Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/09/2015

Monsanto, pesticides, lobby patronal, éducation ...

Quelques articles à lire sur BASTAMAG (lien ci-contre)

 

10/09/2015 JUSTICE

Intoxication aux pesticides : un céréalier français fait condamner Monsanto

« Cette victoire est dédiée à tous ceux qui ne sont plus là aujourd’hui pour se (...)

 

0/09/2015 SANTÉ PUBLIQUE

Preignac, ses vignobles, ses pesticides et ses enfants malades de cancer

Les enfants atteints de cancers sur la commune viticole de Preignac, en (...)

 

04/09/2015 EDUCATION

Quand un lobby patronal s’invite dans les lycées pour influencer les enseignants

Cela se présente comme une sélection d’articles d’actualité destinée aux (...)

16/01/2015

Essayer de comprendre

à lire sur MEDIAPART :

PAR AGATHE DUPARC

Les frères Kouachi, auteurs du massacre à Charlie Hebdo, ont eu l'adolescence de jeunes en déshérence, placés dans un centre éducatif de Corrèze géré par la Fondation Claude-Pompidou et lâchés dans la nature à leur majorité. Mediapart a recueilli le témoignage d'un de leurs anciens camarades qui les a perdus de vue en 2001. Il raconte ce fragment de vie aujourd'hui englouti.

-----------------------

Dans ce centre éducatif géré par la Fondation Claude-Pompidou, on n'avait pas lu le livre :

Le livre pour le changement éducatif :

POUR UNE ENFANCE HEUREUSE
Repenser l'éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau  Catherine GUEGUEN 

Préface de Thomas d'ANSEMBOURG :« Lorsque vous aurez lu ce livre, vous ne regarderez plus l'être humain comme avant... »

Dans le monde entier, les dernières découvertes scientifiques sur le développement et le fonctionnement du cerveau bouleversent notre compréhension des besoins essentiels de l'enfant. Elles prouvent qu'une relation empathique, aimante, est décisive pour permettre à son cerveau d'évoluer de manière optimale, pour déployer pleinement ses capacités intellectuelles et affectives.
Le cerveau des enfants et des adolescents se révèle très vulnérable : toutes les expériences ont un impact majeur sur sa structuration. Les relations avec les parents ou l'entourage façonnent l'intelligence cognitive et relationnelle de l'enfant, et détermineront son comportement affectif, notamment sa capacité à surmonter le stress, à vivre ses émotions. Toute forme de maltraitance, de violence même apparemment anodine, perturbera le bon développement de son cerveau, de son affectivité, avec parfois des dommages irréversibles.

Catherine Gueguen nous fait partager ces découvertes neurologiques saisissantes, les explique avec clarté. Elle les illustre de nombreux cas cliniques, et propose des conseils éducatifs pour les parents ou les professionnels. Afi n de donner la chance à l'enfant de devenir un jour un adulte libre et heureux.

Catherine Gueguen est pédiatre à l'Institut hospitalier Franco-britannique (Levallois-Perret) depuis 27 ans. Spécialisée dans le soutien à la parentalité, formée en haptonomie et en communication non violente, elle anime aussi des groupes de travail pour les médecins, psychologues, éducateurs, sages-femmes sur l'aide et le soutien à apporter aux parents.

http://www.printemps-education.org/pour-une-enfance-heureuse

19/12/2014

Comme les "grands" : PAS DE TABLETTES NUMÉRIQUES POUR NOËL !

communiqué :

Image 1.png

 

Image 2.png

 

 

 

Image 3.png

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

--

 

 Voir :

Steve Jobs Was a Low-Tech Parent NYTimes.com 

www.nytimes.com/2014/09/.../steve-jobs-apple-was-a-low-tech-parent.html

10 Sep 2014 ... By NICK BILTON SEPT. 10, 2014 ... during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

When Steve Jobs was running Apple, he was known to call journalists to either pat them on the back for a recent article or, more often than not, explain how they got it wrong. I was on the receiving end of a few of those calls. But nothing shocked me more than something Mr. Jobs said to me in late 2010 after he had finished chewing me out for something I had written about an iPad shortcoming.

“So, your kids must love the iPad?” I asked Mr. Jobs, trying to change the subject. The company’s first tablet was just hitting the shelves. “They haven’t used it,” he told me. “We limit how much technology our kids use at home.”

I’m sure I responded with a gasp and dumbfounded silence. I had imagined the Jobs’s household was like a nerd’s paradise: that the walls were giant touch screens, the dining table was made from tiles of iPads and that iPods were handed out to guests like chocolates on a pillow.

Nope, Mr. Jobs told me, not even close.

Since then, I’ve met a number of technology chief executives and venture capitalists who say similar things: they strictly limit their children’s screen time, often banning all gadgets on school nights, and allocating ascetic time limits on weekends.

I was perplexed by this parenting style. After all, most parents seem to take the opposite approach, letting their children bathe in the glow of tablets, smartphones and computers, day and night.

Yet these tech C.E.O.’s seem to know something that the rest of us don’t.

Chris Anderson, the former editor of Wired and now chief executive of 3D Robotics, a drone maker, has instituted time limits and parental controls on every device in his home. “My kids accuse me and my wife of being fascists and overly concerned about tech, and they say that none of their friends have the same rules,” he said of his five children, 6 to 17. “That’s because we have seen the dangers of technology firsthand. I’ve seen it in myself, I don’t want to see that happen to my kids.”

The dangers he is referring to include exposure to harmful content like pornography, bullying from other kids, and perhaps worse of all, becoming addicted to their devices, just like their parents.

Alex Constantinople, the chief executive of the OutCast Agency, a tech-focused communications and marketing firm, said her youngest son, who is 5, is never allowed to use gadgets during the week, and her older children, 10 to 13, are allowed only 30 minutes a day on school nights.

Evan Williams, a founder of Blogger, Twitter and Medium, and his wife, Sara Williams, said that in lieu of iPads, their two young boys have hundreds of books (yes, physical ones) that they can pick up and read anytime.

So how do tech moms and dads determine the proper boundary for their children? In general, it is set by age.

Children under 10 seem to be most susceptible to becoming addicted, so these parents draw the line at not allowing any gadgets during the week. On weekends, there are limits of 30 minutes to two hours on iPad and smartphone use. And 10- to 14-year-olds are allowed to use computers on school nights, but only for homework.

“We have a strict no screen time during the week rule for our kids,” said Lesley Gold, founder and chief executive of the SutherlandGold Group, a tech media relations and analytics company. “But you have to make allowances as they get older and need a computer for school.”

Some parents also forbid teenagers from using social networks, except for services like Snapchat, which deletes messages after they have been sent. This way they don’t have to worry about saying something online that will haunt them later in life, one executive told me.

Although some non-tech parents I know give smartphones to children as young as 8, many who work in tech wait until their child is 14. While these teenagers can make calls and text, they are not given a data plan until 16. But there is one rule that is universal among the tech parents I polled.

“This is rule No. 1: There are no screens in the bedroom. Period. Ever,” Mr. Anderson said.

While some tech parents assign limits based on time, others are much stricter about what their children are allowed to do with screens.

Ali Partovi, a founder of iLike and adviser to Facebook, Dropbox and Zappos, said there should be a strong distinction between time spent “consuming,” like watching YouTube or playing video games, and time spent “creating” on screens.

“Just as I wouldn’t dream of limiting how much time a kid can spend with her paintbrushes, or playing her piano, or writing, I think it’s absurd to limit her time spent creating computer art, editing video, or computer programming,” he said.

Others said that outright bans could backfire and create a digital monster.

Dick Costolo, chief executive of Twitter, told me he and his wife approved of unlimited gadget use as long as their two teenage children were in the living room. They believe that too many time limits could have adverse effects on their children.

“When I was at the University of Michigan, there was this guy who lived in the dorm next to me and he had cases and cases of Coca-Cola and other sodas in his room,” Mr. Costolo said. “I later found out that it was because his parents had never let him have soda when he was growing up. If you don’t let your kids have some exposure to this stuff, what problems does it cause later?”

I never asked Mr. Jobs what his children did instead of using the gadgets he built, so I reached out to Walter Isaacson, the author of “Steve Jobs,” who spent a lot of time at their home.

“Every evening Steve made a point of having dinner at the big long table in their kitchen, discussing books and history and a variety of things,” he said. “No one ever pulled out an iPad or computer. The kids did not seem addicted at all to devices.”

17/09/2014

Résultats scolaires et cannabis

lu dans la revue de presse de l'INSERM :

Une étude, publiée dans la revue The Lancet Psychiatry, révèle que « la consommation régulière de cannabis peut avoir un impact négatif sur les résultats scolaires », souligne La Croix.

Elle montre notamment que 60% des jeunes de moins de 17 ans qui en consomment quotidiennement risquent de ne pas terminer leurs études secondaires, par rapport à ceux qui n’ont jamais fumé.

Le quotidien reprend l’expertise collective de l’Inserm « Conduites addictives chez les adolescents », publiée en février dernier.

Pour plus d’informations sur cette expertise collective, voir notre dossier en salle de presse

La Croix, 16/09

Addictions.pdf

 

19/03/2014

Histoire et transformations numériques dans l'enseignement supérieur et la recherche

 

communiqué :

Séminaire de recherche Fichet-Heynlin
Séance n°4 : 
26 mars 2013 (16h30-18h30)

Histoire et transformations numériques
dans l'enseignement supérieur et la recherche


Inscription gratuite mais obligatoire : en salle / à distance



Questions et débat avec :

Deux questions préliminaires aux deux invités pour ouvrir le débat :

Quelles sont à votre avis, en histoire, les transformations les plus importantes, liées au numérique, modifiant le processus (données, traitements, éditions, pédagogies, valorisations) allant de la recherche à ses diffusions pédagogiques et publiques ?

