Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/03/2017

La révolution de 1917

En Russie, une chape de plomb sur la révolution de 1917 - Le Temps

https://www.letemps.ch/monde/2017/03/07/russie-une-chape-plomb-revolution-1917

7 mars 2017 - Le Kremlin passe sous silence le centenaire de la révolution de février. Cette insurrection populaire dérange visiblement un Vladimir Poutine ...

11/03/2017

Invention de l'écriture

à (ré)écouter :
 
samedi 11 mars 2017- 19H30
29 min
 

Carbone 14, le magazine de l'archéologie

Quel avenir pour l'épigraphie mésopotamienne ?

26/05/2016

Nos ancêtres néanderthaliens : plus évolués et plus anciens qu'on ne le pensait

à lire sur :

Néandertal s'aventurait au fond des grottes, 140 000 ans avant Homo Sapiens ...

www.lemonde.fr/.../140-000-ans-avant-homo-sapiens-neandertal-s-etait-approprie-le-m...
 Néandertal s'aventurait au fond des grottes, 140 000 ans avant  Homo Sapiens ...
 
 
et sur :

Traduire cette page

 

08/06/2015

Société et notion d'Humanité

Société et notion d'Humanité : 

Les anglo-saxons et les latins ont décidément des mentalités différentes. Pour s'en convaincre, il suffit de réfléchir à la façon dont les empires coloniaux anglo-saxons (Amérique du Nord et Canada, Inde, Afrique, Australie, Nouvelle-Zélande) et latins (Afrique, Asie, Amérique du Sud, Madagascar, colonisés par la France, le Portugal, l'Espagne) ont évolué.

Pour les anglo-saxons, les seuls pays ayant échappé à une colonisation permanente sont ceux où la population était trop nombreuse pour être exterminée. 

Pour les anglo-saxons, il est clair que la Force prime le Droit. Nous ne devons pas perdre de vue cette réalité dans l'évolution de notre société et les rapports politiques que nous avons avec eux, en particulier ceux ayant trait à des règles commerciales.

Voici deux articles lus dans The Guardian : l'un aujourd'hui, 6 juin 2015, l'autre le 5 avril dernier.

-------------------------- 

Myall Creekhere, in 1838, a crime that would not be forgotten took ...

www.theguardian.com/.../myall-creek-here-in-1838-a-that-would-not-be- forgotten-took-place

 

Paul Daley 

Remembering is central to healing the pain of injustice and atrocity. Indigenous Australians have a way of remembering, the good and the bad, through oral history and art that passes memories down through the generations. 

I know of parts of central west New South Wales where the Indigenous women still talk in vivid detail about their ancestors who died after eating the bread, carefully laced with strychnine, that some of the settlers left outside the kitchens for them. They still talk also about the Wiradjuri warrior Wyndradyne, and his battles around Bathurst with the colonial soldiers and settlers, as if his death happened yesterday rather than 190 years ago. 

Closer to my home in Canberra the Indigenous people of the district – the Walgalu-speaking Ngambri and Ngurmal, the Wallabalooa and the Cookmai of the Ngunnawal language group – can still tell you all about the pioneering families whose properties are stained with Indigenous blood and stories of violent reprisal and murder. 

A wound can’t properly heal unless its cause is properly identified. To know our history – ancient and recent – is to know who walked before us and made our country what it is. It is to know ourselves. 

This weekend people from all over Australia, black and white, will converge on Myall Creek – a tiny place with two overgrown tennis courts and a memorial hall – that you’d hardly call a town in a small part of north-west NSW known evocatively, given its violent history, as New England. Here in 1838 a group of stockmen killed 28 unarmed Wirrayaraay old men, women and children. 

The Myall Creek Massacre, as it came to be known, was not the first of the hundreds, perhaps thousands, of such crimes that unfolded across the colonial frontier between the first inhabitants, soldiers, settlers, vigilante groups and Indigenous “black police”. The last is commonly regarded to have been at Coniston, Northern Territory, in 1928 – notwithstanding the countless other acts of extreme violence (including custodial deaths) inextricably linked to colonialism, that have since been perpetrated against Indigenous Australians. 

But Myall Creek is unique: it is the only massacre on the colonial or post-colonial frontier where non-Indigenous murderers of Aboriginal or Torres Strait Islander people have been convicted. Seven of the killers hung. Myall Creek was also instrumental for killers of blacks – a lesson that spread across the continent like a Mallee wildfire: cover your tracks by properly disposing of the bodies; leave no witnesses.

In 2000, when the first of what are now annual June long-weekend commemorations at Myall Creek took place, descendants of victims and killers united in an act of mutual apology and forgiveness. 

Every year at Myall Creek since 2000 it’s been the same: sorrow and forgiveness. 

In 2008 the then prime minister Kevin Rudd delivered an apology to the “stolen generation”. Freighted in legality, it stopped well short of the far wider, general, national apology that the colonial violence against this continent’s Indigenous people demands from both contemporary British and Australian governments. 

The Myall Creek apology stands as an evocative metaphor for that unfulfilled national need. 

As NSW Labor politician Paul Lynch has said : “There was some discussion at the [2013] event of the concept of Myall Creek being developed nationally in the form of an apology for all the massacres. One would have thought that that would be a necessary preliminary to constitutional recognition of Aboriginal people.” 

Indeed. 

Graeme Cordiner, a member of the national committee of Friends of Myall Creek, which promotes the yearly commemoration, says: “At Myall Creek there’s been an apology – and a national apology of that sort is, of course, the unfinished ‘sorry’ business of this country. Amid the talk of constitutional recognition and even treaty, we as a nation should apologise for the way the continent was taken.” 

Unfortunately, plenty of Australians might prefer to advocate moving on from the past. 

Noel Pearson, prime minister Tony Abbott’s foremost seer on most Indigenous matters, recently challenged Aboriginal and Torres Strait Islander Australians to get over their traumatic history much, as he claimed, that Holocaust survivors had. Reactionaries, predictably, applauded. 

Pearson’s critics – and I’m happy to back them on this – naturally stress that commemorations and apologies for the great crime of the Holocaust are, appropriately, perpetual. There have been legal reparations, insufficient of course, but symbolically incisive. 

John Maynard, an Indigenous history professor who is currently researching Aboriginal servicemen, will give a guest speech at Sunday’s Myall Creek commemoration. 

I asked Maynard, grandson of the early Indigenous activist Fred Maynard, what importance he attached to commemorating events like Myall Creek. He says: “It seems a strange and hypocritical contradiction that some black and white politicians tell us we need to ‘move on’ and not dwell upon the frontier wars of the past whilst at the same time we are saturated with ‘Lest We Forget’ Gallipoli – a failed (allied, including Australian) invasion of another peoples’ country. Myall Creek and Coniston are two of the more prominent Aboriginal massacre sites and as such stand as markers not just for the horrific crimes that took place at these locations but reflect additionally the multitude of silences that remain across the wider continent. 

“I think for me having the honour to speak at the Myall Creek Memorial this year I will certainly reflect not just on those who lost their lives at that site but use the location and day to remember all of those who lost their lives in places forgotten, missed and purposefully erased from both memory and the record.” 

And that’s why remembering matters.

-------------

Société et Humanité : les anglo-saxons sont décidément différents des méditerranéens gréco-latins 05 AVRIL 2015 

J'ai lu l'article suivant le 4 avril 2015, sur "The Guardian" : (Les guatémaltèques délibérément contaminés par des agents pathogènes de maladies sexuellement transmissibles poursuivent l'université Johns Hopkins en justice)

 

Guatemalans deliberately infected with STDs sue Johns Hopkins ... 

www.theguardian.com/.../johns-hopkins-lawsuit-deliberate-std-infectionsguatemala

 

Lawsuit with 800 plaintiffs seeks damages for individuals, spouses and children of people deliberately infected with STDs through US government programme Nearly 800 plaintiffs have launched a billion-dollar lawsuit against Johns Hopkins University over its alleged role in the deliberate infection of hundreds of vulnerable Guatemalans with sexually transmitted diseases, including syphilis and gonorrhoea, during a medical experiment programme in the 1940s and 1950s. 

The lawsuit, which also names the philanthropic Rockefeller Foundation, alleges that both institutions helped “design, support, encourage and finance” the experiments by employing scientists and physicians involved in the tests, which were designed to ascertain if penicillin could prevent the diseases. 

Researchers at Johns Hopkins School of Medicine held “substantial influence” over the commissioning of the research program by dominating panels that approved federal funding for the research, the suit claims. 

The lawsuit asserts that a researcher paid by the Rockefeller Foundation was assigned to the experiments, which he travelled to inspect on at least six occasions. 

The suit also claims that predecessor companies of the pharmaceutical giant Bristol-Myers Squibb supplied penicillin for use in the experiments, which they knew to be both secretive and non-consensual. 

The experiments, which occurred between 1945 and 1956, were kept secret until they were discovered in 2010 by a college professor, Susan Reverby. The programme published no findings and did not inform Guatemalans who were infected of the consequences of their participation, nor did it provide them with follow up medical care or inform them of ways to prevent the infections spreading, the lawsuit states. 

Orphans, prisoners and mental health patients were deliberately infected in the experiments. 

The plaintiffs case quotes the correspondence from one of the programme’s lead researchers who tells another doctor that if it were discovered by “some goody organization” that the programme was testing people who were mentally ill it would “raise a lot of smoke”. The manager continues: “I see no reason to say where the work was done and the type of volunteer.” 

Baltimore-based attorney for the plaintiffs Paul Bekman told the Guardian that of the 774 claimants, about 60 were direct survivors of the programme. Many have died as a result of deliberate infection and others had passed on disease to family members and partners. 

“The people who are responsible [for carrying out the research] now are long dead,” said Bekman “But the records are there, and we have detailed documentation that supports the allegations in our complaint.” 

Marta Orellana was a nine-year-old orphan when she was included in the experiments. In an interview with the Guardian in 2011 she recalled being forcibly examined by light-complexioned foreigners and a Guatemalan doctor in the orphanage infirmary. 

“They never told me what they were doing, never gave me a chance to say no,” Orellana said “I’ve lived almost my whole life without knowing the truth. May God forgive them.” 

Included within the legal claim are graphic descriptions of some of the methods used by the researchers to infect their subjects : 

 

During the experiments, the following occurred:

 

    1. Prostitutes were infected with venereal disease and then provided for sex to subjects for intentional transmission of the disease;
    2. Subjects were inoculated by injection of syphilis spirochaetes into the spinal fluid that bathes the brain and spinal cord, under the skin, and on mucous membranes;
    3. An emulsion containing syphilis or gonorrhoea was spread under the foreskin of the penis in male subjects;
    4. The penis of male subjects was scraped and scarified and then coated with the emulsion containing syphilis or gonorrhea;
    5. A woman from the psychiatric hospital was injected with syphilis, developed skin lesions and wasting, and then had gonorrhoeal pus from a male subject injected into both of her eyes and;
    6. Children were subjected to blood studies to check for the presence of venereal disease.

 

The then secretary of state Hillary Clinton apologised for the programme in 2010 after a presidential bioethics commission investigation found the experiments “involved unconscionable basic violations of ethics”.

 

A federal lawsuit for damages under the Federal Tort Claims Act failed in 2012 after a judge determined the US government cannot be held liable for actions outside the United States. Bekman told the Guardian he believed the new lawsuit stood a greater chance of success as it was lodged in the state court of Maryland and against private entities.

Both Johns Hopkins University and the Rockefeller Foundation have vigorously denied any involvement in the experiments. 

A spokeswoman for Johns Hopkins School of Medicine said the institute expressed “profound sympathy” for the victims of the experiments and their families, but added: “Johns Hopkins did not initiate, pay for, direct of conduct the study in Guatemala. No nonprofit university or hospital has ever been held liable for a study conducted by the US government.”

The university stated it would “vigorously defend” the lawsuit. 

The Rockefeller Foundation issued a detailed response to the claim online, which it described as seeking to “improperly to assign ‘guilt by association’ in the absence of compensation from the United States federal government”.

The statement continued: “In the absence of a connection to the Rockefeller Foundation, the lawsuit attempts to connect the Foundation to the experiments through misleading characterizations of relationships between the Foundation and individuals who were in some way associated with the experiments.”

A spokeswoman for Bristol-Myers Squibb declined to comment.

--------------------

sur le même sujet, en 2010 :

Expérimentations: Washington s'excuse auprès du Guatemala

www.lefigaro.fr/.../01003-20101002ARTFIG00344-experimentations- washington-s-excuse-aupres-du-guatemala.php‎ 

2 oct. 2010

 

Dans le cadre d'une étude sur les effets de la pénicilline, des centaines de Guatémaltèques se sont vus inoculer des maladies sexuellement transmissibles entre 1946 et 1948, par des scientifiques américains.

 

Une expérience scientifique vieille de 64 ans pourrait compliquer les relations entre le Guatemala et les Etats-Unis. Washington a présenté vendredi des excuses aux centaines de Guatémaltèques, à qui des scientifiques américains ont transmis des maladies sexuellement transmissibles à la fin des années 40. Ces révélations ont ébranlé les autorités guatémaltèques, qui affirment ne rien connaitre de l'affaire. Le président du Guatemala Alvaro Colom a dénoncé un «crime contre l'Humanité» et annonce que son gouvernement «se réserve le droit de porter plainte ».

 

A l'origine de ce scandale, une étude financée par les autorités américaines entre 1946 et 1948 sur les effets de la pénicilline, découverte en 1928. Les scientifiques se demandent alors si l'antibiotique peut non seulement guérir la syphilis mais aussi prévenir la maladie. Comme la législation américaine n'autorise pas à mener de telles expériences sur l'homme, le directeur de cette étude, le médecin John Cutler, la met en place au Guatemala. Les chercheurs vont sélectionner comme cobayes des personnes vulnérables, tels que des malades mentaux. Environ 696 personnes participent à leur insu à cette étude. L'un des patients au moins est mort, sans qu'il soit établi si l'expérience est elle-même à l'origine de son décès. L'étude, qui n'a jamais été publiée, n'a apporté aucun résultat significatif.

