myself, I don’t want to see that happen to my kids.”

The dangers he is referring to include exposure to harmful content like pornography, bullying from other kids, and perhaps worse of all, becoming addicted to their devices, just like their parents.

Alex Constantinople, the chief executive of the OutCast Agency, a tech-focused communications and marketing firm, said her youngest son, who is 5, is never allowed to use gadgets during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

Evan Williams, a founder of Blogger, Twitter and Medium, and his wife, Sara Williams, said that in lieu of iPads, their two young boys have hundreds of books (yes, physical ones) that they can pick up and read anytime.

So how do tech moms and dads determine the proper boundary for their children? In general, it is set by age.

Children under 10 seem to be most susceptible to becoming addicted, so these parents draw the line at not allowing any gadgets during the week. On weekends, there are limits of 30 minutes to two hours on iPad and smartphone use. And 10- to 14-year-olds are allowed to use computers on school nights, but only for homework.

“We have a strict no screen time during the week rule for our kids,” said Lesley Gold, founder and chief executive of the SutherlandGold Group, a tech media relations and analytics company. “But you have to make allowances as they get older and need a computer for school.”

Some parents also forbid teenagers from using social networks, except for services like Snapchat, which deletes messages after they have been sent. This way they don’t have to worry about saying something online that will haunt them later in life, one executive told me.

Although some non-tech parents I know give smartphones to children as young as 8, many who work in tech wait until their child is 14. While these teenagers can make calls and text, they are not given a data plan until 16. But there is one rule that is universal among the tech parents I polled.

“This is rule No. 1: There are no screens in the bedroom. Period. Ever,” Mr. Anderson said.

While some tech parents assign limits based on time, others are much stricter about what their children are allowed to do with screens.

Ali Partovi, a founder of iLike and adviser to Facebook, Dropbox and Zappos, said there should be a strong distinction between time spent “consuming,” like watching YouTube or playing video games, and time spent “creating” on screens.

“Just as I wouldn’t dream of limiting how much time a kid can spend with her paintbrushes, or playing her piano, or writing, I think it’s absurd to limit her time spent creating computer art, editing video, or computer programming,” he said.

Others said that outright bans could backfire and create a digital monster.

Dick Costolo, chief executive of Twitter, told me he and his wife approved of unlimited gadget use as long as their two teenage children were in the living room. They believe that too many time limits could have adverse effects on their children.

“When I was at the University of Michigan, there was this guy who lived in the dorm next to me and he had cases and cases of Coca-Cola and other sodas in his room,” Mr. Costolo said. “I later found out that it was because his parents had never let him have soda when he was growing up. If you don’t let your kids have some exposure to this stuff, what problems does it cause later?”

I never asked Mr. Jobs what his children did instead of using the gadgets he built, so I reached out to Walter Isaacson, the author of “Steve Jobs,” who spent a lot of time at their home.

“Every evening Steve made a point of having dinner at the big long table in their kitchen, discussing books and history and a variety of things,” he said. “No one ever pulled out an iPad or computer. The kids did not seem addicted at all to devices.”

25/05/2013

L'antenne WIFI de votre quartier, c'est VOUS ! (rappel)

LE SAVIEZ-VOUS ? 

L’ANTENNE WIFI DE VOTRE QUARTIER…C’EST VOUS !!!

Ce message s’adresse à vous si vous disposez d’une « box » d’accès Internet (et le cas échéant télévision et téléphone) mise à disposition par un opérateur télécom.

Sur cette boîte, pour votre accès à Internet, vous utilisez le réseau sans fil (WiFi)… ou pas, si vous l’avez désactivé au profit d’une liaison filaire (par câble ou CPL (Courants porteurs en ligne)).

Mais, le saviez-vous ? Votre « box » peut être la source de non pas un, mais deux réseaux sans fil : le vôtre, et un réseau dit « communautaire », qui a une portée beaucoup plus large puisqu’il « arrose » tout le quartier. Ce réseau, en accès libre pour tous les abonnés de l’opérateur, sert aux personnes qui souhaitent se connecter « en mobilité », c'est-à-dire en passant dans la rue ou en faisant une pause dans le parc. Ils se connectent… en utilisant votre boîte !!