Quelles sont, à votre avis, les spécificité des disciplines historiques (vis à vis d'autres disciplines que vous connaîtriez dans le domaine des arts, lettres et            sciences humaines), dans le rapport aux transformations numériques des pratiques de recherche et d'enseignement ?

 Pour leur poser vos questions et suivre le séminaire à distance (AdobeConnect):

Inscription préalable obligatoire http://www.reseau-terra.eu/article1309.html

Écritoire collectif pour poser vos questions http://lite2.framapad.org/p/semFH4

Connexion : https://universiteparis.adobeconnect.com/semnumesr/

Lieu : Paris 1 / Centre PMF, 90, rue de Tolbiac 75013 Paris, Métro Olympiades, 8ème étage salle A 802

Séminaire de recherche FICHET-HEYNLIN (2013-2014)

Quels sont les effets des changements numériques sur les métiers et l'organisation 
universitaire ?
 Que sait-on des usages du numérique par les étudiants et enseignants selon les 

établissements et les pays ?

Resp.: Sophie Poirot-Delpech, Jérôme Valluy, Julien Vincent

Un séminaire public organisé par le réseau scientifique Numer-Univ avec le soutien du Service Usages numériques de l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne


En 1470, vingt ans après les premières impressions de Gutenberg, la Sorbonne, sous l'impulsion de Guillaume Fichet et Johann Heynlin, ouvre un atelier d'imprimerie pour mettre à disposition des étudiants et professeurs des ouvrages remplaçant les manuscrits rares et défectueux des copistes. En 2006 est créé à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1), comme dans d'autres établissements, un service des Technologies de l'Information et de la Communication pour l'Enseignement (TICE) qui met à disposition des étudiants et professeurs les outils numériques, pédagogiques et éditoriaux, caractéristiques des évolutions universitaires à l'ère de l'Internet. L'objet du séminaire FICHET-HEYNLIN est d'étudier les multiples aspects que cette révolution numérique produit dans l'activité et le fonctionnement des universités en favorisant la diversité des regards disciplinaires (sur le domaine des arts, lettres, droit, sciences humaines et sociales), le pluralisme intellectuel des points de vue (eco-managérial, technophile, pédagogique, professionnel, social, technophobe...) et les regards critiques favorables à une construction prudente et raisonnée des avancées dans ce domaine, à distance des enthousiasmes technophiles dominants de l'époque mais aussi des réactions technophobes. Une attention particulière sera prêtée aux travaux déjà nombreux sur les usages du numérique dans les établissements universitaires ainsi que sur les enjeux internationaux des relations inter-universitaires.

------------------------------------------
Séance n°1 (8 octobre 2013) :
Séance inaugurale : Problématique, organisation et programmation du séminaire

    Vidéo en téléchargement : http://www.reseau-terra.eu/article1294.html

------------------------------------------
Séance n°2 (13 novembre 2013) :
Transformations du métier "recherche & enseignement" à l'ère numérique

    Vidéo en téléchargement : http://www.reseau-terra.eu/article1298.html

------------------------------------------
Séance n°3 (18 décembre 2013) :
Littérature et transformations numériques dans l'enseignement supérieur et la recherche

    Vidéo en téléchargement : http://www.reseau-terra.eu/article1303.html


------------------------------------------
Séance n°4 (26 mars 2014) :
Histoire 
et transformations numériques dans l'enseignement supérieur et la recherche

    Inscriptions : http://www.reseau-terra.eu/article1309.html

------------------------------------------
Contacts :

Numeruniv : http://www.reseau-terra.eu/article1266.html

<mime-attachment.gif> Sophie Poirot-Delpeche Sophie.Poirot-Delpech@univ-paris1.fr 
<mime-attachment.gif> Jérôme Valluy jerôme.valluy@univ-paris1.fr 
<mime-attachment.gif> Julien Vincent Julien.Vincent@univ-paris1.fr

08/02/2014

La blouse à l'école pour gommer les différences sociales

lu sur le Midi Libre :

Port de la blouse, respect de la morale et des valeurs. Olivier Lefèvre, directeur de l’école des Sarments à Carcassonne veut revenir au port de la blouse. 

05/09/2013

C'est la rentrée scolaire : le pédibus, qu'est-ce ?

lu sur :

http://www.lemonde.fr/mobilite/article/2013/09/05/le-pedibus-peine-a-remplacer-la-voiture_3471379_1653095.html

Le pédibus peine à remplacer la voiture

LE MONDE | 05.09.2013 à 12h31 • Mis à jour le 05.09.2013 à 15h33 |Olivier Razemon

"La ceinture de sécurité est obligatoire et non négociable, même pour un trajet de 200 mètres". Cette recommandation, destinée aux parents, émane de l'Association prévention routière. Et si vous emmeniez plutôt votre progéniture à pied ? Si le temps vous manque, d'autres peuvent déposer le bambin devant le portail de l'école à votre place. C'est le principe du pédibus, ou bus à pied, aussi appelé "carapatte" ou "trottibus". Les enfants se retrouvent à heure fixe à un endroit convenu, matérialisé par un panneau ou un marquage au sol, et se dirigent ensemble vers l'école, en suivant un parcours défini à l'avance. Ils sont accompagnés par des adultes, employés municipaux ou parents bénévoles.

Le dispositif, né en Autriche et aux Pays-Bas dans les années 1990, est apparu en France au début des années 2000. De nombreuses communes, enthousiastes, ont adopté le pédibus, ou le vélobus, sa version cyclable, et chantent à chaque rentrée les louanges de la "mobilité durable ". C'est par exemple le choix de Malakoff (Hauts-de-Seine). "En 2011, la municipalité a lancé six lignes, baptisées "framboise", "poire" ou "fraise", avec pour objectif de limiter la circulation et de préserver ainsi l'environnement", explique Ramndatou Diop, chargée de mission "développement durable" à la municipalité. Assez vite, il s'est confirmé que les motivations des parents étaient plus pratiques qu'écologiques. "Le pédibus permet aux familles de mieux s'organiser, de lâcher la voiture et de vivre des moments de convivialité", argumente la chargée de mission. Tout en limitant le stationnement sauvage et les risques d'accidents.

Une fois que l'on a créé un pédibus, il faut l'entretenir. Or les bénévoles se lassent, et les parents des enfants qui passent au collège ne se sentent plus concernés. Le Grand Lyon (1,3 million d'habitants) faisait fonctionner 160 lignes convoyant au total 1 500 enfants en 2010, mais il n'en reste plus aujourd'hui qu'une centaine, au service d'un millier d'élèves. A Malakoff, deux lignes, "cerise" et "orange", ont dû être abandonnées, faute de bonnes volontés.

Plus calmes en classe

Au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne), plusieurs parcours avaient été tracés pour la rentrée 2007. Des lieux de rendez-vous étaient dessinés sur le sol. Mais le dispositif "s'est essoufflé dès la deuxième année ", reconnaît Jean-Marc Nicolle, adjoint (MRC) en charge des affaires générales. A Rungis, dans le même département, si l'unique ligne de pédibus fonctionne toujours, c'est grâce aux employés municipaux qui font le trajet tous les matins.

Pour convaincre les parents, les élus rivalisent d'imagination. A Lyon, Gilles Vesco (apparenté PS), en charge des déplacements, distribue des conseils pratiques aux bénévoles et fait signer des "chartes d'engagement" aux parents comme aux enfants. Les parcours sont aménagés de façon à emprunter des voies agréables et sécurisées. Et pour convaincre les parents, l'élu lâche l'argument ultime : "Les enfants qui viennent à pied sont plus calmes et plus attentifs en classe."

Las, ces efforts ne sont pas toujours récompensés, surtout " lorsque l'environnement aux alentours des écoles demeure favorable à la voiture", observe Joris Marrel, au Certu, le centre technique consacré aux transports qui dépend de l'Etat. "En rendant le recours à l'automobile moins attractif, en obligeant les parents à se garer loin de l'école, on provoque une réflexion", constate ce spécialiste.

Olivier Razemon

11/05/2013

Défense de l'enseignement public en Espagne

à lire sur :

http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/05/10/l-enseignement-public-dans-la-rue-en-espagne_3174964_3214.html

L'enseignement public dans la rue en Espagne


L'enseignement public dans la rue en Espagne.pdf


Changement climatique et programmes scolaires

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2013/05/10/les-salles-de-classe-anglo-saxonnes-nouvelles-cibles-des-climatosceptiques_3174945_3244.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

LE MONDE | 10.05.2013 à 10h47 • Mis à jour le 11.05.2013 à 09h45

Par Audrey Garric

Les salles de classe anglo-saxonnes sont devenues l'un des champs de bataille du climat. Au Royaume-Uni, la polémique enfle chez les enseignants et les scientifiques qui craignent de voir le changement climatique disparaître des programmes scolaires. Aux Etats-Unis, la notion vient certes de faire son entrée dans les manuels mais dans une version édulcorée par rapport aux travaux préparatoires. 

Outre-Manche, le ministère de l'éducation, qui planche sur un nouveau "curriculum national" – définition du contenu de l'enseignement primaire et secondaire – a retiré la notion de changement climatique de la version finale du projet dévoilé en février, mais pas encore officiellement adopté.

Dans les nouveaux programmes pour les 5-14 ans, qui devraient entrer en vigueur en septembre 2014, les cours de géographie ne sont plus censés aborder le changement climatique mais le "climat et la météo" (saisons, zones climatiques, cycle de l'eau, glaciation, etc.). Une seule mention, dans les cours de chimie, fait état de "l'impact du dioxyde de carbone produit par l'homme sur le climat". Les conséquences du réchauffement sont cantonnées aux cours de géographie pour les 14-16 ans. Un enseignement optionnel que ne choisissent qu'un quart des élèves.