«Exposition naturelle»

Dans un premier temps, les chercheurs inoculent la syphilis ou la blennorragie à des prostituées et les laissent ensuite avoir des rapports sexuels avec des soldats ou des détenus. Mais lorsque cette «exposition naturelle» ne produit pas assez de contaminations, les scientifiques changent de tactique. Ils contaminent directement des soldats, des prisonniers et des malades mentaux. Selon les rapports de l'étude, la bactérie de la syphilis à été apposée sur des zones du visage, du bras ou du pénis des patients qui avaient été abrasées.

 

Les scientifiques, dont les recherches étaient financées par des Instituts américains de la santé, n'auraient pas expliqué en détail leur projet aux responsables guatémaltèques et auraient fait des dons de matériels.Les cobayes ont été traités avec de la pénicilline mais l'étude ne précise pas si cela a suffi à les guérir, affirme Susan Reverby. C'est cette historienne américaine, qui a découvert l'expérimentation et a alerté les autorités américaines.

«Un sombre chapitre de l'histoire de la médecine»

Susan Reverby a retrouvé les comptes-rendus du docteur John Cutler, en enquêtant sur une autre des études, toute aussi contraire à la déontologie, à laquelle il a participé : l'expérimentation de Tuskegee. Entre 1932 et 1972, des scientifiques américains ont suivi 600 afro-américains atteints de la syphilis. Aucun de ces sujets n'était au courant qu'ils étaient porteurs de la maladie. A aucun moment les médecins n'ont proposé de les soigner. L'expérience guatémaltèque n'est pas isolée, rappelle le directeur des instituts américains de santé, pour qui son homologue de l'époque a sans doute été mis au courant. Selon le Dr. Francis Collins, qui déplore «un sombre chapitre de l'histoire de la médecine», une quarantaine d'expériences d'inoculation délibérée ont été organisées aux Etats-Unis, dans les années 40.

L'étude menée au Guatemala, était «clairement contraire à l'éthique» et «répréhensible», ont dénoncé la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et la ministre de la Santé Kathleen Sebelius. «Bien que ces événements aient eu lieu il y a plus de 64 ans, nous sommes révoltées qu'une recherche aussi répréhensible ait pu être menée en invoquant la santé publique», écrivent encore les deux ministres, qui ont lancé une vaste enquête pour déouvrir ce qui s'est passé au Guatemala et examiné les régulations actuelles. Barack Obama a téléphoné à son homologue guatémaltèque et lui transmis «ses plus profonds regrets». Le président américain a aussi «réaffirmé l'engagement inébranlable des Etats-Unis pour que toutes les études médicales menées sur l'homme aujourd'hui remplissent des critères éthiques et juridiques exigeants». Il n'est pas certain que les victimes guatémaltèques puissent demander des dommages et intérêts.

sur le même sujet, on peut lire :

Expérimentation sur la syphilis au Guatemala — Wikipédia

fr.wikipedia.org/.../Expérimentation_sur_la_syphilis_au_Guatemala

 

 

--------------------

et aussi : 

Frank Olson — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Frank_Olson

Frank Olson (Naissance le 17 juillet 1910 – mort le 28 novembre 1953) est un scientifique qui travaillait pour l'US Army dans une division top secret (la division  ...

Frank Olson - Wikipedia, the free encyclopedia

en.wikipedia.org/wiki/Frank_Olson

Frank Rudolph Olson (July 17, 1910 – November 28, 1953) was an American .... In 1994, Eric Olson had his father's body exhumed to be buried with his mother.

Biography - ‎Murder allegations - ‎Popular culture references - ‎See also 

------------

et à propos de tests de LSD :

Quand la CIA menait des expériences sur des cobayes français, par ...

www.voltairenet.org/article164442.html
16 mars 2010 ... Quand la CIA menait des expériences sur des cobayes français ..... Réseau Voltaire, 16 mars 2010, www.voltairenet.org/article164442.html.

16/05/2015

Rien n'arrête la bêtise ...

à lire :

Mayan pyramid bulldozed by road construction firm | World ...
A digger claws away at the sloping sides of the Mayan pyramid in Belize. Photograph: Jaime Awe/AP
www.theguardian.com/world/2013/may/14/mayan

15/01/2015

D'où vient l'interdiction de représenter Mahomet ??? (et pas que lui !)

lu sur : (le surlignage est de moi)

Mahomet — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Mahomet

Les images

La traditions islamique a hérité de l’interdiction juive de la représentation de Dieu, elle-même issue du Décalogue160, mais l'aniconisme n'a jamais explicitement été promulgué : l'interdit pesant sur la fabrication d’images cultuelles « d’êtres vivants ayant un souffle vital (rûh) » (autrement dit, les êtres humains et les animaux) n’est pas posé par le Coran, ni la Sunna161, ni, a proprement parler, par aucun des hadiths162 même s'il est incontestable que ces derniers véhiculent une conception fort négative - presque diabolisante - des images163 : leurs créateurs sont soupçonnés, voire accusés, de se livrer au blasphème en prétendant rivaliser avec l'activité créatrice d'Allah164.

Si interdit il y a, c'est davantage dans un sentiment largement partagé et un certain consensus théologique - un ijmâ - qui réprouvent ces représentations et qui, même dépourvus de justification théorique objective, suscitent une large adhésion chez les musulmans, à la suite du courant majoritaire sunnite165.

Ainsi, l'interdit s'est étendu - « mais pas partout ni toujours » - à la figuration de Mahomet (jugé non digne d'être représenté afin d'assurer la primauté de la lecture et de l'iconographie du Coran ou ou contraire jugé trop digne ontologiquement pour être figuré, en-Nûr el-Muhammadî la « lumière mohammedienne » étant selon les soufis trop éclatante pour être regardée166), voire à celle de tous les prophètes, leurs familles et leur descendance165.

Différentes approches
 
Principaux courants de l'islam

Les différentes branches de l'islam ne partagent pas une vision strictement commune de la vie du message du prophète et ont développé des interprétations propres.

En matière iconographique et de manière générale, le sunnisme réprouve la représentation de tout être possédant une âme, d'autant plus s'il s'agit de Mahomet, ce qui s'apparente alors au blasphème. Au xviiie siècle, Ibn Abd al-Wahhâb, fondateur sunnite du wahabbisme, donne une interprétation innovante des hadits défavorables aux images et prône un iconoclasme radical167. L'interdiction sunnite n'est cependant pas respectée de façon absolue et certains courants sunnites n'en tiennent pas compte168.

Cet interdit est également moins saillant chez les chiites duodécimains qui ont développé un rituel et une dogmatique de l'image : l'affichage de grands portraits n'y est pas rare à la fin du xxe siècle et des artistes ont proposé des illustrations pieuses de Mahomet en majesté ou adolescent169 qui ont encore connu une certaine diffusion après les années 1990 en Iran170. Même si ces images elles-mêmes ont fait l'objet de critiques sévères et tendent à se raréfier171, les représentations iconiques des martyres Hussein et Ali, des imams sacrés et des grands ayatollahs restent très habituelles en Iran, ainsi que la production de caricatures de responsables politiques et religieux167.

Représentations
 
Mahomet selon une illustration persane (Bibliothèque nationale de France)

S'il faut constater que l'art de l'islam -qui est essentiellement un art du concept caractérisé par l'évitement de l'imitation des êtres vivants ainsi que par l'abstraction - évite d'une manière générale le portrait172, Mahomet a néanmoins été régulièrement représenté en Perse, en Inde, en Afghanistan, en Turquie, ... avec différentes variantes173. Cependant, et malgré la nature iconique de bien des épisodes de sa vie, le prophète de l'islam a été peu représenté pour lui-même : il s'agit essentiellement de représentations - pas toujours figuratives - « en mouvement » ou « en action » pour l'illustration desdits épisodes155.

Al-Dinawari rapporte l'existence de portraits dès le ixe siècle mais il n'en existe plus de trace : il faut attendre la fin du xiiie siècle pour trouver les premières représentations dans des enluminures en Perse ilkhanide. Le Prophète est alors représenté dans des chroniques à visage découvert - nimbé d'une auréole ou d'une flamme - mais le visage, ainsi que les mains, se trouvent voilés progressivement à partir du xve siècle. La silhouette se voile ensuite entièrement avant de disparaitre complètement au profit de motifs ou de formules évocatrices de sa personne, quittant une réalité anthropomorphe à laquelle se substitue une flamme, une lumière ou encore une « absence perceptible »174. Mahomet est finalement remplacé par la calligraphie de son nom, par une hilya - « portrait-écrit » -, par un arbre généalogique, voire l'empreinte de ses pieds ou de ses sandales174 dans une évolution spirituelle qui doit notamment au soufisme chiite qui considère les représentations anthropomorphes comme mondaines et non-musulmanes174.

À la fin du xxe siècle bandes dessinées, à vocation pédagogique, adaptant le Coran ont été publiées en pays sunnites175 mais ont suscité le débat avant que la publication en soit stoppée176 : en effet, au début du xxie siècle, en dehors de l'espace chiite169, l'interdit concernant les représentation de Mahomet - qui représente une réalité divine pour nombre de croyants - est devenu plus fort qu'il ne l'était auparavant, pour atteindre une grande rigueur et devenir un interdit majeur s'apparentant à un tabou177. Dans ce contexte, la publication de caricatures de Mahomet dans un journal danois en 2005, relayées dans des médias internationaux, a soulevé un tollé et provoqué des réactions violentes dans plusieurs pays de tradition et de culture islamiques et certaines communautés musulmanes des pays occidentaux.

---------------------------------

Je lis bien :

..."l'interdit pesant sur la fabrication d’images cultuelles « d’êtres vivants ayant un souffle vital (rûh) » (autrement dit, les êtres humains et les animauxn’est pas posé par le Coran"...

Par ma barbe ! Sacrebleu ! Ventre-saint-gris ! Nous vivons entourés d'ignorants mécréants ! Je dirais même plus : de mécréants ignorants !

sur le même sujet, lire :

Le Coran n'interdit pas les représentations de Mahomet - Le Point

www.lepoint.fr/.../le-coran-n-interdit-pas-les-representations-de-mahomet-12- 01-2015-1895682_3.php
 

28/12/2014

1214 / 2014 : 8 siècles !

Bouvines, 27 juillet 1214

il y a 8 siècles !

Et toujours cet affrontement entre pays anglo-saxons et la France, sur le plan économique et sociétal aujourd'hui.

Aviez-vous entendu parler de la commémoration ? Moi pas !

S'agit-il d'une volonté des médias et de leurs maîtres pour passer sous silence ce rappel historique ?

Il serait utile d'envisager une Union des pays Méditerranéens pour s'engager dans une autre voie que celle du libéralisme mercantile anglo-saxon. 

Voici quelques liens :

Par François-Guillaume LorrainLe Point - Publié le 22/12/2014 à 00:00 - Modifié le 22/12/2014 à 08:53

Bataille de Bouvines — Wikipédia

La bataille de Bouvines est une bataille qui se déroula le dimanche 27 juillet 1214 près de Bouvines, dans le comté de Flandre (aujourd'hui dans le ...

Bouvines 2014 | Célébration du 800è anniversaire de la bataille de ...

18/11/2014

Guerre de 14-18 : les fusillés pour l'exemple

Un long article à lire sur BASTAMAG :

Pourquoi la France est-elle le pays qui a le plus fusillé « pour l’exemple » pendant la Grande guerre .pdf

CENTENAIRE 1914-1918

Pourquoi la France est-elle le pays qui a le plus fusillé « pour l’exemple » pendant la Grande guerre ?

29/09/2014 OLIVIER FAVIER

Au moins 918 soldats français ont été exécutés entre 1914 et 1918. Ce qui fait de l’armée française celle qui a le plus fusillé, avec l’armée italienne, loin devant l’Allemagne et les pays anglo-saxons, (...)

09/10/2014

Art des cavernes chez Homo Sapiens : avant le départ d'Afrique ?

Francetv info -
Publié le 08/10/2014 à 19H36, mis à jour le 08/10/2014 à 20H32
 
L'art des cavernes est apparu en Asie il y a 40.000 ans, en même temps qu'en Europe, une découverte révélée mercredi par la revue britannique Nature (voir (*)). Une équipe de scientifiques australiens et indonésiens a établi qu'une main humaine réalisée au pochoir dans une grotte d'Indonésie avait été peinte il y a au moins 39.900 ans.
Par Culturebox (avec AFP)
Une des premières peintures figuratives au monde
 
Il y a 40.000 ans, en Asie, des hommes ornaient déjà leurs grottes de peintures comme en Europe. Une découverte qui bouleverse l'idée couramment admise selon laquelle l'art pariétal serait apparu d'abord en Europe de l'Ouest.

   

En étudiant les grottes calcaires de Maros, sur l'île indonésienne de Sulawesi, une équipe de scientifiques australiens et indonésiens a établi qu'une main humaine peinte en négatif avec une technique de pochoir datait d'il y a 39.900 ans au moins.

   

Une autre oeuvre, la représentation très réaliste d'un cochon "babirusa", avec ses petites pattes et sa queue, peinte avec des pigments rouges dans la même caverne, est âgée d'au moins 35.400 ans. On sait qu'il s'agit d'une femelle car elle ne porte pas les grandes canines recourbées du "babirusa" mâle, surnommé le "cochon-cerf". Cette datation en fait l'une des premières peintures figuratives au monde.

   

Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs, qui publient mercredi leur étude dans la revue britannique Nature, ont utilisé la méthode de datation par l'uranium-thorium.

   

En Asie, on peignait aussi à l'Age de glace
 
"On considère souvent que l'Europe a été au centre de la première explosion de créativité humaine, particulièrement avec l'art des cavernes, il y a environ 40.000 ans", souligne l'un des auteurs de l'étude, Maxime Aubert, de l'université australienne Griffith.