Et cette fonction est activée par défaut, c'est-à-dire qu’elle a commencé à fonctionner dès que vous avez mis votre box en service, que vous en ayez conscience ou pas. Elle reste activée tant que vous ne l’avez pas éteinte, même si vous avez désactivé votre WIFI « maison ».

Il en découle plusieurs conséquences :

vous servez d’antenne WIFI à votre opérateur télécom, à vos frais, puisque c’est à partir de votre électricité, et en permanence puisque la boîte émet tout le temps, que le réseau soit effectivement utilisé ou pas ;

vous prenez double dose de champs électromagnétiques et vous en faites prendre double dose à vos voisins, qui n’en demandent sans doute pas tant et chez qui se trouvent peut-être des personnes fragiles (bébés, personnes âgées ou malades, personnes sensibles aux champs électromagnétiques), qui sont complètement démunies pour localiser l’origine de leurs maux ;

- vous êtes susceptible d’engager votre responsabilité si votre boîte est utilisée à des fins illégales, ne serait-ce que pour du téléchargement réprimé par la loi HADOPI. Certes, théoriquement, l’utilisateur doit s’identifier, et tout aussi théoriquement, il n’a pas accès à vos propres données de connexion ni à votre disque dur. Mais nous savons tous qu’il existe des logiciels permettant de « surfer » de façon anonyme ; et d’une façon générale, on sait que la créativité des hackers est sans limites. La collecte des informations sur les réseaux sans fil des particuliers a été menée par les voitures de Google, qui sillonnent le monde depuis 2007 dans le cadre du programme «Street View». En plus de prendre des photographies des rues, ces véhicules ont enregistré la localisation et le nom des réseaux Wi-Fi, afin d'enrichir la base de données du service de géolocalisation de Google. Mais elles ont aussi intercepté les données transitant sur les réseaux non cryptés, en France et dans les autres pays où Street View est opérationnel.

Et plus généralement, êtes-vous d’accord pour rendre ce service à l’opérateur ? Vous a-t-on mis au courant des modalités et des conséquences ? Vous a-t-on demandé votre avis ? Même sans parler du risque sanitaire il y a là une manipulation du consommateur qui n’est pas acceptable.

Vous ne croyez pas à ce que vous êtes en train de lire ? Appelez votre opérateur et parlez-lui du WiFi communautaire. Il reconnaîtra que cela existe (même s’il vous expliquera que ça émet peu, que c’est sans risque, que cela rend service, etc…).

Vous pouvez désactiver le WiFi communautaire et cesser de vous exposer à tous ces risques, même si vous voulez utiliser votre WiFi « maison » : ce sont deux réseaux différents. Pour connaître la marche à suivre, consultez le document Robin des Toits :  http://www.robindestoits.org/_a227.html

(*)

Ou demandez à votre opérateur, si votre type de « box » n’est pas répertorié sur la fiche « robin ».

Faites circuler ce message autour de vous !! Vos voisins figurent peut-être parmi les contacts des contacts de vos contacts !!

Le WIFI, pourquoi c’est dangereux :  http://www.robindestoits.org/_a1055.html

 

ROBIN DES TOITS
Correspondance : 12 rue Lucien Sampaix  75010 Paris
Tél. : 33 1 43 55 96 08
Permanences téléphoniques :
- le matin entre 8h00 et 9h00 (sauf samedi et dimanche matin)
- le soir entre 21h00 et 22h00
E-mail : contact@robindestoits.org
http://www.robindestoits.org