Lire aussi : En France, l'enseignement sur le climat est morcelé

Face à cette refonte, de nombreuses institutions scientifiques, ONG écologistes et associations d'enseignants et d'élèves se mobilisent pour inciter le ministère à faire marche arrière. Deux pétitions, d'une professeure et d'une étudiante, ont récolté 67 000 signatures. Le ministre de l'énergie lui-même, le libéral-démocrate Ed Davey, a écrit, le 2 mai, une lettre à son homologue de l'éducation, Michael Gove, lui demandant de revenir sur son choix.

"MEILLEURE COMPRÉHENSION"

"Les élèves n'apprendront plus les conséquences du changement climatique pour les hommes, comme la montée des eaux ou la fonte de la banquise, déplore Margaret Hunter, professeur de géographie et auteure de l'une des pétitions. C'est d'autant plus regrettable que ce sont eux qui vont affronter, et affrontent déjà, les conséquences du réchauffement et qui nécessitent donc de solides connaissances pour le gérer et le combattre."

"Il est faux de dire que le changement climatique a été retiré du curriculum national, rétorque le ministère de l'éducation dans un communiqué. Il s'agit au contraire de donner aux élèves une meilleure compréhension des enjeux du climat."

"LE CHOIX DE CHAQUE ENSEIGNANT"

La réponse peine à convaincre. "Enseigner les mécanismes physiques du climat ne permet pas forcément de comprendre les enjeux du réchauffement, prévient Bob Ward, l'un des directeurs de l'Institut de recherche Grantham sur le changement climatique, coauteur d'une réponse au ministère. Cela va dépendre des choix de chaque enseignant de traiter ou ignorer le sujet." Comme d'autres, il devine, derrière "ce recul", l'influence des climatosceptiques, nombreux au sein du Parti conservateur dont est membre le ministre de l'éducation.

De l'autre côté de l'Atlantique, en revanche, la notion de changement climatique est pour la première fois entrée dans les programmes des écoliers américains, par l'intermédiaire de nouvelles normes éducatives scientifiques – "Next Generation Science Standards". Publiés le 9 avril, après deux ans de travail impliquant des scientifiques et des professeurs, ces programmes prévoient un enseignement interdisciplinaire du climat au primaire et au secondaire. Parmi les prérequis : comprendre comment les activités humaines accélèrent le réchauffement.

"CONTENU ÉDULCORÉ"

"C'est un vrai progrès car le changement climatique n'était pas abordé par les normes actuelles, qui datent de 1996, explique Frank Niepold, coordinateur de l'éducation au climat à la National Oceanic and Atmospheric Administration. Chaque Etat est libre toutefois d'appliquer les programmes à sa façon. Beaucoup d'enseignants évitent alors ce sujet polémique." Vingt-six Etats au moins devraient adopter les nouvelles normes et les mettre en œuvre d'ici à deux ou trois ans.

Malgré leur avancée incontestable, ces programmes rénovés ont toutefois suscité déceptions et critiques au sein du monde scientifique. Leur version finale, publiée à la suite d'une consultation publique, supprime un tiers du temps d'enseignement alloué au climat. "Surtout, le contenu a été édulcoré : le mécanisme de l'effet de serre et les réponses à apporter au changement climatique ne sont pas présents, par exemple", regrette Mark McCaffrey, directeur de la stratégie au National Center for Science Education.

Comme au Royaume-Uni, l'expert estime que les climatosceptiques ont fait pression. De fait, nombre d'organismes, tels que le think tank conservateur Heartland Institute, continuent de diffuser auprès des enseignants et des élèves américains l'idée que le changement climatique est "incertain" et scientifiquement "controversé". Depuis 2001, des "Academic freedom bills" ont même été discutés dans plus d'une quinzaine d'Etats, et adoptés par deux d'entre eux (la Louisiane et le Tennessee), afin de protéger les enseignants tenant des propos climatosceptiques ou anti-évolutionnistes. "De telles lois pourraient continuer d'essaimer face aux nouvelles normes, craint Mark McCaffrey. Si le changement climatique est scientifiquement prouvé, il reste politiquement et idéologiquement controversé."

------------

Le changement climatique

Édition abonnés Contenu exclusif

26/04/2013

Saborder le français pour laisser le champ libre à la sous-culture et à la conception anglo-saxonne d'une société néo-libérale ???

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/04/25/refusons-le-sabordage-du-francais-par-claude-hagege_3166350_3232.html

"Refusons le sabordage du français",

par Claude Hagège - Le Monde

LE MONDE | 25.04.2013 à 11h59 • Mis à jour le 25.04.2013 à 17h11

Par Claude Hagège (professeur au Collège de France)

La France n'est certes que la source historique, et non la propriétaire exclusive de la langue française, que partagent avec elle, à travers le monde, les soixante-dix-sept Etats et gouvernements constituant ensemble l'Organisation internationale de la francophonie (OIF). Du moins jusqu'ici. Car le projet de loi Fioraso, qui veutimposer, en faveur de l'anglais, une très large extension des exceptions au principe du français langue de l'enseignement, des examens et des concours, pourrait avoir pour conséquence, du fait de la valeur symbolique d'un acte de sabordage du français par la France officielle elle-même, un doute croissant quant à la légitimité de la promotion de cette langue par les autres pays francophones. Heureusement, quelques espoirs subsistent : le directeur du Salon du livre du Beyrouth me disait, à la fin d'octobre 2009, en un français aussi classique que sa voix était sereine et teintée d'ironique mépris : "Laissez là vos alarmes : si la France torpille le français, d'autres pays seront toujours là pour le revigorer etgalvaniser sa diffusion !"

On se demande, pourtant, d'où peut bien venir, en France, cet acharnement contre la langue française. De la monarchie à la République, surtout aux heures les plus tragiques de cette dernière, tout illustre ce dicton : "C'est par sa langue que vit une nation." Les dirigeants de la nation française sont-ils donc saisis d'une pulsion d'autodestruction ? A supposer que tel ne soit pas le cas, tout francophone lucide ne peut qu'adresser aux gens de pouvoir à Paris et aux intellectuels malvoyants qui les inspirent, le message suivant : "N'entendez-vous pas s'esclaffer les étudiants étrangers que votre exorbitante et naïve assuranceprétend attirer dans vos universités et vos écoles par un enseignement en anglais, alors qu'il n'y est pas langue maternelle ? Ne voyez-vous pas que les mieux informés d'entre eux commencent à avoir pitié de votre dérisoire servilité face aux mécanismes du profit, et à se demander quelle déplorable aliénation vous torture, alors qu'ils respectaient jusqu'ici la culture et la langue françaises ? Allez-vous protéger enfin vos tympans contre les sirènes des universitaires liés par des conventions avec des établissements anglophones, et qui n'ont pas encore compris que c'est en utilisant le français qu'ils accroîtront le prestige de leurs travaux, et non en mordant le sol devant l'anglais ?"

Le français est depuis le XIIIe siècle une langue à vocation internationale, d'abord européenne, puis levantine, puis mondiale. Il est aujourd'hui la seule langue, avec l'anglais, qui soit présente sur les cinq continents. Chaque réunion de l'OIF montre que la promotion du français encourage celles de toutes les autres langues des pays membres. Madrid, Lisbonne-Brasilia, et maintenant Pékin dressent, face à la résistible domination de l'anglais, l'arme irrésistible de la diversité. Et c'est à ce moment même que la France, qui possède une longue antériorité historique dans l'illustration de sa langue, devrait sacrifier cette dernière aux pauvres pièges de l'argent ? !

Il est encore temps de réagir devant le burlesque en passe de devenir le consternant. Il est encore temps de se mobiliser avant qu'un projet de loi porteur du cancer ne soit proposé à la représentation nationale. Une partie grandissante du public bien informé est en train de se déprendre du vertige de l'américanisation déguisée en mondialisation. L'Académie française, elle aussi, dénonce un projet suicidaire.

Quant aux masses françaises, abreuvées de sous-culture américaine, elles ne manifestent aucun désir de substituer l'anglais au français dans l'enseignement en France. Ce sont donc les forces vivantes et majoritaires du pays que l'on insulte en plaçant l'anglais sur un piédestal dont il n'a que faire, surtout venant du gouvernement français. Battons-nous pour notre langue ! Car même si l'enjeu est aussi d'éviter, par solidarité civique, aux autorités de sombrer dans le grotesque en même temps que dans l'indignité, c'est de notre identité qu'il s'agit. Il n'est plus temps de clore nos paupières : nous sommes en guerre !

Lire le débat Université, pourquoi une nouvelle réforme ?, avec les contributions de Geneviève Fioraso, ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche ; Valérie Pécresse, ancienne ministre de l'enseignement supérieur ; des prfosseurs d'économie ; Jean-Louis Fournel, professeur à l'université Paris-VIII et ancien président du collectif Sauvons l'université ! ; Claude Hagège, professeur au Collège de France ; Gilbert Béréziat, président honoraire de l'université Pierre-et-Marie-Curie...

Claude Hagège (professeur au Collège de France)

12/12/2012

Le niveau en lecture des élèves français

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ecole-primaire-et-secondaire/article/2012/12/12/alerte-sur-le-niveau-en-lecture-des-eleves-francais_1805108_1473688.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Alerte sur le niveau en lecture des élèves français

LE MONDE | 12.12.2012 à 14h29 Par Maryline Baumard

A l'âge de 10 ans, un écolier français lit moins bien que la moyenne des élèves européens du même âge... Les résultats du classement opéré tous les cinq ans par le Programme international de recherche en lecture scolaire  (http://timss.bc.edu/) (Pirls) et rendus publics mardi 11 décembre placent la France en 29e position sur 45 pays et montrent des résultats en constante dégradation depuis 2001. Pirls est réalisé par l'IEA, l'association internationale pour l'évaluation du rendement scolaire. Cet établissement, qui dépend du Boston College, aux Pays-Bas, évalue les apprentissages depuis sa création en 1958 selon des procédures très scientifiques. Ses programmes phares sont Pirls et Timss, une évaluation du niveau en mathématiques à laquelle la France participera en 2015 pour la première fois.