   

"Mais nos datations de l'art pariétal de Sulawesi montrent qu'à peu près au même moment, à l'autre bout du monde, des hommes réalisaient des peintures d'animaux aussi remarquables que celles des grottes de France et d'Espagne pendant l'Age de glace", ajoute-t-il.

   

La première oeuvre d'art connue au monde est la peinture d'un disque rouge découverte dans la grotte d'El Castillo dans le nord de l'Espagne et datée d'au moins 40.800 ans. Une main au pochoir trouvée sur ce même site a au moins 37.300 ans.

   

La peinture figurative la plus ancienne retrouvée en Europe est un rhinocéros de la grotte Chauvet (France) qui aurait entre 35.300 et 38.800 ans.
 
Un indicateur de la capacité d'abstraction
 
 "L'art des cavernes est l'un des premiers indicateurs de la capacité d'abstraction de l'esprit, le début de l'être humain tel que nous le connaissons", selon Thomas Sutikna, de l'université australienne de Wollongong.

   

"Désormais, les Européens ne peuvent plus revendiquer seuls d'avoir été les premiers à développer un esprit d'abstraction. Ils doivent partager cela au moins avec les premiers habitants d'Indonésie", déclare Anthony Dosseto, directeur de l'université de Wollongong et coauteur de l'étude.
 
"Il est possible que l'art des cavernes soit apparu de façon indépendante à peu près au même moment aux deux extrémités de la répartition géographique des premiers hommes modernes", relève l'étude.

   

Un scénario alternatif serait que "l'art pariétal était largement pratiqué par le premier Homo Sapiens à quitter l'Afrique des dizaines de milliers d'années auparavant". Les animaux peints retrouvés dans les cavernes de Maros et la grotte Chauvet "puiseraient alors leurs origines profondes hors d'Europe et d'Indonésie", ajoutent les chercheurs. Dans ce cas, il faut s'attendre à de nouvelles découvertes dans d'autres régions du monde, notamment en Australie, selon eux.
-------------

A LIRE AUSSI

----------------------------------------------------------------

(*)

 M. Aubert, A. Brumm, M. Ramli et al. 

Cave art from the island of Sulawesi in Indonesia, consisting of human hand stencils and animal paintings, is at least 40,000 years old, raising the question of why rock art traditions appeared at more or less the same time at opposite ends of the Late Pleistocene human world.

15/01/2014

L'hôtel de la marine place de la Concorde restera au patrimoine de l'État

lu sur :

www.lemonde.fr/culture/article/2014/01/10/l-hotel-de-la...

 

Le Monde.fr | 10.01.2014 à 21h13 • Mis à jour le 11.01.2014 à 19h45 |Par Florence Evin

L'hôtel de la Marine, édifice construit et aménagé par Jacques-Ange Gabriel, de 1758 à 1774, pour Louis XV, avec son monumental péristyle à colonnade sur la place de la Concorde, à Paris, rejoindra le patrimoine emblématique de l'Etat, géré par le Centre des monuments nationaux (CMN). Cet établissement public est en charge des cent monuments historiques « phares » de la France, du Mont Saint-Michel à l'Arc de Triomphe, du Panthéon à la cité de Carcassonne ou à l'abbaye de Cluny. Le pilotage de ce vaisseau amiral ne sera ainsi plus confié au musée du Louvre, comme en avait décidé, le 24 janvier 2012, Nicolas Sarkozy, mais au CMN.

La décision doit être annoncée officiellement par le gouvernement dans les prochains jours. « Le Louvre s'étant retiré, le ministère de la culture nous a demandé de faire des propositions pour son exploitation », précise Philippe Bélaval, président du CMN. Un circuit de visites, couvrant les salons du premier étage, les galeries en balcons sur la place de la Concorde, comme l'appartement de Thierry de Ville d'Avray – intendant de ce qui fut le garde meuble royal de 1784 à 1792 –, et le boudoir de Marie Antoinette, serait ouvert au public, dès le départ des militaires au printemps-été 2015. L'Etat major de la Marine, qui occupe le bâtiment, aura alors déménagé pour rejoindre le « Pentagone » du ministère de la défense, dont la construction est sur le point d'être achevée dans le quartier Balard à Paris (15e).

20 000 M2 SONT CLASSÉS

Après cinq années de vive polémique, le sort de ce monument d'Etat, bâti et occupé par et pour l'Etat, est enfin réglé. « Nous avons expliqué au ministère qu'il n'y a pas que les parties historiques du devant qui ont un intérêt patrimonial, puisque tout est classé monument historique depuis 1862 : les 20 000 m2 sont classés », martèle Philippe Bélaval. Le président du CMN sait de quoi il parle, étant lui-même l'ancien directeur des patrimoines au ministère de la culture, en place au plus fort de la fronde, en 2011-2012, des défenseurs du patrimoine.

L' étude de 200 pages commandée par le ministère de la défense à Etienne Poncelet, architecte en chef des monuments historiques, confirma, en mai 2010, la valeur patrimoniale de l'ensemble du bâtiment aux 500 pièces, et non pas du seul étage noble et de son enfilade de salons restaurés pour 6,2 millions d'euros en 2009. Les sondages effectués ont montré que les décors anciens sont toujours en place, sous les aménagements et cloisonnements des bureaux des marins. « Cet ensemble est authentique aussi bien dans ses matériaux que dans sa structure, grâce à une exceptionnelle continuité administrative de l'occupation des lieux », précise l'architecte. Ajoutant : « Avec sa collection de 700 objets mobiliers, l'Hôtel de la Marine est un rare conservatoire des matériaux anciens et de l'évolution des techniques architecturales du second œuvre et des arts décoratifs. »

Académiciens, historiens, conservateurs, architectes, artistes et simples citoyens, forts d'une pétition de milliers de signatures, voyaient d'un très mauvais œil la main mise du privé, comme l'Etat l'envisagea un temps, sur l'hôtel de la Marine, édifice témoin de trois siècles d'Histoire de France, dans ses heures les plus glorieuses – la fin de l'esclavage signée à l'hôtel de la Marine –, les plus sombres – la signature du procès verbal de Louis XVI et sa condamnation à la guillotine sur la place même, le bunker du commandement allemand de 1940, creusé sous la grande cour et demeuré intact – ou les plus rocambolesques, comme le fameux vol du collier de la reine, dérobé au premier étage où il était exposé sous les lambris dorés.

Lire la tribune Sauvons l'hôtel de la Marine à Paris !

Dans un premier temps, l'ensemble de l'édifice, distribué autour de trois cours intérieures et ses 24000 m2, était mis en vente au plus offrant sur le site Internet de France Domaine, service chargé des cessions immobilières de l'Etat au ministère du budget – photos du mobilier à l'appui. Devant le tollé général, la proposition était transformée en bail emphytéotique de soixante à quatre-vingts ans. Une dizaine de candidats répondirent à l'appel à projets de France Domaine. Dont Groupe Allard, avec son projet La Royale, soutenu par l'ancien ministre de la culture Renaud Donnedieu-de-Vabres et dédié aux métiers et au marché de l'art, avec une partie hôtelière de grand luxe, restaurants, boutiques, etc.

Lire l'article  Trésor d'Etat, l'hôtel de la Marine, à Paris, est à louer meublé, au plus offrant,  par Florence Evin

Très médiatisé, ce projet, qualifié par certains de « barnum commercial » et qui aurait coûté plusieurs millions d'euros pour sa conception à l'homme d'affaires Alexandre Allard, a déchaîné les passions. Pour calmer les esprits, le 4 février 2011, Nicolas Sarkozy, alors président de la République, nommait une Commission scientifique chargée de se pencher sur l'avenir de l'hôtel de la Marine, dont il confiait la présidence à Valéry Giscard, lui-même signataire de la fameuse pétition. Celui-ci tranchera en souhaitant que « le bâtiment reste propriété de l'Etat ». Il sera entendu. Le Louvre, avec à sa tête Henri Loyrette, sera choisi, en juillet 2011, comme opérateur principal.

Lire l'article  Le Louvre, heureux de devenir "leader" du futur hôtel de la Marine rénové,  par Florence Evin

Reprenant le flambeau, François Hollande confirma, par son allocution du 14 juillet 2012 réalisée à l'hôtel de la Marine, être sur la même longueur d'onde. La crise économique aidant, la situation a de nouveau évolué. Le Louvre, présidé par Jean-Luc Martinez, a jeté l'éponge pour se concentrer sur son projet Pyramide et l'amélioration de l'accueil des publics. Aurélie Filippetti affirma au Monde que : « Le Louvre doit se concentrer sur ses missions et non pas grandir »... tout en insistant sur « l'évidence : il [l'hôtel de la Marine] doit rester dans le champ public. »

LE BUREAU DE GUY DE MAUPASSANT

En décembre 2013, répondant à l'attente de la ministre, le CMN proposait de piloter l'ensemble du vaisseau amiral. « Il me paraissait une bonne chose que le CMN soit investi non seulement sur les parties à visiter, mais également sur le reste de l'édifice, précise Philippe Bélaval. On réservera la possibilité pour La Cour des Comptes d'occuper des espaces dans les bureaux “banalisés”, sans intérêt patrimonial. Il n'y a plus de société immobilière chargée de l'exploitation des bureaux sous la direction de la Caisse des dépôts. Si celle-ci le souhaite, elle interviendra dans ce contexte mais pas en amont dans le dispositif. »

Les bureaux historiques de l'état major de la Marine, restés dans leur jus, dont celui de Guy de Maupassant, chargé des écritures, ou encore l'appartement du baron de Pont-l'Abbé, lieutenant-colonel de la garde constitutionnelle de Louis XVI, qui recèle un précieux salon, restauré en 1980 dans son état exact de 1788, tant dans son ameublement que dans ses soieries, moquettes et velours, pourraient être aussi ouverts au public. L'ancien garde-meubles royal, vitrine des arts décoratifs pour la population, première vocation de l'hôtel de la Marine, retrouverait sa fonction originale.

Lire l'enquête  Patrimoine : qui veut les clés de l'hôtel de la Marine ?  par Florence Evin

17/12/2013

Le Tigre et l'Euphrate : trop tard pour préserver l'Histoire

lu sur :

www.lemonde.fr/.../11/bataille-de-l-eau-au-proche-orient...

LE MONDE GEO ET POLITIQUE | 11.12.2013 à 10h26 • Mis à jour le 11.12.2013 à 11h42 |Par Guillaume Perrier (Hasankeyf, Turquie, envoyé spécial)



Tigris

Cette journée d'automne est historique pour Ahmed. Ce vieil homme grimpe d'un pas assuré à bord du kelek, une barque traditionnelle flottant grâce à des boudins de peau de chèvre utilisée depuis des siècles sur le Tigre.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois |Découvrez l'édition abonnés

 

Voir aussi l'infographie : Bataille de l’eau au Proche-Orient

« Mon premier voyage le long du fleuve, je l'ai fait en 1927 », se souvient-il avec nostalgie. A l'époque, les longues pirogues de bois chargées de légumes ou de tapis descendaient jusqu'à Bassora en à peine deux semaines. Le Tigre mais aussi l'Euphrate, qui traverse laTurquie, la Syrie et l'Irak avant de se jeter dans le golfe Persique, constituaient une voie commerciale vitale, un trait d'union naturel entre les montagnes de l'Anatolie et les marais du Sud irakien. Une route peu à peu tombée en désuétude.

Aujourd'hui, ces deux grands fleuves nourriciers du Moyen-Orient sont jalonnés de grands barrages, menacés par l'assèchement, la pollution et les guerres et sources de conflits pour le contrôle de l'eau. Une équipe de militants et de défenseurs de l'environnement regroupés autour de l'association Nature Iraq s'est pourtant lancée dans une expédition de 1 200 km depuis la Turquie jusqu'à l'embouchure, dans le sud de l'Irak, pour « faire revivre une culture » et analyserles menaces qui pèsent sur la Mésopotamie, où est apparue l'agriculture il y a environ sept mille ans. Après deux mois de navigation, la flottille a atteint sa destination finale début novembre.

LE PROJET MOBILISE HABITANTS ET MILITANTS

C'est à Hasankeyf, un joyau du patrimoine archéologique situé dans le sud-est de la Turquie, qu'a eu lieu la mise à l'eau de cette équipée iconoclaste, en septembre. Une bonne partie de la population de la petite cité, construite au creux d'un méandre et à l'ombre d'un gros rocher, était sur la rive du Tigre pour l'applaudir.

Hasankeyf vit peut-être ses derniers mois d'existence. Un barrage géant, dont la construction s'achève à Illisu, doit engloutir la vallée et des dizaines de villages sous un lac artificiel, d'ici moins de deux ans. Le site, avec ses grottes troglodytiques millénaires, son ancienne forteresse de l'époque romaine, son pont médiéval et sa mosquée ayyoubide, disparaîtra sous les eaux. Et, avec lui, la principale source de revenus pour la région : le tourisme.

Le cours du Tigre est déjà partiellement détourné de son lit. Symbolique de la politiqueturque de grands barrages, le projet mobilise habitants et militants. Le 11 octobre, 500 habitants ont ainsi bloqué le pont routier pour manifester contre la décision de les relogerdans le « Nouvel Hasankeyf ». Illisu sera l'un des 19 barrages construits par la Turquie pourdomestiquer le Tigre et l'Euphrate, une partie du projet de développement GAP (Anatolie du Sud-Est) lancé dans les années 1980.

L'initiative de cette flottille sur le Tigre a été moyennement appréciée par Ankara, qui a interdit la navigation sur le territoire turc. Après une démonstration de quelques heures à Hasankeyf, les embarcations ont donc été chargées sur des camions jusqu'au poste-frontière avec l'Irak. « Nous ne sommes pas là pour manifester contre la construction du barrage mais pour rappeler la nécessité de coopérer au niveau régional sur la question de l'eau », précise M. Alwash.

