Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/06/2015

Société et notion d'Humanité

Société et notion d'Humanité : 

Les anglo-saxons et les latins ont décidément des mentalités différentes. Pour s'en convaincre, il suffit de réfléchir à la façon dont les empires coloniaux anglo-saxons (Amérique du Nord et Canada, Inde, Afrique, Australie, Nouvelle-Zélande) et latins (Afrique, Asie, Amérique du Sud, Madagascar, colonisés par la France, le Portugal, l'Espagne) ont évolué.

Pour les anglo-saxons, les seuls pays ayant échappé à une colonisation permanente sont ceux où la population était trop nombreuse pour être exterminée. 

Pour les anglo-saxons, il est clair que la Force prime le Droit. Nous ne devons pas perdre de vue cette réalité dans l'évolution de notre société et les rapports politiques que nous avons avec eux, en particulier ceux ayant trait à des règles commerciales.

Voici deux articles lus dans The Guardian : l'un aujourd'hui, 6 juin 2015, l'autre le 5 avril dernier.

-------------------------- 

Myall Creekhere, in 1838, a crime that would not be forgotten took ...

www.theguardian.com/.../myall-creek-here-in-1838-a-that-would-not-be- forgotten-took-place

 

Paul Daley 

Remembering is central to healing the pain of injustice and atrocity. Indigenous Australians have a way of remembering, the good and the bad, through oral history and art that passes memories down through the generations. 

I know of parts of central west New South Wales where the Indigenous women still talk in vivid detail about their ancestors who died after eating the bread, carefully laced with strychnine, that some of the settlers left outside the kitchens for them. They still talk also about the Wiradjuri warrior Wyndradyne, and his battles around Bathurst with the colonial soldiers and settlers, as if his death happened yesterday rather than 190 years ago. 

Closer to my home in Canberra the Indigenous people of the district – the Walgalu-speaking Ngambri and Ngurmal, the Wallabalooa and the Cookmai of the Ngunnawal language group – can still tell you all about the pioneering families whose properties are stained with Indigenous blood and stories of violent reprisal and murder. 

A wound can’t properly heal unless its cause is properly identified. To know our history – ancient and recent – is to know who walked before us and made our country what it is. It is to know ourselves. 

This weekend people from all over Australia, black and white, will converge on Myall Creek – a tiny place with two overgrown tennis courts and a memorial hall – that you’d hardly call a town in a small part of north-west NSW known evocatively, given its violent history, as New England. Here in 1838 a group of stockmen killed 28 unarmed Wirrayaraay old men, women and children. 

The Myall Creek Massacre, as it came to be known, was not the first of the hundreds, perhaps thousands, of such crimes that unfolded across the colonial frontier between the first inhabitants, soldiers, settlers, vigilante groups and Indigenous “black police”. The last is commonly regarded to have been at Coniston, Northern Territory, in 1928 – notwithstanding the countless other acts of extreme violence (including custodial deaths) inextricably linked to colonialism, that have since been perpetrated against Indigenous Australians. 

But Myall Creek is unique: it is the only massacre on the colonial or post-colonial frontier where non-Indigenous murderers of Aboriginal or Torres Strait Islander people have been convicted. Seven of the killers hung. Myall Creek was also instrumental for killers of blacks – a lesson that spread across the continent like a Mallee wildfire: cover your tracks by properly disposing of the bodies; leave no witnesses.

In 2000, when the first of what are now annual June long-weekend commemorations at Myall Creek took place, descendants of victims and killers united in an act of mutual apology and forgiveness. 

Every year at Myall Creek since 2000 it’s been the same: sorrow and forgiveness. 

In 2008 the then prime minister Kevin Rudd delivered an apology to the “stolen generation”. Freighted in legality, it stopped well short of the far wider, general, national apology that the colonial violence against this continent’s Indigenous people demands from both contemporary British and Australian governments. 

The Myall Creek apology stands as an evocative metaphor for that unfulfilled national need. 

As NSW Labor politician Paul Lynch has said : “There was some discussion at the [2013] event of the concept of Myall Creek being developed nationally in the form of an apology for all the massacres. One would have thought that that would be a necessary preliminary to constitutional recognition of Aboriginal people.” 

Indeed. 

Graeme Cordiner, a member of the national committee of Friends of Myall Creek, which promotes the yearly commemoration, says: “At Myall Creek there’s been an apology – and a national apology of that sort is, of course, the unfinished ‘sorry’ business of this country. Amid the talk of constitutional recognition and even treaty, we as a nation should apologise for the way the continent was taken.” 

Unfortunately, plenty of Australians might prefer to advocate moving on from the past. 

Noel Pearson, prime minister Tony Abbott’s foremost seer on most Indigenous matters, recently challenged Aboriginal and Torres Strait Islander Australians to get over their traumatic history much, as he claimed, that Holocaust survivors had. Reactionaries, predictably, applauded. 

Pearson’s critics – and I’m happy to back them on this – naturally stress that commemorations and apologies for the great crime of the Holocaust are, appropriately, perpetual. There have been legal reparations, insufficient of course, but symbolically incisive. 

John Maynard, an Indigenous history professor who is currently researching Aboriginal servicemen, will give a guest speech at Sunday’s Myall Creek commemoration. 

I asked Maynard, grandson of the early Indigenous activist Fred Maynard, what importance he attached to commemorating events like Myall Creek. He says: “It seems a strange and hypocritical contradiction that some black and white politicians tell us we need to ‘move on’ and not dwell upon the frontier wars of the past whilst at the same time we are saturated with ‘Lest We Forget’ Gallipoli – a failed (allied, including Australian) invasion of another peoples’ country. Myall Creek and Coniston are two of the more prominent Aboriginal massacre sites and as such stand as markers not just for the horrific crimes that took place at these locations but reflect additionally the multitude of silences that remain across the wider continent. 

“I think for me having the honour to speak at the Myall Creek Memorial this year I will certainly reflect not just on those who lost their lives at that site but use the location and day to remember all of those who lost their lives in places forgotten, missed and purposefully erased from both memory and the record.” 

And that’s why remembering matters.

-------------

Société et Humanité : les anglo-saxons sont décidément différents des méditerranéens gréco-latins 05 AVRIL 2015 

J'ai lu l'article suivant le 4 avril 2015, sur "The Guardian" : (Les guatémaltèques délibérément contaminés par des agents pathogènes de maladies sexuellement transmissibles poursuivent l'université Johns Hopkins en justice)

 

Guatemalans deliberately infected with STDs sue Johns Hopkins ... 

www.theguardian.com/.../johns-hopkins-lawsuit-deliberate-std-infectionsguatemala

 

Lawsuit with 800 plaintiffs seeks damages for individuals, spouses and children of people deliberately infected with STDs through US government programme Nearly 800 plaintiffs have launched a billion-dollar lawsuit against Johns Hopkins University over its alleged role in the deliberate infection of hundreds of vulnerable Guatemalans with sexually transmitted diseases, including syphilis and gonorrhoea, during a medical experiment programme in the 1940s and 1950s. 

The lawsuit, which also names the philanthropic Rockefeller Foundation, alleges that both institutions helped “design, support, encourage and finance” the experiments by employing scientists and physicians involved in the tests, which were designed to ascertain if penicillin could prevent the diseases. 

Researchers at Johns Hopkins School of Medicine held “substantial influence” over the commissioning of the research program by dominating panels that approved federal funding for the research, the suit claims. 

The lawsuit asserts that a researcher paid by the Rockefeller Foundation was assigned to the experiments, which he travelled to inspect on at least six occasions. 

The suit also claims that predecessor companies of the pharmaceutical giant Bristol-Myers Squibb supplied penicillin for use in the experiments, which they knew to be both secretive and non-consensual. 

The experiments, which occurred between 1945 and 1956, were kept secret until they were discovered in 2010 by a college professor, Susan Reverby. The programme published no findings and did not inform Guatemalans who were infected of the consequences of their participation, nor did it provide them with follow up medical care or inform them of ways to prevent the infections spreading, the lawsuit states. 

Orphans, prisoners and mental health patients were deliberately infected in the experiments. 

The plaintiffs case quotes the correspondence from one of the programme’s lead researchers who tells another doctor that if it were discovered by “some goody organization” that the programme was testing people who were mentally ill it would “raise a lot of smoke”. The manager continues: “I see no reason to say where the work was done and the type of volunteer.” 

Baltimore-based attorney for the plaintiffs Paul Bekman told the Guardian that of the 774 claimants, about 60 were direct survivors of the programme. Many have died as a result of deliberate infection and others had passed on disease to family members and partners. 

“The people who are responsible [for carrying out the research] now are long dead,” said Bekman “But the records are there, and we have detailed documentation that supports the allegations in our complaint.” 

Marta Orellana was a nine-year-old orphan when she was included in the experiments. In an interview with the Guardian in 2011 she recalled being forcibly examined by light-complexioned foreigners and a Guatemalan doctor in the orphanage infirmary. 

“They never told me what they were doing, never gave me a chance to say no,” Orellana said “I’ve lived almost my whole life without knowing the truth. May God forgive them.” 

Included within the legal claim are graphic descriptions of some of the methods used by the researchers to infect their subjects : 

 

During the experiments, the following occurred:

 

    1. Prostitutes were infected with venereal disease and then provided for sex to subjects for intentional transmission of the disease;
    2. Subjects were inoculated by injection of syphilis spirochaetes into the spinal fluid that bathes the brain and spinal cord, under the skin, and on mucous membranes;
    3. An emulsion containing syphilis or gonorrhoea was spread under the foreskin of the penis in male subjects;
    4. The penis of male subjects was scraped and scarified and then coated with the emulsion containing syphilis or gonorrhea;
    5. A woman from the psychiatric hospital was injected with syphilis, developed skin lesions and wasting, and then had gonorrhoeal pus from a male subject injected into both of her eyes and;
    6. Children were subjected to blood studies to check for the presence of venereal disease.

 

The then secretary of state Hillary Clinton apologised for the programme in 2010 after a presidential bioethics commission investigation found the experiments “involved unconscionable basic violations of ethics”.

 

A federal lawsuit for damages under the Federal Tort Claims Act failed in 2012 after a judge determined the US government cannot be held liable for actions outside the United States. Bekman told the Guardian he believed the new lawsuit stood a greater chance of success as it was lodged in the state court of Maryland and against private entities.

Both Johns Hopkins University and the Rockefeller Foundation have vigorously denied any involvement in the experiments. 

A spokeswoman for Johns Hopkins School of Medicine said the institute expressed “profound sympathy” for the victims of the experiments and their families, but added: “Johns Hopkins did not initiate, pay for, direct of conduct the study in Guatemala. No nonprofit university or hospital has ever been held liable for a study conducted by the US government.”

The university stated it would “vigorously defend” the lawsuit. 

The Rockefeller Foundation issued a detailed response to the claim online, which it described as seeking to “improperly to assign ‘guilt by association’ in the absence of compensation from the United States federal government”.

The statement continued: “In the absence of a connection to the Rockefeller Foundation, the lawsuit attempts to connect the Foundation to the experiments through misleading characterizations of relationships between the Foundation and individuals who were in some way associated with the experiments.”

A spokeswoman for Bristol-Myers Squibb declined to comment.

--------------------

sur le même sujet, en 2010 :

Expérimentations: Washington s'excuse auprès du Guatemala

www.lefigaro.fr/.../01003-20101002ARTFIG00344-experimentations- washington-s-excuse-aupres-du-guatemala.php‎ 

2 oct. 2010

 

Dans le cadre d'une étude sur les effets de la pénicilline, des centaines de Guatémaltèques se sont vus inoculer des maladies sexuellement transmissibles entre 1946 et 1948, par des scientifiques américains.

 

Une expérience scientifique vieille de 64 ans pourrait compliquer les relations entre le Guatemala et les Etats-Unis. Washington a présenté vendredi des excuses aux centaines de Guatémaltèques, à qui des scientifiques américains ont transmis des maladies sexuellement transmissibles à la fin des années 40. Ces révélations ont ébranlé les autorités guatémaltèques, qui affirment ne rien connaitre de l'affaire. Le président du Guatemala Alvaro Colom a dénoncé un «crime contre l'Humanité» et annonce que son gouvernement «se réserve le droit de porter plainte ».

 

A l'origine de ce scandale, une étude financée par les autorités américaines entre 1946 et 1948 sur les effets de la pénicilline, découverte en 1928. Les scientifiques se demandent alors si l'antibiotique peut non seulement guérir la syphilis mais aussi prévenir la maladie. Comme la législation américaine n'autorise pas à mener de telles expériences sur l'homme, le directeur de cette étude, le médecin John Cutler, la met en place au Guatemala. Les chercheurs vont sélectionner comme cobayes des personnes vulnérables, tels que des malades mentaux. Environ 696 personnes participent à leur insu à cette étude. L'un des patients au moins est mort, sans qu'il soit établi si l'expérience est elle-même à l'origine de son décès. L'étude, qui n'a jamais été publiée, n'a apporté aucun résultat significatif.

«Exposition naturelle»

Dans un premier temps, les chercheurs inoculent la syphilis ou la blennorragie à des prostituées et les laissent ensuite avoir des rapports sexuels avec des soldats ou des détenus. Mais lorsque cette «exposition naturelle» ne produit pas assez de contaminations, les scientifiques changent de tactique. Ils contaminent directement des soldats, des prisonniers et des malades mentaux. Selon les rapports de l'étude, la bactérie de la syphilis à été apposée sur des zones du visage, du bras ou du pénis des patients qui avaient été abrasées.

 

Les scientifiques, dont les recherches étaient financées par des Instituts américains de la santé, n'auraient pas expliqué en détail leur projet aux responsables guatémaltèques et auraient fait des dons de matériels.Les cobayes ont été traités avec de la pénicilline mais l'étude ne précise pas si cela a suffi à les guérir, affirme Susan Reverby. C'est cette historienne américaine, qui a découvert l'expérimentation et a alerté les autorités américaines.

«Un sombre chapitre de l'histoire de la médecine»

Susan Reverby a retrouvé les comptes-rendus du docteur John Cutler, en enquêtant sur une autre des études, toute aussi contraire à la déontologie, à laquelle il a participé : l'expérimentation de Tuskegee. Entre 1932 et 1972, des scientifiques américains ont suivi 600 afro-américains atteints de la syphilis. Aucun de ces sujets n'était au courant qu'ils étaient porteurs de la maladie. A aucun moment les médecins n'ont proposé de les soigner. L'expérience guatémaltèque n'est pas isolée, rappelle le directeur des instituts américains de santé, pour qui son homologue de l'époque a sans doute été mis au courant. Selon le Dr. Francis Collins, qui déplore «un sombre chapitre de l'histoire de la médecine», une quarantaine d'expériences d'inoculation délibérée ont été organisées aux Etats-Unis, dans les années 40.

L'étude menée au Guatemala, était «clairement contraire à l'éthique» et «répréhensible», ont dénoncé la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et la ministre de la Santé Kathleen Sebelius. «Bien que ces événements aient eu lieu il y a plus de 64 ans, nous sommes révoltées qu'une recherche aussi répréhensible ait pu être menée en invoquant la santé publique», écrivent encore les deux ministres, qui ont lancé une vaste enquête pour déouvrir ce qui s'est passé au Guatemala et examiné les régulations actuelles. Barack Obama a téléphoné à son homologue guatémaltèque et lui transmis «ses plus profonds regrets». Le président américain a aussi «réaffirmé l'engagement inébranlable des Etats-Unis pour que toutes les études médicales menées sur l'homme aujourd'hui remplissent des critères éthiques et juridiques exigeants». Il n'est pas certain que les victimes guatémaltèques puissent demander des dommages et intérêts.

sur le même sujet, on peut lire :

Expérimentation sur la syphilis au Guatemala — Wikipédia

fr.wikipedia.org/.../Expérimentation_sur_la_syphilis_au_Guatemala

 

 

--------------------

et aussi : 

Frank Olson — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Olson

Frank Olson (Naissance le 17 juillet 1910 – mort le 28 novembre 1953) est un scientifique qui travaillait pour l'US Army dans une division top secret (la division  ...

Frank Olson - Wikipedia, the free encyclopedia

en.wikipedia.org/wiki/Frank_Olson

Frank Rudolph Olson (July 17, 1910 – November 28, 1953) was an American .... In 1994, Eric Olson had his father's body exhumed to be buried with his mother.

Biography - ‎Murder allegations - ‎Popular culture references - ‎See also 

------------

et à propos de tests de LSD :

Quand la CIA menait des expériences sur des cobayes français, par ...

www.voltairenet.org/article164442.html
16 mars 2010 ... Quand la CIA menait des expériences sur des cobayes français ..... Réseau Voltaire, 16 mars 2010, www.voltairenet.org/article164442.html.

07/05/2015

derives armee israel (mots clefs)

Quelques liens :

(Juifs de tous les pays, révoltez-vous !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

et aussi :

Israël a une vision singulière du droit de la guerre
Israël possède « l'armée la plus morale du monde ». .
www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/05/04/is

et encore

 
A l'annonce d'une trêve de deux heures, à 13H30 (10H30 GMT), un convoi d'ambulances et de camions de pompiers avance, dimanche, dans Chajaya dévastée, tandis que ...

 

 

04/04/2015

Incroyable mais vrai : l'expérimentation humaine n'est pas taboue aux USA

en raison des modifications récentes des blogs du Midi Libre, les notes de ce blog seront mises également sur un nouveau blog :

http://lebloglibredemonquartier-bis.hautetfort.com/

 

-----------------------------------

lu ce jour sur The Gardian : 

Guatemalans deliberately infected with STDs sue Johns Hopkins ...

(Les guatémaltèques délibérément contaminés par des agents pathogènes de maladies sexuellement transmissibles poursuivent l'université Johns Hopkins en justice)

www.theguardian.com/.../johns-hopkins-lawsuit-deliberate-std-infectionsguatemala

Thursday 2 April 2015 

Lawsuit with 800 plaintiffs seeks damages for individuals, spouses and children of people deliberately infected with STDs through US government programme

Nearly 800 plaintiffs have launched a billion-dollar lawsuit against Johns Hopkins University over its alleged role in the deliberate infection of hundreds of vulnerable Guatemalans with sexually transmitted diseases, including syphilis and gonorrhoea, during a medical experiment programme in the 1940s and 1950s. 

The lawsuit, which also names the philanthropic Rockefeller Foundation, alleges that both institutions helped “design, support, encourage and finance” the experiments by employing scientists and physicians involved in the tests, which were designed to ascertain if penicillin could prevent the diseases.

Researchers at Johns Hopkins School of Medicine held “substantial influence” over the commissioning of the research program by dominating panels that approved federal funding for the research, the suit claims.

The lawsuit asserts that a researcher paid by the Rockefeller Foundation was assigned to the experiments, which he travelled to inspect on at least six occasions. 

The suit also claims that predecessor companies of the pharmaceutical giant Bristol-Myers Squibb supplied penicillin for use in the experiments, which they knew to be both secretive and non-consensual.