Avec ses 520 points pour Pirls, la France se situe juste au-dessus de la moyenne internationale (500 points) mais en deçà des 534 points de la moyenne européenne. Ces résultats mettent en lumière tout ce qui ne fonctionne plus dans le système éducatif français.

  • Une mauvaise dynamique

Sur le groupe des 23 pays qui participent régulièrement à Pirls depuis 2001, seuls quatre, dont la France, chutent sur la décennie. Ce qui, relativement, nous place de plus en plus bas et montre que d'autres pays savent tirer mieux que nous les leçons de ces classements internationaux pour progresser. Les Etats-Unis ont, par exemple, gagné 14 points, Hongkong et Singapour une quarantaine de points.

  • Un coeur de réacteur malade

Les établissements publics hors éducation prioritaire perdent 10 points en dix ans, ce qui les place à 523 points. Les ZEP, elles, gagnent 3 points sur la même période. Malgré cela, elles restent sous la moyenne internationale, avec un score de 480 qui les rapproche de la performance de Malte ou de la Géorgie !

Pour l'enseignement privé sous contrat, en revanche, tout va bien. Il caracole 8 points au-dessus du public, à 531 points et gagne 4 points depuis 2006.

  • La disparition progressive des très bons élèves

Tant que la France était capable de (re)produire une élite pour remplir ses grandes écoles, les classes dominantes ont trouvé leur intérêt dans un système globalement peu performant mais qui les sert et joue le statu quo. En montrant que le groupe des forts se réduit beaucoup, Pirls pourrait bien semer la zizanie.

Dans le quart supérieur des élèves européens, la France ne place plus que 17 % d'élèves. En plus, ils affichent un score moyen au-dessous de 616, quand dans ce groupe la moyenne est à 622. En Europe, 9 % des enfants arrivent à un score de 625 points, qui marque une compréhension approfondie des textes. En France, ils étaient 7 % en 2001 et ne sont plus que 5 %.

  • L'augmentation de la grande difficulté

A l'autre extrémité, 32 % des Français se rangent dans le quart des élèves européens les plus faibles. Le groupe des élèves en difficulté s'élargit donc.

  • Les problèmes d'écriture

Pirls est composé de QCM (questions à choix multiples) et d'exercices d'écriture. Les élèves français réussissent à 67 % les QCM et à 40 % les exercices d'expression. "Plus la réponse attendue doit être élaborée, plus le score des élèves français diminue", précise le ministère de l'éducation nationale dans une note publiée mardi. Aux questions auxquelles il faut répondre par un mot, les jeunes Français obtiennent 53 % de réussite, par une phrase 31 % et par un texte... 20 %.

  • Un fort taux de non-réponses

Globalement, les élèves français rendent leur copie avec 6,4 % des réponses manquantes - c'est le plus fort taux des pays européens - et ils abandonnent les exercices en cours de route. "En moyenne, ils sont 6,7 % à ne pas aller jusqu'au bout de la quinzaine de questions posées à partir d'un texte ", souligne la DEPP. Pour le directeur de l'enseignement scolaire, Jean-Paul Delahaye, "nous avons là la preuve manifeste qu'il faut réfléchir à une notation plus constructive, moins de sanctions et plus largement changer le rapport à l'école."

  • La non-compréhension

Les 300 000 élèves (dont 4 438 Français), qui ont passé Pirls, ont planché sur deux types de textes : les textes narratifs et des textes informatifs. "Alors que les performances sur les textes narratifs sont restées relativement stables, celles qui concernent la lecture de textes informatifs ont diminué depuis 2001 de 13 points", rappelle l'analyse faite par la direction de l'évaluation du ministère. "C'est un phénomène très inquiétant, estime M. Delahaye. On était habitué à ce que les élèves peinant sur les textes littéraires se rattrapent sur les textes informatifs. Mais ce n'est plus le cas."

  • La racine du mal

"Le problème vient en partie de la maternelle que nous allons repenser", précise M. Delahaye pour qui "elle doit être une école particulière qui ne doit pas anticiper les apprentissages du CP mais les préparer". Le ministre de l'éducation, Vincent Peillon, a profité de ces résultats pour justifier l'accent qui sera mis sur le primaire dans le cadre de la "refondation" de l'école.

L'écart entre les filles et les garçons s'est réduit

En 2011, en France, filles et garçons obtiennent des scores voisins en lecture. Quatre points seulement séparent désormais les jeunes Français des deux sexes, avec une moyenne de 522 points pour les filles et de 518 pour les garçons. Même le plus farouche militant d'une approche non sexuée des savoirs ne se réjouira pas de la réduction de cet écart dû à une chute des jeunes Françaises : elles ont perdu 9 points entre 2001 et 2011. En se positionnant à 522 points, elles sont quasiment "tombées" à la moyenne internationale des filles (520), quand les garçons, ne voyant leur score s'effriter "que" de deux petits points, sont restés au-dessus de la moyenne internationale de leur sexe (504). Colombie, Israël, Espagne et Italie sont les seuls autres pays sans différentiel important entre les sexes. En Finlande et en Grande-Bretagne, l'écart est de plus de 20 points.

Une enseignante à Paris témoigne : "Tous les enfants peuvent apprendre à lire"

Les problèmes de lecture des élèves de CM1, Ostiane Mathon, enseignante à Paris, les vit au quotidien. Chaque année, cette férue de pédagogie qui forme aussi des maîtres transforme en lecteurs des écoliers qui avaient traversé CP, CE1 et CE2 sans accrocher avec cet apprentissage. "Tous les enfants peuvent apprendre à lire. Mais il faut qu'ils soient prêts. En entrant dans ce monde de l'écrit, l'enfant fait un premier pas dans la séparation avec l'adulte. Et s'il n'est pas prêt à couper le cordon, il n'apprendra pas à lire", dit-elle. "Les blocages n'ont jamais les mêmes causes. Il faut donc proposer de multiples entrées pour que l'enfant trouve celle qui va lui convenir. Il n'y a pas que des blocages psychologiques. Nous sommes souvent piégés par l'idée que ce qui fonctionne avec un élève va marcher avec les autres." Outre un usage des outils numériques, Mme Mathon a un vrai secret, c'est d'en faire bien plus en lecture que ce que requièrent les programmes.

 

"Quitte à négliger un peu d'autres pans de l'enseignement."

20/11/2012

Aujourd'hui : Journée Internationale des droits de l'enfant

communiqué :

Journée Internationale des droits de l'enfant

"Rien n’est plus important que de bâtir un monde dans lequel tous nos enfants auront la possibilité de réaliser pleinement leur potentiel et de grandir en bonne santé, dans la paix et dans la dignité."
Kofi A. Annan, secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies

C'est en 1995 que le Parlement français a décidé de faire du 20 novembre la 'Journée Mondiale de défense et de promotion des droits de l'enfant'. Cette journée internationale est un moment privilégié pour se rendre compte des nombreuses injustices perpétrées contre les enfants dans le monde. Elle tente aussi de faire valoir la convention internationale des droits de l'enfant de 1989.

Une convention et des droits

La Convention Internationale des Droits de l'Enfant est un texte de 54 articles, adoptée par les Nations Unies le 20 novembre 1989. Elle affirme qu'un enfant n'est pas seulement un être fragile qu'il faut protéger mais que c'est une personne qui a le droit d'être éduqué, soigné, protégé, quel que soit l'endroit du monde où il est né. Et aussi qu'il a le droit de s'amuser, d'apprendre et de s'exprimer. Elle a été ratifiée par 191 pays sur 193. Seuls la Somalie et les États Unis ont refusé de s'engager.

Ce texte est très important, mais pas suffisant : il reste beaucoup à faire pour faire des droits des enfants une réalité. Les droits ne sont réels que dans la mesure où ils sont mis en pratique, pour les enfants comme pour tous. Promouvoir les droits des enfants, c'est tout d'abord créer les conditions sociales, économiques et culturelles afin que tous puissent y accéder. C'est à ce prix que les droits de l'enfant seront véritablement respectés.

L'UNESCO a toujours accordé une place significative à l'enfant au sein de ses programmes et de ses activités, qui visent notamment au développement optimal de la personnalité dès la petite enfance, au progrès social, moral, culturel et économique de la communauté, à l'appréciation des identités et valeurs culturelles, et à la sensibilisation au respect des droits et des libertés fondamentales.

La situation en France et dans le monde

La promotion et le respect des Droits de l'Enfant ne doit pas rester un simple idéal, mais doit devenir une réalité au quotidien, que soient enfin reconnus les droits essentiels de l'enfant : droit à la protection, droit à la santé, droit au développement harmonieux, droit à la culture, droit à l'éducation.

Enfant en France :

  • Un million d'enfants pauvres
  • 19.000 enfants maltraités
  • 76.000 sont en danger dans un contexte familial dégradé et qui menace leur développement éducatif et/ou matériel
  • quelque 240.000 enfants placés ou pris en charge
  • 85 000 sont touchés par le saturnisme
  • record des suicides des 15-24 ans.
  • 150 000 filles et garçons quittent chaque année le système scolaire sans aucune perspective
  • 15 000 ne suivent pas leurs cours alors qu'ils sont inscrits au collège ou au lycée et qu'ils n'ont pas encore 16 ans.
  • 15 % des enfants qui arrivent au collège ne comprennent pas ce qu'ils lisent

Même si la France traite globalement bien ses 15 millions de moins de 18 ans, elle "peut mieux faire", résumait récemment le Conseil français des associations pour les droits de l'enfant (Cofrade).