ENTRE 800 ET 1 000 VICTIMES CHAQUE MOIS

D'autres obstacles de taille se dressent sur le chemin. « Nous sommes obligés d'interrompre la descente à certains endroits pour des raisons de sécurité. Là où le fleuve entre en Irak, sur le plateau de la Djéziré, à la frontière avec la Turquie et la Syrie, la zone est tenue par les rebelles kurdes qui combattent les groupes djihadistes qui s'infiltrent en Syrie. De même dans la région de Mossoul, où la situation reste dangereuse », poursuit-il. Depuis qu'il est rentré en Irak, en 2003, M. Alwash a vécu les années de guerre civile qui ont ravagé le pays. Un semblant de stabilité paraissait s'être installé après 2008, mais depuis le début de l'année les attentats et les violences sont quasi quotidiens dans tout le pays. Depuis cet été, le nombre de victimes mensuel oscille entre 800 et 1 000.

Le Tigre, qui traverse Mossoul, Samarra, Bagdad, Kut et Bassora, n'est pas épargné. « Nous avons dû sauter quelques étapes pour raisons de sécurité », raconte Virginia Tice, coordinatrice de Nature Iraq. « Mais nous avons eu de jolies rencontres à Al-Qushla et au lac Jadriya, ainsi qu'à Kut, au sud de Bagdad. Le problème principal, c'est les policiers irakiens qui insistent pour nous faire débarquer afin de nous protéger. »

Cette descente du Tigre est l'occasion de mener des études sur la qualité de l'eau et sur l'impact de la pollution pour la faune et les populations riveraines.

Fin août, le sabotage d'un pipeline a provoqué une marée noire dans le fleuve. Les eaux contaminées ont dû être détournées vers le lac réservoir du Thartar pour épargner Bagdad. La salinisation et la réduction du débit du fleuve, conséquence de la construction des barrages, menacent également la biodiversité du Tigre et bouleversent la culture de la Mésopotamie, dont le nom signifie « entre les fleuves ». Longtemps autosuffisant, l'Irak doit désormais importer du blé. Des populations rurales sont peu à peu poussées à émigrer.

« CHANGER LES TERMES DU DIALOGUE RÉGIONAL »

La principale conséquence écologique visible de l'appauvrissement du Tigre et de la construction des barrages, c'est la modification de la région des marais, le Chat Al-Arab, une étendue humide de 12 000 km2 au confluent du Tigre et de l'Euphrate, où la flottille achèvera son voyage début novembre.

Asséchés par le régime de Saddam Hussein, de nouveau inondés en 2003 lorsque des chiites du Sud firent sauter les digues, les marais, formés par les sédiments, sont en sursis. La dernière grande inondation date de 1968 et deux tiers de leur surface étaient recouverts d'eau en août. « Cette sécheresse bouleverse l'équilibre naturel et la biodiversité des marais. Nous exportions du poisson vers les autres régions, mais ce n'est plus le cas. L'eau n'est plus potable et des dizaines de villages se sont vidés », souligne le cheikh Abbas Sarwat, l'un des chefs de tribu de cette région qui soutiennent l'expédition sur le Tigre, vêtu d'un keffieh rouge et d'une djellaba blanche.

Grâce à l'action de Nature Iraq, la région a récemment été décrétée parc naturel, le premier du genre en Irak. La seule manière de faire revivre le Tigre, estime M. Alwash, c'est de «changer les termes du dialogue régional ». Et de bâtir une instance internationale de contrôle réunissant les pays concernés, comme ce qui se fait pour le Rhin.

14/12/2013

Un peu d'Histoire européenne

lu sur :

Des rivalités centenaires des deux côtés du Rhin

LE MONDE | 13.12.2013 à 11h37 |Pierre Bezbakh (maître de conférences à l'université Paris-Dauphine)

L'« ennemi héréditaire » de la France fut longtemps l'Angleterre, alors que les affrontements entre le royaume de France et le Saint-Empire romain germanique (qui se constitua à la fin du Xe siècle) furent assez rares. Mais la rivalité franco-germanique prit une forme nouvelle avec Napoléon Ier.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

N'ayant pu envahir l'Angleterre, il porta le fer vers l'Europe de l'Est, fit éclater en 1806 le royaume de Prusse et les restes du Saint-Empire, pour constituer la Confédération du Rhin, le Grand-Duché de Varsovie et le royaume de Westphalie, réduisant l'Empire à la seule Autriche.

Mais la Prusse prit sa revanche en participant aux coalitions anti-françaises après la campagne de Russie (1812). Elle va devenir le noyau de l'unification des Etats d'Allemagne du Nord, et le fer de lance de l'essor du capitalisme industriel dans cette région.

DANS LA GALERIE DES GLACES

En 1833, la Prusse créa une zone de libre-échange (le « Zollverein »), réunissant la plupart des principautés d'Allemagne du Nord, dotée d'un tarif extérieur commun, et excluant l'Autriche. Bénéficiant d'un vaste marché, la Prusse put développer son industrie, grâce à la richesse minière de la Ruhr et aux innovations techniques (procédé Bessemer, dans la sidérurgie, par exemple) qui feront d'elle, dès le milieu du XIXe siècle, une grande puissance européenne.

Elle le prouva d'abord par sa victoire éclair contre l'Autriche (bataille de Sadowa en 1866), obtenue grâce à la puissance de feu de ses canons Krupp et à l'efficacité du fusil Dreyse. Puis elle vainquit rapidement la France en 1870-1871. Le 18 janvier 1871, le IIe Reich allemand fut proclamé par Bismarck dans la Galerie des glaces de Versailles : le roi de Prusse devient l'empereur d'Allemagne Guillaume Ier.

Le traité de Francfort, signé le 10 mai 1871, sanctionna durement la défaite française et sera l'une des causes de la guerre de 1914. Il fit perdre à la France les deux départements alsaciens et une partie de la Moselle et de la Meurthe (représentant près de 1,5 million d'hectares et 1,6 million d'habitants), environ 20% de ses ressources minières et de ses industries sidérurgiques, ainsi que la maîtrise des canaux reliant l'Est et le Rhône.

UNE VOITURE AUTOMOBILE

La France s'engageait aussi à verser une indemnité de guerre s'élevant à 5 milliards de francs-or, qui contribua à financer l'économie allemande, mais qui sera toutefois couverte facilement par l'émission d'emprunts publics. Le premier de 2 milliards, émis en juin 1870 et portant un taux d'intérêt de 5 %, attira des fonds deux fois supérieurs aux besoins.

Le second, international, émis en juillet 1872, attira 1 million de souscripteurs et draina 44 milliards de francs. Le succès remporté par ces émissions indique que la France ne souffrit pas vraiment des effets de la guerre sur le plan financier.

Une rivalité franco-allemande plus pacifique se produisit durant les années 1880. En 1883, le Français Edouard Delamare-Deboutteville et l'Allemand Carl Benz mettaient au point chacun de leur côté une voiture automobile se déplaçant grâce à un moteur à explosion utilisant de l'essence de pétrole.

HENRI DE WENDEL AU REICHSTAG

Les voitures produites par Benz dans son usine de Mannheim seront vendues en France en 1888. Au même moment, les Français Panhard et Levassor équipent leurs automobiles d'un moteur conçu par l'allemand Daimler, avant de fabriquer leurs premières automobiles en 1891, Daimler faisant de même de son côté en 1895. Mais la concurrence dans l'automobile, comme dans celui des autres biens de consommation ne peut expliquer la marche vers la guerre.

Au contraire, et malgré la montée du protectionnisme dans les deux pays à la fin du siècle, les exemples de collaboration entre des banques et des grandes entreprises françaises et allemandes sont nombreux. C'est ainsi que de grandes firmes sidérurgiques comme Schneider et de Wendel pour la France, Krupp et Thyssen pour l'Allemagne, se rencontrèrent dans des congrès internationaux et organisèrent des visites sur leurs lieux de production.

La famille lorraine de Wendel est d'ailleurs un exemple des liens économiques franco-allemands : Robert, refusant la nationalité allemande, se retrouva en 1898 à la tête du Comité des forges français, alors qu'Henri siégea au Reichstag allemand. Et en 1902, Schneider fonda la Société d'études de l'Ouenza, destinée à exploiter des mines de fer algériennes, dont Krupp et Thyssen détinrent une partie du capital, au même titre que des Belges et des Anglais. Les mêmes firmes s'entendirent aussi pour se partager les ventes d'armes à la Serbie.

COMPLÉMENTARITÉ

Sur le plan des échanges extérieurs, la guerre de 1870 n'empêcha pas l'essor du commerce entre les deux pays, facilité par l'accord de libre-échange signé en 1862 entre la France et le Zollverein : l'Allemagne devint en 1913 le deuxième fournisseur de la France (derrière la Grande-Bretagne), pour un montant égal à 12,7 % des importations totales (contre 9 % en 1873), et le troisième client (derrière la Grande-Bretagne et la Belgique), avec 12,3 % du total des exportations françaises (comme en 1873).

Si le solde de ce commerce était devenu négatif avec l'Allemagne, on peut toutefois difficilement y voir une cause de la guerre, dans la mesure où la croissance des échanges peut aussi s'interpréter comme un signe d'une plus grande complémentarité entre les futurs adversaires.

Mais une vive tension allait se produire à propos des colonies. Lors de la conférence de Berlin de 1885 visant à régler les rivalités coloniales et à se partager l'Afrique, l'Allemagne avait reçu le Cameroun, le Togo, la Namibie, le Tanganyika ou Zanzibar, tandis que la France poursuivait ses conquêtes en Afrique du Nord et en Afrique noire.

ACCUMULATION DE TENSIONS

Mais les deux pays s'opposèrent à propos du Maroc : en 1905, Guillaume II se rendit à Tanger, ce que la France prit pour une provocation, avant que la Conférence d'Algésiras (1906) proclame l'indépendance du Maroc. Mais pour répondre aux « violations » françaises de ce traité, l'Allemagne envoya une canonnière devant Agadir. La guerre fut évitée de justesse, l'Allemagne acceptant finalement que la France étende son emprise sur le Maroc (Marrakech sera prise en 1912), en recevant en échange une partie du Congo.

Les rivalités impérialistes franco-allemandes ne conduisirent donc pas directement à la guerre, chacun espérant trouver suffisamment de matières premières, de débouchés pour ses produits, de terre de peuplement et de lieux d'escale pour ses navires dans les territoires que les accords internationaux leur reconnaissaient.

Mais l'accumulation de tensions, de rancoeurs, de conflits d'intérêt débouchait sur un climat d'agressivité qui rendait la paix de plus en plus fragile. Le désir d'en découdre ne résistera pas aux effets des alliances militaires après l'attentat de Sarajevo, le 28 juin 1914.

(Les données concernant le commerce extérieur proviennent de l'article de Jean Weiller « Echanges extérieurs et politique commerciale de la France depuis 1870 », in « Du protectionnisme traditionnel aux nouvelles politiques industrielles », Cahiers de l'I.S.E.A., Tome III, n°10, octobre 1969).

06/12/2013

Un peu d'Histoire de la fiscalité

lu sur :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/12/06/et-charles-vii-remit-a-plat-la-fiscalite_3526682_3234.html

Et Charles VII remit à plat la fiscalité

LE MONDE | 06.12.2013 à 11h20 • Mis à jour le 06.12.2013 à 11h37 |Jean-Marc Daniel (professeur à l'ESCP-Europe)

Gravure du XVe siècle représentant Charles VI - père de Charles VII - et sa cour (détail).

Les rois de France sont connus, entre autres, pour leurs surnoms. Louis X reste «le Hutin» (« querelleur », « opiniâtre »). Charles V, qui créa le franc et s'attacha à en préserver la valeur, fut surnommé « le Sage ». Charles VII, lui, a deux surnoms. « Le Victorieux » d'abord, pour avoir mis fin à la guerre de Cent Ans, avec la victoire de Castillon en 1453.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vousabonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Fin heureuse pour la France puisque, après cette bataille, les Anglais ne contrôlent plus que Calais sur le continent. « Le Bien servi », ensuite, pour avoirmené à bien plusieurs réformes dans l'administration du royaume grâce à une équipe de conseillers hors pair. Parmi ces réformes, il y a la remise à plat de la fiscalité, concrétisée par la création en 1439 de la taille, un impôt qui survivra jusqu'à la Révolution de 1789.

L'histoire de Charles VII est celle d'un rétablissement de situation spectaculaire. Lorsque son père, Charles VI, meurt en octobre 1422, il a 19 ans. Il se proclame roi de France, mais cela paraît à la fois audacieux et vain, sept ans après le désastre d'Azincourt contre les Anglais et deux ans après la signature du calamiteux traité de Troyes qui donne la couronne de France au roi d'Angleterre, Henri V.

ROI SANS COURONNE

Qui miserait sur l'avenir du jeune Charles VII, pourchassé de Bourges à Chinon, roi sans couronne et sans autorité d'un royaume déchiré par la guerre civile entre les Bourguignons et les Armagnacs et par la guerre avec les Anglais ? Avec l'appui de Jeanne d'Arc commence l'épopée de la reconquête, qui va conduireCharles VII à Reims, où il est sacré en 1429, puis à Paris en 1436, où il s'installe en libérateur.

Il a alors devant lui la tâche énorme de reconstruire un pays ravagé par cent ans de guerre et qui n'est pas encore délivré de la présence étrangère. Il commence par se concilier le monde intellectuel, incarné à l'époque par le clergé, en promulguant en 1438 la « Pragmatique sanction de Bourges ». Cette ordonnance signe le début de ce que l'on appelle le gallicanisme, c'est-à-dire d'une certaine forme d'indépendance de l'Eglise de France à l'égard du Vatican.

Il s'attaque ensuite au redressement des finances du royaume. Son objectif premier est de concevoir une fiscalité compréhensible de tous et surtout prévisible. Parmi ses proches conseillers, Jacques Coeur (1395-1456), un homme d'affaires brillant et déterminé, connaîtra un destin heurté.