----------------------------------

(*) je viens de recevoir ce message, j'ai vérifié : j'étais effectivement avec un WIFI activé alors que je ne l'utilise pas. Je l'ai donc désactivé en suivant la procédure indiquée dans le lien  :

http://www.robindestoits.org/_a227.html

17/05/2012

mmMule, le site qui fait le bonheur des expatriés

lu sur :

http://www.lepoint.fr/art-de-vivre/mmmule-le-site-qui-fait-le-bonheur-des-expatries-16-05-2012-1461923_4.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120517

mmMule, le site qui fait le bonheur des expatriés 

mmMule, vous connaissez ? Voilà un site qui fait le bonheur des expatriés, des globe-trotteurs et de tous ceux qui se trouvent loin de chez eux. Non, malgré le nom, ce n'est pas le rendez-vous de passeurs de drogues ! L'idée de mmMule est de pouvoir se procurer tout ce que vous désirez, n'importe où dans le monde. Il suffit de passer une annonce sur le réseau. Selon leur destination, les "mules" peuvent prendre contact avec les expatriés, via une messagerie sur le site, et convenir d'un lieu de rendez-vous. En échange de quoi, les voyageurs sont accueillis chaleureusement dans le pays.

Les créateurs du site, Avis et Alan Mulhall, ainsi que leur ami Andrew Simpson ont eu l'idée au cours de l'un de leurs nombreux voyages. "J'avais vraiment envie du thé Barry's", raconte la jeune Irlandaise. Comme d'autres produits typiques, il est introuvable en Australie. "En cherchant un moyen de m'en procurer, nous nous sommes aperçus que tous les expatriés sont confrontés à ce genre de problèmes."

Voyager autrement

La solution ? Créer mmMule. Nourriture, cosmétiques, vêtements, chacun demande ce qu'il veut. Et cela semble parfois farfelu, mais pratique. "Habitant au Canada, une jeune Allemande a posté une annonce pour qu'on lui rapporte... du papier toilette. Même "le moins cher du papier allemand est plus agréable que le plus cher nord-américain". mmMule regorge d'histoires amusantes. En échange de bacon anglais, Joe, gérant d'un camp de surf en France, offre gratuitement des cours de surf. Il y a aussi des amitiés naissantes. Expatriée mexicaine à Los Angeles, Getzabel est devenue amie avec sa "mule". Elle lui a fait visiter la ville et "a retrouvé un peu de Mexico pendant quelques jours".

mmMule constitue un échange de bons procédés. Ayant visité plus d'une soixantaine de pays, les fondateurs connaissent les difficultés d'arriver dans une ville inconnue, sans repères. Connecter les personnes entre elles leur permet de pouvoir réellement découvrir un lieu, grâce aux locaux, et non simplement les endroits touristiques. Avis aime comparer la démarche de ces mules au karma. "Si vous réalisez une bonne action, quelque chose de positif vous arrivera." Sans aucune publicité, l'ouverture du site a déjà fait des émules. Le premier jour, il comptait déjà 1 900 visiteurs uniques de 59 pays différents. Aujourd'hui, 10 000 personnes utilisent mmMule. 

06/04/2012

Comment passer de l'argent aux frontières

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/suisse-les-porteurs-de-valises-d-argent-se-retrouvent-au-chomage-05-04-2012-1448783_24.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120406

Suisse : Les porteurs de valises d'argent se retrouvent au chômage

La "compensation bancaire" a tari les transferts illicites d'argent non déclaré, provoquant l'extinction d'un métier, celui de "passeur". 

René Merkt, l'avocat genevois de la famille Bettencourt, sourit en apprenant que des extraits de son interrogatoire du 1er octobre 2010, portant sur des versements d'argent en espèces, en présence du juge suisse Jean-Bernard Schmid et du procureur français Philippe Courroye, paraissent dans Le Point. En cinquante-trois ans de barreau, René Merkt en a vu bien d'autres.

"Mme Bettencourt m'avait demandé de recevoir Patrice de Maistre, son homme de confiance. C'était en quelque sorte son... pigeon voyageur. Quand Patrice de Maistre me demandait de transférer en France des sommes d'argent en liquide, sans poser de questions, je m'adressais à un organisme de compensation. Je n'allais tout de même pas transporter moi-même les sous dans mes poches. Je suis avocat, pas banquier", raconte avec humour le détenteur des petits et grands secrets de la famille Bettencourt dans la Confédération.