The experiments, which occurred between 1945 and 1956, were kept secret until they were discovered in 2010 by a college professor, Susan Reverby. The programme published no findings and did not inform Guatemalans who were infected of the consequences of their participation, nor did it provide them with follow up medical care or inform them of ways to prevent the infections spreading, the lawsuit states.

Orphans, prisoners and mental health patients were deliberately infected in the experiments.

The plaintiffs case quotes the correspondence from one of the programme’s lead researchers who tells another doctor that if it were discovered by “some goody organization” that the programme was testing people who were mentally ill it would “raise a lot of smoke”. The manager continues: “I see no reason to say where the work was done and the type of volunteer.”

Baltimore-based attorney for the plaintiffs Paul Bekman told the Guardian that of the 774 claimants, about 60 were direct survivors of the programme. Many have died as a result of deliberate infection and others had passed on disease to family members and partners.

“The people who are responsible [for carrying out the research] now are long dead,” said Bekman “But the records are there, and we have detailed documentation that supports the allegations in our complaint.”

Marta Orellana was a nine-year-old orphan when she was included in the experiments. In an interview with the Guardian in 2011 she recalled being forcibly examined by light-complexioned foreigners and a Guatemalan doctor in the orphanage infirmary.

“They never told me what they were doing, never gave me a chance to say no,” Orellana said “I’ve lived almost my whole life without knowing the truth. May God forgive them.”

Included within the legal claim are graphic descriptions of some of the methods used by the researchers to infect their subjects:

During the experiments the following occurred:

    1. Prostitutes were infected with venereal disease and then provided for sex to subjects for intentional transmission of the disease;
    2. Subjects were inoculated by injection of syphilis spirochaetes into the spinal fluid that bathes the brain and spinal cord, under the skin, and on mucous membranes;
    3. An emulsion containing syphilis or gonorrhoea was spread under the foreskin of the penis in male subjects;
    4. The penis of male subjects was scraped and scarified and then coated with the emulsion containing syphilis or gonorrhea;
    5. A woman from the psychiatric hospital was injected with syphilis, developed skin lesions and wasting, and then had gonorrhoeal pus from a male subject injected into both of her eyes and;
    6. Children were subjected to blood studies to check for the presence of venereal disease.

The then secretary of state Hillary Clinton apologised for the programme in 2010 after a presidential bioethics commission investigation found the experiments “involved unconscionable basic violations of ethics”. 

A federal lawsuit for damages under the Federal Tort Claims Act failed in 2012 after a judge determined the US government cannot be held liable for actions outside the United States. Bekman told the Guardian he believed the new lawsuit stood a greater chance of success as it was lodged in the state court of Maryland and against private entities.

Both Johns Hopkins University and the Rockefeller Foundation have vigorously denied any involvement in the experiments.

A spokeswoman for Johns Hopkins School of Medicine said the institute expressed “profound sympathy” for the victims of the experiments and their families, but added: “Johns Hopkins did not initiate, pay for, direct of conduct the study in Guatemala. No nonprofit university or hospital has ever been held liable for a study conducted by the US government.”

The university stated it would “vigorously defend” the lawsuit.

The Rockefeller Foundation issued a detailed response to the claim online, which it described as seeking to “improperly to assign ‘guilt by association’ in the absence of compensation from the United States federal government”.

The statement continued: “In the absence of a connection to the Rockefeller Foundation, the lawsuit attempts to connect the Foundation to the experiments through misleading characterizations of relationships between the Foundation and individuals who were in some way associated with the experiments.”

A spokeswoman for Bristol-Myers Squibb declined to comment. 

------------------------------------

sur le même sujet, en 2010 :

Expérimentations: Washington s'excuse auprès du Guatemala

www.lefigaro.fr/.../01003-20101002ARTFIG00344-experimentations- washington-s-excuse-aupres-du-guatemala.php
 
2 oct. 2010

Dans le cadre d'une étude sur les effets de la pénicilline, des centaines de Guatémaltèques se sont vus inoculer des maladies sexuellement transmissibles entre 1946 et 1948, par des scientifiques américains.

Une expérience scientifique vieille de 64 ans pourrait compliquer les relations entre le Guatemala et les Etats-Unis. Washington a présenté vendredi des excuses aux centaines de Guatémaltèques, à qui des scientifiques américains ont transmis des maladies sexuellement transmissibles à la fin des années 40. Ces révélations ont ébranlé les autorités guatémaltèques, qui affirment ne rien connaitre de l'affaire. Le président du Guatemala Alvaro Colom a dénoncé un «crime contre l'Humanité» et annonce que son gouvernement «se réserve le droit de porter plainte ».
A l'origine de ce scandale, une étude financée par les autorités américaines entre 1946 et 1948 sur les effets de la pénicilline, découverte en 1928. Les scientifiques se demandent alors si l'antibiotique peut non seulement guérir la syphilis mais aussi prévenir la maladie. Comme la législation américaine n'autorise pas à mener de telles expériences sur l'homme, le directeur de cette étude, le médecin John Cutler, la met en place au Guatemala. Les chercheurs vont sélectionner comme cobayes des personnes vulnérables, tels que des malades mentaux. Environ 696 personnes participent à leur insu à cette étude. L'un des patients au moins est mort, sans qu'il soit établi si l'expérience est elle-même à l'origine de son décès. L'étude, qui n'a jamais été publiée, n'a apporté aucun résultat significatif.
 

«Exposition naturelle»

Dans un premier temps, les chercheurs inoculent la syphilis ou la blennorragie à des prostituées et les laissent ensuite avoir des rapports sexuels avec des soldats ou des détenus. Mais lorsque cette «exposition naturelle» ne produit pas assez de contaminations, les scientifiques changent de tactique. Ils contaminent directement des soldats, des prisonniers et des malades mentaux. Selon les rapports de l'étude, la bactérie de la syphilis à été apposée sur des zones du visage, du bras ou du pénis des patients qui avaient été abrasées.
Les scientifiques, dont les recherches étaient financées par des Instituts américains de la santé, n'auraient pas expliqué en détail leur projet aux responsables guatémaltèques et auraient fait des dons de matériels.Les cobayes ont été traités avec de la pénicilline mais l'étude ne précise pas si cela a suffi à les guérir, affirme Susan Reverby. C'est cette historienne américaine, qui a découvert l'expérimentation et a alerté les autorités américaines.
 

«Un sombre chapitre de l'histoire de la médecine»

Susan Reverby a retrouvé les comptes-rendus du docteur John Cutler, en enquêtant sur une autre des études, toute aussi contraire à la déontologie, à laquelle il a participé : l'expérimentation de Tuskegee. Entre 1932 et 1972, des scientifiques américains ont suivi 600 afro-américains atteints de la syphilis. Aucun de ces sujets n'était au courant qu'ils étaient porteurs de la maladie. A aucun moment les médecins n'ont proposé de les soigner. L'expérience guatémaltèque n'est pas isolée, rappelle le directeur des instituts américains de santé, pour qui son homologue de l'époque a sans doute été mis au courant. Selon le Dr. Francis Collins, qui déplore «un sombre chapitre de l'histoire de la médecine», une quarantaine d'expériences d'inoculation délibérée ont été organisées aux Etats-Unis, dans les années 40.
L'étude menée au Guatemala, était «clairement contraire à l'éthique» et «répréhensible», ont dénoncé la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et la ministre de la Santé Kathleen Sebelius. «Bien que ces événements aient eu lieu il y a plus de 64 ans, nous sommes révoltées qu'une recherche aussi répréhensible ait pu être menée en invoquant la santé publique», écrivent encore les deux ministres, qui ont lancé une vaste enquête pour déouvrir ce qui s'est passé au Guatemala et examiné les régulations actuelles. Barack Obama a téléphoné à son homologue guatémaltèque et lui transmis «ses plus profonds regrets». Le président américain a aussi «réaffirmé l'engagement inébranlable des Etats-Unis pour que toutes les études médicales menées sur l'homme aujourd'hui remplissent des critères éthiques et juridiques exigeants». Il n'est pas certain que les victimes guatémaltèques puissent demander des dommages et intérêts.
 
sur le même sujet :
 

Expérimentation sur la syphilis au Guatemala — Wikipédia

fr.wikipedia.org/.../Expérimentation_sur_la_syphilis_au_Guatemala
 

11/11/2014

11 novembre : rappels sur les guerres modernes et l'industrie chimique

Un billet à lire sur un blog de MEDIAPART :

PAR POL

Depuis la mort de Rémi Fraisse, cette guerre que certains ont qualifié avec raison de boucherie me semble bien plus proche que ce qu’on nous raconte dans les gazettes. En ce jour, la République va déployer ses pompes et son spectacle pour faire oublier la réalité de la sauvagerie des combats subis par un peuple enrôlé dans une aventure militaire dont personne n’explique clairement les raisons… 

Pire encore, je peux écrire, que  la guerre quatorze, continue à tuer quotidiennement des milliers d’inconnus sans que personne n’en prennent conscience. Je vais m’expliquer. Ce n’est pas un anachronisme, à peine une provocation.

Tout le monde peut comprendre aujourd’hui que Rémi Fraisse est mort – comme Médiapart a su vraiment le décrire – déchiqueté par l’explosion d’une arme de guerre inventée à cette époque… Que la gendarmerie utilise des grenades comme si elle était encore dans les tranchées ? Cent ans après, en temps de paix, contre des manifestants qui défendent des positions politiques… Il y a de quoi s’interroger… Pour le centenaire, il serait bon de commémorer l’arrêt des hostilités en interdisant l’usage de ces armes antédiluviennes. 
La mort tragique du militant écologique est un exemple.

Mais la Grande guerre qui continue dans nos campagnes… encore aujourd’hui sous d’autres formes.

Les paysans qui ont déversé leur lisier sur un local d’Europe Écologie Les Verts, ne se rendent pas compte (de cela aussi) qu’ils défendent une agriculture obsolète utilisant des pesticides…

Et ne le saviez vous pas, les pesticides, sont né à cette période.

Un peu d’histoire … Issu de la petite bourgeoisie juive prussienne, Fritz Jacob Haber, chimiste allemand inventa, avec quelques collaborateurs, la synthèse de l'ammoniac, pour créer un engrais azoté… à la place du guano et du salpêtre utilisés dans l’agriculture.

Malgré les conventions de La Haye de 1899 et 1907 qui interdissent les armes chimiques Haber va en créer une redoutable (qui a servi encore pendant la guerre Iran/Irak ): Le gaz moutarde.

Le 22 avril 1915, à Ypres l’essai en vraie grandeur inaugure l’aire moderne. Sa femme Clara qui n’arrive pas à le convaincre d’arrêter ce qu’elle pense être – avec raison - un crime, se suicide peu après. Elle ne sera pas la dernière à être la victime de Fritz Haber.

L’État-Major allemand justifie la violation des traités d’avant-guerre en protestant contre l’expérimentation par les français des gaz lacrymogènes. Les français ayant été les premiers à rompre les accords. On pourrait en rire… si la police n’en faisait toujours usage… Cent ans, on le voit, c’est bien court.

Mais l’histoire, avec sa grande Hache, ne  s’arrête jamais n’en déplaise à Francis Fukuyama.

Fritz Haber, ce criminel de guerre, reçoit en 1918, le prix Nobel de Chimie (horreur au Nobel).

L’Allemagne battu, se voit interdire par le traité de Versailles, en 1919, toute recherche en matière d’armement. Haber continue pourtant mais il travaille innocemment à la lutte contre les insectes. Il met au point de la fabrication industrielle de l'acide cyanhydrique, un acide dangereux qui entre dans la composition d'un pesticide, pour tuer les poux, le Zyklon B. On sait que ce produit sera utilisé par les Nazis dans les chambres à gaz des camps d'extermination. Haber n’en saura rien, il meurt en exil en 1934, fuyant l’Allemagne, lui, le juif. Les néo-nazis d’aujourd’hui continue d’utiliser le camouflage de 1919, le Zyklon B étant pour eux, un insecticide, un produit désinfectant.

Toutes les armes chimiques - presque toutes inventées en Allemagne -  vont être transformées, réutilisées et camouflées, à nouveau, après la deuxième guerre mondiale par les mêmes entreprises de la chimie allemande qui accompagnait Haber depuis 1904… Depuis ces pesticides empoisonnent tout le monde, et nous promettent le cancer pour tous, puisque à la base, ce sont des armes chimiques.  Bien entendu, j’entends déjà tous les chimistes de la terre, tous les amis des sciences et les autres, me dire que c’est une question de dosage. Et je suis bien d’accord. Examinons froidement les faits, ils sont têtus. On n’a d’autant plus raison de fêter le centenaire que l’histoire n’est toujours pas finie… Si les paysans sont morts en masse pendant la Grande Guerre, ils continuent pour ceux qui répandent ces pesticides par être les premiers (après les millions de créatures vivantes qui peuplent chaque mètre carré de terre traitée) victimes tombées au champ de déshonneur de l’usage des pesticides. L’ombre de Fritz Haber plane toujours sur nos plaines… Et que ceux qui n’aiment pas les billets polémiques cessent immédiatement de lire ce qui suit, parce que c’est le pire est à venir, la Grande Guerre n’a pas cent ans, elle continue encore.

Selon le philosophe et l’historien Jacques Grinevald, c’est bien pendant la première guerre mondiale, que c’est passé le basculement de la civilisation occidentale. La guerre a commencé à cheval, puis s’est continué en voiture, avec l’invention de Fritz Haber et bien d’autres, avec l’arrivée des Tanks, en 1917, le monde a basculé dans l’Anthropocène.

Késaco me direz-vous ?

C’est une nouvelle ère géologique  qui a commencé à cette époque là.

L'humanité occidentale, est devenue si puissante, que sa pratique invasive, productiviste et destructrice a  interagi à l'échelle même du système de la biosphère, de la planète qui nous accueille.

Si des géologues étudient, un jour lointain, les couches de sédiments de notre planète, ils pourraient déterminer plus précisément le tournant. Ce moment où l’homme en tant qu’espèce prend le pas sur la nature et détermine par son activité les changements climatiques.

Personne ne va dire en ce jour de fête nationale que le dérèglement climatique, la sixième extinction (c’est à dire la disparition de la majorité des espèces animales et végétales qui est en court) pourrait avoir commencé durant la première guerre mondiale.

Alors assurément, la boucherie n’a pas pris fin, et il est peut-être bien trop tard pour en prendre conscience. 

----------------------

quelques liens sur le même sujet :

Fritz Haber — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Fritz_Haber

Grande Guerre : Fritz Haber, ce Juif qui a participé à exterminer les ...

www.lepoint.fr/.../grande-guerre-fritz-haber-ce-juif-qui-a-extermine-les-siens -11-05-2014-1821278_1615.php

Le Point - Publié le 11/05/2014 à 11:50 - Modifié le 11/05/2014 à 16:54

Il y a un siècle, la Première Guerre mondiale éclatait. Cent ans plus tard, un ouvrage répond aux questions que cet incroyable conflit continue de soulever. Extraits.

Quel rôle sinistre a joué Fritz Haber ? Issu de la petite bourgeoisie juive prussienne, Fritz Jacob Haber était à la veille de la Grande Guerre un chimiste allemand réputé et ambitieux. Il avait mené à bien la synthèse de l'ammoniac. À l'origine de cette découverte, une préoccupation majeure des milieux savants de l'époque : empêcher une catastrophe alimentaire mondiale. Pour remédier à la pénurie de guano et de salpêtre, il fallait en effet trouver un procédé chimique et industriel permettant de fabriquer des engrais azotés à partir de l'ammoniac. Grâce à ces engrais, la production agricole serait assurée. 

En 1910, l'empereur Guillaume II fonde l'Institut Kaiser-Wilhelm de physico-chimie et d'électrochimie, et Haber est désigné pour en prendre la direction. Dès lors, il va exercer une influence décisive sur les avancées scientifiques du Reich. En octobre 1914, il est un des signataires du manifeste "Appel au monde civilisé", signé en faveur de l'armée allemande par quatre-vingt-treize hautes personnalités universitaires et culturelles. C'est une réponse à l'indignation provoquée dans le camp allié par les exactions et les crimes allemands commis en Belgique et en France. Le manifeste qualifie de justes et légitimes les punitions et les représailles déclenchées par l'armée allemande.

Effets dévastateurs du gaz

Malgré les conventions de La Haye de 1899 et 1907, qui interdisent l'emploi de projectiles pour la diffusion des gaz asphyxiants et l'usage des poisons et des armes toxiques, Haber se propose d'effectuer des recherches sur l'emploi des gaz de combat. Du côté français, des grenades lacrymogènes sont expérimentées, ce qui va justifier, après l'accord du Kaiser, l'expérimentation de gaz irritants. Début 1915, un premier essai est effectué sur le front russe. Il fait froid, la nappe de chlore est insuffisante, le vent est contraire, c'est un échec. Haber sait que le chlore, un gaz produit en grande quantité par l'industrie chimique Bayer, reste longtemps au sol. Une nappe suffisamment dense pour être incapacitante, et même mortelle, aura donc le temps, poussée par un bon vent, de parvenir sournoisement vers les positions choisies. 

En Belgique, la géographie de la région d'Ypres et les vents rencontrés semblent convenir pour une première utilisation d'envergure. Promu capitaine sur ordre du Kaiser, Haber vient surveiller lui-même l'installation des réservoirs : cent soixante-dix tonnes de chlore sont enterrées sur un front de six kilomètres. Il attend que le vent soit favorable, ni trop fort ni trop faible. Le 22 avril, les robinets sont ouverts et un épais nuage verdâtre glisse lentement vers les positions britanniques et françaises. Malgré des indices fournis par des déserteurs, c'est la surprise, et, sur des hommes sans protection, les effets sont dévastateurs. Cinq mille soldats succombent et plus de quinze mille autres sont intoxiqués. Une brèche est même provoquée, elle ne sera pas exploitée. En quelques heures, l'Allemagne vient d'obtenir un résultat sans égal. Mais les mesures de protection vont vite apparaître et la réplique ne va pas tarder.

Un Juif allemand adhérant aux valeurs du Reich

À son retour, Haber a une violente explication avec sa jeune femme Clara. Indignée, elle lui demande, au nom des principes humanitaires, d'arrêter ses recherches qu'elle juge criminelles. Il refuse. Elle se suicide quelques jours plus tard. Il lui aurait répondu : "Un savant appartient au monde en temps de paix, à son pays en temps de guerre." Obstiné, il met au point d'autres produits toxiques efficaces et mortels, comme le phosgène et l'ypérite, puis trouve la formule (la constante de Haber) définissant la dose de gaz fatale à l'homme selon le temps d'exposition. 

Ce savant qui adhérait tant aux valeurs du Reich reçoit le prix Nobel de chimie en 1918. Après la guerre, ses recherches sur les pesticides vont permettre la mise au point de la fabrication industrielle de l'acide cyanhydrique, un acide dangereux qui entre dans la composition d'un pesticide, le Zyklon B, produit que les nazis utiliseront dans les chambres à gaz des camps d'extermination. Ce membre du conseil d'administration de l'IG Farben mourra à Bâle en 1934 après avoir dû s'exiler en raison de ses origines juives.