LÉGITIMER L'IMPÔT

En 1439, il a l'oreille du roi et joue le rôle d'une sorte de ministre des finances. Il insiste auprès de Charles VII pour une réorganisation des finances publiques qui tienne compte de ce qu'il estime être l'attente majeure de la population : selon lui, celle-ci souhaite avant tout savoir combien elle va devoir payer et avoir la certitude que le montant fixé ne sera pas revu de façon arbitraire au gré des foucades du roi ou de l'avidité des collecteurs d'impôt.

Dans son Histoire de France, Jules Michelet (1798-1874), évoquant le règne de Charles VII, emploie le mot de guérison. Et il souligne : sous ce règne, on «invente une chose alors inouïe en finances : la justice».

Le second objectif de la réforme est de légitimer l'impôt par le contenu des dépenses qu'il va servir à financer. Charles VII présente donc simultanément sa réforme fiscale et un projet de restructuration de l'armée dont le but est d'éviter de nouveaux désastres militaires de l'ampleur d'Azincourt.

UN MORCEAU DE BOIS

Cette nouvelle fiscalité est centralisée : ce sont les agents du roi qui perçoivent les impôts dus au roi, et non les divers échelons de la pyramide féodale. Les impôts sont réorganisés en deux grands types. D'abord des impôts indirects, qui sont assis sur certains biens de consommation courante. On les appelle les aides. Le principal de ces impôts indirects est la gabelle, un impôt sur le sel.

Un impôt direct, ensuite, sorte d'impôt sur le revenu ou en tout cas d'impôt sur les récoltes : la taille. Il reprend des impositions plus ou moins disparates existant déjà dans certaines régions pour les uniformiser et les étendre à l'ensemble du pays.

Il doit son nom à ce qu'à l'occasion de son paiement on reçoit un morceau de bois – une taille – qui permet de fournir, en cas de contrôle, la preuve que l'on s'est acquitté de ses obligations. Un reçu écrit aurait pu être envisagé mais, dans un pays où l'immense majorité de la population est analphabète, il devient vite évident qu'une telle pratique n'inspirerait aucune confiance.

PAR OPPOSITION AUX JACQUERIES

Une fois mise au point, la réforme est soumise à l'approbation des Etats généraux, consolidant une procédure déjà utilisée par Philippe le Bel au début du XIVe siècle. L'accord obtenu permet à Charles VII de venir à bout d'une révolte de la noblesse, qui se sent dépossédée de son pouvoir fiscal, d'une part, et de ses prérogatives militaires par la réorganisation de l'armée, d'autre part.

Entrée dans l'histoire sous le nom de « Praguerie » – en référence aux révoltes contemporaines de Prague et par opposition aux jacqueries paysannes –, cette révolte, à laquelle le fils de Charles VII, le futur Louis XI, qui déteste son père, prend une part active, échoue faute de relais populaire.

Charles VII achève son oeuvre financière par une ordonnance de 1443 qui simplifie la présentation du budget et oblige les fonctionnaires qui collectent ou dépensent des fonds publics à tenir une comptabilité détaillée, soumise à la vérification de la Chambre des comptes créée par Philippe le Bel.

LE DE GAULLE DE 1958

Grâce à la bonne connaissance de la situation financière qui en découle, Charles VII autorise ses représentants locaux à dépenser sur place une partie des impôts collectés, à condition que ce soit pour réaliser des investissements publics. C'est ainsi que Narbonne soumet au roi un plan de reconstruction de ses ponts sur l'Aude et obtient d'y consacrer la gabelle perçue sur le territoire de son évêché.

Ces réformes sont un succès à la fois économique – la croissance fait ou refait son apparition à compter de 1445, redonnant à la France une place de premier rang en Europe – et politique, permettant à Charles VII de ne plus réunir les Etats généraux. Il se justifie en déclarant qu'il « n'est pas besoin d'assembler les trois Etats pour mettre sus les tailles, car ce n'est que charge et dépense au pauvre peuple qui a payé les frais de ceux qui y viennent », anticipant ceux qui dans les siècles suivants vont se plaindre à tort ou à raison du train de vie des élus du peuple.

Quelle est donc en fin de compte la recette du succès de Charles VII ? Des collaborateurs efficaces (« le Bien servi »), un redressement financier associé à l'affirmation politique du retour de la dignité nationale – on retrouve le de Gaulle de 1958 ou les déclarations de Mario Monti en Italie en 2012 –, une simplification qui rend l'impôt plus lisible, le sentiment d'un effort mieux partagé, la fermeté face aux tentatives de blocage des conservatismes et, ce qui est non négligeable, une phase de croissance qui donne à tous la conviction que le jeu en valait la chandelle.

31/08/2013

Le patrimoine culturel de la Syrie d'aujourd'hui ...

lu sur :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2013/08/30/en-syrie-un-patrimoine-culturel-devaste_3468860_3246.html

LE MONDE | 30.08.2013 à 11h29 • Mis à jour le 30.08.2013 à 12h26 |Par Florence Evin

Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, a réuni, jeudi 29 août après-midi, au siège parisien de l'organisation onusienne, les experts mondiaux du patrimoine et du trafic d'œuvres d'art, Interpol et les douanes. Avec un objectif : faire le point sur les dégâts subis par le patrimoine culturel syrien dont six sites avaient été inscrits sur la liste du patrimoine mondial en péril, en juin – les vieux quartiers d'Alep, Damas, Bosra, Palmyre, le Krak des chevaliers, les villes mortes du Nord. "La protection du patrimoine est indissociable de la protection des populations, car le patrimoine véhicule les valeurs et les identités d'un peuple. Lors de la reconstruction, quand la paix revient, le patrimoine joue un rôle fondamental", a d'emblée rappelé Mme Bokova en exhortant à l'arrêt des destructions et des pillages.

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vousabonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Lakhdar Brahimi, représentant spécial conjoint des Nations unies et de la Ligue arabe pour la Syrie, précisait dans la foulée que "la situation du patrimoine y est aussi catastrophique que la crise humanitaire. Peu de pays ayant un patrimoine aussi riche, ont autant souffert". Un rapport complet sur l'ampleur des dommages subis par le patrimoine, entre 2011 et 2013, a été présenté par Maamoun Abdulkarim, directeur général des antiquités et des musées de Syrie. "C'est la seule personne qui ait une idée exacte de la situation, estime Béatrice André- Salvini, directrice du département des antiquités orientales du Louvre.

Maamoun Abdulkarim est venu avec la cartographie d'une cinquantaine de sites archéologiques victimes de fouilles illicites, et des treize centres urbains et sites historiques ayant subi des destructions, photos à l'appui. D'entrée, il a affirmé haut et fort qu'il n'est pour aucun camp et ne veut pas savoir de quel côté sont les 2 500 employés qu'il a sous ses ordres. Ajoutant que "l'aide de la population civile lui est très précieuse".

"C'est l'histoire du pays qui est en jeu, la politique change, les gouvernementschangent, mais l'histoire du pays ne change pas, lance-t-il. On est là depuis des millénaires, je suis un technocrate, un professionnel, je défends l'histoire de la Syrie."

Nommé à ce poste en août 2012, alors qu'il était directeur du département d'archéologie, il affirme que son salaire qui "vient toujours de l'université, lui garantit sa liberté pour défendre quarante musées et dix mille sites archéologiques." Trois musées, à Raqqa, à la frontière turque, Maraat Nomaan et Hama, ont cependant été vandalisés et pillés, indique-t-il, précisant que dès son arrivée, il avait fait vider les collections de tous les musées pour les mettre à l'abri.

A Alep, le vieux souk du XIVe, classé à l'Unesco depuis 1986, a été incendié. Les deux minarets de la mosquée des Omeyyades sont détruits. Au total, une centaine d'édifices historiques seraient touchés, dont l'intérieur même de la citadelle de Saladin. A Daraa, c'est la mosquée Al-Omari qui a souffert. Une vingtaine de sites historiques à Homs sont endommagés, dont les marchés, hammams, églises. A Bosra, ce sont la forteresse, des mosquées et églises. Le Krak des chevaliers, colossale citadelle croisée, a été bombardée plusieurs fois, dont dimanche 18 août. A Palmyre, cité romaine, la colonnade d'un kilomètre a été touchée par des obus comme le temple Bel.

PILLAGES ET TRAFIC MAFIEUX

Les pillages, produit de fouilles clandestines sur les sites archéologiques, alimentent un trafic mafieux très organisé – 4 000 pièces auraient déjà été récupérées, notamment à Beyrouth. Une catastrophe irréversible, car "la Syrie,rappelle Béatrice André-Salvini, est une très ancienne et immense civilisation, au carrefour des relations entre l'Egypte et la Mésopotamie".

Apamée, la grande ville hellénistique sur l'Oronte, meurtrie par mille excavations sauvages, a souffert dès le début du conflit, comme le montrent deux photos aériennes, de 2011 et 2013. Pillages importants aussi à Deir el Zor, sur l'Euphrate, à la frontière de l'Irak, précisément à Mari et Ebla, deux cités rayonnantes de 2500 à 1760 av. J.-C. ; et à Doura Europo, immense ville de l'Antiquité tardive.

Au nord, les anciennes villes mortes aux églises byzantines monumentales, souvent en ruines, ce sont les autels qui sont la cible des voleurs. A Deraa, des centaines de personnes à la solde de bandes de pillards opéreraient sur le site deTell Achaari. Même situation à Tell Qaramel – littéralement, "la colline artificielle de ruines" –, où les bandits agissent avec des engins mécaniques.

La majorité des pièces des musées ont été inventoriées et numérisées, tandis que les archives des sites archéologiques sont en cours d'informatisation. La carte du patrimoine syrien en danger sera bientôt diffusée grâce à un système d'information géographique couplé au logiciel Google Earth. Enfin, le Conseil international des musées (ICOM) a lancé la création d'une liste rouge d'urgence des biens culturels syriens en danger.

Le patrimoine mondial de l'Unesco

26/07/2013

Histoire : la "retraite" a été inventée en 1407

lu sur :

http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/07/26/quand-charles-vi-le-fou-inventait-la-retraite_3454115_3234.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vousabonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

Quand Charles VI le Fou inventait la retraite

LE MONDE | 26.07.2013 à 14h31 • Mis à jour le 26.07.2013 à 14h59 |Par Michel Noblecourt

La période estivale aura été marquée par la poursuite des concertations sur les retraites entre gouvernement et partenaires sociaux, à la suite de la remise, le 14 juin, du rapport Moreau au premier ministre Jean-Marc Ayrault. Le dernier épisode d'une longue épopée, celle des pensions.

Il était une fois un roi sujet à de fréquentes crises de folie, au point d'être surnommé "le Fou". Le 7 janvier 1407, soixante-dix ans après le début de la guerre de Cent Ans, Charles VI (1368-1422) édicte une ordonnance donnant droit à une pension "à ceux qui bien et longuement l'auraient servi". Il vient d'inventer la retraite. Les souverains qui lui succèdent sous l'Ancien Régime prélèvent sur leur trésor royal pour distribuer des pensions de cour, de charité et de mérite à un petit cercle d'environ 60 000 élus.

Mais c'est la difficulté de trouver des équipages fiables pour les navires de Sa Majesté qui va aboutir à la création de la première véritable caisse de retraite. Le 22 septembre 1673, Jean-Baptiste Colbert, (1619-1683), ministre de Louis XIV, met en place l'enrôlement général des "gens de mer", appelés à servir sur les vaisseaux du roi. Une caisse des invalides de la marine royale est destinée àsecourir les marins blessés ou invalides.

"RÉCOMPENSES AUX GENS DE MER"

Ce concept d'invalidité englobe peu à peu celui de vieillesse. Et le 31 octobre 1784, sous Louis XVI, l'ordonnance du marquis de Castries convertit le régime, qui avait été étendu progressivement aux militaires gradés et aux personnels des maisons royales et de la ferme générale, en système de pensions de vieillesse et d'invalidité.

Il s'agit pour le roi, selon le texte de l'ordonnance, de "régler les récompenses [les compensations] qu'elle se propose d'accorder aux gens de mer qui seront morts sur ces vaisseaux ainsi qu'aux veuves et aux enfants" et de "déterminer les cas où ils seront susceptibles des pensions d'invalides".

Bonne fille, la Révolution élargit aux fonctionnaires titulaires la pension de retraite. Mais, faute d'être financée, la loi des 3-22 août 1790, votée par l'Assemblée constituante, ne sera guère appliquée. Plusieurs professions obtiennent ensuite un droit à la retraite : les mineurs d'Aniche, dans le Nord (1801), les employés de laBanque de France (1806), ceux de la Comédie-Française (1812), les militaires (1831).

RETRAITE À 60 ANS

Par la loi du 18 juin 1850, Louis-Napoléon Bonaparte, président de la République, crée même une caisse de retraite pour les salariés du secteur privé, à laquelle l'adhésion est "volontaire, spontanée et libre". C'est une retraite par capitalisation, qui prévoit le versement par la Caisse des dépôts et consignations d'une rente proportionnelle aux versements que les bénéficiaires ont accomplis. Les ouvriers ayant peu d'épargne, le système capote. 

Devenu empereur, Napoléon III va plus loin. La loi du 9 juin 1853 institue un régime de pension uniforme pour les 158 227 fonctionnaires civils rétribués par l'Etat. Les émoluments des fonctionnaires font l'objet d'une retenue de 5%, destinée àfinancer les retraites. Le droit à une pension, basée sur la moyenne des traitements des six dernières années d'activité, est acquis à 60 ans après trente ans de service. Pour certains métiers pénibles - facteur, chargeur de malle, garde forestier ou agent des douanes - la retraite est fixée à 55 ans, après vingt-cinq ans de service. Enfin, la loi accorde aux veuves une pension de réversion.

C'est sous la IIIe République, le 27 décembre 1895, que le président de la République Félix Faure promulgue une loi qui consacre un système de capitalisation pour les ouvriers et employés. Désormais, "les sommes qui seront retenues sur les salaires des ouvriers" devront être versées soit à la "Caisse nationale des retraites pour la vieillesse", soit à la Caisse des dépôts et consignations, en vue d'être converties en rentes sur l'Etat, en valeurs du Trésor ou en obligations.