400 000 euros en février 2007

René Merkt & Associés travaillait avec Cofinor SA, l'un des nombreux organismes de compensation installés à Genève, pour expédier des espèces à Neuilly. Le but de Cofinor, fondée en 1961 : "Toutes opérations financières en Suisse et à l'étranger, notamment gestion de tous biens mobiliers et immobiliers ainsi que toute opération de change." La société, établie rue du Mont-Blanc, près du lac Léman, s'occupe également de l'importation, exportation, achat, vente de "toutes matières premières, notamment de métaux et de pierres précieuses".

En clair, il s'agit d'un système de "mise à disposition d'espèces par compensation". Lorsque Patrice de Maistre réclame 400 000 euros en février 2007, l'argent ne quitte pas la Suisse. C'est le correspondant de Cofinor à Paris qui va livrer la même somme chez Mme Bettencourt.

10 à 15 % de commissions

Résultat, les organismes de compensation ont tué une profession très singulière, méconnue mais très rémunératrice, celle des "porteurs de valises". Ce sont des gens, sans qualification particulière, mais réputés pour leur mutisme, qui allaient chercher l'argent dans les paradis fiscaux, notamment en Suisse, et le rapportaient à leurs discrets propriétaires, moyennant un défraiement de 10 à 15 % de la somme transportée. Un vieux monsieur, originaire du Tessin, faisait ainsi un aller-retour en avion Genève-Paris une fois par mois, dans la journée, à la fin des années 1990. Passeur très amateur, il cachait les billets dans ses chaussettes et son slip.

"Tout douanier français en poste à Genève depuis plusieurs années devient redoutable. Il repère facilement l'homme politique ou l'industriel, mal à l'aise, qui reprend le TGV pour Paris très tôt le matin. D'où l'utilisation de passeurs", explique un détective privé franco-suisse, qui a longtemps arrondi ses fins de mois en convoyant du liquide pour des partis politiques français de droite et de gauche. "N'oublions pas que les Français ont des âmes de délateurs. Les corbeaux inondent de lettres anonymes les douaniers de l'Ain et de la Haute-Savoie", assure-t-il.

2 mètres cubes de documentation

"Aujourd'hui, même le petit trafiquant de drogue qui vend des boulettes dans la rue utilise un organisme de compensation pour évacuer son argent. Toutefois, je suppose que Mme Bettencourt employait des coursiers un peu plus sophistiqués", note Jean-Bernard Schmid, aujourd'hui procureur à Genève, en charge des commissions rogatoires concernant l'affaire Bettencourt.

L'argent liquide, contrairement aux virements bancaires, ne laisse aucune trace en France. Tant que la Suisse hésitait à répondre aux commissions rogatoires, les fraudeurs risquaient peu de se faire pincer. Ce n'est plus le cas aujourd'hui. "Les correspondants de Mme Bettencourt à Genève n'ont fait aucune difficulté pour me livrer les informations demandées. C'est-à-dire les dates, les montants, le destinataire des sommes", ajoute le magistrat suisse. L'avocat René Merkt le confirme : la justice a saisi 2 mètres cubes de documentation à son étude sur l'affaire Bettencourt en 2010. On vient tout juste de les lui restituer. 

02/04/2012

Rêver un peu ...

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/italie-le-tresor-des-kadhafi-31-03-2012-1447059_24.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120401

Le trésor des Kadhafi

Rome a saisi plus d'un milliard d'euros de biens appartenant à la famille du colonel Kadhafi. Une infime partie du trésor du clan de l'ancien dictateur.

De notre correspondant à Rome,

Les autorités italiennes ont saisi, mercredi, 1,1 milliard d'euros de biens appartenant à la famille du colonel Kadhafi. Le leader de la révolution libyenne était propriétaire dans la Ville éternelle d'un immense appartement via Veneto, d'un bois de 150 hectares dans l'île de Pantelleria, et son fils Saadi de plusieurs grosses motos. 