Lire aussi "Pourquoi l'uniforme français ne pouvait-il être que bleu clair ?

Lire aussi "Pourquoi tant de soldats avaient-ils une canne ?"

100 questions sur la Grande Guerre, Jean-Pierre Verney, éditions La Boétie

Consultez notre dossier : Le centenaire de la Première Guerre mondiale

03/08/2014

Ce matin, aux informations à la radio, ...

Ce matin, aux informations à la radio, avez-vous remarqué, le temps consacré à la mort d'un seul soldat israélien ? N'êtes-vous pas choqué par le façon dont l'information est traitée par la plupart des médias en ce qui concerne Gaza et la Palestine ?

----------------------

à lire sur le Point :

Gaza : bain de sang à Rafah 
Au moins 107 Palestiniens ont été tués depuis vendredi lors d'attaques israéliennes qui ont suivi la disparition d'un soldat israélien. Lire

24/11/2013

Je rêve ou ... ??? (suite)

voir la note du 21/11 dernier sur ce blogJe rêve ou ... ???

les surlignages sont de moi

lu sur :

http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/11/19/ce-qu-un-ami-d-israel-doit-dire-a-jerusalem_3516378_3208.html

Ce qu'un ami d'Israël doit dire à Jérusalem

 

En Terre sainte, François Hollande a eu le verbe sage. Il a tenu des propos canoniques. Il n’a pas bousculé ses interlocuteurs. Il aurait dû, car le temps presse, et cette dimension de l’urgence a manqué à la prestation du président en Israël et en Cisjordanie.

Lire (édition abonnés) : Le service minimum de François Hollande à la Knesset

Le service minimum de François Hollande à la Knesset.pdf

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

S’adressant au Parlement israélien, la Knesset, lundi 18 novembre, à Jérusalem, M. Hollande a réaffirmé les positions de la France, qui sont aussi celles de l’Europe. Le conflit israélo-palestinien doit prendre fin avec la solution dite des deux Etats : la création d’un Etat palestinien au côté d’Israël, l’un et l’autre ayant Jérusalem pour capitale. La colonisation continue de la Cisjordanie par Israël "doit cesser, car elle compromet" cette solution, a dit M. Hollande.

Quelques heures plus tôt en Cisjordanie, à Ramallah, où siège l’Autorité palestinienne, il a formulé l’ensemble en des termes plus nets encore, ajoutant : "La France demande l’arrêt total et définitif de la colonisation."

Enfin, le président a assuré Israéliens et Palestiniens de l’"amitié" de la France. Rien à redire sur le plan de la doxa proche-orientale européenne. Mais, précisément, au nom de cette "amitié" proclamée, M. Hollande aurait dû être plus explicite encore. Exploitant une popularité toute nouvelle en Israël, qu’il doit à la fermeté de ses positions sur le programme nucléaire iranien, le président avait l’occasion d’être plus franc sur les implantations.

La vérité est que la question de l’Iran – bien réelle – occulte le dossier israélo-palestinien. Les Etats-Unis se sont donné neuf mois pour faire aboutir une négociation courageusement relancée par le secrétaire d’Etat, John Kerry. Il en reste six. Peu de progrès ont été accomplis, pour ne pas dire aucun.

A la Knesset, M. Hollande s’adressait à une coalition gouvernementale qui ne cherche qu’à gagner du temps. Le Likoud, le parti du premier ministre, est contre la solution des deux Etats, de même que celui du chef de la diplomatie, Avigdor Lieberman, de même que celui d’un autre pilier de la coalition, Naftali Bennett, etc.

Au fil des jours, ils entendent consolider non pas seulement les implantations, mais le réseau d’infrastructures mis en place pour les appuyer – routes spéciales, checkpoints, détournement des ressources en eau… L’ensemble émiette le territoire de la Cisjordanie, rend la vie insupportable aux Palestiniens, et chaque jour moins crédible la solution des deux Etats.

Les vrais amis d’Israël doivent cette vérité à Jérusalem : les implantations sont la négation de la paix. Elles expliquent le scepticisme des Palestiniens sur les pourparlers en cours et renforcent ceux d’entre eux, nombreux hélas, qui rejettent aussi les "deux Etats".

Salué dans les deux camps, M. Hollande avait l’occasion d’être plus direct encore.


Lire aussi (édition abonnés) : Entre Jérusalem et Ramallah, 15 km, un checkpoint et un changement de ton significatif

Entre Jérusalem et Ramallah, 15 km, un checkpoint et un changement de ton significatif.pdf

31/08/2013

Le patrimoine culturel de la Syrie d'aujourd'hui ...

lu sur :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/08/30/en-syrie-un-patrimoine-culturel-devaste_3468860_3246.html

LE MONDE | 30.08.2013 à 11h29 • Mis à jour le 30.08.2013 à 12h26 |Par Florence Evin

Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, a réuni, jeudi 29 août après-midi, au siège parisien de l'organisation onusienne, les experts mondiaux du patrimoine et du trafic d'œuvres d'art, Interpol et les douanes. Avec un objectif : faire le point sur les dégâts subis par le patrimoine culturel syrien dont six sites avaient été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril, en juin – les vieux quartiers d'Alep, Damas, Bosra, Palmyre, le Krak des chevaliers, les villes mortes du Nord. "La protection du patrimoine est indissociable de la protection des populations, car le patrimoine véhicule les valeurs et les identités d'un peuple. Lors de la reconstruction, quand la paix revient, le patrimoine joue un rôle fondamental", a d'emblée rappelé Mme Bokova en exhortant à l'arrêt des destructions et des pillages.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vousabonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Lakhdar Brahimi, représentant spécial conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, précisait dans la foulée que "la situation du patrimoine y est aussi catastrophique que la crise humanitaire. Peu de pays ayant un patrimoine aussi riche, ont autant souffert". Un rapport complet sur l'ampleur des dommages subis par le patrimoine, entre 2011 et 2013, a été présenté par Maamoun Abdulkarim, directeur général des antiquités et des musées de Syrie. "C'est la seule personne qui ait une idée exacte de la situation, estime Béatrice André- Salvini, directrice du département des antiquités orientales du Louvre.

Maamoun Abdulkarim est venu avec la cartographie d'une cinquantaine de sites archéologiques victimes de fouilles illicites, et des treize centres urbains et sites historiques ayant subi des destructions, photos à l'appui. D'entrée, il a affirmé haut et fort qu'il n'est pour aucun camp et ne veut pas savoir de quel côté sont les 2 500 employés qu'il a sous ses ordres. Ajoutant que "l'aide de la population civile lui est très précieuse".

"C'est l'histoire du pays qui est en jeu, la politique change, les gouvernementschangent, mais l'histoire du pays ne change pas, lance-t-il. On est là depuis des millénaires, je suis un technocrate, un professionnel, je défends l'histoire de la Syrie."

Nommé à ce poste en août 2012, alors qu'il était directeur du département d'archéologie, il affirme que son salaire qui "vient toujours de l'université, lui garantit sa liberté pour défendre quarante musées et dix mille sites archéologiques." Trois musées, à Raqqa, à la frontière turque, Maraat Nomaan et Hama, ont cependant été vandalisés et pillés, indique-t-il, précisant que dès son arrivée, il avait fait vider les collections de tous les musées pour les mettre à l'abri.

A Alep, le vieux souk du XIVe, classé à l'Unesco depuis 1986, a été incendié. Les deux minarets de la mosquée des Omeyyades sont détruits. Au total, une centaine d'édifices historiques seraient touchés, dont l'intérieur même de la citadelle de Saladin. A Daraa, c'est la mosquée Al-Omari qui a souffert. Une vingtaine de sites historiques à Homs sont endommagés, dont les marchés, hammams, églises. A Bosra, ce sont la forteresse, des mosquées et églises. Le Krak des chevaliers, colossale citadelle croisée, a été bombardée plusieurs fois, dont dimanche 18 août. A Palmyre, cité romaine, la colonnade d'un kilomètre a été touchée par des obus comme le temple Bel.

PILLAGES ET TRAFIC MAFIEUX

Les pillages, produit de fouilles clandestines sur les sites archéologiques, alimentent un trafic mafieux très organisé – 4 000 pièces auraient déjà été récupérées, notamment à Beyrouth. Une catastrophe irréversible, car "la Syrie,rappelle Béatrice André-Salvini, est une très ancienne et immense civilisation, au carrefour des relations entre l'Egypte et la Mésopotamie".

Apamée, la grande ville hellénistique sur l'Oronte, meurtrie par mille excavations sauvages, a souffert dès le début du conflit, comme le montrent deux photos aériennes, de 2011 et 2013. Pillages importants aussi à Deir el Zor, sur l'Euphrate, à la frontière de l'Irak, précisément à Mari et Ebla, deux cités rayonnantes de 2500 à 1760 av. J.-C. ; et à Doura Europo, immense ville de l'Antiquité tardive.

Au nord, les anciennes villes mortes aux églises byzantines monumentales, souvent en ruines, ce sont les autels qui sont la cible des voleurs. A Deraa, des centaines de personnes à la solde de bandes de pillards opéreraient sur le site deTell Achaari. Même situation à Tell Qaramel – littéralement, "la colline artificielle de ruines" –, où les bandits agissent avec des engins mécaniques.

La majorité des pièces des musées ont été inventoriées et numérisées, tandis que les archives des sites archéologiques sont en cours d'informatisation. La carte du patrimoine syrien en danger sera bientôt diffusée grâce à un système d'information géographique couplé au logiciel Google Earth. Enfin, le Conseil international des musées (ICOM) a lancé la création d'une liste rouge d'urgence des biens culturels syriens en danger.

Le patrimoine mondial de l'Unesco

08/04/2013

Le Chili, le Vatican, le nouveau Pape

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/wikileaks-le-vatican-a-longtemps-minimise-les-crimes-de-pinochet-08-04-2013-1652114_24.php

Le Point.fr - Publié le 08/04/2013 à 14:09 - Modifié le 08/04/2013 à 17:34 

Des câbles diplomatiques publiés par WikiLeaks montrent que le Saint-Siège a mis au moins un an à réaliser l'ampleur de la répression lancée par le régime chilien. 

source AFP

Le Vatican a minimisé les crimes du dictateur chilien Augusto Pinochet, les qualifiant de "propagande communiste", selon des documents des missions diplomatiques américaines datant des années 70 révélés lundi sur le site WikiLeaks. Un câble envoyé par l'ambassade américaine auprès du Saint-Siège le 18 octobre 1973 fait ainsi état d'une conversation avec celui qui était alors numéro deux de la Secrétairerie d'État (le gouvernement) du Vatican, Giovanni Benelli.

Le télégramme envoyé à Henry Kissinger, à l'époque chef de la diplomatie américaine, raconte que Mgr Benelli a exprimé "sa grave préoccupation ainsi que celle du pape face à la campagne internationale réussie de la gauche qui présente une vision complètement fausse de la réalité chilienne". "Benelli a déploré notamment une couverture exagérée de certains évènements qui est le résultat d'un des plus grands succès de la propagande communiste", écrit l'auteur du câble diplomatique, en soulignant que le prélat estime que "cela montre comment les communistes peuvent influencer les médias mondiaux dans les années à venir".

Une pression exercée avec discrétion

Pour le sous-secrétaire du Vatican, "comme c'est malheureusement naturel après le coup d'État, il y a eu apparemment des effusions de sang pendant le processus de ratissage au Chili". Mais Mgr Benelli affirme que les évêques chiliens lui ont assuré que "les récits de représailles brutales relayées par les médias internationaux sont infondés" et que Pinochet et sa junte "font tous les efforts pour ramener la situation à la normale". La conversation a lieu cinq semaines après le putsch militaire du général Pinochet qui a renversé le gouvernement socialiste de Salvador Allende et abouti à l'arrestation et à la mort de milliers de sympathisants ou militants de mouvements de gauche.

Les câbles publiés par WikiLeaks montrent que le Vatican n'a réalisé qu'un an plus tard l'ampleur de la répression lancée par le régime Pinochet, mais qu'il a refusé de le critiquer ouvertement et a maintenu ses relations diplomatiques. À l'époque, l'Italie avait rapatrié son ambassadeur à Santiago afin de "protester contre les politiques inhumaines des dirigeants chiliens". Trois ans après le coup d'État, quand s'arrêtent les câbles, l'isolement du Chili s'est accentué, mais le Vatican poursuit sa politique de "pression exercée avec discrétion".

09/01/2013

Palestine : Gaza censuré à la Fondation Cartier

lu sur :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/01/09/la-fondation-cartier-aime-la-poesie-mais-pas-sur-gaza_1814517_3246.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

La Fondation Cartier aime la poésie, mais pas sur Gaza

LE MONDE | 09.01.2013 à 13h30 • Mis à jour le 09.01.2013 à 14h56 

Lundi 14 janvier, le poète Frank Smith ne lira pas ses textes à la Fondation Cartier, à Paris. Invité à participer à une Soirée Nomade autour de l'écrivain et poète sonore Jérôme Game, il a vu son nom rayé de la liste par les organisateurs du lieu consacré à l'art contemporain. Le problème ? Son texte tourne autour de l'opération "Plomb durci" menée par Israël dans la bande de Gaza en 2009. "Ce n'est pas un travail militant, insiste l'écrivain. Je ne comprends pas leur réaction."

Frank Smith est un familier de l'actualité. Il a déjà évoqué le conflit libyen dans Etats de faits ou traité de Guantanamo dans son dernier livre. Avec un protocole particulier : il n'invente pas mais travaille sur des textes préexistants qu'il sélectionne et met en forme pour "les faire passer dans le champ poétique".

"Je m'inscris dans la lignée des objectivistes américains comme Charles Reznikoff", dit-il. Un poète (1874-1976) qui avait dressé dans Testimony un portrait en creux de l'Amérique, fondé sur des témoignages, en compilant des comptes rendus de procès. Dans le cas de Gaza, Frank Smith a extrait des témoignages du rapport Goldstone (2009), commandé par les Nations unies, sur les crimes de guerre commis par l'armée israélienne et les militants palestiniens. Un texte qui a fait polémique, et dont l'auteur principal a depuis revu ses conclusions.

La peur d'une nouvelle polémique ?

Devant les inquiétudes des organisateurs, l'écrivain leur a fait lire son texte. "Une moitié est consacrée à Israël, l'autre à Gaza." Il a aussi changé le titre qui, d'Opération Plomb durci, est devenu D'ici-là. Enfin, alors qu'il prévoyait de projeter des images trouvées sur Internet et générées par des mots-clés de ce texte, il a proposé de les remplacer par des cartes. En vain.

Au vrai, le conflit israélo-palestinien a déjà fait des dommages collatéraux dans le monde de l'art. En 2010, l'exposition du photographe Kai Wiedenhofer au Musée d'art moderne à Paris, sur le même sujet, avait été temporairement fermée à la suite de pressions pro-israéliennes. En 2011, à Lausanne, l'entreprise Lacoste a exclu une photographe palestinienne des finalistes de son prix. En 2013, la Fondation Cartier a-t-elle voulu éviter une nouvelle polémique ?

Impossible de le savoir. Les questions du Monde sont restées sans réponse. Frank Smith, lui, a programmé à la même heure et à la même date, une "contre-lecture" au Point Ephémère, dans le 19e arrondissement.

Lire aussi :  l'intégralité du texte de Frank Smith (en format PDF).

Le site Web de Frank Smith : www.franksmith.fr

04/12/2012

ASSAD / NÉTANYAHOU - même combat ?

Le rapprochement des informations récentes sur le proche-orient permettent de se poser la question.

L'information sur la Syrie va-t-elle mettre dans l'ombre l'information sur la Palestine et contribuer à la ré-élection de Nétanyahou ?

La Syrie assemblerait des composants d'armes chimiques                     

Israël multiplie les représailles contre les Palestiniens

--------------------------------------------------------------------------------------

La Syrie assemblerait des composants d'armes chimiques

http://www.liberation.fr/monde/2012/12/03/la-syrie-assemblerait-des-composants-d-armes-chimiques_864903

3 décembre 2012 à 21:57 (Mis à jour: 4 décembre 2012 à 07:47)
 
Libération

Le président américain Barack Obama a menacé lundi de «conséquences» son homologue syrien Bachar al-Assad s’il faisait usage d’armes chimiques, un responsable américain affirmant que Damas était en train de mélanger les composants nécessaires à la militarisation du gaz sarin.

 
 

Sans que l’on sache si la décision est liée, l’ONU a annoncé qu’elle suspendait ses opérations en Syrie en raison de la dégradation de la sécurité, un mouvement suivi par l’Union européenne qui a décidé de réduire sa délégation au minimum.

«Plusieurs indices nous laissent penser qu’ils sont en train de mélanger des précurseurs chimiques», a révélé un responsable américain, évoquant le gaz sarin et donnant corps aux mises en garde américaines tout au long de la journée.

Barack Obama a pris à témoin Al- Assad. «Le recours à des armes chimiques est et serait totalement inacceptable. Si vous commettez l’erreur tragique d’utiliser ces armes, il y aura des conséquences et vous en répondrez», a prévenu le président américain lors d’une allocution à Washington.

A Prague, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton a adressé un «avertissement très sévère» aux dirigeants syriens. Les Etats-Unis sont «inquiets à l’idée qu’un régime de plus en plus assiégé (...) réfléchisse à l’utilisation d’armes chimiques contre les Syriens», a renchéri le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney. Pour Washington, l’utilisation d’armes chimiques constituerait le franchissement d’une «ligne rouge».

Le gaz sarin est un puissant neurotoxique qui provoque une paralysie complète puis la mort. Ses précurseurs chimiques sont stockés séparément pour éviter tout accident, le fait de les mélanger constitue une étape vers sa militarisation.

La Jordanie, frontalière de la Syrie, a jugé par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Nasser Judeh, en visite à Washington, que l’usage de ces armes «changerait la donne» et provoquerait une intervention internationale.

Mais Damas a aussitôt «réaffirm(é) qu’elle ne fera pas usage de ce genre d’armes, si elle en possède, contre son peuple», selon une source au ministère des Affaires étrangères citée par l’agence de presse officielle Sana.

Sur le terrain, l’ONU «va suspendre ses missions dans le pays jusqu'à nouvel ordre» et retirer son «personnel non essentiel» de Syrie, a déclaré son porte-parole Martin Nesirky. Même chose pour l’Union européenne, qui a «décidé de réduire ses activités à Damas à leur minimum».

Le régime peut tomber «à n’importe quel moment»

Selon Irin, l’agence de presse de l’ONU, les Nations unies ont aussi suspendu tous les déplacements en dehors de Damas et retiré certaines agences de la ville d’Alep (nord), théâtre de combats entre l’armée et les rebelles. «La situation sécuritaire est devenue extrêmement difficile, y compris à Damas», a expliqué Radhouane Nouicer, coordinateur de l’aide humanitaire en Syrie, cité par Irin.

Après 20 mois de violences, le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a estimé que le régime syrien pouvait tomber «à n’importe quel moment». 