"TOUS LES VIEUX RELÈVERONT LE FRONT" 

Née au congrès de Limoges, en septembre 1895, la CGT se divise. Les partisans de Jules Guesde crient au "vol du salaire ouvrier". Le débat rebondit en 1910, quand la loi du 5 avril sur les retraites ouvrières et paysannes conforte la capitalisation. Ce texte, promulgué par Armand Fallières, alors président de la République, prévoit que "l'âge normal de la retraite est de 65 ans", alors que l'espérance de vie ne dépasse pas 48 ans. "La retraite de vieillesse, dispose la loi, est constituée par des versements obligatoires et facultatifs des assurés, par des contributions des employeurs et par des allocations viagères de l'Etat." Les versements annuels obligatoires sont fixés à 9 francs pour les hommes, 6 francs pour les femmes et 4,50 francs pour les mineurs de moins de 18 ans. Tout salarié gagnant moins de 3 000 francs aura droit à une retraite annuelle de 180 à 360 francs, à condition d'avoir "effectué au moins trente versements annuels"

Le patronat dénonce alors "une invitation à la paresse". Et la CGT fustige"l'escroquerie des retraites ouvrières". Devant le congrès de la SFIO, à Nîmes, le 7 février 1910, Jean Jaurès défend la réforme : voyant dans le versement ouvrier, récusé par la CGT, l'émergence d'une retraite ayant "vraiment un caractère d'assurance", le tribun socialiste s'enflamme : "Aujourd'hui, quand l'ouvrier de 40 ans voit passer à côté de lui un vieux de 60 ans sans abri, sans retraite, mendiant, importun et méprisé, [il] se voit d'avance, comme dans un miroir sinistre, dans la figure flétrie de ce pauvre homme et il se dit : c'est comme cela que je serai dans quelques années. (...) Dès demain, par le vote immédiat de la loi (...) , tous les vieux relèveront le front, et tous les jeunes, tous les hommes mûrs se diront du moins que la fin de vie ne sera pas pour eux le fossé où se couche la bête aux abois." 

En 1912, la loi du 27 février abaisse l'âge légal à 60 ans. Et quand la loi du 5 avril 1928, créant des assurances sociales, est promulguée, la CGT et la CFTC applaudissent. Elle est complétée par la loi du 30 avril 1930, qui garantit au retraité une pension s'élevant à 40 % du salaire moyen, à partir de 60 ans et de trente années d'affiliation. En 1937, le patronat et les syndicats mettent en place des régimes de retraite privés dans les branches professionnelles.

 "SOLIDARITÉ DES CLASSES" 

Paradoxalement, le passage de la capitalisation à la répartition a lieu sous le régime de Vichy. Sous l'influence de René Belin, ancien syndicaliste de la CGT devenu ministre du travail, est instituée, par la loi du 14 mars 1941, l'allocation pour les vieux travailleurs salariés. "Ne nous berçons pas d'illusions, proclame le maréchal Pétain, l'Etat ne peut donner que ce qu'il reçoit. (...) La retraite des vieux travailleurs repose sur la solidarité de la nation. (...) Solidarité des classes, puisque les pensions sont constituées par les versements des assurances sociales, et que ces versements proviennent, à la fois, des patrons et des ouvriers. Solidarité des âges, puisque ce sont les jeunes générations qui cotisent pour les vieilles. Voilà donc une grande réforme sociale." L'âge de la retraite est fixé à 65 ans.

A la Libération, les ordonnances des 4 et 19 octobre 1945, qui créent la Sécurité sociale, universalisent le système de répartition, sur la base du programme du Conseil national de la Résistance. Mais elles laissent subsister une myriade de régimes spéciaux. S'ouvre alors une séquence de plus de soixante-cinq ans, où les chamboulements démographiques et les contraintes financières remodèleront en profondeur la physionomie de cette conquête sociale. Séquence dans laquelle nous sommes encore...

---------------------------

Retraites et retraités

Édition abonnés Contenu exclusif

 

02/07/2013

Il est plus que temps de défendre la langue française

Un appel qui est toujours d'actualité.

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2009/12/07/langue-francaise-etat-d-urgence-par-un-collectif-d-associations_1277289_3232.html

Langue française : état d'urgence, par un collectif d'associations

Le Monde.fr | 07.12.2009 à 16h46 • Mis à jour le 07.12.2009 à 18h02

Les associations qui signent cet appel regroupent des démocrates de toutes sensibilités idéologiques. Unanimes, elles dressent un constat angoissant du sort politique fait à la langue française en France. 
"Langue de la République" (art. II de la Constitution), le français est une condition du vivre-ensemble national et républicain, et, selon les sondages récents, il est pour 80 % de nos concitoyens un des principaux piliers de l'"identité nationale". Or, le français est aussi gravement menacé chez nous qu'au Québec, en Afriquefrancophone, en Wallonie ou en Suisse romande. Il l'est moins par l'air du temps que par une politique linguistique menée surtout par de grandes entreprisesfrançaises avec l'appui de milieux politiques, certes européens et transatlantiques, mais d'abord hexagonaux. Après Michel Serres, observant qu'" il y a plus de mots anglais sur les murs de Paris qu'il n'y avait de mots allemands sous l'Occupation", le linguiste Claude Hagège classe le français parmi les langues menacées dans son Dictionnaire amoureux des langues.

L'heure est donc venue d'appeler tous les citoyens à la résistance linguistique.

Nos associations en appellent au peuple français et à tous les francophones du monde, à tous ceux qui savent ce que la liberté, l'égalité, la fraternité, mais aussi la littérature, la philosophie, le droit et les sciences doivent à la langue des Molière, Césaire, Verhaeren et Senghor.

Depuis longtemps, on n'en est plus aux seuls emprunts massifs à l'anglo-américain ; nombre de grandes entreprises s'emploient à basculer au tout-anglais une bonne part de leurs pratiques langagières : "Time to move !" est le titre du programme de mutations que France-Teuleucom impose à ses salariés, ajoutant l'humiliation linguistique à l'effrayante dégradation de leurs conditions de travail. C'est aussi la mode – le "mood" – chez AREVA... Dans la distribution, Carrefour, Auchan... basculent leurs produits et enseignes à l'anglais de bazar, imités par des services publics comme la SNCF, La Poste ou Air France... Loin du programme du Conseil national de la Résistance, la devise du Medef n'est-elle pas"ready for the future" ? Sommet du "dialogue social" : c'est en anglais que les ouvriers de Continental-Clairoix, réunis dans leur cour d'usine, ont appris leur licenciement collectif ! Les choses sont déjà si avancées, tels les fromages forts, que des syndicats de diverses obédiences, CGT, CFTC, UNSA, CGC..., ont dûmonter au créneau pour " défendre le droit de travailler en français en France ".

Voyez aussi les travaux de la recherche scientifique française : des siècles après l'acte révolutionnaire de Descartes publiant en français le Discours de la méthode, ils ne sont souvent plus pensés et écrits par nos chercheurs qu'en anglo-américain, même pas toujours traduits en français. Passons sur la chanson, sur les pubs en anglais qui, aux heures de grande écoute, ciblent surtout les jeunes, les enfants... Que fait le CSA ?

On ne voit que trop qui sert cette politique d'anéantissement linguistique sous son emballage pseudo-moderne : elle sert cette "élite" et ces privilégiés qui, pas seulement à droite, n'hésitent pas à désintégrer leur langue maternelle pour mieux intégrer l'élite mondialisée et ressembler à leurs maîtres ! Les "gens de peu", pour leur part, sont voués à une discrimination linguistique plus forte que jamais. Quant à nos cadres moyens qui croient s'en tirer en ingurgitant le "Wall Street English" promu dans le métro parisien, le basculement au tout-anglais consacre leur aliénation dans un travail de plus en plus dévalorisé.

Face aux coups portés, le silence des autorités inquiète. Pis : des ministres approuvent ou annoncent diverses mesures de substitution de l'anglais au français, des petites classes jusqu'à l'enseignement supérieur. Ainsi la nouvelle antenne de Reims de Sciences-Po dispensera-t-elle tous ses cours en anglais. Ainsi Mme Valérie Pécresse semble-t-elle chercher à extraire l'Université du champ de la loi Toubon. Ainsi le chef de l'Etat annonce-t-il que des enseignements fondamentaux du second degré pourraient être dispensés "en langues étrangères"(traduisons : en anglais).

De cet arrachage linguistique, c'est peu dire que l'Union européenne, à laquelle ses textes fondateurs font pourtant obligation de défendre les langues nationales, fait peu de cas. Au nom du libéralisme économique, son exécutif s'emploie même à démanteler toute protection juridique des langues nationales, au point que c'est souvent de directives bruxelloises que se prévalent les décideurs français pourcontourner la loi.
C'est pourquoi nous exigeons un grand débat national sur la place respective du français et des autres langues, pour que l'assassinat linguistique planifié ne puisse s'accomplir en silence et pour que le peuple souverain se saisisse de la défensede sa langue.

L'actuel gouvernement qui glose sur l'identité nationale va-t-il contribuer àenfermer le peuple français dans une langue unique imposée ? La défense de notre héritage linguistique implique une protection et une promotion actives de la langue française, de la diversité linguistique et de la francophonie, sur notre continent et dans le monde. Parlons ici seulement de ce qu'il faut pour revenir au bon sens : à l'école élémentaire ou au collège, asseoir d'abord un solide apprentissage des langues nationales en Europe, puis commencer celui de deux langues étrangères dont la première, selon la recommandation du professeur Hagège, serait autre que l'anglais ; réaffirmer le français comme langue de l'enseignement supérieur ; lui rendre droit de cité dans la recherche ; fairerespecter par Bruxelles sa propre législation linguistique.

Notre appel s'adresse aussi aux espérantistes, aux amis des langues régionales, vite éradiquées si la langue commune était marginalisée, aux immigrés qui veulentcontinuer à parler notre langue sans oublier celle de leur pays d'origine, à nos compatriotes des DOM qui veulent parler français ET créole. Si une langue de portée mondiale comme la nôtre finissait par être supplantée sur sa terre natale, quelle autre langue, en Europe, pourrait résister au rouleau compresseur de l'anglo-américain ? Cet appel à la résistance et à la créativité linguistique de tous les francophones s'adresse aux citoyens et aux décideurs conscients de leurs responsabilités, aux salariés, étudiants, enseignants, entrepreneurs de base, qui font vivre le français en l'habitant au quotidien. Car, en marginalisant sa langue, c'est le peuple qu'en définitive on voudrait déloger de ses rêves.

Nous interpellons enfin avec gravité les écrivains, penseurs, traducteurs et autres créateurs de toute la francophonie, partout où notre langue est pratiquée et aimée :vous dont la langue constitue l'outil de travail et l'élément existentiel, entrez en résistance publique contre la langue unique ! Cinq siècles après Joachim du Bellay appelant à la "défense et [l']illustration" du français, faisons vivre notre langue et défendons-la contre la logique barbare de l'argent roi.

Signataires :

Alliance Champlain,
Association francophonie avenir 
(Afrav),

Association pour la sauvegarde et l'expansion de la langue française (Asselaf),
Avenir de la langue française (ALF),
Cercle littéraire des écrivains cheminots (CLEC),
CO.U.R.R.I.E.L.,
Défense de la langue française Paris-Ile-de-France (DLF Paris-IDF),
Forum francophone international France (FFI France),
Le droit de comprendre (DDC),
Le français en partage,
Gerflint.

15/06/2013

Les fouilles archéologiques confiées au privé

Le saviez-vous ?

" Aujourd'hui, environ 20 % à 30 % des fouilles de sauvetage sont réalisées par le secteur privé, avec un très faible contrôle scientifique..." 

-----------

Le Monde - « L'ouverture au privé a été un désastre »

www.pressdisplay.com/pressdisplay/viewer.aspx?issue...
dans le Monde daté du 6 juin 2013 ...
 Archéologue, professeur de protohistoire européenne à l'université Paris-I, Jean- Paul Demoule est l'un des plus fervents défenseurs de ...

Cet article n'étant pas disponible sur internet sur le site du Monde, voici un lien pour le lire :

07/02/2013

À propos du film sur LINCOLN

lu sur :

http://www.medelu.org/Ce-que-le-film-Lincoln-ne-dit-pas

Ce que le film « Lincoln » ne dit pas sur Abraham Lincoln

EMANCIPATION DES ESCLAVES ET EMANCIPATION DES TRAVAILLEURS

Ce que le film « Lincoln » ne dit pas sur Abraham Lincoln.pdf

extraits :

..."Cet article est publié en français et dans sa version originale en espagnol (sur le site Publico). Il est accompagné de la lettre de félicitations que reçut Abraham Lincoln (*) le 30 décembre 1864 de la Première Internationale pour sa toute récente réélection. Ce document d’histoire – réelle, elle – fut rédigé par Karl Marx."...

..."La vaste majorité des étudiants américains, y compris ceux des universités les plus prestigieuses, ignorent que la fête du 1er mai, célébrée à travers le monde en tant que Journée mondiale du travail, rend hommage aux syndicalistes américains morts en défendant la journée de huit heures (au lieu de douze). C’est cette victoire qui permit de porter avec succès cette revendication dans la plupart des pays du monde. Or aux Etats-Unis, le 1er mai, outre qu’il n’est pas férié, est le jour dit de la loi et de l’ordre – Law and Order Day – (lire l’ouvrage A People’s History of the United States, de Howard Zinn). La véritable histoire des Etats-Unis est fort différente de la version officielle promue par les structures de pouvoir étatsuniennes."... 