Mais, outre ces caprices de dictateur, des participations dans les entreprises italiennes les plus stratégiques figurent également dans la liste des avoirs du clan Kadhafi. Ainsi, la Lia et le Lafico, deux fonds d'investissement aux mains du dictateur, détenaient 1,25 % d'Unicredit, la plus grande banque de dépôt italienne. Une participation libyenne qui crée des remous dans la péninsule. En 2010, Alessandro Profumo, patron d'Unicredit, avait déjà été limogé quand les Libyens étaient devenus les plus gros actionnaires de la banque en détenant 2,7 % du capital.

On retrouve également les Kadhafi dans le groupe pétrolier Eni (0,58 %), dans le holding d'armement Finmeccanica (2 %), dans Fiat (0,33 %) et... dans la Juventus de Turin (1,5 %). La saisie des autorités italiennes s'appuie sur une décision de la Cour de La Haye, qui avait lancé des mandats d'arrêt internationaux contre le dictateur et sa famille pour crimes contre l'humanité et avait demandé le gel de toutes leurs propriétés.

Chasse au trésor

Les avoirs saisis dans la péninsule ne sont toutefois que la pointe de l'iceberg. On évalue généralement les biens de la famille Kadhafi éparpillés dans le monde à 100 milliards de dollars, dont 37 milliards aux États-Unis et 30 milliards en Europe. Le reste est placé au Moyen-Orient et en Afrique. Toutefois, en évoquant les confidences d'officiers supérieurs libyens, le Los Angeles Times a doublé la mise et estimé à 200 milliards de dollars le trésor caché du clan Kadhafi.

Il ne suffit pourtant pas de localiser les propriétés de l'ancien dictateur ou de ses familiers pour les confisquer. Ainsi, tout le monde savait à Londres qu'une villa victorienne de Hampstead - huit chambres, une piscine et un cinéma - avait été achetée pour 10 millions de livres sterling par Saadi Kadhafi

Mais il a fallu des mois à la Haute Cour britannique pour démontrer que derrière l'acquéreur officiel, la Capitana Seas Limited dont le siège social est situé dans les îles Vierges, se cachait le fils du colonel. Il en sera de même pour tous les autres biens du clan attribués à des prête-noms ou à des sociétés-écrans situées dans les paradis fiscaux. La chasse au trésor sera donc longue. Mais c'est pour la bonne cause : les avoirs confisqués seront dévolus aux victimes de l'ancien régime libyen.

01/02/2012

Soulagement pour les évadés fiscaux !

lu sur :

http://www.liberation.fr/societe/01012387166-fichiers-hsbc-voles-les-evades-fiscaux-peuvent-souffler

Fichiers HSBC volés : les « évadés fiscaux » peuvent souffler

info libé

La Cour de cassation donne raison à l'un des 3 000 évadés fiscaux qui contestait que ces fichiers puissent être utilisés comme preuves.                      

C’est un arrêt qui risque de faire beaucoup de bruit à Bercy et parmi les « évadés fiscaux ». Selon cette décision, que révèle Libération, la chambre commerciale, financière et économique de la Cour de cassation a estimé mardi 31 janvier que les fichiers HSBC, mieux connus sous le nom de la « liste des 3 000 évadés fiscaux »,  ne pouvaient être utilisés comme preuves par les enquêteurs en cas de perquisitions fiscales.Cet arrêt confirme une ordonnance du 8 février 2011 de la cour d’appel de Paris.

Il donne ainsi raison contre Bercy à l’un des évadés fiscaux de cette liste, qui avait subi une perquisition en juin 2010 dans le cadre de son contrôle fiscal et qui mène depuis la bataille avec ses deux avocats.

Motif évoqué par la Cour de cassation pour faire annuler cette perquisition : les fichiers, répertoriant 3000 personnes ayant des comptes cachés en Suisse, ont été volés. Ce sont donc des preuves illicites.