A lire aussi : le reportage de notre envoyé spécial à Alep

Les combats se sont de fait étendus récemment aux abords de l’aéroport de Damas, où les vols ont dû être suspendus, et les liaisons téléphoniques et internet ont été interrompues pendant 48 heures. L’artillerie et l’aviation syriennes ont bombardé les quartiers sud de Damas et sa banlieue, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), proche de l’opposition, et un chasseur MiG a été abattu.

Le journal syrien proche du pouvoir, Al-Watan, avait promis dimanche «l’enfer» à ceux qui songeraient à attaquer Damas. Lundi, il faisait état de nouvelles «opérations de qualité de l’armée» qui a tué de nombreux «terroristes».

A la lisière de la Turquie, au moins 12 personnes, dont huit rebelles jihadistes, ont été tués dans un raid aérien à Ras al-Aïn, selon l’OSDH, qui a dénombré pour lundi 86 morts dont 32 civils, 32 rebelles et 22 soldats. L’OSDH a recensé plus de 41 000 morts depuis mars 2011.

Sur le plan diplomatique, le président russe Vladimir Poutine a condamné depuis Istanbul le déploiement prévu en Turquie de missiles sol-air Patriot de l’Otan. Depuis des mois, la Russie a systématiquement mis son veto à tout projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU condamnant la Syrie.

L’Otan doit répondre favorablement dans les prochains jours à la demande d’Ankara, alarmée des débordements de la guerre sur son territoire. Lundi encore, des avions de chasse turcs ont été dépêchés vers la frontière, après un raid de l’aviation de Damas sur une localité tenue par les rebelles.

(AFP)

 

------------------------------------------------

Israël multiplie les représailles contre les Palestiniens

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/12/03/israel-multiplie-les-represailles-contre-les-palestiniens_1799040_3218.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

 
 

LE MONDE | 03.12.2012 à 12h31 Par Laurent Zecchini (Jérusalem, correspondant)

S'il persistait, le doute est dissipé : les dirigeants israéliens ont pris le risque d'une confrontation politique majeure avec les Palestiniens, coupables à leurs yeux d'avoir obtenu de l'Assemblée générale des Nations unies le statut d'Etat observateur non membre pour la Palestine. Ce faisant, Israël prend aussi celui d'une tension diplomatique avec plusieurs pays européens, en particulier la France et la Grande-Bretagne, qui devaient coordonner, lundi 3 décembre, une réplique commune aux intentions israéliennes.

Après avoir décidé, le 30 novembre, à titre de représailles, une relance spectaculaire de la colonisation en Cisjordanie, le gouvernement Nétanyahou a franchi un cran supplémentaire, dimanche, en annonçant le blocage du transfert du produit des taxes et droits de douane qu'il perçoit chaque mois pour le compte de l'Autorité palestinienne.

Une somme de 460 millions de shekels (92,7 millions d'euros), qui devait être versée en décembre, sera retenue, afin de rembourser une dette palestinienne à la compagnie nationale d'électricité (dont le montant total serait de 140 millions d'euros), a indiqué Youval Steinitz, ministre des finances israélien, lors du conseil des ministres, alors que le premier ministre, tout en confirmant la décision de construire 3 000 nouveaux logements en Cisjordanie, tenait des propos très offensifs envers les Palestiniens.

NOUS BÂTISSONS ET NOUS CONTINUERONS À BÂTIR À JÉRUSALEM

"La réponse à l'attaque contre le sionisme et contre l'Etat d'Israël doit nous conduire à augmenter et à accélérer la mise en œuvre des plans de construction dans toutes les zones où le gouvernement a décidé de bâtir", a souligné M. Nétanyahou, en citant l'un de ses prédécesseurs, Yitzhak Rabin, en 1975. Après cette justification, il a ajouté : "Aujourd'hui, nous bâtissons et nous continuerons à bâtir à Jérusalem et dans tous les lieux qui sont inscrits sur la carte des intérêts stratégiques de l'Etat d'Israël."

Ce gel du reversement des fonds est comparable à la décision d'octobre 2011, lorsque Israël avait sanctionné l'admission de la Palestine à l'Unesco par la non-rétrocession de 59,8 millions d'euros de recettes fiscales et l'annonce de la construction de 2 000 logements. La "carte des intérêts stratégiques" évoquée par M. Nétanyahou fait référence à la zone dite "E-1", comprise entre Jérusalem-Est et le bloc de colonies de Maalé Adoumim, où, selon le quotidien Haaretz, il est prévu de construire 4 000 autres logements, un projet immobilier qui prendrait le nom de Mevasseret Adoumim.

Cette dernière décision revêt un caractère hautement stratégique, dans la mesure où elle créerait une continuité territoriale israélienne à l'est de Jérusalem, coupant de facto la Cisjordanie et rendant improbable la viabilité d'un Etat palestinien. Le gouvernement israélien a précisé avoir donné son feu vert pour l'étape de la "planification" dans cette zone, laquelle précède celle de la construction proprement dite. Cette précision est en général apportée par Israël pour tenter d'atténuer les critiques internationales liées à une relance de la colonisation.

"Nous en sommes aux procédures préliminaires, le projet peut être gelé ou arrêté à n'importe quel moment. A ce stade, le premier ministre a voulu envoyer un message fort aux Palestiniens et, bien sûr, les réactions des Européens étaient prévisibles", précise un haut diplomate israélien. La zone "E-1" représente une ligne rouge pour nombre de pays européens et pour les Etats-Unis. Paris et Londres ont réagi, dimanche, avec une fermeté inhabituelle.

PARIS ET LONDRE ENVISAGENT UNE RÉPLIQUE SANS PRÉCÉDENT

Alors que le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a estimé qu'une telle "nouvelle zone de colonisation" "saperait la confiance nécessaire à la reprise du dialogue" (avec les Palestiniens), son homologue britannique, William Hague, a indiqué que ce projet "saperait la réputation internationale d'Israël". Les deux pays ont protesté auprès du ministère des affaires étrangères israélien par le biais de leurs ambassadeurs respectifs, alors que l'Allemagne, les Pays-Bas et l'Union européenne ont effectué des démarches similaires.

Paris et Londres devaient continuer leur concertation lundi pour envisager une "réaction vigoureuse". Selon des sources diplomatiques, celle-ci pourrait aller jusqu'au rappel "pour consultation" de leurs ambassadeurs en Israël, ce qui représenterait une réplique sans précédent pour des pays européens. Pour cette raison, d'autres mesures sont étudiées, comme la reconnaissance diplomatique formelle, sur le plan bilatéral, de l'Etat de Palestine, une option qui n'est pas liée à la reconnaissance par l'Assemblée générale de l'ONU.

A Ramallah, où siège l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, de retour de New York, a reçu un accueil triomphal. "Maintenant, nous avons un Etat !", s'est-il exclamé. Comme les Européens, les Palestiniens soupèsent une éventuelle réplique aux décisions israéliennes. Celle-ci pourrait prendre la forme d'une demande d'adhésion à la Cour pénale internationale, une décision qui pourrait entraîner les relations israélo-palestiniennes dans un engrenage imprévisible.

21/11/2012

Combien de morts pour la réélection de Netanyahou ?

lu sur :

http://www.liberation.fr/monde/2012/11/21/poursuite-des-hostilites-entre-israel-et-gaza_861950?xtor=EPR-450206

Poursuite des hostilités entre Israël et Gaza

Au moins 135 personnes sont mortes depuis le début de l'opération «Pilier de défense».

 
Libération 21 novembre 2012 à 07:31

Les hostilités se sont poursuivies mardi entre Israël et Gaza, marquées par des bombardements meurtriers sur l’enclave palestinienne, un nouveau tir vers Jérusalem et la mort d’un premier soldat israélien, sur fond de tractations diplomatiques pour arracher une trêve.

 
 

Vingt-six Palestiniens et deux Israéliens ont été tués mardi, au septième jour d’une offensive israélienne contre la bande de Gaza, portant à au moins 135 le bilan des morts Palestiniens et 5 Israéliens depuis mercredi dernier. Le représentant palestinien auprès de l’ONU, Riyad Mansour, a lui fait état de plus de 140 morts et de plus de 950 blessés dans la bande de Gaza.

Arrivée en soirée à Jérusalem, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton s’est entretenue avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, et a assuré que l’engagement des Etats-Unis pour la sécurité d’Israël était «inébranlable»«C’est pourquoi je pense qu’il est essentiel d'(obtenir) une désescalade de la situation à Gaza», a ajouté Hillary Clinton qui devait se rendre mercredi en Cisjordanie pour rencontrer le président palestinien, Mahmoud Abbas.

Egalement en visite en Israël, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon avait estimé plus tôt qu’une «escalade supplémentaire» dans le conflit serait «un désastre pour la région». Il se rendra également à Ramallah mercredi.

Au Caire, le président Mohamed Morsi «espère» qu’une trêve surviendra «bientôt» dans le conflit, a déclaré mardi soir une source à la présidence, nuançant de précédentes déclarations du chef de l’Etat égyptien qui affirmait que «l’agression» israélienne contre Gaza allait «cesser aujourd’hui».

Le président américain Barack Obama a remercié son homologue égyptien pour ses efforts en faveur d’une «désescalade» au Proche-Orient. 

Progrès dans les négociations

Le Hamas a toutefois tempéré mardi soir les rumeurs sur l’imminence d’une trêve avec Israël, soulignant qu’elle ne pourrait être annoncée que par l’Egypte et appelant les groupes armés palestiniens à «continuer à riposter aux crimes israéliens».

Plusieurs responsables égyptiens ont affirmé dans le même temps attendre une réponse israélienne à une proposition du Caire pour une trêve. Côté israélien, un responsable cité par la radio militaire a fait état de progrès dans les négociations mais sans donner davantage de détail. 

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré que son pays tendait «une main vers ses voisins désireux de faire la paix avec lui» et de l’autre main brandissait une «épée» vers ceux qui veulent sa destruction.

Dans la matinée, il a rencontré le ministre allemand des Affaires étrangères et lui a dit qu’Israël cherchait à assurer un accord de «long terme» qui garantirait la fin de la contrebande de roquettes vers la bande de Gaza.

Sur le terrain, un soldat de 18 ans a été tué par une roquette de Gaza qui s’est abattue sur le sud d’Israël, selon l’armée, qui enregistre son premier mort depuis le début de son offensive contre les groupes palestiniens armés de Gaza.

Un civil israélien a également été tué par un tir de roquette dans la même région. Trois Israéliens avaient péri dans un tir de roquette jeudi près de la bande de Gaza. Dans l’après-midi, une roquette de longue portée a explosé dans le bloc de colonies du Goush Etzion, près de Jérusalem, sans faire de blessé, pour la deuxième fois en quatre jours, selon la police. Plus au sud, un immeuble de huit étages a été éventré par une roquette à Rishon LeTzion, la 4e ville d’Israël, à 50 km de Gaza.

Dans la bande de Gaza, au moins 26 Palestiniens ont été tués dans des pilonnages de l’armée israélienne, selon le ministère de la Santé du Hamas qui gouverne le territoire. Au moins 135 Palestiniens sont morts et un millier ont été blessés depuis le 14 novembre. La tour dans laquelle se trouve le bureau de l’AFP à Gaza a été touchée dans la soirée par une frappe israélienne, selon un photographe de l’agence.

Mise en garde contre une opération terrestre

Le numéro un de la branche armée du Hamas, Mohammad Deïf, a mis en garde Israël contre une opération terrestre à Gaza, menaçant de capturer des soldats israéliens, dans un rare message audio. Un haut responsable gouvernemental israélien avait indiqué dans la matinée que l’Etat hébreu avait provisoirement repoussé l’option d’une offensive terrestre sur Gaza.

En Cisjordanie, des heurts violents ont éclaté notamment à Hébron, Naplouse et dans des quartiers arabes de Jérusalem-Est annexée, dans des scènes rappelant les soulèvements (intifada) palestiniens des années 1987-1991 et du début des années 2000.

En visite dans la bande de Gaza, le secrétaire général de la Ligue arabe Nabil al-Arabi a jugé que l’essentiel pour les pays arabes et les Etats musulmans n'était pas d’obtenir une trêve pour mettre un terme à l’effusion de sang à Gaza, mais de mettre fin à l’occupation israélienne.

Les Etats-Unis, alliés à la fois d’Israël et de la Turquie, ont par ailleurs fustigé Ankara pour ses attaques verbales contre l’Etat hébreu accusé d'être un «Etat terroriste» et de mener un «nettoyage ethnique» contre les Palestiniens à Gaza.

(AFP)

17/11/2012

Gaza : la campagne de réélection de Netanyaou

communiqué à diffuser largement :

( Nous accusons : les médias manquent à leur devoir d'information en ne rapportant pas le contexte et la gravité des atrocités commises à Gaza )

 

Nous accusons: Mainstream media fails to report context and severity of Israeli atrocities against Gaza

by Noam Chomsky and the 'Gaza Eight' on November 14, 2012 

Tandis que les nations d’Europe et d’Amérique du Nord commémoraient, le 11 novembre, les pertes militaires de guerres passées et présentes, Israël ciblait des civils. Le 12 novembre, à l’orée d’une nouvelle semaine, les lecteurs étaient inondés, pendant leur petit-déjeuner, de comptes rendus déchirants relatant les pertes humaines militaires passées et actuelles. Cependant, on semblait taire le fait essentiel selon lequel les pertes humaines les plus importantes lors des conflits armés contemporains touchent les populations civiles. Le matin du 12 novembre était également marqué par une absence criante d’information relatant les attaques militaires sur Gaza qui se sont poursuivies pendant tout le week-end. Une recherche superficielle confirme cette omission sur le réseau de télévision canadien Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et les journaux canadiens dont le Globe and Mail, la Gazette de Montréal et le Toronto Star. De même en ce qui concerne le New York Times et la BBC.

Selon le rapport du Centre palestinien pour les droits de l’homme daté du 11 novembre, cinq civils palestiniens, dont trois enfants, avaient été tués dans la Bande de Gaza dans les 72 heures précédentes, en plus de deux membres de la sécurité palestinienne. Quatre de ces décès étaient dus à des tirs d’obus de Tsahal sur des enfants jouant au football. De plus, 52 civils ont été blessés, dont six femmes et 12 enfants. (Depuis que nous avons commencé à rédiger ce texte, le nombre de victimes palestiniennes a d’ailleurs augmenté et continue de croître.)

 

Les articles qui rapportent les meurtres commis se concentrent en grande majorité sur l’élimination des membres de la sécurité palestinienne. Par exemple, un article de l’Associated Press (AP) publié par la CBC le 13 novembre, intitulé Israel mulls resuming targeted killings of Gaza militants (« Israël réfléchit à la reprise des éliminations ciblées de militants de Gaza ») ne fait aucune mention des morts et des blessés parmi la population civile. Il caractérise les meurtres « d’assassinats ciblés ». Le fait que les pertes humaines soient dans une large mesure des victimes civiles, indique qu’Israël n’est pas tant engagée dans des meurtres « ciblés » que dans des assassinats « aveugles », commettant ainsi à nouveau le crime de punition collective. Un autre article de l’AP paru au bulletin d’informations de la CBC le 12 novembre et intitulé Gaza rocket fire raises pressure on Israel government (« Des tirs de roquettes mettent la pression sur le gouvernement israélien ») est accompagné de la by Text-Enhance">photo d’une femme israélienne regardant un trou dans le plafond de son salon. Et là encore, aucune image, ni aucune mention des nombreuses victimes et des cadavres à Gaza. Dans le même ordre d’idées, la BBC titrait, le 12 novembre, Israel hit by fresh volley of rockets from Gaza (« Israël frappée par une nouvelle pluie de roquettes tirées depuis Gaza »). La même tendance se retrouve dans les grands journaux européens.Les informations diffusées se concentrent quasi exclusivement sur les roquettes tirées depuis Gaza, dont aucune n’a causé de blessés ni de morts. Ce qu’on ignore sciemment, ce sont les bombardements touchant la bande de Gaza qui, eux, ont causé de nombreuses victimes, dont des morts et plusieurs blessés graves. Nul besoin d’être un expert en science des médias pour comprendre qu’on a affaire au mieux à des reportages bâclés et biaisés, et au pire à une désinformation pure et simple, basée sur une mauvaise foi délibérée et qui vise à déformer les faits pour tromper les lecteurs.

 

De plus, les articles mentionnant les victimes palestiniennes à Gaza rapportent systématiquement que les opérations militaires israéliennes était en représailles à des tirs de roquettes et à deux soldats blessés. Cependant, si l’on examine la chronologie des événements, la flambée de violence actuelle a débuté le 5 novembre dernier quand un innocent âgé de 20 ans et souffrant apparemment de troubles mentaux, Ahmad al-Nabaheen, a été tué alors qu’il déambulait près de la frontière. Les médecins ont dû patienter pendant six heures avant d’être autorisés à le secourir, et ils pensent que son décès est très certainement dû à cette attente. Puis, le 8 novembre, un garçon âgé de 13 ans qui jouait au football devant sa maison a été tué par les Forces d’occupation israéliennes qui avaient fait une incursion dans le territoire de la Bande de Gaza avec des chars d’assaut et des hélicoptères. Le fait que quatre soldats israéliens aient été blessés à la frontière le 10 novembre faisait donc partie d’une série d’événements incluant la mort de civils de Gaza, et n’en constituait en aucun cas l’élément déclencheur.

 

Nous, les signataires de ce texte, sommes récemment rentrés d’un séjour dans la Bande de Gaza. Certains d’entre nous sont en contact direct avec des palestiniens vivant à Gaza à travers les réseaux sociaux. Pendant deux nuits d’affilée, le 10 et le 11 novembre, les palestiniens de Gaza ont été privés de sommeil à cause du survol incessant de drones et d’avions F16 et de bombardements aveugles de leur territoire densément peuplé. L’objectif de ces opérations semble clair : il est de terroriser la population, objectif atteint d’ailleurs, comme nous pouvons l’affirmer grâce aux témoignages de nos contacts sur place. S’il n’y avait pas eu de messages affichés sur Facebook, nous n’aurions pas conscience de l’envergure des bombardements et du degré de terreur ressenti par les civils palestiniens ordinaires de Gaza. Ceci contraste fortement avec ce que le monde sait du choc ressenti par les citoyens israéliens victimes des tirs de roquettes.

Selon un rapport envoyé le 11 novembre par un médecin canadien qui se trouvait à Gaza et qui a apporté son aide au service d’urgences de l’hôpital de Shifa durant le week-end, « les blessés étaient tous des civils présentant de multiples blessures de perforation provenant d’éclats d’obus : lésions cérébrales, blessures au cou, hemo-pneumothorax, tamponade péricardiale, rupture de la rate, perforations intestinales, membres déchiquetés, amputations traumatiques. Tout ceci sans aucun écran de contrôle, avec peu de stéthoscopes, une seule machine à ultrasons… Plusieurs victimes souffrant de blessures graves mais n’engageant pas leur pronostic vital ont été renvoyées chez elles avant d’être examinées de nouveau le lendemain matin à cause du nombre considérable de blessures graves à traiter. La profondeur des blessures dues aux éclats d’obus donnait froid dans le dos. De petites blessures au demeurant, mais avec des dégâts internes massifs… Et tout cela avec très peu de morphine disponible pour atténuer la douleur. »

 

Apparemment, ce genre de scènes ne valent pas la peine d’être rapportées par le New York Times, la CBC ou la BBC.