Le 14 décembre, l'Unicef sortira son rapport annuel intitulé "Enfants exclus, enfants invisibles", sur les enfants qui ne sont pas enregistrés à l'Etat civil ou les enfants de la rue. Fin 2004, le même rapport indiquait que plus d'un milliard d'enfants sur Terre, soit plus de la moitié au monde, "souffrent de privations extrêmes liées à la pauvreté, à la guerre et au sida.

En 2005, un enfant meurt encore toutes les 3 secondes. Sans parler des millions d’enfants privés d’éducation, de soins, de nourriture, d’eau potable…
Parmi les nombreuses oeuvres qui agissent pour que soit reconnue la dignité des pauvres et des enfants du monde entier, l'UNICEF est surement l'une des plus connues, c'est pourquoi nous vous conseillons de découvrir, ou de redécouvrir, l'oeuvre de l'
UNICEF.

Un site à visiter : www.droitsenfant.com

29/05/2012

Remplacement des enseignants : le rapport qui accuse

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/remplacement-des-enseignants-le-rapport-qui-accuse-28-05-2012-1465849_23.php?xtor=EPR-6-[Newsletter-Quotidienne]-20120529

Remplacement des enseignants : le rapport qui accuse

En juin 2011, l'Inspection générale dressait ce bilan alarmant des heures de cours perdues faute de remplaçants. Du grain à moudre pour Peillon.

Parmi les 17 rapports d'inspection enterrés depuis 2009 que vient de publier le nouveau ministre de l'Éducation Vincent Peillon, le plus explosif concerne peut-être le remplacement des enseignants. Car les élèves sans professeur restent pour l'opinion la face la plus sensible du mauvais fonctionnement de l'Éducation nationale.

Rien d'étonnant dans le fait que la précédente administration a maintenu ce rapport au secret : sous l'avalanche de sigles et le jargon inimitable des inspecteurs de l'Inspection générale de l'administration de l'Éducation nationale et de la recherche (IGAENR) se cache un constat au lance-flamme. Il démontre à quel point, malgré les discours, les actions successives de Xavier Darcos et de son successeur Luc Chatel n'ont en rien amélioré la gestion du remplacement. Voire l'ont aggravée. On se souvient pourtant que Darcos avait promis la fin des aberrations grâce à la création d'une "agence du remplacement" : de cette agence, il n'est pas question une seule fois dans les quelque 91 pages de ce rapport.

Aberrations

Quelques chiffres : dans le premier degré, la Direction centrale de l'enseignement scolaire (DGESCO) comptabilisait en 2009-2010 "5 570 000 journées d'absence sur l'année 2009-2010", en hausse de 1,34 %. Dans le second degré, les absences s'élèvent à 12 millions d'heures, dont 2,6 non remplacées. Mais l'essentiel est ailleurs. C'est la première des aberrations révélées par l'Inspection : le système de mesure du phénomène est biaisé et semble avoir été conçu pour le minimiser. Ainsi, il ne comptabilise pas les absences pour cause de formation continue ou celles résultant des autorisations exceptionnelles d'absence (liées à un décès, un déménagement ou un rendez-vous médical...). Pas plus que celles, non négligeables, dues à l'organisation des examens.

Le collège sacrifié

Si les chiffres mentent, c'est parce que la réalité décrite par le rapport est préoccupante. Dans le premier degré, l'administration a pris la fâcheuse habitude de nommer des remplaçants des enseignants fragilisés. De fait, ils sont plus souvent absents que ceux qu'ils sont censés suppléer. Un phénomène là encore sous-évalué par le ministère : "La DGESCO estime qu'a minima cela concerne 500 personnes. Une projection réalisée à partir des réponses des responsables des inspections académiques visitées conduit (les inspecteurs, NDLR) à un chiffre supérieur, de l'ordre de 1 500 à 2 000 personnes." Autre réalité : les remplaçants sont amenés à être utilisés pour pallier des absences devenues réglementaires, autrement dit structurelles : ainsi les décharges horaires des directeurs d'école ont-elles été accordées sans accroître les moyens de remplacement. Autant de ressources qui ne sont plus mobilisables pour remédier aux absences traditionnellement importantes dans le premier degré, en raison de la forte féminisation du corps des professeurs des écoles et à son exposition aux épidémies hivernales.

Dans le second degré a eu lieu un phénomène comparable. Alors que Xavier Darcos promettait d'améliorer l'efficacité du remplacement, mandatant un cabinet privé pour mener une étude (non publiée, soulignent malicieusement les inspecteurs), il faisait dans le même temps une réforme du lycée qui allait inciter les recteurs à doter généreusement les lycées au détriment des moyens de remplacement. "Le système est arrivé aujourd'hui à un point de rupture, écrivent les inspecteurs. La continuité du service public d'éducation n'est plus toujours et partout assurée."

Première victime : le collège, parent pauvre du système éducatif, qui a le plus faible taux de remplacement du secondaire (en ce qui concerne les absences courtes, de moins de 15 jours, ce taux atteint 18,5 % au lycée général et technologique et seulement 15,7 % au collège). Là encore, une aberration : à cette "étape décisive de la scolarité (...), l'autonomie de jeunes élèves est inévitablement moindre que celle des lycéens : leur besoin d'enseignants est d'autant plus fort", souligne le rapport.

Pôle emploi

En ligne de mire de l'IGAENR, sans jamais les nommer, la révision générale des politiques publiques et l'incitation faite aux recteurs de réduire les viviers de remplaçants. Entre juin 2009 et juin 2010, les remplaçants du second degré ont vu leurs effectifs fondre de 18 %. Pour y faire face, les rectorats ont été invités à recourir à des vacataires recrutés à Pôle emploi, ce qui a maintenu un bon taux de remplacement des absences longues "sans préjuger de la qualité pédagogique de l'opération", ne peuvent s'empêcher d'ajouter les auteurs du rapport.

Mais le système est désormais à l'os et le pire est à venir : "Les viviers apparaissent comme épuisés." Il tient à l'image dégradée du métier, "de plus en plus difficile à exercer (...), plus difficilement accessible car soumis à des régulations budgétaires (...), peu rémunérateur au regard des études désormais nécessaires pour (...) un métier somme toute peu valorisant". Pour enfoncer le clou, les inspecteurs, que l'on devine amers, y vont de leur anecdote : "Dans une grande ville de l'Ouest, la responsable de Pôle emploi incite les demandeurs d'emploi à ne pas faire figurer sur leur curriculum vitae leurs éventuelles activités comme contractuel ou vacataire d'enseignement, car cela ne valorise pas leur parcours !"

Courage

Nul doute que les rédacteurs de ce rapport se réjouissent de voir leur brûlot aujourd'hui exhumé. Mais il faut espérer que Vincent Peillon n'ait pas seulement le courage de publier ce constat sévère de l'héritage de ses prédécesseurs, mais aussi celui de réfléchir aux préconisations qui ponctuent cet état des lieux.

Les inspecteurs recommandent ainsi que soit mis en oeuvre et renforcé le décret mis en place par Gilles de Robien en 2005. Il appelait les équipes enseignantes de chaque établissement à organiser elles-mêmes les conditions d'un remplacement au pied levé. Ce décret est resté très largement lettre morte faute d'être défendu par les successeurs de Robien. Les inspecteurs vont plus loin en appelant à une annualisation du temps de service des enseignants et évoquent la mise en place d'une astreinte des enseignants, compatible avec les obligations de service de tout fonctionnaire. Ils se tiendraient pour quelques heures hebdomadaires disponibles pour remplacer un collègue, à charge de revanche... Une proposition novatrice et iconoclaste. M. Peillon, chiche !

19/03/2012

La RGPP : bilan

à lire sur MEDIAPART :

La Une
Joigny, «ville-martyre» de la RGPP, se cherche un avenir
PAR MATHIEU MAGNAUDEIX

C'est une des villes de France les plus touchées par la restructuration des services publics, la fameuse RGPP. En quelques années, Joigny, 10 000 habitants dans l'Yonne, a vu partir l'armée et ses deux tribunaux après la chirurgie et la maternité. Près de 500 emplois auraient disparu. La crise aussi a fait des ravages. Joigny tente de rebondir. Avec les moyens du bord.

Lire la suite

Réforme de l'Etat: préparé en catimini, l'acte II doit attaquer «l'os»
PAR LUCIE DELAPORTE

Alors que la Révision générale des politiques publiques (la RGPP et son fameux non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux) n'a pas empêché l'explosion du déficit public, certains à Bercy planchent sur une étape nettement plus radicale de la modernisation de l'Etat. En toute discrétion, conformément à la méthode suivie depuis cinq ans.

Lire la suite

Le conflit d'intérêts se loge au cœur de la réforme de l'Etat
PAR LUCIE DELAPORTE

À Bercy, les responsables du pilotage de la RGPP (réforme de l'Etat) sont en grande majorité issus de cabinets de conseils privés. Or ces cabinets sont aussi les premiers prestataires de l'État pour mener à bien la réforme. Un conflit d'intérêts patent qui n'a que peu mobilisé la Commission de déontologie. La RGPP ou le mélange des genres : c'est le deuxième volet de notre enquête.

Lire la suite

Réforme de l'Etat: «On n’est pas chez Toyota»
PAR LUCIE DELAPORTE

La Révision générale des politiques publiques, qui a entraîné la suppression de 150.000 postes de fonctionnaires en cinq ans, s’est appuyé sur une nouvelle méthode de management issue de l’industrie automobile japonaise. Enquête sur la fonction publique à l’heure du “lean (amaigrissement) management”: c'est le troisième volet de notre plongée dans la réforme de l'Etat.

Lire la suite

Réforme de l'Etat: un bilan financier totalement surévalué
PAR LUCIE DELAPORTE

La Révision générale des politiques publiques a provoqué des chocs violents dans la fonction publique. A-t-elle permis des économies et allégé le budget de l'Etat ? Oui, affirme le gouvernement, qui parle de 15 milliards d'euros d'économies ! Non, répondent des hauts fonctionnaires, qui évoquent le chiffre de zéro... Le détail des économies en trompe-l'œil : c'est le quatrième volet de notre plongée dans la réforme de l'Etat.