(*) http://www.marxists.org/francais/ait/1864/12/km18641230.htm

20/01/2013

L'Angleterre, la drogue, la Chine

lu sur :

http://www.lepoint.fr/c-est-arrive-aujourd-hui/20-janvier-1841-charles-elliot-s-empare-d-un-ilot-rocheux-qui-deviendra-hong-kong-20-01-2012-1421251_494.php

20 janvier 1841. Le jour où les Anglais s'emparent d'un îlot désert pour en faire Hong Kong.

Le Point.fr - Publié le20/01/2012 à 00:04- Modifié le20/01/2013 à 00:01

et

Chassés de Canton par l'empereur de Chine, les Anglais abordent un îlot de pêcheurs, sous le commandement de Charles Elliot. 

À l'époque, c'est vrai, Hong Kong n'est pas encore le troisième centre financier du monde, habité par 7 millions de Chinois. Ce n'est qu'une île rocheuse occupée par 2 000 pêcheurs et producteurs de charbon de bois. Aucun intérêt à première vue. D'où l'incompréhension et même la colère du gouvernement anglais lorsqu'il apprend que le capitaine Charles Elliot, envoyé pour protéger les intérêts anglais à Canton, a négocié l'acquisition de cet îlot pourri pour accueillir la nouvelle colonie britannique.

 
 

Mais Elliot a-t-il réellement le choix ? La situation est très tendue entre l'Angleterre et la Chine depuis quelques années. Les Anglais sont les Colombiens de l'époque. Les plus grands trafiquants de narcotiques de l'époque. Pour financer leurs achats de thé en Chine, la Compagnie britannique des Indes orientales y écoule des milliers de tonnes d'opium (2 600 tonnes en 1838). Il y aurait au moins deux millions de Chinois accros. L'empereur et son gouvernement veulent mettre fin à ce scandale. D'où la première guerre de l'opium en 1839. Le représentant de l'empereur dans le sud-est de la Chine interdit le commerce de l'opium et ferme pour toujours l'accès à Canton aux dealers britanniques.

"Un rocher stérile sans la moindre bicoque"

Londres répond en envoyant un corps expéditionnaire placé sous le commandement du capitaine Charles Elliot. Celui-ci ne peut rien faire d'autre que d'embarquer les Britanniques jetés hors de Canton pour les mener dans un lieu où ils attendront le dénouement de la crise. Il choisit de mettre le cap sur Macao, tenu par les Portugais. Mais le gouverneur du territoire ne tient pas à indisposer l'empereur chinois, aussi invite-t-il Elliot à passer son chemin. Celui-ci ne va pas bien loin, il se rend de l'autre côté de l'embouchure de la rivière des Perles, pour jeter l'ancre dans la rade de Hong Kong. Il s'agit d'une modeste bourgade de pêcheurs implantée sur une île qui ne porte pas de nom. L'immense atout du lieu, ce sont des eaux profondes qui permettent aux gros bateaux de jeter l'ancre. Le 20 janvier 1841, après plusieurs affrontements armés avec les Chinois, le capitaine anglais parvient à contraindre le gouverneur de la province de céder l'île de Hong Kong à la couronne britannique. C'est la convention de Chuenpi.

Elliot exulte, il a obtenu une terre d'accueil pour les marchands anglais. Mais à Londres on rit jaune. Lord Palmerston, ministre des Affaires étrangères du gouvernement britannique, est furieux, car il espérait un traité commercial avantageux pour les intérêts britanniques. Et qu'obtient-il ? "Un rocher stérile sans la moindre bicoque." Le ministre refuse de ratifier le traité et vire Elliot de son commandement pour le remplacer par Henry Pottinger. À force de harceler les autorités chinoises, celui-ci contraint le gouverneur à signer le traité de Nankin (1842), bien plus favorable aux intérêts de la Couronne, qui néanmoins confirme la cession de l'île de Hong Kong. Le 26 juin 1843, celle-ci est élevée au rang de colonie de Sa Majesté. Lors de la deuxième guerre de l'opium, en 1860, la Chine cède la péninsule de Kowloon, située en face de l'île de Hong Kong. Et c'est parti pour une irrésistible ascension, tandis que l'incompris Charles Elliot poursuit sa carrière au Texas, aux Bermudes, puis à Sainte-Hélène... Triste fin pour l'inventeur de l'île la plus riche au monde.

28/11/2012

Quand LE GOUVERNEMENT VIOLE LES DROITS DU PEUPLE l'insurrection ...

voir :

http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/les-constitutions-de-la-france/constitution-du-24-juin-1793.5084.html

Constitution du 24 juin 1793 - Conseil Constitutionnel


                 Constitution du 24 juin 1793

DECLARATION DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN               

Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.               

28/09/2012

Le peuplement de la Terre par l'homme moderne

lu sur :

http://www.lemonde.fr/sciences/article/2012/09/27/le-plus-ancien-fossile-d-homme-moderne-asiatique-a-60-000-ans_1766925_1650684.html

Le plus ancien fossile d'homme moderne asiatique a 60 000 ans

LE MONDE SCIENCE ET TECHNO

|27.09.2012 à 16h01• Mis à jour le28.09.2012 à 17h44

Par Stéphane Foucart

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vous abonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

L'histoire du peuplement de la Terre par l'homme moderne est avant tout une histoire de jalons. Une équipe internationale conduite par Fabrice Demeter (Muséum national d'histoire naturelle) vient d'en poser un nouveau avec la découverte, dans la forêt laotienne, d'un crâne d'Homo sapiens vieux de quelque 60 000 ans. C'est l'homme anatomiquement moderne le plus ancien exhumé jusqu'à présent en Eurasie. Mais, en dépit de son grand âge, il passerait aujourd'hui probablement tout à fait inaperçu. "Il est comme nous", résume M. Demeter. La découverte, faite en décembre 2009, a été publiée dans le courant de l'été dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

 

L'histoire commence en 2003 avec la réouverture de fouilles menées dans les années 1930 dans la province laotienne de Huà Pan, à environ 260 km de Vientiane. Au pied du massif de Pà Hang, des fouilles ont déjà révélé des sépultures, datées d'environ 15 000 ans - rien de très ancien. Mais en 2008, au sommet du Pà Hang, le géologue de l'expédition, Philippe Duringer, découvre l'entrée d'une grotte masquée par la végétation. La cavité s'enfonce sous la montagne sur une longueur de 70 mètres. De premiers prélèvements de charbon de bois naturel, à quelque 2,5 mètres de profondeur, sont datés de 45 000 ans à 40 000 ans.

LA DATATION DIRECTE DU FOSSILE DONNE UN ÂGE D'ENVIRON 63 000 ANS

L'année suivante, en décembre, le crâne est retrouvé à quelque 2,35 mètres de profondeur, en bel état de conservation, pris dans les argiles accumulées au fond de la grotte. La datation directe du fossile, par la méthode dite de l'uranium-thorium, donne un âge d'environ 63 000 ans. Les couches stratigraphiques dans lesquelles il est découvert sont pour leur part plus récentes. "Il est probable que la communauté scientifique gardera plutôt une date autour de 50 000 ans comme datation du fossile, tempère le biologiste François Balloux, professeur à l'University College London. Ce qui n'enlève rien à l'importance et l'intérêt de la découverte."

Jusqu'à présent, les plus anciens fossiles de sapiens retrouvés en Eurasie - en Chine septentrionale et en Malaisie - sont datés autour de 40 000 ans. Un homme moderne vivant il y a quelque 60 000 ans en Asie du Sud recule de beaucoup ces dates, mais, selon M. Balloux, "ne révolutionne pas forcément notre vision de la colonisation de l'Eurasie".

ACCORD AVEC LA GÉNÉTIQUE

La coïncidence est d'ailleurs saisissante : de manière fortuite, dans la même édition de PNAS, M. Balloux et plusieurs chercheurs britanniques publient une modélisation du tempo de la colonisation de la planète par Homo sapiens, en mêlant des données génétiques actuelles et des données climatiques. Résultat ? L'homme moderne serait, selon cette simulation, arrivé il y a autour de 40 000 ans en Australie, vers 10 000 ans en Amérique du Sud et... autour de 60 000 ans en Eurasie.

Les données génétiques - qui permettent de remonter le temps grâce aux gènes de populations actuelles - correspondent donc plutôt bien avec le nouveau fossile, le plus ancien représentant de notre espèce découvert en Asie. Cependant, dans ce coin du monde, la génétique ne correspond pas toujours avec les jalons posés par les paléontologues. A Zhirendong, en Chine du Sud, une mandibule de sapiens "archaïque" - dont l'anatomie se rapproche de la nôtre, mais avec des traits propres aux humains archaïques - est ainsi datée autour de 100 000 ans.

Pour les généticiens, ce type de découverte ne peut aujourd'hui s'expliquer que par l'idée de sorties d'Afrique antérieures à la date couramment acceptée de 70 000 ans à 60 000 ans. Escapades dont les représentants se seraient éteints sans contribuer au patrimoine génétique de l'humanité actuelle. D'autres traces de sapiens (fossiles ou outils de pierre taillée) bien antérieures à 70 000 ans ont ainsi également été retrouvées, au Proche-Orient et en Arabie, et étayent cette hypothèse. Mais la génétique avance si vite que nul ne sait si elle tiendra longtemps.

Voici à peine trois ans, l'étude de nos gènes assurait que sapiens n'avait jamais frayé avec neanderthalensis - on sait aujourd'hui que c'est faux...

16/06/2012

Bethléem à l'Unesco

lu sur :

http://www.romandie.com/news/n/_Bethleem_a_l_Unesco_les_Palestiniens_denoncent_l_avis_politise_des_experts42140620121641.asp

  Bethléem à l'Unesco: les Palestiniens dénoncent l'avis politisé des experts


PARIS - Les Palestiniens demanderont bien l'inscription de l'église de la Nativité à Bethléem au Patrimoine mondial, lors de la prochaine session de l'Unesco, en dépit d'un avis défavorable des experts qu'ils jugent politisé par les Etats-Unis et Israël, ont-ils indiqué jeudi à l'AFP.

Nous maintenons notre dossier et nous irons jusqu'au vote du Comité du patrimoine mondial, composé de représentants de 21 pays, qui se réunira à Saint-Pétersbourg (Russie) du 24 juin au 6 juillet, a déclaré à l'AFP Elias Sanbar, ambassadeur de la Palestine auprès de l'Unesco.

Les Palestiniens, qui ont adhéré à l'Unesco en octobre 2011 au terme d'un vote qui avait provoqué la colère des Israéliens et des Américains, ont choisi de présenter comme premier site l'église de la Nativité et la route du pèlerinage, à Bethléem en tant que Lieu de naissance de Jésus.

Ils demandent son inscription en urgence au Patrimoine mondial du fait du délabrement et de la dégradation de l'ensemble architectural de l'Eglise de la nativité.

Mais les experts du Conseil international des monuments et des sites (Icomos), qui évaluent les candidatures pour le Comité, ont rendu un avis défavorable, estimant que les Palestiniens n'ont pas procédé à une évaluation complète des menaces pesant sur le site.

Pour l'ambassadeur, cet avis est biaisé et politisé. Ceux qui ont perdu la bataille du vote de l'entrée de la Palestine à l'Unesco veulent nous empêcher d'exercer nos droits, a-t-il jugé.

Haut lieu de pèlerinage, Bethléem est le premier site touristique des Territoires palestiniens (deux millions de visiteurs en 2011). Datant de l'empereur romain Constantin, au IVe siècle, la basilique de la Nativité est l'une des églises les plus anciennes et sacrées de la chrétienté.


(©AFP / 14 juin 2012 16h39)   

26/03/2012

Une propriété de 160 km2

lu sur :

http://www.lepoint.fr/monde/le-liechtenstein-derniere-dictature-d-europe-occidentale-25-03-2012-1444959_24.php

Le Liechtenstein, 160 km2 et 36 000 habitants, va peut-être entrer cette année dans le XXIe siècle. Une poignée de citoyens a déposé un projet d'"initiative populaire" intitulé "Oui, pour que ta voix compte". Ces courageux Liechtensteinois demandent que le prince Hans-Adam II von und zu Liechtenstein perde son droit de veto, à la fois sur le gouvernement, sur les députés, et même sur les résultats des "votations", c'est-à-dire des référendums.

Le système politique de la principauté est partiellement calqué sur celui son voisin suisse. Les citoyens ont normalement le droit de demander que l'on modifie la Constitution. Dans une première étape, le Landtag, le Parlement local, fort de 25 députés, a validé cette "initiative populaire" révolutionnaire. Ensuite, si ce projet recueille 1 500 signatures, une "votation" aura lieu au mois de septembre. Le Liechtenstein pourrait alors devenir une vraie monarchie parlementaire.

L'avortement illégal

Ce minuscule territoire est devenu indépendant en 1806 grâce à Napoléon, lorsque l'empereur envahit et dissout le Saint-Empire, libérant le Liechtenstein de la tutelle des Habsbourg. Depuis, la principauté s'est d'abord rapprochée de l'Autriche, puis de la Suisse, adoptant sa monnaie. Après la Seconde Guerre mondiale, le Liechtenstein se mue en paradis fiscal, plus opaque encore que la Suisse. La famille princière est à la tête de LGT Group, la principale banque du pays, sa fortune est estimée entre 5 et 6 milliards d'euros.

Offrant un PIB par habitant parmi les plus élevés du monde grâce à la finance, le Liechtenstein reste, pour d'autres aspects, une contrée moyenâgeuse, où les femmes n'ont obtenu le droit de vote qu'en... 1984 ! Le catholicisme est religion d'État. En 1997, le pape Jean-Paul II a érigé Vaduz, la lilliputienne capitale (5 000 habitants), en archevêché, y plaçant Wolfgang Hass, un traditionaliste. En septembre 2011, les électeurs devaient voter pour légaliser l'avortement. Le souverain annonçait qu'il mettrait son veto si le oui l'emportait, empêchant ainsi son entrée en vigueur.