 

Les préjugés et la malhonnêteté qui caractérisent la couverture de l’oppression palestinienne par les médias occidentaux ne sont pas nouveaux ; ceci a été amplement documenté. Pourtant, Israël continue à commettre des crimes contre l’humanité avec l’assentiment total et le soutien moral, financier et militaire de nos gouvernements, que ce soit les Etats-Unis, le Canada ou l’Union Européenne. Benyamin Netanyahu est en ce moment même en train de recueillir le soutien diplomatique des pays occidentaux en vue d’attaques à venir sur Gaza, ce qui nous fait craindre qu’une nouvelle opération du même type que « Plomb durci » se profile à l’horizon. En fait, les événements les plus récents confirment qu’une telle escalade est déjà en état de marche, tel que le montre le décompte des morts aujourd’hui. L’absence d’indignation populaire massive face à ces crimes est une conséquence directe de la dissimulation systématique des faits et de la manière distordue dont ces crimes sont rapportés.

 

Nous souhaitons exprimer notre indignation concernant la couverture médiatique scandaleuse de ces événements dans les grands médias. Nous appelons les journalistes du monde entier travaillant pour des antennes de ces grands médias à refuser d’être instrumentalisés à travers cette politique systématique de manipulation. Nous appelons également les citoyens à s’informer en consultant les médias indépendants et à laisser leur conscience s’exprimer ouvertement de la manière qu’ils jugent la plus efficace et appropriée.

 

Hagit Borer, Grande Bretagne
Antoine Bustros, Canada
Noam Chomsky, USA
David Heap, Canada
Stephanie Kelly, Canada
Máire Noonan, Canada
Philippe Prévost, France
Verena Stresing, France
Laurie Tuller, France

lien à copier dans votre navigateur :

http://mondoweiss.net/2012/11/nous-accusons-mainstream-me...

----------------

texte initial :

David Heap just sent us this statement from participants of a recent delegation to Gaza:

While countries across Europe and North America commemorated military casualties of past and present wars on November 11, Israel was targeting civilians. On November 12, waking up to a new week, readers at breakfast were flooded with heart rending accounts of past and current military casualties. There was, however, no or little mention of the fact that the majority of casualties of modern day wars are civilians. There was also hardly any mention on the morning of November 12 of military attacks on Gaza that continued throughout the weekend. A cursory scan confirms this for Canada’s CBC, the Globe and Mail, Montreal’s Gazette, and the Toronto Star. Equally, for the New York Times and for the BBC.

According to the Palestinian Centre for Human Rights (PCHR) report on Sunday November 11, five Palestinian civilians including three children had been killed in the Gaza strip in the previous 72 hours, in addition to two Palestinian security personnel. Four of the deaths occurred as a result of Israeli military firing artillery shells on youngsters playing soccer. Moreover, 52 civilians had been wounded, of which six were women and 12 were children. (Since we began composing this text, the Palestinian death toll has risen, and continues to rise.)

Articles that do report on the killings overwhelmingly focus on the killing of Palestinian security personnel. For example, an Associated Press article published in the CBC world news on November 13, entitled Israel mulls resuming targeted killings of Gaza militants, mentions absolutely nothing of civilian deaths and injuries. It portrays the killings as ‘targeted assassinations’. The fact that casualties have overwhelmingly been civilians indicates that Israel is not so much engaged in “targeted" killings, as in "collective" killings, thus once again committing the crime of collective punishment. Another AP item on CBC news from November 12 reads Gaza rocket fire raises pressure on Israel government. It features a photo of an Israeli woman gazing on a hole in her living room ceiling. Again, no images, nor mention of the numerous bleeding casualties or corpses in Gaza. Along the same lines, a BBC headline on November 12 reads Israel hit by fresh volley of rockets from Gaza. Similar trend can be illustrated for European mainstream papers.

News items overwhelmingly focus on the rockets that have been fired from Gaza, none of which have caused human casualties. What is not in focus are the shellings and bombardments on Gaza, which have resulted in numerous severe and fatal casualties. It doesn’t take an expert in media science to understand that what we are facing is at best shoddy and skewed reporting, and at worst willfully dishonest manipulation of the readership.

Furthermore, articles that do mention the Palestinian casualties in Gaza consistently report that Israeli operations are in response to rockets from Gaza and to the injuring of Israeli soldiers. However, the chronology of events of the recent flare-up began on November 5, when an innocent, apparently mentally unfit, 20-year old man, Ahmad al-Nabaheen, was shot when he wandered close to the border. Medics had to wait for six hours to be permitted to pick him up and they suspect that he may have died because of that delay. Then, on November 8, a 13-year old boy playing football in front of his house was killed by fire from the IOF that had moved into Gazan territory with tanks as well as helicopters. The wounding of four Israeli soldiers at the border on November 10 was therefore already part of a chain of events where Gazan civilians had been killed, and not the triggering event.

We, the signatories, have recently returned from a visit to the Gaza strip. Some among us are now connected to Palestinians living in Gaza through social media. For two nights in a row Palestinians in Gaza were prevented from sleeping through continued engagement of drones, F16s, and indiscriminate bombings of various targets inside the densely populated Gaza strip. The intent of this is clearly to terrorise the population, successfully so, as we can ascertain from our friends’ reports. If it was not for Facebook postings, we would not be aware of the degree of terror felt by ordinary Palestinian civilians in Gaza. This stands in stark contrast to the world’s awareness of terrorised and shock-treated Israeli citizens.

An extract of a report sent by a Canadian medic who happened to be in Gaza and helped out in Shifa hospital ER over the weekend says: “the wounded were all civilians with multiple puncture wounds from shrapnel: brain injuries, neck injuries, hemo-pneumo thorax, pericardial tamponade, splenic rupture, intestinal perforations, slatted limbs, traumatic amputations. All of this with no monitors, few stethoscopes, one ultrasound machine.  ….  Many people with serious but non life threatening injuries were sent home to be re-assessed in the morning due to the sheer volume of casualties.  The penetrating shrapnel injuries were spooky. Tiny wounds with massive internal injuries.  … There was very little morphine for analgesia.”

Apparently such scenes are not newsworthy for the New York Times, the CBC, or the BBC.

Bias and dishonesty with respect to the oppression of Palestinians is nothing new in Western media and has been widely documented. Nevertheless, Israel continues its crimes against humanity with full acquiescence and financial, military, and moral support from our governments, the U.S., Canada and the EU. Netanyahu is currently garnering Western diplomatic support for additional operations in Gaza, which makes us worry that another Cast Lead may be on the horizon. In fact, the very recent events are confirming such an escalation has already begun, as today's death-count climbs. The lack of widespread public outrage at these crimes is a direct consequence of the systematic way in which the facts are withheld and/or of the skewed way these crimes are portrayed.

We wish to express our outrage at the reprehensible media coverage of these acts in the mainstream (corporate) media. We call on journalists around the world working for corporate media outlets to refuse to be instruments of this systematic policy of disguise. We call on citizens to inform themselves through independent media, and to voice their conscience by whichever means is accessible to them. 

Hagit Borer, U.K.
Antoine Bustros, Canada
Noam Chomsky, US
David Heap, Canada
Stephanie Kelly, Canada
Máire Noonan, Canada
Philippe Prévost, France
Verena Stresing, France
Laurie Tuller, France

Posted in ActivismGazaIsrael/PalestineMedia  

16/11/2012

La Palestine, clef de la paix mondiale (suite)

lu sur :

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Israel-et-Gaza-les-motifs-d-une-escalade-_EG_-2012-11-15-876440

Israël et Gaza, les motifs d'une escalade

L’armée israélienne mène depuis mercredi 14 novembre une offensive militaire intense contre le Hamas.        

15/11/12 - 17 H 14 mis à jour le 15/11/12 - 19 H 11

L’opération militaire, lancée en riposte à des tirs de Gaza, survient en pleine campagne électorale israélienne et alors que l’Autorité palestinienne tente d’acquérir un nouveau statut aux Nations unies.

Soutenue par les États-Unis, l’offensive d’Israël met l’Égypte en délicate position.

L’opération s’appelle « Pilier de défense » . Lancée depuis mercredi 14 novembre, elle est considérée la plus importante offensive israélienne depuis quatre ans contre la bande de Gaza, où le Hamas est au pouvoir. Les raids aériens ont entraîné la mort de 15 Palestiniens et fait 150 blessés, selon un bilan hier après-midi. Côté israélien, trois civils ont été tués hier par un tir de roquette. Explication sur les risques d’un nouvel engrenage de la violence.

Pourquoi Israël frappe Gaza maintenant ?

Trop, c’est trop. Pour Israël, le seuil de tolérance aux attaques des groupes armés palestiniens de Gaza a été franchi samedi. Ce jour-là, après une longue série d’attentats à l’explosif et de tirs à l’arme automatique, une roquette a grièvement blessé un officier israélien. L’État hébreu y a riposté par des raids aériens ponctuels, suivis de tirs de roquettes.

Comme toujours, ce nouveau cycle de violences semblait devoir conduire à une trêve négociée par l’Égypte. « L’affaire est close »,  avait même déclaré mardi 13 un ministre israélien. Simple écran de fumée, car l’aviation israélienne a décapité le Hamas mercredi 14 en éliminant son chef militaire, Ahmed Jaabari.

Dans la foulée, l’aviation et la marine ont bombardé et détruit la plupart des roquettes Farj-5 du Hamas. Ces engins, de fabrication iranienne, d’une portée de 75 km, pouvaient atteindre Tel-Aviv et sa région. « Ils constituaient une menace stratégique »,  a justifié le ministre de la défense, Ehoud Barak. Ce coup est aussi indirectement porté au régime de Téhéran, qui comptait sur cet arsenal du Hamas dans le cadre de sa riposte à une éventuelle attaque israélienne contre ses sites nucléaires.

Benyamin Netanyahou a par ailleurs opportunément choisi de lancer son opération militaire, à deux mois et demi des élections législatives israéliennes. Il profite d’un consensus national, car l’opinion est excédée par les tirs incessants de roquettes depuis douze ans qui paralysent régulièrement la vie d’un million d’habitants de la région sud d’Israël. La campagne électorale devait porter surtout sur les questions économiques et sociales. 

Or, les tensions sécuritaires ont historiquement toujours profité à la droite. Et devant les heurts avec Gaza ces dernières semaines, l’État hébreu peut aisément justifier aux yeux de la communauté internationale d’une riposte musclée.

On peut aussi penser que cette escalade militaire n’est pas étrangère à la demande que projette de faire le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, le 29 novembre prochain, devant l’assemblée générale des Nations unies, pour rehausser l’actuel statut d’observateur de la Palestine à celui d’« État non-membre ».  

L’offensive pourrait être un message d’avertissement du premier ministre israélien à Mahmoud Abbas. Alors que bombes et missiles tombent sur la population palestinienne, il sera plus difficile au président Abbas de faire sa demande de nouveau statut onusien. En tournée à cette fin en Europe, le chef de l’Autorité palestinienne devait rentrer hier précipitamment en Cisjordanie.

Pourquoi son statut à l’ONU importe-t-il tant à l’Autorité palestinienne ?

En 2011, la demande de reconnaissance de l’État palestinien, devant le Conseil de sécurité de l’ONU, avait été arrêtée par les pressions de certains membres du Conseil de sécurité, en particulier par la menace des États-Unis d’opposer leur veto.

Cette fois-ci, rien ne peut arrêter la demande devant l’assemblée générale des Nations unies : il n’existe pas de droit de veto possible devant cette assemblée et les Palestiniens sont assurés d’obtenir une large majorité des voix. Le statut d’« État non-membre »  donnerait à l’Autorité palestinienne le droit de déposer une plainte devant la Cour internationale de justice contre, entre autres, les colonies, jugées illégales par cette cour .

Ligne rouge à ne pas dépasser pour l’État hébreu, l’ONU est la dernière carte que détient le président palestinien, par ailleurs très affaibli politiquement. La perte de contrôle du territoire de Gaza, les récentes élections législatives, boycottées par le Hamas – qui n’ont guère mobilisé les Palestiniens de Cisjordanie –, et la situation économique catastrophique en Cisjordanie l’ont fragilisé. Toutes ses tentatives de relance des négociations avec Israël se sont heurtées à un refus implacable de Benyamin Netanyahou. Le dirigeant palestinien n’est guère aidé, non plus, par la communauté internationale, lasse de ce dossier. Et Mahmoud Abbas ne croit pas que Barack Obama, réélu à la Maison-Blanche, pourra faire avancer le processus de paix en panne avec Israël.

Enfin, le déplacement de l’émir du Qatar à Gaza le 23 octobre dernier a été ressenti comme une profonde humiliation pour celui censé représenter tous les Palestiniens et tenu à l’écart de cette visite inédite.

Pourquoi le Hamas a-t-il pris le risque d’une reprise du conflit ?

Le mouvement islamiste, au pouvoir à Gaza, ne contrôle pas toutes les factions militaires qui agissent sur ce territoire palestinien. La plupart des tirs de roquettes en provenance de l’enclave palestinienne sont dus à d’autres organisations, dont le Djihad islamique et des groupes salafistes. Le Hamas ne s’attendait pas à cette escalade. Lundi dernier, plusieurs mouvements palestiniens de la bande de Gaza, y compris le Djihad islamique, avaient indiqué qu’ils étaient prêts à observer une trêve avec Israël, qui a répondu qu’il allait étudier la question.

Quelle ampleur peut prendre l’offensive israélienne ?

« Nous voulons restaurer le calme dans nos agglomérations de la région sud », a assuré Ehoud Barak. Les objectifs assignés à ses troupes sont limités : réduire le potentiel militaire du Hamas, affaiblir sa direction, renforcer les capacités dissuasives d’Israël. Il n’est question ni de réoc cu per la bande de Gaza, ni de renverser le Hamas au pouvoir dans la région. Tout bombardement erroné faisant des victimes civiles collatérales risquerait de déboucher sur un désastre diplomatique, comme ce fut le cas lors de l’opération « Plomb durci », il y a quatre ans. 

L’armée israélienne a toutefois mobilisé des centaines de réservistes d’unités spéciales. Elle n’écarte pas une opération terrestre d’envergure qui pourrait à nouveau l’engluer dans l’enclave palestinienne. Benyamin Netanyahou a averti hier qu’Israël prendrait « toute action nécessaire » pour se défendre.

Comment réagit la communauté internationale ?

Dès mercredi soir, l’ambassadrice américaine auprès des Nations unies, Susan Rice, a affirmé le soutien ferme des États-Unis à l’État hébreu en riposte aux attaques, qualifiées de « brutales » du Hamas. Le président Barack Obama s’est entretenu avec le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, et avec le président égyptien. Le Caire a condamné l’opération israélienne, qui place le nouveau pouvoir égyptien dans une position délicate .

Au-delà de l’Égypte, c’est l’ensemble des pays arabes, en particulier le Qatar, qui réprouvent l’offensive d’Israël. La Ligue arabe doit réunir d’urgence demain les ministres des affaires étrangères de l’organisation panarabe.

De son côté, la France a appelé « à la désescalade et à la retenue », tout en reconnaissant à Israël un « droit à se défendre ». « Israël bien sûr a droit à se défendre mais on n’arrive à rien en pratiquant un regain de violence. Les Palestiniens ont droit à un État, il faut répéter cela et Israël a droit à la sécurité mais ce n’est pas par la violence qu’on peut régler les problèmes », a commenté le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, hier sur RTL JOËL DAVID (à Jérusalem), SÉBASTIEN MAILLARD et AGNÈS ROTIVEL (à Beyrouth)

17/09/2012

Il y a 30 ans au Liban, le massacre de Sabra et Chatila

lu sur :

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/09/17/le-massacre-evitable-de-sabra-et-chatila_1761171_3218.html

Le "massacre évitable" de Sabra et Chatila

 

LE MONDE | 17.09.2012 à 10h56 • Mis à jour le 17.09.2012 à 14h04

Par Sylvain Cypel (New York, correspondant)

L'échange se passe à Jérusalem il y a trente ans jour pour jour. Morris Draper, ambassadeur itinérant du président Ronald Reagan au Proche-Orient, rappelle à ses interlocuteurs israéliens la "position fondamentale" des Etats-Unis : "Nous n'avons pas pensé que vous deviez entrerVous auriez dû rester en dehors."Réponse d'Ariel Sharon, ministre israélien de la défense : "Que vous l'ayez pensé ou pas... Quand l'existence et la sécurité sont en jeu, tout est de notre responsabilité, on ne laissera jamais personne d'autre décider pour nous."

Nous sommes le 17 septembre 1982, et la réunion entre Américains et Israéliens a commencé à 12 h 30. Le premier ministre, Menahem Begin, en est absent. AvecAriel SharonYitzhak Shamir, le ministre des affaires étrangères, et de hauts responsables des services de sécurité rencontrent l'ambassadeur Draper. L'échange précité est tiré d'une série de cinq documents (datés des 15, 16, 17, 18 et 20 septembre 1982) auxquels Seth Anziska, chercheur américain de l'université Columbia, a eu accès dans des archives israéliennes, et sur lesquels il fonde un article paru dans le New York Times, ce lundi 17 septembre, sous le titre "Un massacre évitable". Mis en ligne par le quotidien américain, ces documents, en hébreu et anglais, jettent une lumière crue sur la politique libanaise de Washington à cette époque et sur la relation américano-israélienne.

ENTRE 800 ET 2 000 MORTS OU DISPARUS

Ce 17 septembre, Morris Draper est soumis, surtout de la part d'Ariel Sharon, à une pression peu usuelle : "M. Draper, vous craignez d'être soupçonné d'être de mèche avec nous ? Niez-le et on le niera." Car au moment où cet échange a lieu, un massacre, qui va entrer dans l'histoire, est déjà en cours : celui des civils palestiniens des camps de Sabra et Chatila, à Beyrouth. Au total, entre 800 et 2 000 personnes seront exécutées ou vont disparaître. Des femmes sont violées, des enfants et des vieillards abattus, des hommes emportés vers des destinations inconnues. Commencé le 16, le massacre est mené par des phalangistes chrétiens et des miliciens des Forces libanaises, alliés de l'armée israélienne depuis le début de son invasion du Liban, le 6 juin.

Jusqu'à peu auparavant, Ariel Sharon a cru avoir triomphé. Les bombardements des grandes villes (Beyrouth, Tyr, Sidon...) ont abouti, le 1er septembre, au retrait de la capitale libanaise des groupes armés de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont l'éradication était l'objectif israélien. Les Américains ont supervisé ce retrait et donné à l'OLP des garanties que les populations palestiniennes seront protégées. De plus, Israël a vu son principal allié, le phalangiste chrétien Béchir Gemayel, être élu président de l'Etat libanais fin août. Mais, le 14 septembre, il est assassiné. Dans la nuit, le chef d'état-major israélien rencontre les chefs chrétiens à Beyrouth. Le matin du 15, contrevenant au cessez-le-feu, Tsahal envahit la ville. Le 16, les miliciens chrétiens entrent dans les camps palestiniens. La nuit, l'aviation israélienne éclairera les lieux pour lesaider.