Lire la suite

28/12/2011

Le ministère de l'éducation nationale et la rétention d'information

ou comment être politiquement correct.

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/12/12/dissimulees-ou-retardees-les-donnees-sur-l-ecole-sont-jugees-peu-fiables_1617374_3224.html

Dissimulées ou retardées, les données sur l’école sont jugées peu fiables

Le ministère de l'éducation est soupçonné de ne laisser filtrer que les statistiques favorables à son bilan.

 

Quel est vraiment le niveau des élèves français? A entendre le ministre lire les résultats des évaluations des élèves en CE1 et en CM2, il serait en progression. A lire les résultats internationaux, il serait plutôt en baisse…

Deux nouvelles enquêtes, l'une comparant le niveau de maîtrise de la langue entre 2003 et de 2009, l'autre entre 1997 et 2007, montrent que les lacunes des plus faibles se sont aggravées. Mais ces deux travaux attendaient dans les tiroirs du ministère de l'éducation depuis le mois de juin. C'est l'Insee qui, le 16 novembre, les a divulgués dans son Portrait social. Le jour de la parution de l'ouvrage, les statisticiens de la direction de l'évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) ont été priés de ne pas commenter ces résultats qui ne suivaient pas la "bonne" courbe.

Dix jours plus tard, le cabinet de Luc Chatel publie l'une des enquêtes. La seconde qui compare le niveau des élèves entre 1997 et 2007 est toujours au fond d'un tiroir: "Ce qui s'est passé là est assez symptomatique. Nos enquêtes sont bienvenues lorsqu'elles accompagnent la communication du ministre. Sinon, elles attendent, rappelle un chercheur, sous couvert d'anonymat. Et plus encore si elles montrent une baisse de niveau."

Comme tous les travaux ne collent pas au plan communication, les informations fournies au grand public sur l'école se réduisent comme peau de chagrin. Les "Notes d'information" en sont le meilleur exemple. "J'en publiais une cinquantaine par an", se souvient Claude Thélot qui, sept ans durant, a été à la tête de cette direction et développé la place de la statistique sur le sujet. 61 sont sorties en 2001, 62 en 2003… 37 en 2008, 18 en 2009 et 19 cette année. Sur un programme de 46 prévues.

On attend toujours le bilan sur l'expérimentation du sport l'après-midi en vigueur dans 200 collèges (prévu initialement pour novembre). Celui sur le dispositif d'accompagnement éducatif, qui devait sortir en avril. Rien sur la mutation des profs, le niveau de lecture en 6e, la vision du collège par les parents… Rien non plus sur l'évaluation de l'assouplissement de l'affectation dans les collèges et les lycées, alors que la politique a changé en 2007.

"Un appel d'offres a été fait auprès de chercheurs extérieurs. On a compris que le ministère ne publierait rien sur le sujet en écoutant la présentation qui nous en a été faite, affirme un statisticien de la DEPP, sous couvert d'anonymat. Savez-vous que dans un département de banlieue parisienne, cet assouplissement a embourgeoisé l'enseignement catholique et vidé les établissements publics des catégories privilégiées?" "Ça intéresse le citoyen, une info comme celle-là", reprend un autre chercheur de la DEPP. L'information finira par sortir. Ailleurs.

Cela s'est passé ainsi avec la cartographie de l'obésité des enfants. Le chercheur qui travaillait pour le ministère de l'éducation a attendu. On lui a dit que son travail serait publié quand le ministre communiquerait sur la santé à l'école. Puis rien. Alors il a publié au ministère de la santé au début de l'année. Ce que n'est que le 9 décembre que la Rue de Grenelle a mis l'étude sur son site.

Certaines informations sont diffusées avec des mois de retard. Quand elles ne gênent plus. Ainsi, le bilan de la rentrée 2010 a été publié à l'été 2011, alors qu'il était prévu pour février. Il aurait peut-être été délicat de montrer que le nombre d'élèves avait augmenté, alors qu'on coupait 16 000 postes. On attend maintenant les données de la rentrée 2011…

Plus encore que ces non-parutions, les scientifiques de la direction statistique sont choqués par le transfert des évaluations de l'école primaire de la DEPP vers le service chargé d'appliquer la politique du ministre, la Direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO). C'est désormais elle qui conçoit, fait passer et corrige les évaluations des élèves de CE1 et de CM2.

Les parents d'élèves de la FCPE dénoncent le fait que "cette direction se retrouve juge et partie puisqu'elle contribue à évaluer ses propres politiques". On pourrait se dire que cette association est marquée à gauche, mais elle n'est pas la seule à critiquer. "Il est regrettable que le ministère préfère mettre en avant les résultats contestables des évaluations CE1 et CM2, mises en place depuis quatre ans par la DGESCO, évaluations qui ont surtout pour objectif de nourrir la communication ministérielle au détriment d'une information étayée sur une méthodologie rigoureuse", estime Jean-Claude Emin, ancien sous-directeur de la DEPP.

L'Insee n'a pas repris ces résultats dans son Portrait social. Le Haut conseil de l'éducation (HCE), dans son rapport du 14 septembre intitulé "Les indicateurs relatifs aux acquis des élèves", a jugé que "les indicateurs tirés des évaluations nationales des trois paliers du socle commun ne sont pas fiables pour des raisons de méthode". Et pourtant, le cabinet de Luc Chatel continue d'y lire une progression du niveau des élèves.

Aujourd'hui, la retenue de certains résultats doublée de ce transfert de compétences jette une véritable suspicion sur tous les chiffres que le ministère laisse sortir. Au point que la communauté éducative s'appuie désormais sur les résultats internationaux. PISA (OCDE) pour la langue, les maths et les sciences à 15ans; PIRLS pour la lecture en fin de primaire. Deux enquêtes qui concluent, elles, à une baisse du niveau.

Il manque des éléments franco-français fiables pour alimenter un débat honnête et constructif sur l'école et les dernières politiques en œuvre. "Il est essentiel en effet que, dans notre démocratie, les données concernant les résultats de notre système éducatif soient objectives et transparentes, donc incontestables", écrivait le HCE en septembre. La semaine dernière, les parents d'élèves ont prévenu que "ces informations relevant de missions de service public ne sauraient être réservées au seul ministre". Interstat, le collectif de syndicats de l'Insee et des services statistiques ministériels venait de dénoncer le "débat faussé" sur l'éducation et la mise à l'écart de la DEPP.

Dans l'entourage du ministre, on répond que "la direction de l'enseignement scolaire n'est pas la moins bien placée pour concevoir des évaluations". Et le ministre précisait récemment qu'"une évaluation indépendante paraît un principe assez sain". En attendant, les très indépendantes évaluations de l'inspection générale sont elles aussi distillées au compte-gouttes. Celle qui porte sur l'évaluation des internats d'excellence mis en place en 2007 pour un coût de plusieurs centaines de millions d'euros est toujours attendue. Trop peu pour qu'on ait le droit de savoir?

Maryline Baumard

Article paru dans l'édition du 13.12.11

12/11/2011

Les enjeux de la petite enfance

communiqué:

Information aux amis et aux signataires de l’appel « Pas de zéro de conduite pour les enfants de 3 ans » Novembre 2011
 

Pasde0deconduite vous invite au Forum des pratiques de prévention prévenante pour la petite enfance les 27 et 28 janvier 2012

.


La prévention prévenante défendue par Pasde0deconduite depuis 2006 : comment se pratique-t-elle, de quoi parle-t-on ?

Tel est l’objet du forum (flyer de présentation : cliquez sur ce lien).


Ce forum constituera l’illustration que la France a une longue et riche expérience de prévention d’inspiration humaniste, qui reconnaît la singularité et la liberté du développement de l’enfant autant que celles des processus de parentalité.


Une cinquantaine d’organismes
des secteurs associatif, public et privé exposeront leurs projets et leurs pratiques. Les acteurs de terrain en santé, modes d’accueil, éducation, social, culture,… viendront montrer comment ils entourent, soutiennent, aident les enfants et leurs familles avec efficacité, et sans les stigmatiser, les ficher et les enfermer dans des grilles d’évaluation et de diagnostics.


Venez découvrir les actions des participants sur leurs stands, assister à la projection de films et aux débats. Pour s’inscrire, cliquez sur ce lien (bulletin à télécharger et renvoyer).


Le forum permettra de témoigner d’expériences vivantes et multiformes qui structurent, poursuivent ou inventent les formes possibles d’une prévention globale, pluridisciplinaire, efficace et éthique (
lire le programme).


Ce forum confirme notre détermination : convaincre les actuels et futurs élus, les responsables politiques et institutionnels de s’engager pour une politique digne des enjeux de la petite enfance qui intègre les conditions et les qualités d’une prévention prévenante.


Nouvelle publication : un ouvrage
Petite enfance : une prévention prévenante en pratiques sera publié aux éditions Erès à l’occasion du forum.


www.pasde0deconduite.org
 

contact@pasde0deconduite.org

14/09/2011

Les salaires des enseignants en France parmi les plus bas d'Europe : une enquête de l'OCDE

lu sur :

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/en-france-les-profs-sont-moins-payes-que-les-autres_262327.html?xtor=EPR-175#commentaires

En France, les profs sont moins payés que les autres 

.

Par Emilie Lévêque - publié le 13/09/2011 à 16:34

Contrairement à une idée reçue, les enseignants ne roulent pas sur l'or en France. Ils gagnent moins que leurs homologues des pays riches. Et surtout, leur salaire recule depuis 1995, selon l'OCDE.