Des menaces contre les opposants

Finalement, à 52,3 % les Liechtensteinois ont refusé l'"initiative populaire" intitulée "Aider plutôt que punir". Une cinquantaine de femmes continueront chaque année à se rendre en Suisse pour pratiquer une interruption de grossesse. Succédant à son père Franz Josef II en 1989, Hans-Adam II détient toujours le pouvoir, mais les affaires courantes sont expédiées par son fils, le prince héritier Aloïs. En 2010, le parquet de Hambourg a ouvert une enquête préliminaire contre Max von und zu Liechtenstein, son jeune frère. À la tête de LGT Group, il est soupçonné d'avoir perçu des commissions de nombreux déposants pour assurer la confidentialité de leurs données bancaires.

Le quotidien suisse La Liberté, dans un article intitulé "Les sujets se révoltent contre le prince", assure que des membres du comité d'initiative pour rogner les pouvoirs du prince reçoivent des lettres de menaces. De son côté, Lepoint.fr peut attester que même la nomination d'un sous-bibliothécaire dépend toujours du bon vouloir de l'imposant château qui domine la capitale. Quant aux moindres critiques, elles ne s'expriment qu'à voix basse, et de préférence de l'autre côté de la frontière, en Suisse, du côté de Buchs ou de Sevelen. "Dans un pays aussi petit, si je parle à un journaliste, tout le monde le saura", nous expliquait un financier. 

27/12/2011

Génétique et Histoire

lu sur :

http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2011/12/26/traite-negriere-apporte-paludisme-amerique/

La traite négrière a apporté le paludisme en Amérique

Une enquête génético-historique montre que les souches américaines du parasite du paludisme sont arrivées d'Afrique il y a seulement quelques siècles.

Selon le rapport 2011 sur le paludisme dans le monde, publié il y a quelques jours par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la mortalité due à cette maladie est en baisse de 25 % depuis 2000. Malgré ces progrès, à chaque minute un enfant en meurt et le nombre total de personnes tuées par cette infection devrait s'élever à 655 000 cette année. La grande majorité des victimes se trouve en Afrique, qui concentre plus de 80 % des cas et plus de 90 % des décès, mais les parasites du genre Plasmodium qui sont la cause de cette maladie sévissent également en Asie, en Amérique, en Océanie et dans cinq pays que l'OMS classe dans sa zone "Europe", à savoir l'Azerbaïdjan, le Kirghizistan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan et la Turquie.

Plasmodium falciparum, la plus dangereuse des cinq espèces touchant l'homme, est très probablement d'origine africaine mais la date à laquelle elle est sortie de ce continent fait l'objet d'un grand débat parmi les chercheurs. Certains estiment en effet que le parasite a accompagné Homo sapiens lors de sa sortie d'Afrique, il y a 60 000 ans, tandis que d'autres pensent que l'interaction entre P. falciparum, les moustiques qui le portent et l'homme a subi une évolution majeure il y a seulement 6 millénaires, au moment de l'apparition des premières sociétés d'agriculteurs. Un débat analogue existe pour savoir quand ce protozoaire est arrivé sur le continent américain. Est-il venu avec les Amérindiens, lorsque ceux-ci ont traversé le détroit de Béring à pied sec, il y a environ 15 000 ans, ou bien a-t-il traversé l'Atlantique avec les colonisateurs européens, imitant en cela la variole ?

La question semble avoir trouvé une réponse dans une vaste étude internationale, conduite par des chercheurs français de l'unité mixte de recherche Mivegec (Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle) et publiée ce lundi 26 décembre dans les Proceedings de l'Académie des sciences américaine (PNAS). Grâce à la collaboration de biologistes du monde entier, une collection d'un millier d'échantillons de P. falciparum couvrant toute son aire de répartition a pu être rassemblée. Il a ensuite fallu réaliser l'analyse de certains marqueurs génétiques pour remonter les "filières" du pathogène. Plusieurs résultats ont ainsi été obtenus. Tout d'abord, il est apparu que les P. falciparum que l'on retrouve actuellement en Amérique latine (car cette espèce vit sous les tropiques) sont éloignés de ceux qui circulent sur le continent asiatique, ce qui invalide la thèse du détroit de Béring. En fait, les parasites sud-américains sont clairement d'origine africaine. Autre enseignement de l'étude : ils sont arrivés en plusieurs fois et de manière indépendante, dans une fourchette temporelle allant de cinq à deux siècles avant aujourd'hui. Tous les indices convergent donc pour affirmer que Plasmodium falciparum a traversé l'océan à bord des navires négriers.

Les chercheurs sont allés plus loin. En identifiant deux réservoirs distincts du pathogène, ils ont en effet pu retracer les deux routes principales qu'il a empruntées, la première menant au nord du continent sud-américain (Colombie), la seconde aboutissant plus au sud (Brésil). Ces deux routes coïncident avec le partage du Nouveau Monde entre l'Espagne et le Portugal, effectué sous l'égide du pape Alexandre VI à Tordesillas, en 1494. Cette division colonialiste de l'Amérique latine se reflète encore aujourd'hui dans les langues qu'on y parle : aux Espagnols l'Amérique centrale et la partie la plus occidentale du continent sud-américain, aux Portugais le gros bout de gâteau qu'est aujourd'hui le Brésil. Du milieu du XVIe siècle jusqu'au milieu du XIXe, on estime que plus de 5,8 millions d'Africains ont été déportés vers le Brésil où ils débarquaient principalement à Rio et à Salvador de Bahia, la première capitale de la colonie. Côté espagnol, la traite négrière avait pour principales destinations Cuba, Veracruz au Mexique et Carthagène en Colombie.

L'étude conclut en disant que "cette subdivision des Amériques en deux principaux empires et le fait que les deux empires ont importé des esclaves africains dans des régions différentes (en utilisant différents port de débarquement) est très probablement à l'origine des deux introductions indépendantes de P. falciparum montrées par nos données génétiques. De plus, il est probable que l'introduction de P. falciparum en Amérique du Sud a été un processus récurrent, qui a duré aussi longtemps que des esclaves africains ont été déportés sur le continent à la fois par les empires espagnol et portugais. Ces introductions récurrentes ont certainement joué un rôle important dans le modelage de la diversité génétique actuellement observée dans les deux réservoirs sud-américains. Les Andes, qui forment une barrière géographique naturelle séparant l'Amérique centrale ainsi que l'ouest de l'Amérique du Sud du reste du continent, peuvent avoir joué un rôle en empêchant ces deux réservoirs de s'homogénéiser durant le cours de l'histoire." Un magnifique exemple où l'histoire, la géopolitique, la géographie et l'un des commerces les plus abjects qui aient jamais existé s'entremêlent avec la biologie. Un exemple qui souligne également les grandes capacités invasives du parasite engendrant le paludisme.

Pierre Barthélémy

18/06/2011

Les hommes voient loin, les femmes voient large

lu sur :

http://www.rue89.com/2011/06/17/les-hommes-prehistoriques-etaient-ils-peres-au-foyer-209454

Les hommes préhistoriques étaient-ils pères au foyer ?

28/02/2011

Les USA, un modèle à suivre ?

Depuis la conquête du continent nord-américain par les européens, une civilisation basée sur la force brutale idéalisée par Hollywood.

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2011/02/24/le-suicide-d-utilite-publique-de-dave-duerson_1484615_3222.html

Football américain : le suicide d'utilité publique de Dave Duerson

LEMONDE | 24.02.11 | 14h17  •  Mis à jour le 24.02.11 | 14h58

NEW YORK CORRESPONDANT - Il s'est tiré une balle dans la poitrine, jeudi 17 février. Eternelles énigmes d'un suicide : ainsi Dave Duerson, 50 ans, avait-il récemment connu de graves déboires financiers. Mais, dans ce cas, l'homme a laissé un indice explicite : s'il a dirigé le pistolet vers le coeur, et pas ailleurs, c'est qu'il souhaitait que son cerveau reste intact pour pouvoir être autopsié. Par courriel et par téléphone, il a envoyé à son ex-femme Alicia et à son fils Tregg le même message : "S'il vous plaît, faites que mon cerveau soit remis à la banque du cerveau de la NFL."

La NFL est la ligue de football américain professionnel, un sport dont Dave avait été une star. Il avait remporté le championnat national deux fois, avec les Chicago Bears puis les New York Giants, avant de se retirer en 1993. Il était membre d'une commission spéciale de six personnes que la NFL avait mise en place en 2007 - après avoir longtemps cherché à l'empêcher - pour évaluer les assertions d'anciens joueurs qui constatent l'apparition, à un âge très prématuré (40 ans), de troubles cérébraux allant de pertes de mémoire substantielles ou de lourdes céphalées jusqu'à des affections dramatiques comme la démence précoce.

Dave souffrait de plus en plus souvent de migraines, d'absences et de difficultés d'expression. Etait-il atteint d'encéphalopathie traumatique chronique, cette dégénérescence cérébrale qui s'accompagne souvent de dépression grave, constatée chez un nombre croissant d'anciens footballeurs ? C'est ce que devra déterminer le laboratoire de la NFL pour la création duquel, comme représentant du syndicat des joueurs, il s'était battu.

"La religion de l'Amérique"

Le football américain est au sport ce que la finance est à l'économie : brutalité et dérégulation y règnent en maître. Même harnachés d'un casque et de protections des articulations, l'impact des chocs entre des joueurs lancés à pleine vitesse est infiniment plus violent que dans la boxe, par exemple. Surtout, nombre d'actes qui y sont licites sont interdits dans les autres sports de contact. En outre, les joueurs font massivement appel aux produits dopants. Une enquête de l'université de Caroline du Nord a montré, en 2007, que 20,2 % des anciens pros souffrent de dépression grave. Un récent rapport commandé par la NFL conclut que ceux-ci ont 19 fois plus de risques de contracter une démence précoce que la moyenne des Américains.

Le football américain est aussi le seul sport national joué uniquement par les Américains, contrairement au basket ou au base-ball.

Sur le site New PoliticsBill Littlefield, célèbre chroniqueur sportif, reprend la thèse de Tom Englehardt dans son ouvrage The American Way of War, selon laquelle 

"la vraie religion de l'Amérique est son culte de la force". "C'est pour cela que le match de foot du dimanche après-midi a aussi été caractérisé par de nombreux observateurs comme la "religion de l'Amérique"", conclut-il.

Sylvain Cypel

10/06/2008

Histoire contemporaine : Massacre de Katyn

lu sur lemonde.fr :

Massacre de Katyn: un procès va être ouvert à Moscou (avocat)
10.06.08 | 13h02

Un procès sur la réhabilitation des officiers polonais, victimes du massacre de Katyn perpétré par la police soviétique en 1940, va finalement avoir lieu à Moscou, un tribunal russe ayant annulé mardi une décision précédente qui s'y opposait, a indiqué l'avocate des plaignants.

"L'affaire va être réexaminée dans un mois au plus tôt", a précisé à l'AFP l'avocate des familles des victimes, Anna Stavitskaïa.

Les familles de dix officiers polonais parmi les milliers fusillés par la police secrète soviétique réclament la réhabilitation de leurs proches.

Jeudi dernier, le tribunal du quartier moscovite Khamovnitcheski avait refusé que l'enquête sur cette affaire soit rouverte, affirmant que seules les victimes elles-même, c'est-à-dire les officiers décédés, pouvaient porter plainte, a expliqué l'avocate. Cette affirmation a été contestée par Mme Stavitskaïa, qui, s'appuyant sur la législation russe, avait souligné que n'importe quelle organisation ou personne pouvait déposer plainte sur ce dossier.

Mardi, "le tribunal municipal de Moscou a annulé la décision du tribunal Khamovnitcheski", a indiqué l'avocate.

Au total, quelque 22.000 Polonais, officiers et policiers pour la plupart, mais aussi fonctionnaires ou propriétaires terriens, avaient été tuées sur ordre de Staline.

Abattus pour la plupart d'une balle dans la tête, dans la forêt de Katyn (Russie), mais aussi à Kharkiv (Ukraine) et à Mednoïe (Russie), ils avaient été faits prisonniers par l'armée soviétique, qui avait envahi le 17 septembre 1939 les régions polonaises de l'Est, en vertu du pacte Ribbentrop-Molotov.

Pendant des décennies, l'Union soviétique avait accusé l'armée de l'Allemagne nazie d'avoir commis ces assassinats. Ce n'est qu'en avril 1990 que le dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev a fini par reconnaître la responsabilité de l'URSS.

Les familles demandaient que soit rouverte l'enquête engagée en 1990 dans les derniers mois de l'Union soviétique. L'affaire a été close et son contenu déclaré secret sous la direction du président Vladimir Poutine en 2004.

14:46 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

17/12/2007

Il y a 70 ans, le massacre de Nankin



"Il n'y a sans doute pas un crime qui n'ait été commis aujourd'hui dans cette ville." Le 16 décembre 1937, au quatrième jour de ce qui deviendra le sac de Nankin, Minnie Vautrin, enseignante américaine, consigne soigneusement par écrit une nouvelle journée d'horreurs commises par les soldats japonais dans la capitale chinoise. Le 13 décembre, les troupes impériales ont pris la ville, mise à genoux par d'impitoyables bombardements aériens. L'armée nationaliste chinoise est en déroute. Pendant les six semaines qui suivent, les Japonais se livrent sur la population et les prisonniers à une orgie systématique de pillages, de viols et de massacres, qui en fera l'un des épisodes les plus noirs de l'histoire du XXe siècle."...
..."Le chef du corps expéditionnaire japonais en Chine en 1937-1938, le général Iwane Matsui, a été condamné à mort en 1948 et pendu à l'issue du procès international de Tokyo."..."Les réticences du Japon à faire face à son histoire sont un embarras pour toute la région."...
..."Matsui est l'un des 14 criminels de guerre vénérés au sanctuaire de Yasukuni à Tokyo, où les visites de l'ex-premier ministre Junichiro Koizumi ont outré Chinois et Coréens."...
..."Pourquoi, dans le devoir de mémoire, le Japon a-t-il échoué là où l'Allemagne a réussi ?"...

19:10 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2007

50 ans de course à l'espace


17:09 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)