Ce 17, lorsque l'envoyé spécial américain rencontre ses interlocuteurs, le massacre est donc en cours. Que savent précisément les deux parties sur ce qui advient dans les camps ? Rien n'est avéré. Mais les Israéliens savent que les phalangistes y sont entrés, et, au moins depuis la veille au soir, leurs propres sources les ont informés d'éventuelles "tueries". Ils n'en disent mot.

"QUI DONC VA LES EN EMPÊCHER?"

Rapportée par les historiens, une rencontre, très pénible, avait déjà eu lieu la veille au soir. Morris Draper, accompagné de l'ambassadeur américain à Tel-Aviv, Sam Lewis, fait face à Ariel Sharon, au chef d'état-major israélien, Rafael Eitan, et au chef du renseignement militaire, le général Yehoshua Saguy (orthographié "Sagi"dans les documents). Washington et "les Libanais" demandent que Tsahal se retire de Beyrouth, rappelle l'Américain. Les "terroristes" sont toujours là, rétorque Ariel Sharon, "2 000 à 3 000, on a même leurs noms". Dès lors, qui va s'occuperdes camps ?, demandent les Israéliens. Lorsque Morris Draper évoque "l'armée et les forces de sécurité libanaises", le général Saguy exige que "les Phalanges aussi" soient de la partie. Draper s'y oppose. "Et qui donc va les en empêcher ?", demandera le général israélien.

De fait, le patron du renseignement de Tsahal sait que les phalangistes y sont déjà. Mais la réunion-clé du lendemain, le 17, se déroulera comme si personne n'en avait connaissance. L'ambassadeur Draper y réitère l'exigence américaine que Tsahal montre des signes, même symboliques, de retrait de Beyrouth : "Israël ne devrait pas donner l'impression d'occuper une capitale arabe. (...) "

Sharon : "Qui va s'occuper de ces 2 000 terroristes ? C'est aussi votre intérêt. Qui va les attraper ? Bon, Fakhani, Sabra, Chatila, à notre avis, ils sont, disons 1 000, peut-être 500. On sait qu'ils y sont, bien équipés, armés et tout. Et vous voudriez qu'on se retire ?"... Draper insiste ; les Israéliens demandent à se consulter entre eux. A leur retour, ils acceptent le principe d'un retrait de Beyrouth, mais une fois passé Roch Hachana, le nouvel an juif, soit 48 heures plus tard.

Draper, pressé de conclure : "Le plan sera mis en œuvre sous 48 heures, telle est la politique."

"IL N'EN RESTERA AUCUN"

Sharon préfère ne pas laisser d'ambiguïté : "Bon, alors, Fakhani, Sabra, Chatila, Bourj el-Barajneh..." Il nomme les lieux où, entre-temps, devra se mener la traque aux "terroristes".

Draper : "Des gens hostiles diront que Tsahal reste à Beyrouth pour permettre aux Libanais de tuer les Palestiniens dans les camps."

Sharon : "Alors on va les tuer, nous. Il n'en restera aucun. Vous ne sauverez pas (...) ces groupes du terrorisme international."

Draper : "Nous ne sommes intéressés à sauver aucun de ces gens."

Sharon : "Si vous ne voulez pas que les Libanais les tuent, nous les tuerons."

L'ambassadeur Draper réitère alors la "position de gouvernement : on veut que vous partiez. Laissez faire les Libanais". Le retrait israélien débutera trois jours plus tard.

Ce vendredi 17 verra le pire du massacre. Il n'y avait dans les deux camps ni 2 000, ni 1 000, ni 500 "terroristes" : les forces de l'OLP avaient bel et bien évacué Beyrouth. Après une seconde nuit de terreur, les phalangistes se retirent le samedi matin. Informé par son émissaire, l'ambassadeur Draper écrit à Ariel Sharon : "C'est horrible. J'ai un représentant dans les camps qui compte les corps. Vous devriez avoir honte." Le président Reagan tancera le premier ministre, Menahem Begin, en des termes d'une inhabituelle virulence.

"PARTIELLEMENT RESPONSABLES"

Dans ses Mémoires, le secrétaire d'Etat, George Shultz, sera le plus sévère :"Les Israéliens ont dit qu'ils entraient dans Beyrouth (...) pour éviter un bain de sang, il s'avère qu'ils l'ont facilité et peut-être même suscité." Pour avoir fait confiance à leurs alliés, écrira-t-il, "le résultat brutal aura été que nous sommes partiellement responsables" de ce massacre.

En conclusion de son article, Seth Anziska écrit : "La leçon est claire : parfois un proche allié agit à l'inverse des intérêts et des valeurs américaines. Echouer àexercer la puissance américaine pour les défendre peut avoir des conséquences désastreuses." L'important, explique-t-il au Monde, n'est pas que les Israéliens aient "délibérément trompé" les Américains, selon l'expression qu'utilisera le sous-secrétaire d'Etat Lawrence Eagleburger, ou qu'ils l'aient fait par conviction."L'essentiel tient en la faiblesse diplomatique face à leurs intimidations et aux reculades successives de l'ambassadeur Draper", qui finit par céder sur l'essentiel.

Obnubilé par son objectif de voir les Israéliens se retirer de Beyrouth, l'ambassadeur accrédite comme réel un fait non avéré – la présence de "terroristes" supposément restés par milliers dans les camps – et accorde à son allié 48 heures de présence supplémentaire dans la ville. "En résumé, il finit par dire aux Israéliens : 'Bon, allez-y, tuez les terroristes, et vous partirez ensuite.' Là est la faillite diplomatique américaine."

Sylvain Cypel (New York, correspondant)

09/09/2012

Palestine: quelle liberté économique ?

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/les-palestiniens-veulent-renegocier-leurs-relations-economiques-avec-israel-09-09-2012-1504203_24.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120909

 Les Palestiniens veulent renégocier leurs relations économiques avec Israël 

Le Point.fr - Publié le 09/09/2012 à 12:48

Signé le 29 avril 1994 à Paris, un accord ne laisse qu'une liberté économique limitée aux Palestiniens.

souce AFP

L'Autorité palestinienne a demandé à Israël de renégocier le protocole de Paris régissant leurs relations économiques, en raison de la grogne sociale dans les territoires palestiniens, a déclaré dimanche à l'AFP un ministre palestinien.

"J'ai fait part au gouvernement israélien, via son ministère de la Défense, de la requête officielle de l'Autorité palestinienne de rouvrir le protocole de Paris, qui est incompatible avec la situation économique actuelle", a affirmé le ministre des Affaires civiles, Hussein al-Cheikh. "Nous attendons la réponse des Israéliens et, s'ils approuvent (cette requête), un comité sera formé par le département des négociations (de l'OLP) et d'autres groupes spécialisés afin d'entamer les discussions sur les amendements", a expliqué le ministre.

Le ministère israélien de la Défense n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat. Signé le 29 avril 1994 à Paris, après les accords d'autonomie d'Oslo (1993), ce "protocole économique sur les relations économiques entre Israël et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP)" accorde une liberté économique limitée aux Palestiniens.

 

 

25/03/2012

Est-ce qu'Israël respecte les droits de l'Homme ?

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/la-greve-de-la-faim-nouvelle-arme-des-detenus-palestiniens-d-israel-25-03-2012-1444963_24.php

La grève de la faim, nouvelle arme des détenus palestiniens d'Israël

L'exemple de Khader Adnane, un prisonnier palestinien qui a obtenu de la justice israélienne après 66 jours de grève de la faim l'assurance d'être libéré, inspire nombre de ses codétenus, qui luttent avec leurs "estomacs vides".

Outre Hanaa Chalabi, en grève de la faim depuis 39 jours, une trentaine de détenus palestiniens d'Israël sont en grève de la faim, selon le Club des prisonniers palestiniens, une vingtaine, d'après la porte-parole de l'administration pénitentiaire israélienne, Sivan Weizman.

"Des consultations sont en cours dans les prisons de l'occupation, et bien qu'une grève de la faim soit toujours individuelle, il y aura une grande grève de la faim dans différentes prisons dans les deux mois à venir", affirme à l'AFP le président du Club des prisonniers, Qaddoura Farès.

"Les prisonniers utilisent l'arme des +estomacs vides+ après le renforcement de la répression et en l'absence de canaux de dialogue avec la partie israélienne ou de négociations avec l'Autorité palestinienne pour améliorer leurs conditions", explique-t-il.

C'est Khader Adnane qui détient le record de la plus longue grève de la faim de l'histoire du conflit. Agé de 33 ans, il a mis fin le 21 février à 66 jours de grève observée pour protester contre sa détention sans inculpation, après la décision d'Israël de le libérer le 17 avril.

Selon M. Farès, l'amélioration espérée après l'échange de 1.027 prisonniers palestiniens dont 27 femmes, contre la libération en octobre du soldat israélien Gilad Shalit ne s'est pas matérialisée.

Depuis, "les conditions de détention n'ont pas changé. Au contraire, elles ont empiré", assure-t-il.

Hanaa Chalabi, arrêtée le 16 février en Cisjordanie et hospitalisée d'urgence cette semaine, faisait partie des 27 femmes relâchées dans cet échange, après plus de deux ans de détention sans jugement.

Elle entend protester contre sa détention administrative et les violences qu'elle dit avoir subies pendant son arrestation.

Dimanche, un tribunal militaire israélien a rejeté son appel contre l'ordre de détention, selon son avocat qui va se pourvoir devant la Cour suprême, plus haute instance judiciaire d'Israël. Hanaa Chalabi "va continuer sa grève de la faim", a-t-il dit à l'AFP.

Les détenus réclament principalement la fin de l'isolement carcéral et l'annulation de la détention administrative, mesure héritée du mandat britannique sur la Palestine permettant de garder en prison sans jugement des suspects pour des périodes indéfiniment renouvelables de six mois.

Mais pas seulement. Kifah Hattab, 52 ans, ex-responsable de la Défense civile, après avoir perdu son emploi de pilote à Gaza en raison de la destruction de l'aéroport par l'armée israélienne en 2002, a commencé le 1er mars une grève de la faim pour revendiquer le statut de "prisonnier de guerre".

"Mon mari réclame le statut de prisonnier de guerre. Il représente des dizaines de prisonniers militaires détenus par Israël qui les traite comme des civils", explique son épouse.

Arrêté en 2003 à Tulkarem (Cisjordanie), il purge deux peines de prison à vie pour motifs de sécurité, selon elle.

Selon le Club des prisonniers, 700 membres des services de sécurité palestiniens sont détenus par Israël, certains arrêtés alors qu'ils portaient l'uniforme.

Vingt-sept députés, dont 24 de la majorité parlementaire Hamas, sont aussi détenus par Israël, dont le chef du Parlement Aziz Dweik, arrêté en janvier et placé en détention administrative pour six mois, selon le ministère palestinien des Prisonniers.

L'un des députés Hamas, Ahmad al-Hajj Ali, arrêté en juin 2011, a cessé de s'alimenter à la mi-mars pour protester contre son emprisonnement malgré son statut d'élu.

Plus de 4.700 Palestiniens sont détenus par Israël, selon les autorités palestiniennes. Parmi eux, 320 sont en détention administrative.

17/10/2011

Aujourd'hui, 17 octobre, un anniversaire

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/succes-d-une-petition-pour-la-reconnaissance-de-la-tragedie-du-17-octobre-1961-16-10-2011-1385109_23.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20111016

Succès d'une pétition pour la reconnaissance du 17 octobre 1961

La police française avait réprimé férocement une manifestation non violente d'Algériens.

Des dizaines de personnalités ont signé.

source AFP

Un "Appel pour la reconnaissance officielle de la tragédie du 17 octobre 1961", lancé par le site d'information Mediapart pour le "souvenir" et pour l'apaisement entre la France et l'Algérie, a été signé par des dizaines de personnalités, dont Raymond Aubrac ou Stéphane Hessel. "La répression policière de cette protestation non violente est une des pages les plus sombres de notre histoire. Longtemps dissimulée à l'opinion et désormais établie par les historiens, elle fut féroce : 11 000 arrestations, des dizaines d'assassinats, dont de nombreux manifestants noyés dans la Seine, tués par balle, frappés à mort", est-il écrit dans cet appel.

"Le temps est venu d'une reconnaissance officielle de cette tragédie dont la mémoire est aussi bien française qu'algérienne. Les victimes oubliées du 17 octobre 1961 travaillaient, habitaient et vivaient en France. Nous leur devons cette justice élémentaire, celle du souvenir", est-il ajouté. "Reconnaître les crimes du 17 octobre 1961, c'est aussi ouvrir les pages d'une histoire apaisée entre les deux rives de la Méditerranée", selon ce texte, qui appelle à "construire une nouvelle fraternité franco-algérienne".

Stéphane Hessel et Michel Rocard signataires

Publié mercredi, il a déjà été signé par plus d'une centaine de personnalités, parmi lesquelles le résistant Raymond Aubrac, l'ambassadeur et écrivain à succès d'Indignez-vous ! Stéphane Hessel, le sociologue Edgar Morin, le philosophe Régis Debray ou l'ancien Premier ministre Michel Rocard. On trouve également les signatures des écrivains Azouz Begag, Didier Daeninckx, Nancy Huston ou François Maspero, du directeur des Temps modernes Claude Lanzmann, du journaliste Jean Daniel, de l'éditeur François Gèze, des sociologues Christian Baudelot ou Éric Fassin, du responsable associatif Mouloud Aounit ou de l'anthropologue Dounia Bouzar.

Les historiens Jean-Luc Einaudi et Benjamin Stora, qui ont travaillé sur cette page sombre de l'histoire de France, sont aussi parmi les signataires. Jetés dans la Seine, tués par balle ou morts le crâne fracassé par des manches de pioche ou des crosses de fusil : 50 ans après, une chape de silence officiel pèse toujours sur la sanglante répression de cette manifestation d'Algériens à Paris. Le bilan officiel est de 3 morts et 64 blessés. Cent personnes sont mortes du fait des exactions de la police, soutiendra en 1988 Constantin Melnik, qui fut conseiller pour la police et le renseignement au cabinet du Premier ministre Michel Debré pendant la guerre d'Algérie. Le bilan réel se situe probablement autour de 200 morts, voire "plusieurs centaines", selon Jean-Luc Einaudi, qui a levé le voile sur cette tragédie en publiant en 1991 La bataille de Paris.

26/05/2011

Serbie : Arrestation de Ratko Mladic

lu sur :

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/05/26/la-longue-traque-pour-retrouver-ratko-mladic_1527889_3214.html

La longue traque pour retrouver Ratko Mladic

L'arrestation de Ratko Mladic, jeudi 26 mai en Bosnie, met fin à la cavale de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, qui aura duré plus de quinze ans.

1996 : Mladic inculpé, mais en liberté

Limogé de son poste de chef d'état-major de l'armée des Serbes de Bosnie en 1996 après la signature des accords de paix de Dayton qui mettaient fin à la guerre en Bosnie, Ratko Mladic vit d'abord en toute impunité dans son fief de Han Pijesak, une base militaire en Bosnie qui dispose d'un vaste réseau de galeries souterraines. Et ce malgré le mandat d'arrêt international lancé à son encontre au début de l'année.

2001 : Mladic introuvable

Mladic toujours introuvable, la procureura du TPIY Carla Del Ponte accuse la Serbie de protéger le fugitif. Le gouvernement serbe dément catégoriquement. A posteriori, un rapport des services secrets serbes reconnaît que Mladic a bien été protégé par l'armée serbe jusqu'en juin 2002. Mladic aurait habité un quartier chic de Belgrade où, selon des anciens voisins, il aimait particulièrement tailler des roses en chantonnant.

2003 : arrestation manquée

Une première opération de la Force de stabilisation de l'OTAN (SFOR) visant à arrêter Mladic en Bosnie échoue, le 13 août. En 2004, Vojislav Kostunica, premier ministre serbe, maintient que Ratko Mladic n'est pas sur le territoire serbe.

2005 : Belgrade change de ton

Pour la première fois, le 22 août, le gouvernement serbe exige la reddition ou l'arrestation de Mladic et de Radovan Karadzic, l'ancien chef politique des Serbes de Bosnie. En fin d'année, le ministre de la défense de Serbie-Monténégro, Zoran Stankovic, reconnaît une coopération insuffisante de son armée avec le TPIY pour arrêter les inculpés de crimes de guerre.

2006 : des complices interpellés

Plusieurs complices de Ratko Mladic, notamment l'ex-colonel Stanko Ristic et Ratko Vucetic, officier à la retraite, sont arrêtés. Le parlement de Serbie-Monténégro gèle les avoirs des fugitifs. Carla Del Ponte répète que Ratko Mladic "est en Serbie, à Belgrade et dans les alentours".

2007 : Tolimir arrêté

Zdravko Tolimir, ancien général serbe bosniaque inculpé pour crimes de guerre, est arrêté. Il est le troisième sur la liste des six fugitifs les plus réclamés par le TPIY. Surtout, il est soupçonné d'être un des organisateurs du réseau d'aide à Mladic.

2008 : Karadzic arrêté

Radovan Karadzic est arrêté à Belgrade le 21 juillet.

2009 : Des images de Mladic

La télévision bosnienne diffuse des images de Mladic le 11 juin, affirmant que certaines ont été tournées "très récemment, peut-être même l'hiver dernier".

2010 : L'étau se resserre

La justice serbe inculpe dix personnes accusées d'avoir aidé Ratko Mladic dans sa fuite. Dans le même temps, le gouvernement élève à 10 millions d'euros la récompense pour des informations sur le fugitif.

-----------

sur le même sujet :

http://www.lemonde.fr/europe/article/2011/05/26/les-accusations-qui-pesent-sur-ratko-mladic_1527870_3214.html

Les accusations qui pèsent sur Ratko Mladic

LEMONDE.FR avec AFP, Reuters | 26.05.11 | 15h23  •  Mis à jour le 26.05.11 | 15h57 

Ratko Mladic est l'objet de quinze chefs d'inculpation devant le TPIY : les plus importants sont "génocide", "complicité de génocide", "crimes contre l'humanité" et "violations des lois et coutumes de la guerre".

 

Ratko Mladic, 69 ans, est l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie. Après plus de quinze ans de cavale, il a été arrêté, jeudi en Bosnie, et devrait bientôt être présenté à la justice internationale.

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), créé en 1993, a inculpé Mladic pour son rôle dans l'extermination de milliers de civils pendant la guerre en Bosnie (1992-1995), en particulier la prise de Srebrenica en juillet 1995 et le massacre de près de 8 000 Musulmans bosniaques par ses troupes.