REUTERS/Charles Platiau

A quelques mois de l'élection présidentielle, c'est un pavé dans la mare de l'Education nationale que lance l'OCDE. Dans son rapport 2011 "Regards sur l'éducation", publié ce mardi, l'organisation qui réunit les pays les plus riches de la planète juge "alarmante" la situation salariale des enseignants en France.

Tout d'abord, le salaire statutaire moyen (hors primes et heures supplémentaires) des enseignants du primaire ou du secondaire est inférieur à la moyenne des pays de l'OCDE, aussi bien pour les enseignants débutants (-25% environ), que pour ceux qui ont 10 ou 15 ans d'expérience professionnelle (de -14% à -17% en fonction du degré d'enseignement). Seuls les salaires en fin de carrière sont légèrement au dessus de la moyenne de l'OCDE.

"C'est un premier critère assez alarmant, mais en plus, quand on regarde l'évolution de ce salaire statutaire entre 1995 et 2009, la France avec la Suisse fait partie des deux pays qui ont eu une baisse constante de ce salaire des enseignants", a commenté lors d'une conférence de presse Eric Charbonnier, analyste des politiques éducatives de l'OCDE. De fait, l'évolution du salaire d'un enseignant du premier cycle du secondaire ayant 15 ans d'expérience est passée d'un indice 110 à un indice 95, selon les critères de l'OCDE.

"Ces statistiques de l'OCDE ne font que refléter une triste réalité: les enseignants français sont moins bien payés que leurs homologues des pays développés et leur niveau de vie n'a cessé de se dégrader depuis dix ans, confie à L'Expansion.com Daniel Robin, secrétaire général du SNES-FSU, principal syndicat de l'Education nationale. C'est encore pire depuis deux ans: le gel du point d'indice dans la Fonction publique et la hausse de la CSG et des cotisations retraites [dans le cadre de la réforme des retraites de 2010, NDLR] se traduisent par une perte sèche de pouvoir d'achat pour les enseignants", ajoute-t-il.

1666 euros en début de carrière

Selon l'Insee, le salaire moyen mensuel net d'un enseignant du primaire était de 2367 euros en 2008, de 2423 euros pour les professeurs agrégés, certifiés et enseignants du supérieur. C'est légèrement supérieur à la moyenne du salaire d'un agent des services civils de l'Etat (2328 euros nets par mois). Mais c'est près de deux fois moins qu'un cadre dans le secteur privé (statut équivalent à celui des professeurs certifiés et agrégés), qui gagne en moyenne 4081 euros par mois.

Selon la grille de rémunération du ministère de l'Education nationale, un professeur des écoles gagne 1666 euros en début de carrière puis 3026 euros en fin de carrière. Même grille de salaire pour le professeur certifié. Les agrégés gagnent plus: 2032 euros en début de carrière, 3722 euros après 30 ans de carrière. Pour les enseignants du secondaire (collèges et lycées), s'ajoutent à ces rémunérations des primes, indemnités diverses et heures supplémentaires. Le tout pouvant atteindre 200 à 250 euros par mois selon la SNES-FSU.

Des niveaux bien en-deçà des autres grandes économies mondiales. En Allemagne, le salaire mensuel moyen d'un enseignant certifié de plus de 15 ans de carrière s'élève à 5400 euros, selon les données de l'OCDE. Aux Etats-Unis, le même professeur gagne 4150 euros par mois. En France, il ne touche que 1913 euros, puis 2540 euros (après 20 ans de carrière) pour finir à 3000 euros.

Ces statistiques ne vont pas manquer d'alimenter le débat électoral pour 2012, alors que la droite envisage d'augmenter le temps de présence de cours des enseignants, moyennant rémunération (c'est le "travailler plus pour gagner plus" cher à Nicolas Sarkozy), que Martine Aubry propose de prendre en compte dans le nombre d'heures travaillées les réunions d'équipe et les rendez-vous avec les parents, et que François Hollande se déclare prêt à recréer les 70.000 postes supprimés depuis cinq ans. Las, aucun des candidats ne répond aux voeux des syndicats: "une revalorisation du salaire des enseignants à un niveau au moins aussi élevé que la moyenne des pays riches", détaille Daniel Robin.

06/07/2011

Des passages de manuels d'histoire concernant la Palestine modifiés sous la pression d'associations juives

.

Le Monde diplomatique:  La valise diplomatique

 

La Nakba effacée 
d'un manuel scolaire français

par Dominique Vidal
 

A en croire une dépêche de l'Agence France Presse (AFP) datée du 4 juillet, « des passages de nouveaux manuels d'histoire contemporaine à destination des classes de première générale, contestés par des associations juives, vont être "modifiés" à l'occasion de l'impression des versions définitives, a indiqué lundi l'éditeur Hachette Education ».

Ces modifications concerneraient la description du « partage de la Palestine » par les « manuels de premières L, S et ES à la rentrée 2011 ». Et l'agence de citer le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), qui dénonce une« présentation du conflit israélo-palestinien tout à fait scandaleuse ». M. Richard Prasquier voit notamment dans l'emploi du terme Nakba (« catastrophe », en arabe) une« idéologisation » et s'en prend à des « erreurs factuelles », sans toutefois, observe l'AFP, « préciser lesquelles ». Pour sa part, note enfin la dépêche, « le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a reproché aux auteurs du manuel d'"interpréter les faits historiques, de tronquer la vérité, de prendre parti" ».

A défaut de précisions du ministère de l'éducation nationale, qui a refusé de commenter ces informations, on se perd en conjectures.

Responsable, en dernier ressort, du contenu des manuels scolaires destinés aux lycéens français, le ministère ne tombe-t-il pas dans le communautarisme, si souvent vilipendé par le président de la République et le premier ministre, en acceptant de laisser un éditeur en réviser le contenu à la demande d'associations ou de groupes d'influence représentant (ou prétendant représenter) diverses « communautés » ? (...)

Lire la suite de cet article inédit de Dominique Vidal :

lu sur :

http://www.lemonde.fr/education/article/2011/07/04/des-passages-de-manuels-d-histoire-sur-la-palestine-vont-etre-modifies_1544763_1473685.html

Des passages de manuels d'histoire concernant la Palestine vont être modifiés

Des passages de nouveaux manuels d'histoire contemporaine à destination des classes de première générale, contestés par des associations juives, vont être "modifiés" à l'occasion de l'impression des versions définitives, a indiqué lundi 4 juillet l'éditeur Hachette Education.

Ces passages étaient relatifs au "partage de la Palestine", a-t-on précisé de même source, que contenaient des manuels "spécimens" dont la version définitive reste à imprimer, avant distribution aux classes de premières L, S et ES à la rentrée 2011, dans le cadre de nouveaux programmes.

Or, "après relecture, il est apparu que certains passages contestables devaient être modifiés. A l'occasion de l'impression, ils seront changés", a-t-on ajouté, sans préciser le détail des passages mis en cause ni la teneur des modifications.

Le ministère de l'éducation nationale n'avait pas réagi lundi en fin de journée. Contacté par l'AFP, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Richard Prasquier, a évoqué une "présentation du conflit israélo-palestinien tout à fait scandaleuse".

Il a notamment dénoncé "une idéologisation", via par exemple l'emploi du mot "nakba" ("catastrophe"), selon l'appellation, dans le monde arabe, de la création de l'Etat d'Israël en 1948 et de l'exode des Palestiniens qui s'en est ensuivi, quand le terme "Israël" "n'apparaissait pas". Il a par ailleurs dénoncé "des erreurs factuelles", sans préciser lesquelles.

Le Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme (BNVCA) a reproché aux auteurs du manuel d'"interpréter les faits historiques, de tronquer la vérité, de prendre parti".

Bilan très négatif de la semaine de quatre jours dans les classes

lu sur :

http://www.lemonde.fr/education/article/2011/07/04/bilan-tres-negatif-de-la-semaine-de-quatre-jours-dans-les-classes_1544449_1473685.html

Bilan très négatif de la semaine de quatre jours dans les classes

Ce rythme fait l'unanimité contre lui. Principal grief : les journées surchargées pour les enfants.

Un "Munich pédagogique" : c'est par ces mots très durs que l'historien de l'éducation Antoine Prost qualifiait l'entrée en vigueur de la semaine de quatre jours dans les écoles à la rentrée 2008, décidée par l'ancien ministre de l'éducation nationale, Xavier Darcos. Lundi 4 juillet, son successeur, Luc Chatel devait recevoir le rapport de la conférence sur les rythmes scolaires qui préconise un retour à - au moins - neuf demi-journées de classe.

Depuis, un consensus s'est dégagé pour constater que la formule est mauvaise. Les médecins ont plusieurs fois tiré le signal d'alarme, les parlementaires aussi. La semaine de quatre jours avec ses journées surchargées est ardue pour les élèves. Mais dans la classe, que se passe-t-il vraiment ? Les évaluations de CE1 et de CM2 démontrent que l'année est difficile pour les enfants en difficulté. Le groupe d'élèves qui ne maîtrise pas les acquis de base reste quasiment stable.

Toute l'année, c'est une course contre la montre pour boucler les programmes. "Le rythme est beaucoup plus dense, rapporte Brigitte Carcouet, maîtresse dans une classe de CE2-CM1 dans une école privée à Angers. Il y a plus de stress. On doit faire les mêmes choses en moins de temps." Certaines matières passent à la trappe, comme l'informatique, les sciences, l'anglais ou encore le sport. L'enseignante regrette son samedi matin, qui permettait de "boucler la semaine" et de partager un moment plus convivial avec les parents.

La mise en place de l'aide personnalisée pour les élèves en difficulté pose aussi problème. Instaurée à la rentrée 2008 à raison de deux heures hebdomadaires en plus des vingt-quatre heures de classe, cette mesure a chamboulé l'emploi du temps des parents comme des enseignants. "L'organisation est plus compliquée pour les parents dont les enfants suivent cette aide, témoigne Pauline Leclercq, maîtresse de CM1 dans une école du 18e arrondissement de Paris. Ceux qui rentrent chez eux le midi doivent manger au lance-pierres."