Pour mémoire, cette fameuse liste brandiepar Eric Woerth en 2009 avait été dérobée en 2007 par Hervé Falciani, un cadre informaticien de la HSBC Private Bank à Genève. Ce dernier avait piraté les bases de données de la banque. Il avait ensuite remis ces fichiers aux autorités fiscales françaises, en passant par le procureur de Nice Eric de Montgolfier.

Cette procédure aurait du permettre aux fichiers de devenir « légaux » . Problème : dans une annexe, la Cour de cassation rapelle que la « DNEF (Direction nationale d’enquêtes fiscales) était en possession de cette liste et l’a exploitée bien avant sa transmission officielle par l’autorité judiciaire ». Elle a donc utilisé des fichiers dérobés qui n’avaient pas été blanchis par le procureur. « Il s’agit de données volées», poursuit l’arrêt. (...) « L’origine de ces pièces est donc illicites.»

« Nous sommes très satisfaits de cet arrêt dans la mesure où il confirme notre analyse sur l’irrecevabilité d’une preuve illicite fournie par l’administration fiscale», se félicitent, auprès de Libération, Me Alain Marsaudon et Me Delphine Ravon, les deux avocats de « l’évadé fiscal» qui tient à rester anonyme.«Mais c’est une victoire pour la gloire et pour le principe, reconnaissent-ils. Notre client avait procédé à la régularisation de son compte HSBC en Suisse.»

Cet arrêt pourrait cependant avoir des conséquences pour ceux qui, parmi les 3000, n’ont pas encore transigé. Au 24 novembre dernier, d’après une note du ministère du Budget, seuls 800 contrôles avaient été engagés et 350 achevé, permettant au fisc de recouvrer 160 millions d'euros.

Certains évadés fiscaux se sont également présentés d’eux mêmes pour régulariser leurs situations. Mais si les avocats des « fraudeurs» qui ne sont pas encore sortis du bois décident de s’en saisir, cet arrêt pourrait leur permettre de faire annuler toutes les perquisitions fiscales menées à partir des fichiers  HSBC.

«Cela ne fait pas tomber automatiquement le contrôle fiscal, mais cela affaiblit au moins les moyens de preuves de l’administration », note un avocat fiscaliste.

Cet arrêt pourrait également être utilisé devant un tribunal administratif pour faire tomber un contrôle fiscal qui a déjà eu lieu. «A partir du moment où un juge a décidé que les fichiers HSBC étaient des preuves illicites pour une perquisition fiscale, rien n’empêche d’autres magistrats de considérer que ces preuves n’ont pas plus de valeur pour un contrôle fiscal !» remarque un avocat.

Contacté hier soir, le cabinet de la ministre du Budget Valérie Pecresse n’a pas donné suite à notre appel.

18/10/2011

Salon du chocolat : zoom sur le métier de chocolatier.

Une vidéo à voir par les amateurs de chocolat:

Salon du chocolat : zoom sur le métier de chocolatier

En attendant de nous régaler à l'occasion du salon du chocolat qui se tiendra du 20 au 24 octobre 2011 au parc expo de Paris, retrouvons Gilles Cresno qui évoque pour nous son métier de chocolatier.

http://www.onisep.fr/Decouvrir-les-metiers 

et aussi :

Chocolatier-Cresno.pdf

08/10/2011

" Le Tout-Puissant, dans son infinie sagesse, n'a pas cru bon de créer les Français à l'image des Anglais."

.

un livre à lire !

lu sur :

http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/winston-churchill-bons-mots-piques-et-saillies-08-10-2011-1382196_53.php

Winston Churchill, bons mots, piques et saillies

Par

On n'en a jamais fini avec les formules de Winston Churchill (1874-1965). Juste pour le plaisir, et pour l'histoire, nous ne résistons pas à la reprise de quelques citations. Dix, pas une de plus, féroces ou drolatiques, rassemblées par François Kersaudy dans son dernier livre (*) consacré à ce Premier ministre britannique qui n'avait promis à ses compatriotes durant la Seconde Guerre mondiale que "blood, toil, tears and sweat" (du sang, de la peine, des larmes et de la sueur).