"EXTERMINATIONS", "MEURTRES", "DÉPORTATIONS"

Il est l'objet de quinze chefs d'inculpation devant le TPIY : les plus importants sont "génocide", "complicité de génocide", "crimes contre l'humanité", "exterminations", "meurtres", "déportations", "actes inhumains", "prises d'otages" et "violations des lois et coutumes de la guerre". Le "Boucher des Balkans", comme il est parfois surnommé, encourt la prison à perpétuité.

"Ratko Mladic a joué un rôle central dans certains des épisodes les plus sombres de l'histoire des Balkans et de l'Europe, a répété le secrétaire général de l'OTAN jeudi, y compris dans le siège de Sarajevo et le massacre de milliers d'hommes et de garçons bosniaques à Srebrenica en 1995."

Lors de la prise de l'enclave de Srebrenica le 11 juillet 1995, les casques bleus néerlandais censés la protéger n'ont pas résisté. Les forces serbes de Bosnie ont séparé les hommes et adolescents musulmans des femmes, les ont emmenés dans des camions et des cars, les ont exécutés et ont jeté leurs corps dans des fosses communes. Ce massacre, le pire commis en Europe depuis la seconde guerre mondiale, a été qualifié de génocide par le TPIY et par la Cour internationale de justice. Avec l'arrestation de Ratko Mladic, tous les inculpés pour ce massacre sont désormais sous les verrous. 

-------------

et aussi :

La Russie a-t-elle aidé l'ex-chef militaire bosno-serbe, Ratko Maldic, à échapper aux recherches du Tribunal international de La Haye ? Les Serbes s'interrogent, révèlent les documents WikiLeaks analysés par "Le Monde".

La Serbie s'interroge sur l'aide en provenance de Russie dont aurait bénéficié dans sa fuite Ratko Mladic, l'ex-chef militaire bosno-serbe recherché par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de La Haye. C'est Miki Rakic, un conseiller du président serbe Boris Tadic, qui confie ce soupçon aux diplomates américains en août 2009, rapporte un télégramme obtenu par WikiLeaks et révélé par Le Monde.

La Russie ne s'est pas montrée "ouverte" aux demandes d'entraide de la Serbie, affirme-t-il. "Rakic nous a dit qu'il avait posé une série de questions à propos de contacts spécifiques entre des proches de Mladic et des diplomates russes, ainsi qu'au sujet de voyages et d'appels vers la Russie effectués par ces proches, concernant en juin le directeur du FSB Aleksandre Bortnikov, en juillet le conseiller national russe pour la sécurité Nikolaï Patrouchev, et plus récemment le chef de l'administration présidentielle, Vladislav Surkov", relate un câble du 3 septembre 2009.

Belgrade assure que tous les efforts sont consentis pour retrouver Mladic. Des efforts auxquels ont participé les Américains : en juillet 2009, la secrétaire d'Etat Hillary Clinton s'est entretenue avec son homologue néerlandais, Maxime Verhagen, dont le pays s'oppose à toute avancée de la Serbie vers l'Union européenne sans l'arrestation préalable de Mladic. Mme Clinton a promis de fournir à son gouvernement des informations sur une mission récente d'évaluation du FBI à Belgrade.

Le président Boris Tadic s'est félicité de cette venue de spécialistes dans la traque de fugitifs, relate un câble du 22 octobre 2009, après sa rencontre avec l'ambassadeur itinérant pour les questions de crimes de guerre, Stephen Rapp.

"NOUS COMPTONS SUR LES ETATS-UNIS POUR NOUS AIDER"

Au cours de l'entretien, le président Tadic a expliqué que "ceux qui cachent probablement Mladic avaient des liens avec le crime organisé et la richesse amassée grâce aux profits des temps de guerre, dans les années 1990", rapporte l'ambassade, soulignant la volonté de M. Tadic de renforcer la coopération dans le renseignement avec les Etats-Unis.

"Tadic s'est dit aussi frustré du rôle qu'a joué le Parti démocrate de Serbie (DDS), de son ancien premier ministre Vojislav Kostunica, dans la dissimulation d'informations sur Mladic. 'J'estime qu'ils ont violé notre loi', a-t-il dit, 'et lorsque Mladic sera arrêté, nous le prouverons'. Résumant sa position, Tadic a dit : 'nous comptons sur les Etats-Unis pour nous aider'."

Même si la situation demeure tendue dans le nord du Kosovo, les efforts serbes en vue d'une intégration dans l'Union européenne constituent un motif de satisfaction. La visite à Belgrade du vice-président américain, Joseph Biden, en mai 2009, a ouvert une nouvelle phase dans les relations entre les deux pays.

Le 29 janvier, l'ambassadrice américaine en Serbie, Mary Warlick, a rencontré le président Boris Tadic. Celui-ci a martelé que son pays "ne changera pas ses vues sur l'intégrité territoriale", mais a exprimé son "ouverture au dialogue", note l'ambassadrice, étonnée que le chef de l'Etat serbe réclame une invitation officielle à Washington.

"LA RUSSIE N'EST PAS TOUJOURS UN PARTENAIRE FIABLE"

En septembre 2009, à la veille de la visite du président russe, Dmitri Medvedev, à Belgrade, l'ambassade rédige une analyse fine des relations entre la Serbie et la Russie, loin du cliché sur la soumission de la première à la seconde. Elle y insiste notamment sur les divisions au sein du pouvoir serbe sur ce sujet et la difficulté de Belgrade à "trouver le ton juste" vis-à-vis de Moscou.

Boris Tadic et son entourage "voient une utilité continue dans le veto russe au Conseil de sécurité et dans le soutien rhétorique sur le Kosovo. (…) En même temps, ce groupe plus pragmatique de décideurs voient que la Russie n'est pas toujours un partenaire fiable". D'autant que les bénéfices d'une intégration au sein de l'UE seraient bien supérieurs à ce lien avec Moscou, second partenaire commercial.

Depuis 2000, note l'ambassade, les sociétés russes ont investi environ un milliard de dollars en Serbie… dont la moitié, en 2009, lors du rachat de la société pétrolière NIS par Gazpromneft.

Piotr Smolar
Article paru dans l'édition du 11.12.10

----------------------- 

et aussi:

http://www.lemonde.fr/europe/article/2010/10/04/le-journal-de-guerre-de-mladic-document-exceptionnel-sur-la-guerre-de-bosnie_1419887_3214.html#xtor=EPR-32280229-%5BNL_Titresdujour%5D-20110526-%5Bzonea%5D 

La police a saisi au domicile de la femme de Ratko Mladic, à Belgrade, les carnets de notes du général serbe, inculpé pour "génocide et crimes contre l'humanité" par le Tribunal de La Haye.

C'est le carnet de notes d'un chef militaire, et un document unique sur la guerre en ex-Yougoslavie : le général serbe y détaille ses réunions d'état-major, ses rendez-vous politiques et diplomatiques, ses achats d'armes. L'homme du siège de Sarajevo et de la tuerie de Srebrenica, s'il livre peu ses impressions personnelles, retranscrit ce que ses interlocuteurs lui racontent. C'est le conflit vu du côté serbe.

Le général Ratko Mladic fut le chef de l'armée serbe durant toute la guerre en Bosnie-Herzégovine (avril 1992 - décembre 1995). Il prenait ses ordres à Belgrade, auprès du président Slobodan Milosevic. Il opérait en tandem avec le chef politique bosno-serbe Radovan Karadzic.

Les carnets de guerre de Ratko Mladic ont été retrouvés par la police serbe au cours de deux perquisitions, en décembre 2008 et en février 2010, au domicile de son épouse, Bosiljka Mladic. Ils étaient cachés dans un grenier du 117, rue Blagoje-Parovic, à Belgrade, derrière une garde-robe.

Ils ont été remis au Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) de LaHaye, qui a inculpé Karadzic et Mladic pour "génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre". Ils ont été authentifiés par les services du procureur, et enregistrés, en août 2010, comme pièces à conviction dans le procès Karadzic, jugé seul, Mladic étant toujours en cavale.

Le dossier, dont des extraits ont déjà été publiés dans la presse de Belgrade et de Zagreb et dont Le Monde a obtenu une copie intégrale, comprend dix-huit carnets, soit 4 000 pages de notes manuscrites en serbe, en alphabet cyrillique.

UNE GUERRE PILOTÉE DE BELGRADE

Les carnets de Mladic confirment à quel point la guerre était pilotée de Belgrade. Le général, officiellement "Bosno-serbe", n'était que l'homme de l'armée de Serbie en Bosnie. Lors des réunions belgradoises, les hommes-clés sont Slobodan Milosevic, le chef d'état-major de l'armée, le général Momcilo Perisic, et le chef des services secrets, Jovica Stanisic, qui dirigeait, avec Frenki Simatovic, les opérations spéciales et les unités paramilitaires.

Selon l'époque, lorsque Milosevic est président de Serbie, viennent parfois aux réunions les présidents yougoslaves Dobrica Cosic puis Zoran Lilic. Le patriarche Pavle, de l'Eglise orthodoxe serbe, est très régulièrement présent.

Les hommes de Belgrade, auxquels se joignent Mladic et ses généraux, ainsi que Karadzic et la direction politique bosno-serbe de Pale (Momcilo Krajisnik, Nikola Koljevic, Biljana Plavsic, Aleksa Buha), décident de la stratégie politique et militaire. L'objectif est de séparer les Serbes des Bosniaques musulmans et des Croates, de diviser ethniquement la Bosnie-Herzégovine, d'avoir "un Etat sans ennemis intérieurs", comme dit Karadzic. Tout au long de la guerre, au cours de laquelle l'armée serbe va contrôler jusqu'à 70 % de la Bosnie (avant d'en obtenir 49 % lors de l'accord de paix de Dayton), on sent l'obsession de Mladic de "définir des frontières".

La Serbie est au cœur de la guerre. Belgrade donne les ordres, définit les régions à conquérir, finance, mobilise les hommes, forme les paramilitaires. L'armée et les services secrets exécutent. L'Eglise bénit.

L'ALLIANCE SERBIE-CROATIE

Les carnets de Mladic confirment aussi à quel point la Croatie, ennemie de la Serbie, qui avait envahi un quart de son territoire en 1991, était son alliée pour diviser la Bosnie (les présidents serbe, Slobodan Milosevic, et croate, Franjo Tudjman, avaient discuté, dès 1991 à Karadjordjevo, de la partition de la Bosnie).

Le président yougoslave Dobrica Cosic rapporte, en janvier 1993, que "Tudjman [lui] a demandé de venir [dans sa résidence d'été] à Brioni pour s'entendre sur une issue serbo-croate" à la guerre bosniaque. Radovan Karadzic indique, en juillet 1993, qu'il faut "aider les Croates afin de forcer les musulmans à accepter une division de la Bosnie".

Lors de négociations entre des délégations bosno-serbe et bosno-croate, en février 1994, Mate Boban, le chef politique bosno-croate, est clair : "Nous devons en finir de la guerre avec vous. La tâche la plus importante est de détruire la légitimité de la Bosnie-Herzégovine." Le dirigeant bosno-serbe Momcilo Krajisnik approuve : "J'aime l'idée de détruire la légitimité [du président bosniaque] Alija Izetbegovic et de son gouvernement." Un autre dirigeant bosno-croate, Jadranko Prlic, affirme, en juin 1994, que "les Musulmans sont l'ennemi commun".

Le partage de la Bosnie entre Serbes et Croates ne se fera finalement pas, ou pas ainsi. Chacun se taille son territoire, mais les Etats-Unis incitent Croates et Bosniaques musulmans à s'allier à la fin de la guerre pour reconquérir des territoires contrôlés par les Serbes. Puis, l'accord de paix de Dayton-Paris, signé en décembre 1995 par MM. Milosevic, Tudjman et Izetbegobic, divise la Bosnie-Herzégovine en deux "entités", la Fédération croato-bosniaque et la République serbe.

LE REFUS DE LA PAIX

Un accord de paix que Ratko Mladic ne porte pas dans son cœur, pas plus que les multiples et vaines négociations qui, depuis 1993, constituent la toile de fond de l'engagement diplomatique international en ex-Yougoslavie.

Les négociations engagées durant les premières années de la guerre n'avaient qu'un objectif : gagner du temps. A Belgrade comme à Pale, les rencontres avec les négociateurs internationaux et l'apparente volonté de dialogue serbe sont un leurre. La guerre est dans tous les esprits.

Belgrade n'envisage la paix qu'à partir de 1994. Slobodan Milosevic entreprend de convaincre la direction bosno-serbe. "Ratko, tu dois comprendre qu'une division 50/50 est équitable, lui dit Milosevic. Le monde n'acceptera pas une autre division." Le président serbe indique que la Yougoslavie (Serbie et Monténégro) "fait aujourd'hui 100 000 km2, et avec la République serbe, nous allons obtenir 26 000 km2 supplémentaires et augmenter la population d'un dixième".

Lorsque Pale refuse les propositions de paix, Slobodan Milosevic fait part à Ratko Mladic de son mécontentement. Il commence à critiquer violemment "la direction folle de Pale""J'ai l'impression que Krajisnik est normal, mais idiot, confie Milosevic. Karadzic est accablé par l'Histoire, il n'est pas normal. (…) Si tu les laisses prendre des décisions, rien ne viendra. (…) Vous ne pouvez pas prendre 70 % du territoire. (…) Continuer la guerre alors que le monde entier est contre nous, c'est retourner à l'âge de pierre."

Radovan Karadzic devient persona non grata à Belgrade. Ratko Mladic, bien que fort peu conciliant politiquement, y est toujours reçu pour prendre ses ordres militaires. "La politique nationale serbe est définie à Belgrade, pas dans les bois de Pale", assène Milosevic lors d'une autre rencontre. "La Serbie n'assistera plus les Serbes de Bosnie", prévient-il.

A l'issue de la réunion, Mladic commente : "Mon Dieu, quels mots durs !" Dans ses carnets, les commentaires personnels du général sont rares mais, en 1994, après une énième proposition de paix, il inscrit en lettres capitales : "REJETER LE PLAN, GAGNER LA GUERRE !"

Pour Milosevic, le succès de l'épuration ethnique ouvre des perspectives intéressantes pour les Serbes. "Sur le territoire de la République serbe, il est difficile de trouver un seul Musulman, alors qu'il y a des Serbes sur leur territoire", dit-il en juillet 1994 (des Serbes, comme des Croates, continuent de vivre avec les Bosniaques musulmans dans les régions contrôlées par le gouvernement de Bosnie). Dans l'esprit de Belgrade, les territoires qui n'ont pas été acquis par la force – comme Sarajevo ou les enclaves de Bosnie orientale – pourraient être gagnés autrement.

Slobodan Milosevic explique ainsi aux chefs bosno-serbes : "Nous avons amputé une partie de Sarajevo mais cette partie est la nôtre. (…) Si nous gardons politiquement notre peuple à Sarajevo, nous finirons par avoir leur partie."

SREBRENICA, LES PAGES DÉCHIRÉES

Pourtant, non seulement l'heure n'est pas encore à la paix, mais Ratko Mladic et Radovan Karadzic durcissent leurs positions. Au printemps 1995, ils prennent en otages environ 200 casques bleus de la Force de protection des Nations unies (Forpronu). En juillet, l'armée de Mladic s'attaque à l'enclave de Zepa, puis à celle de Srebrenica, «zones protégées» de l'ONU. En trois jours, près de 8 000 hommes bosniaques musulmans sont exécutés. Les femmes et les enfants sont déportés, certains assassinés, certaines violées.

Les carnets du général Mladic ne lèvent pas le voile sur la pire tuerie de la guerre de Bosnie. A cette étape des carnets, un nombre inconnu de pages ont été déchirées. Les seules pages qui subsistent indiquent que des diplomates étrangers s'enquièrent auprès du général de "rumeurs sur des atrocités, de massacres et de viols".

Selon Ratko Mladic, la tuerie de Srebrenica provoque la colère de Slobodan Milosevic. Lors d'un entretien à Belgrade, le 24 juillet 1995, le président serbe lui assène : "En tant que commandant de l'armée, tu dois avoir une dimension politique."

LE TEMPS DES NÉGOCIATIONS

Après Srebrenica, les négociations se poursuivent, menées par une délégation américaine dirigée par le diplomate Richard Holbrooke et le général Wesley Clark. Le général Momcilo Perisic et le maître espion Jovica Stanisic rencontrent Ratko Mladic, le 9 septembre 1995. "Les Américains veulent te rencontrer, lui disent-ils. Le général Clark m'a appelé trois fois et Holbrooke a aussi appelé. Ils veulent utiliser Slobo un moment et ensuite se débarrasser de lui."

En novembre 1995, Mladic écrit que Milosevic veut changer "radicalement" les relations entre la Serbie et les Etats-Unis. "Clinton est d'accord avec moi, lui dit Milosevic. Nos relations doivent être amicales. (…) Les Serbes occupent désormais la place qui était celle des musulmans dans le cœur des Américains."

ALLIÉS DES SERBES

Les carnets de Mladic donnent aussi des indications sur ceux qui furent de fidèles soutiens de la Serbie à l'étranger. On y retrouve militaires russes et amis grecs. De Grèce viennent des financements. Les Serbes cherchent leurs soutiens dans le monde orthodoxe.

Il y a aussi ceux qui considèrent avoir des musulmans pour ennemi commun. Ratko Mladic écrit ainsi, en mars 1995 : "Israël : ils offrent de rejoindre le combat contre l'islam extrême. Entraînement pour 500 hommes. Peuvent sécuriser via réseaux juifs en Ukraine."

Il y a enfin les amis qui œuvrent aux Etats-Unis, et offrent de faire changer la politique américaine dans les Balkans. A un moment, Ratko Mladic envisage sérieusement de s'offrir le Congrès américain. Il rencontre, en février 1995, à l'Hôtel Moskva de Belgrade, un homme d'affaires américain d'origine serbe, qui lui affirme : "Avec 10 millions de dollars [7,3 millions d'euros], on peut acheter 100 à 200 sénateurs ou membres du Congrès. Aux Etats-Unis, tu peux les acheter et, comme des avocats, ils travaillent pour toi." Dès lors, si en Amérique tout est à vendre, "pourquoi ne pourrait-on pas s'acheter Clinton", écrit Mladic.

L'ARMÉE SERBE

Les carnets de Ratko Mladic recèlent aussi mille anecdotes sur l'armée serbe. Le général reçoit fréquemment les doléances des épouses de soldats tombés au combat. Elles viennent réclamer de l'argent et des appartements.

A la lecture des carnets, on a l'impression d'une armée de chauffards, d'alcooliques, de tueurs et de pillards. "La population nous prend pour des voleurs et des tueurs. On va être tués par les Serbes, pas par les musulmans", dit un jour Radovan Karadzic. L'armée a aussi un problème à cause du nombre important de déserteurs. "Les hommes doivent dormir dans les casernes, pas avec leurs femmes !" s'offusque Karadzic.

LA VOYANTE

Après la guerre, le 3 avril 1996, Ratko Mladic rencontre, à sa demande, dans un lieu non précisé, une voyante. La jeune femme lui assure qu'"une étoile le protégera". Puis elle évoque la mort de sa fille Ana, qui s'était suicidée en 1994. "Monsieur, votre fille n'a rien bu qui aurait pu l'arracher à la vie, dit la voyante, elle a été maltraitée, je ne devrais pas le dire, mais elle a été violée." La voyante explique que la jeune femme a été empoisonnée "par un homme qui portait une calvitie et une barbe frisée".