Selon les écoles, l'aide personnalisée a été planifiée le matin avant la classe, sur la pause du midi ou le soir, après la classe. Par conséquent, "les journées les plus lourdes sont pour ceux qui ont déjà le plus de mal, déplore Sylvain Picard, enseignant dans une classe de CE2-CM1-CM2 dans une petite école du Lot-et-Garonne. C'est comme signifier aux enfants, si tu n'aimes pas les épinards, on va-t-en donner deux cuillerées en plus."

"Casse-tête"

Autre conséquence de cette nouvelle organisation : les enseignants passent moins de temps avec le reste de l'équipe éducative. "Les journées sont allongées, on ne se voit plus entre collègues, regrette Pauline Leclercq. Entre les temps de formation et l'aide personnalisée, c'est un vrai casse-tête pour trouver une date où tout le monde est disponible pour une réunion."

Pour ceux qui étaient déjà à la semaine de quatre jours avant la réforme (un enfant sur cinq), le constat est le même, car, auparavant, le temps de vacances était raccourci. Sylvain Picard, qui a toujours travaillé sur quatre jours, témoigne : "Avant les vacances étaient plus courtes et on n'avait pas l'aide personnalisée. En 2008, ça a été un gros changement, très lourd à porter pour les enseignants et les élèves." La France est le pays d'Europe de l'Ouest qui compte le moins de jours de classes sur une année avec 140 jours.

Enfin, si de nombreux parents sont ravis de profiter du samedi en famille, les enfants ont plus de mal à reprendre l'école le lundi.

Hélène Bielak
Article paru dans l'édition du 05.07.11
-------------
sur le même  sujet, lire sur :
 

http://www.lemonde.fr/education/article/2011/07/04/un-rapport-qui-brule-les-doigts-du-ministre_1544451_1473685.html

Un rapport qui brûle les doigts du ministre

LEMONDE | 04.07.11 | 15h10  •  Mis à jour le 04.07.11 | 18h03

 

06/06/2011

L'appel de la chaire

à lire :

ico-1.gif AU CŒUR DE LA RECHERCHE

L'appel de la chaire PAR LES INVITÉS DE MEDIAPART

En décortiquant les mécanismes induits par la mise en place de chaires qui permettent à des opérateurs privés d'employer, en contrepartie de financements, des équipes de recherche publiques, un collectif de mathématiciens dénonce la mainmise du privé sur la recherche publique que ce dispositif construit silencieusement.

10/02/2011

Les enseignants protestent contre les suppressions de postes

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/02/10/les-enseignants-protestent-contre-les-suppressions-de-postes_1477763_3224.html#ens_id=1399873

Les enseignants protestent contre les suppressions de postes

LEMONDE.FR avec AFP | 10.02.11 | 09h50  •  Mis à jour le 10.02.11 | 15h36

Ce jeudi 10 février, les magistrats ne sont pas les seuls à descendre dans la rue. Près de 17 % des enseignants des premier et second degrés étaient aussi en grève, dans toute la France, selon une estimation du ministère de l'éducation.

Ils protestent contre les 16 000 nouvelles suppressions de postes de professeurs prévues à la rentrée prochaine alors que, selon eux, il y aura 62 000 élèves de plus.

Dans le premier degré, le taux de grévistes atteignait 18,86 %, avec des professeurs des collèges plus mobilisés (20,32 %) que ceux des lycées généraux et technologiques (9,89 %) et des lycées professionnels (8,69 %). Dans le second degré, 14,91 % des enseignants faisaient grève.

MANIFESTATIONS DANS 50 VILLES

Des manifestations sont annoncées dans une cinquantaine de villes, à l'appel de la FSU, de la CGT et de SUD. C'est la première fois que les enseignants redescendent dans la rue depuis leur participation à l'automne aux journées contre la réforme des retraites. Un appel unitaire est déjà lancé pour une journée de manifestations le samedi 19 mars.

A Paris, un cortège est parti à 14 h 30 du jardin du Luxembourg pour se rendre au ministère de l'éducation nationale. Des centaines d'enseignants ont aussi défilé le matin à Auch, Marseille, Nanterre ou Toulouse, ainsi qu'à Bordeaux, où ils se sont mêlés aux magistrats. 

 "UNE MAUVAISE POLITIQUE"

Même si le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel, assure qu'il y a encore aujourd'hui plus d'enseignants pour moins d'élèves qu'en 1990, l'opposition aux suppressions de postes prend une ampleur grandissante, à l'heure où chaque établissement est en train de connaître le sort qui lui sera réservé en septembre. Le sujet est si sensible que les écoles primaires ne connaîtront leur destinée qu’après les élections cantonales de mars.

Fait inhabituel, la Fédération de parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP) vient de dire pour la première fois son "inquiétude" à ce sujet. Comme en 2010, 80 % des Français jugent que cette politique est "une mauvaise chose", selon un sondage CSA pour le SNUipp-FSU — premier syndicat du primaire —, rendu public mercredi.

-----------

sur le même sujet :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/02/10/quand-un-enseignant-est-absent-il-est-du-devoir-du-ministere-de-le-remplacer_1477275_3224.html#ens_id=1399873

ENTRETIEN"Quand un enseignant est absent, il est du devoir du ministère de le remplacer"

09/02/2011

Le Canard enchaîné sur le net

Ce site officiel du ''Canard'' se limite donc, pour l'heure, à donner quelques informations pratiques, et aussi à occuper les adresses que des escrocs ont parfois tenté de détourner, en se faisant passer pour nous.

 

Petit à petit, nous nous efforcerons d'enrichir le contenu, avec une rubrique historique, et, peut-être, un accès aux archives.
cliquez ici pour la une de la semaine publiée mardi après-midi
 

28/12/2010

Naître en fin d'année est un handicap pour la vie

lu sur :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/12/28/les-enfants-nes-en-fin-d-annee-ont-une-scolarite-plus-difficile_1458582_3224.html#ens_id=1399873

Naître en fin d'année est un handicap pour la vie

 

Ils sont sagittaires ou capricornes, mais là n'est pas leur problème. C'est de n'avoir pas su attendre l'an neuf dont souffrent les natifs de décembre. Julien Grenet, chercheur en économie au CNRS et à l'Ecole d'économie de Paris, a mis à jour le fait qu'un natif de la fin de l'année gagne toute sa vie active 1,5% de moins que s'il était né en janvier. Soit un manque à gagner de 12 000 euros sur une carrière complète de 42 années au salaire médian de 1580 euros net mensuels.

Cette différence de traitement trouve ses racines dans la scolarité et dans cette façon qu'a l'école française de ne pas tenir compte du différentiel de maturité entre les natifs du début et de la fin de l'année. Les enseignants savent bien que les enfants de décembre ont plus de mal, mais le chercheur a eu l'intuition que cet écart était largement sous-estimé.

Selon ses calculs, publiés dans La Revue économique, n°61 de mai 2010, ces onze mois de maturité en moins sont presque aussi discriminants que le fait d'être fils d'ouvrier plutôt que fils de cadre. Une des plus grosses causes de variances des résultats scolaires dans notre système incapable de corriger les inégalités. Ainsi, "un écart de 11 mois fait perdre sept places dans une classe de CP de 30 élèves".

EN PRIMAIRE, 34% DES ÉLÈVES NÉS EN DÉCEMBRE REDOUBLENT

Le principe de l'orientation, c'est qu'"à niveau égal, un élève qui a déjà redoublé au cours de sa scolarité est davantage orienté dans la voie professionnelle qu'un élève qui n'a pas redoublé , rappelle le chercheur. Or, en primaire, 34% des élèves nés en décembre redoublent contre 17% des natifs de janvier. Deux fois plus. Voilà comment la machine infernale de l'école ferme la porte de son lycée général à toute une frange d'élèves pour cause d'anniversaire tardif.

L'économiste a aussi mis à jour le fait que les élèves qui suivent des formations professionnelles sont bien plus souvent nés en fin d'année. A partir des panels de l'éducation nationale, il a reconstitué l'orientation de tous les élèves nés en 1986, et y a mesuré que seuls 55,2% des enfants de décembre ont été orientés vers un lycée général contre 58,3% de ceux qui étaient nés en janvier de la même année.

"Quelque 33,5% des diplômés de CAP et de BEP sont nés en décembre contre 31% parmi les natifs de janvier", ajoute-t-il. A l'heure de l'embauche, le patron ignore qui a redoublé. En revanche , il regarde e dernier diplôme obtenu pour choisir ses candidats et établir ses bulletins de salaires.

Maryline Baumard

 

24/08/2010

Développer l'esprit critique

lu sur :
http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/page/2/
.
L’école doit apprendre le doute aux enfants d’Internet
Les 'digital natives' sont "nés quasiment avec une souris dans la main", écrit La Croix. Cette immersion précoce dans les nouvelles technologies, ordinateur, téléphone mobile, jeux vidéo, lecteur MP3, remet en question le modèle de l'enseignement traditionnel d'abord, puis l'organisation pyramidale des hiérarchies ensuite, dans le monde du travail. Si les 'digital natives' savent manipuler les équipements, ils exploitent les informations en dilettante, d'une façon plutôt "superficielle" et affranchie de tout scrupule éthique. François Taddei (Inserm), qui a signé un rapport sur 'L'Éducation au XXIe siècle' pour l'OCDE, avertit que l'enseignement ne doit pas manquer le virage des TIC : "Il est primordial que les enseignants modifient leurs pratiques. Car, plus que jamais, on a besoin d'eux pour faire la place au doute, au questionnement et à l'esprit critique des élèves, afin de mieux les accompagner dans l'utilisation des nouvelles technologies."