Octobre 1938, au Premier ministre Neville Chamberlain, après la conférence de Munich :

"Vous aviez le choix entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur et vous aurez la guerre."

Le 4 juillet 1940, alors que la flotte britannique attaque la flotte française à Mers-el-Kébir, pensant ainsi éviter qu'elle tombe aux mains des Allemands :

"C'est bien la première fois depuis le début de la guerre que les Français se battent avec toute leur énergie. Je ne vois pas comment nous pourrons éviter de nous retrouver en guerre avec la France demain."

Le 14 juillet 1940, après Mers-el-Kébir :

"Lorsqu'un ami et un camarade, aux côtés duquel vous avez affronté de terribles épreuves, est terrassé par un coup décisif, il peut devenir nécessaire de faire en sorte que l'arme qui lui est tombée des mains ne vienne pas renforcer l'arsenal de votre ennemi commun. Mais il ne faut pas garder rancune à votre ami pour ses cris de délire et ses gestes d'agonie. Il ne faut pas ajouter à ses douleurs ; il faut travailler à son rétablissement. L'association d'intérêts entre la France et la Grande-Bretagne demeure ; la cause commune demeure ; le devoir inéluctable demeure."

Le 10 décembre 1942 :

'Le Tout-Puissant, dans son infinie sagesse, n'a pas cru bon de créer les Français à l'image des Anglais."

Le 15 février 1941 :

"Je n'ai jamais entendu parler d'un grand athlète qui soit aussi un grand général. Il y a peut-être une exception dans l'armée italienne, où un général peut avoir besoin d'être un bon coureur."

Le 27 janvier 1941 :

"Je ne déteste personne et je ne crois pas avoir d'ennemis - à l'exception des Boches... et encore, c'est professionnel !"

Le 22 janvier 1943, au général de Gaulle, en français :

"Mon général, si vous m'obstaclerez, je vous liquiderai."

Le 19 mai 1943 :

"J'ai pris soin de De Gaulle un peu comme on élève un jeune chien, mais il mord maintenant la main qui l'a nourri."

Le 30 novembre 1943 :

"En temps de guerre, la vérité est si précieuse qu'elle doit toujours être protégée par un rempart de mensonges."

Le 9 février 1949, à son petit-fils :

"Apprends tout ce que tu peux au sujet de l'histoire du passé ; c'est le seul moyen de tenter de deviner ce qui arrivera à l'avenir."

(*) François Kersaudy, Le monde selon Churchill. Sentences, confidences, prophéties, réparties, Tallandier, 300 pages, 19,50 euros. ISBN : 9782847348217

05/04/2007

Palavas Restaurant Recommandé

Pour une fois, une note non politique, non polémique, pas sur la mondialisation, pas sur les élus, pas sur les politiciens, pas sur l'économie, pas sur les lobbies, pas sur l'industrie chimique, pas sur la pollution, pas sur la planète, pas sur Frêche, pas sur Montpellier, pas surannée, pas survoltée, pas sur les mensonges, une note sur la vie, sur le sel de la vie, sur le plaisir, sur le plaisir de
manger :
une publicité, une publicité gratuite et désintéressée, une publicité sur un restaurant de Palavas que je connaissais depuis longtemps mais où je n'étais pas retourné depuis un certain temps, un avis personnel, un avis qui n'engage que moi, une invitation à découvrir, à redécouvrir, un restaurant ayant changé il y a quelques temps de chef, un restaurant que je redécouvre,
bref, un restaurant: Le Saint Georges, tenu par
Nathalie et Gérald Rival
cuisine artisanale,
juste à côté du Casino de Palavas.
tél.:04 67 68 31 38

13:40 Publié dans Bons plans | Lien permanent | Commentaires (1)

09/02/2007

Instruction civique -3


20:24 Publié dans Bons plans | Lien permanent | Commentaires (0)