APRÈS LA GUERRE

Le général Mladic est mis à la retraite le 8 novembre 1996. Les carnets s'arrêtent à la date du 28 novembre 1996. Inculpé par le tribunal de LaHaye, Ratko Mladic touche durant des années sa pension et est souvent vu à Belgrade. Après la chute de Slobodan Milosevic, en 2000, et les changements successifs de pouvoir en Serbie, il s'enfonce dans la clandestinité. Ratko Mladic est l'un des deux derniers fugitifs (sur 162 inculpés) recherchés par la justice internationale pour les crimes commis en ex-Yougoslavie.

Stéphanie Maupas (La Haye) et Rémy Ourdan
Article paru dans l'édition du 05.10.10
------------------------
et aussi :
Après l'arrestation de Ratko Mladic, le dernier haut responsable recherché par la justice internationale est Goran Hadzic, l'ancien président de la république serbe auto-proclamée de la Krajina.

20/05/2011

"Les frontières d'Israël et de la Palestine devraient être fondées sur les lignes de 1967"

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/obama-les-frontieres-d-israel-et-de-la-palestine-devraient-etre-fondees-sur-les-lignes-de-1967-20-05-2011-1333129_24.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20110520

source AFP

Obama : "Les frontières d'Israël et de la Palestine devraient être fondées sur les lignes de 1967"

Le président américain Barack Obama s'est prononcé pour la première fois, jeudi, en faveur d'un État palestinien sur la base des frontières de 1967, au risque d'un choc frontal avec ses alliés israéliens à la veille d'une rencontre avec le Premier ministre Benyamin Netanyahou. "Les frontières d'Israël et de la Palestine devraient être fondées sur les lignes de 1967 avec des échanges sur lesquels les deux parties seraient d'accord, afin d'établir des frontières sûres et reconnues pour les deux États", a déclaré M. Obama. "Le retrait complet et graduel des forces militaires israéliennes devrait être coordonné dans l'idée d'une responsabilité de la sécurité palestinienne dans un État souverain et non militarisé", a encore dit le président des États-Unis lors d'un discours sur le Moyen-Orient au département d'État à Washington.

Mais M. Netanyahou, attendu vendredi à la Maison-Blanche, a immédiatement exclu que des "centres majeurs de population israélienne en Judée-Samarie (Cisjordanie) se retrouvent de l'autre côté de la frontière", allusion aux principaux blocs de colonies juives en Cisjordanie. Les Israéliens se prévalent d'une ancienne lettre du président américain George W. Bush en 2004 au Premier ministre israélien de l'époque Ariel Sharon qui exclut un retour aux lignes d'armistice antérieures à la guerre de juin 1967, ce qui impliquerait un retrait israélien de toute la Cisjordanie et de Jérusalem-Est occupées depuis.

Soutien britannique

De nature à davantage plaire aux Israéliens, M. Obama a mis en garde les Palestiniens contre toute tentative d'"isoler symboliquement Israël aux Nations unies en septembre", qui "ne créeront pas un État indépendant". Alors que le Fatah du président palestinien Mahmud Abbas et le mouvement islamiste Hamas ont engagé une réconciliation, M. Obama a aussi prévenu que "les Palestiniens ne parviendront pas à l'indépendance en niant le droit d'Israël à exister". De son côté, le chef de la diplomatie britannique William Hague a apporté son soutien à la position de M. Obama. "Je soutiens en particulier le message clair selon lequel les frontières d'Israël et de la Palestine devraient se baser sur les lignes de 1967 avec des échanges mutuellement acceptés", a-t-il affirmé.

Au moment même où M. Obama s'exprimait, une ONG révélait à Jérusalem qu'Israël avait approuvé la construction de 1 520 nouveaux logements dans deux quartiers de colonisation juive dans la partie orientale annexée de la Ville sainte. M. Obama a établi un lien entre le long conflit israélo-palestinien et les révoltes agitant le monde arabe, assurant qu'"au moment où les habitants du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord se débarrassent des fardeaux du passé, les efforts pour parvenir à une paix durable (...) sont plus urgents que jamais". Dans ce discours très attendu, six mois après le début d'une vague de révoltes arabes, M. Obama a aussi promis un changement d'approche des États-Unis envers la région. Plaçant son administration du côté des manifestants, il a promis une aide économique aux pays s'engageant vers la démocratie, sur le modèle de l'assistance à la reconstruction de l'Europe de l'Est après la chute du rideau de fer. 

19/05/2011

140 000 Palestiniens ont été privés de leur droit de résidence, entre 1967 et 1994

140 000 Palestiniens ont été privés de leur droit de résidence, entre 1967 et 1994   

 

Article publié le 14 Mai 2011
Par Laurent Zecchini

 

Source : LE MONDE
Taille de l'article : 479 mots

 Extrait :

Trois rapports mettent en évidence la politique de colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Trois rapports émanant de sources différentes, rendus publics entre le 10 et le 12 mai, ont pour point commun de souligner le caractère systématique de la colonisation israélienne en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. « Cela s'appelle du nettoyage ethnique » : le titre de l'article de Gideon Levy, éditorialiste au journal Haaretz, est à l'unisson du commentaire de Saëb Erekat, négociateur palestinien, qui parle de « crime de guerre ».

---------------------

Encore un article payant défavorable à Israël :

Image 1.png

16/05/2011

Palestine: commémoration de la "Nakba"

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/cisjordanie-le-bouclage-prolonge-apres-les-violences-pour-la-nakba-16-05-2011-1331112_24.php

Le bouclage prolongé après les violences en Cisjordanie

Cisjordanie, le bouclage prolongé après les violences pour la "Nakba"

Le Point.fr - Publié le 16/05/2011 à 07:35

Au moins douze personnes ont été tuées et des centaines blessées dimanche, lors de la commémoration de la "Nakba".

SOURCE AFP

L'armée israélienne a annoncé la prolongation de 24 heures du bouclage de la Cisjordanie occupée jusqu'à lundi minuit (21 heures GMT) à la suite des violences, qui ont fait au moins 12 morts et des centaines de blessés dimanche lors de la commémoration la "Nakba". "Cette mesure a été prise conformément aux directives du ministère de la Défense et en fonction des estimations concernant la situation", a indiqué le porte-parole de l'armée dans un communiqué. Durant ces 24 heures, les Palestiniens ne seront pas autorisés à se rendre en Israël, "hormis pour les cas humanitaires et pour les personnes nécessitant un traitement médical", a ajouté le porte-parole militaire.

Le bouclage actuellement en vigueur avait été imposé dans la nuit de samedi et devait prendre fin dimanche à minuit (21 heures GMT). Des manifestations ont eu lieu dimanche en Cisjordanie, mais les affrontements les plus sanglants se sont produits à la périphérie des territoires palestiniens, au Liban et dans le Golan syrien occupé.

Israël déterminé

Le bilan de la journée est le plus lourd enregistré lors des manifestations de la "Nakba" (catastrophe), selon l'appellation dans le monde arabe de la création de l'État d'Israël en 1948 et de l'exode des Palestiniens qui s'en est suivi depuis 1998. Dans le plateau syrien du Golan, l'armée israélienne a ouvert le feu faisant deux tués parmi les manifestants palestiniens venus de Syrie qui avaient pénétré dans la partie occupée. Il s'agit d'un des incidents frontaliers les plus graves entre les deux pays depuis la guerre israélo-arabe de 1973.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a averti qu'Israël était déterminé à défendre "ses frontières et sa souveraineté" : "J'ai donné ordre à l'armée d'agir avec le maximum de retenue mais aussi d'empêcher que nos frontières soient forcées." Dix personnes ont également été tuées à la frontière libanaise, où des milliers de réfugiés palestiniens s'étaient rassemblés dans la localité de Maroun ar-Ras, à un kilomètre d'Israël, selon l'armée libanaise. D'autre part, au moins 17 Palestiniens ont été blessés au poste de contrôle de Kalandia (Cisjordanie), à l'entrée de Jérusalem, et neuf autres à Hébron (sud de la Cisjordanie).

 ---------

sur le même sujet :

AFP 16/5/2011

Dix morts pour la "Nakba": journée de deuil pour les Palestiniens du Liban 


Les réfugiés palestiniens au Liban observaient lundi une journée de deuil au lendemain des violences qui ont fait 10 morts et des centaines de blessés à la frontière avec Israël, lors de la commémoration de la "Nakba" (catastrophe), l'exode après la création d'Israël en 1948.

"Aujourd'hui, nous observons une journée de grève générale dans les camps de réfugiés en signe de deuil des victimes tuées par l'ennemi", a déclaré à l'AFP, Mounir Maqdah, commandant du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas dans le camp d'Aïn Héloué, au Liban sud.

Des funérailles seront organisées dans la journée dans les camps de réfugiés d'al-Bass, Bourj al-Chemali, Miyeh Miyeh et Ain Héloué, situés tous au Liban sud.

La majorité des réfugiés palestiniens, estimés entre 300 et 400.000 au Liban, vivent dans des camps surpeuplés et lourdement armés au Liban sud.

Selon un correspondant de l'AFP, des appareils israéliens survolaient cette région lundi matin.

Dix personnes ont été tuées et 112 blessées dimanche dans le sud du Liban par des tirs israéliens à la frontière selon l'armée, alors que des réfugiés palestiniens manifestaient côté libanais pour commémorer l'anniversaire de leur exode après la création d'Israël en 1948.

Des milliers de réfugiés s'étaient rassemblés dans la localité frontalière de Maroun ar-Ras, à un kilomètre de l'Etat hébreu, à l'occasion du 63e anniversaire de l'exode des Palestiniens à l'instar de leurs compatriotes dans les Territoires palestiniens et le Golan syrien annexé par Israël.

La tension est montée d'un cran lorsque des dizaines de jeunes manifestants ont franchi le cordon de l'armée pour s'approcher des barbelés, et ont commencé à lancer des pierres en direction des soldats israéliens de l'autre côté.

Les soldats israéliens ont réagi en tirant sur les manifestants, selon les services de sécurité et l'armée libanaise.

L'armée israélienne a indiqué que "plusieurs émeutiers ont tenté de franchir la barrière frontalière et de s'infiltrer en territoire israélien. Les forces israéliennes ont répliqué par des tirs de semonce", sans faire état de victimes côté libanais.

Le Liban a porté plainte contre Israël auprès de l'ONU.

26/04/2011

Des milliers de civils tués au Sri Lanka, selon l'ONU

lu sur :

http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2011/04/26/le-sri-lanka-a-tue-des-milliers-de-civils-selon-l-onu_1512699_3216.html

Des milliers de civils tués au Sri Lanka, selon l'ONU

LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 26.04.11 | 08h20  •  Mis à jour le 26.04.11 | 08h51

Un groupe d'experts de l'ONU a jugé, lundi 25 avril, que les affrontements et exactions qui ont entraîné la mort de "milliers" de civils, lors de la fin de la guerre entre le Sri Lanka et les Tigres tamouls en 2009, pourraient s'apparenter à des "crimes de guerre" et des "crimes contre l'humanité". Le conflit, qui a opposé durant plusieurs années le gouvernement du pays aux rebelles des Tigres de libération de l'Eelam tamoul (LTTE), s'est soldé par la défaite de ces derniers.

"Le groupe d'experts a trouvé des allégations crédibles qui, si elles sont vérifiées, montrent qu'un grand nombre de violations graves de la loi humanitaire internationale et des droits internationaux ont été commises à la fois par le gouvernement du Sri Lanka et les Tigres tamouls. Certaines d'entre elles peuvent être assimilées à des crimes de guerre et à des crimes contre l'humanité", indique le rapport. Colombo, qui a constamment nié avoir délibérément pris pour cible des civils, a récusé le rapport, le qualifiant de partial.

La commission d'enquête de l'ONU impute les éventuels crimes de guerre aux deux camps. Mais au vu de l'élimination de la direction des LTTE par les forces du gouvernementales dans la dernière phase de la guerre, seuls les responsables du gouvernement de Colombo pourraient en répondre devant la justice internationale. Il leur est notamment reproché d'avoir bombardé des hôpitaux, d'avoir refusé une aide humanitaire aux civils et d'avoir commis à leur encontre des violations des droits de l'homme à l'intérieur comme à l'extérieur de la zone de conflit. Un bilan de 40 000 civils tués ne peut pas être écarté à ce stade, note la commission d'enquête.

"LE CONSENTEMENT DU PAYS HÔTE" EXIGÉ

Pourtant, le secrétaire général de l'ONU a déclaré qu'il n'avait pas le pouvoir d'ordonner une enquête internationale, comme le lui recommande ce rapport. Les experts exhortent Ban Ki-moon à mettre au point "un mécanisme international d'enquête", mais celui-ci estime qu'il n'en a pas le pouvoir. "S'agissant de la recommandation visant à ce qu'il crée un mécanisme international d'enquête, le secrétaire général est conscient que cela exigera le consentement du pays hôte ou une décision des Etats membres prise dans l'instance intergouvernementale appropriée", a indiqué son porte-parole, Martin Nesirky.

Sans le consentement du gouvernement du Sri Lanka ou la décision du Conseil de sécurité de l'ONU ou d'une autre institution internationale, le secrétaire général de l'ONU exclut donc de lancer unilatéralement une enquête officielle sur la mort de ces milliers de civils. Les responsables onusiens reconnaissent que les chances d'obtenir un feu vert de Colombo sont quasi nulles. Le Sri Lanka n'étant pas membre de la Cour pénale internationale (CPI), le tribunal de La Haye devra donc être saisi par le Conseil de sécurité de l'ONU pour qu'une enquête soit ouverte sur d'éventuels crimes de guerre. La Russie et la Chine, qui détiennent un droit de veto au Conseil, sont d'ores et déjà opposées à une intervention de ce dernier dans le dossier du Sri Lanka. La CPI n'a été saisie qu'à deux reprises par cette instance onusienne : sur la situation au Darfour, région occidentale du Soudan, et, plus récemment, sur la répression du mouvement de contestation en Libye.

16/04/2011

Lybie : Utilisation d'armes à sous-munitions contre des civils par les forces de Kadhafi

à lire sur le New York Times :

Breaking News Alert
The New York Times
Fri, April 15, 2011 -- 12:53 PM ET
-----

Qaddafi Forces Fire Cluster Bombs Into Civilian Areas

Military forces loyal to Col. Muammar el-Qaddafi, who have
surrounded the Libyan city of Misurata and vowed to crush its
anti-Qaddafi rebellion, have been firing into residential
neighborhoods with heavy weapons, including cluster bombs
that have been banned by much of the world and
ground-to-ground rockets, according to the accounts of
witnesses and survivors and physical evidence on the ground.

Such weapons, which strike large areas with a dense
succession of high-explosive munitions, by their nature
cannot be fired precisely, and when fired into populated
areas place civilians at grave risk.

Read More: (lien)
http://www.nytimes.com/2011/04/16/world/africa/16libya.html?hp&emc=na

02/10/2010

Incroyable mais vrai ! Utilisation de cobayes humains

...  dans un pays démocratique où les églises chrétiennes sont omniprésentes, où le Président jure sur la bible de respecter la Constitution, dont la devise est " in God we trust " !

(cf. : In God We Trust - Wikipédia)

.
lu sur :
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2010/10/01/les-etats-unis-presentent-leurs-excuses-pour-des-experiences-medicales-menees-au-guatemala_1419193_3222.html
.
LEMONDE.FR avec AFP et Reuters | 01.10.10 | 21h45  •  Mis à jour le 02.10.10 | 08h23
.
Il aura fallu attendre près de soixante-dix ans. Les Etats-Unis ont présenté, vendredi 1er octobre, des excuses publiques pour une expérience menée dans les années 1940 au Guatemala par des médecins fédéraux qui ont délibérément inoculé la syphilis et la blennorragie à des détenus, des femmes et des malades mentaux dans le but de tester l'efficacité de la pénicilline, dont on commençait à peine à se servir.

Les chercheurs qui ont mené cette étude avaient choisi comme cobayes des personnes vulnérables, y compris des malades mentaux, et ne les ont informées ni de l'objet de leur recherche ni de ce qui allait leur arriver. Dans un premier temps, les chercheurs ont inoculé la syphilis ou la blennorragie à des prostituées, les laissant ensuite avoir des rapports sexuels avec des soldats ou des détenus. Dans une deuxième phase, "voyant que peu d'hommes étaient infectés, l'approche de la recherche a changé et a consisté à inoculer directement des soldats, des prisonniers et des malades mentaux", selon des documents décrivant l'étude. Des tests ont également été menés dans des asiles d'aliénés et des casernes.

"L'étude d'inoculation de cette maladie sexuellement transmissible menée de 1946 à 1948 au Guatemala était manifestement contraire à l'éthique", déclarent Hillary Clinton, secrétaire d'Etat américaine, et Kathleen Sebelius, secrétaire à la santé. "Même si ces événements se sont produits il y a plus de soixante-quatre ans, nous sommes révoltées que des recherches aussi répréhensibles aient pu être menées au nom de la santé publique. Nous regrettons profondément ce qui s'est passé et nous présentons des excuses à tous ceux qui ont été affectés par des pratiques aussi odieuses", ajoutent-elles.

CRIME CONTRE L'HUMANITÉ

L'expérience a été menée par le Dr. John Cutler, des services fédéraux de santé publique (PHS), dans le cadre d'un programme financé par les PHS, l'Institut national de la santé, le Bureau panaméricain des questions sanitaires et le gouvernement guatémaltèque. Son existence a été dévoilée cette année par Susan Reverby, qui enseigne au Wellesley College, dans le Massachusetts. Entre sept cents et quinze cents personnes, hommes et femmes, auraient été exposés à la maladie avant de recevoir de la pénicilline. "L'étude s'est poursuivie jusqu'en 1948 et les archives suggèrent qu'en dépit des intentions affichées, il est probable que tous n'ont pas été guéris", souligne-t-elle dans un communiqué. Ses conclusions seront publiées en janvier dans le Journal of Policy History.

Ces experimentations ont été qualifiées, vendredi, de "crime contre l'humanité" par le président guatémaltèque, Alvaro Colom. "Ce qui est arrivé à l'époque est un crime contre l'humanité et le gouvernement se réserve le droit de porter plainte", a déclaré devant la presse le chef de l'Etat du pays d'Amérique centrale, qui a été informé jeudi par la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton.

Cette affaire rappelle une autre expérience médicale tristement célèbre, l'affaire de Tuskegee, menée dans les années 1960 sur des Noirs américains que des médecins avaient exposés à la syphilis sans les soigner et à laquelle avait également participé le Dr Cutler, mort en 2003. A ce stade, on ignore si une procédure d'indemnisation des victimes guatémaltèques pourra être lancée. Il n'est pas certain que ces cobayes puissent être retrouvés, a expliqué Arturo Valenzuela, sous-secrétaire d'Etat adjoint aux affaires américaines.