Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/06/2014

Recherche : le déclin de la France

lu dans la revue de presse de l'INSERM :

Le Comité national de la recherche scientifique va alerter demain sur « la dégradation rapide de l’emploi scientifique », rapporte l’AFP.

Selon un communiqué du Comité, des « propositions chiffrées » seront présentées. Instance du CNRS, le Comité est chargé notamment du recrutement de nouveaux chercheurs. Il considère que « la dégradation rapide de l’emploi scientifique est en passe d’entraver la capacité de la France à garder son rang dans la recherche internationale de haut niveau ».

La secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso a souligné, la semaine dernière, que le ministère travaillait avec les organismes de recherche « à un plan de trois ans pour l’emploi scientifique ». Elle a, malgré tout, reconnu que les recrutements allaient se réduire.

Selon le biologiste Alain Trautmann, directeur de recherche (Institut Cochin, CNRS/Inserm) et membre du Conseil scientifique du CNRS, 300 chercheurs, toutes disciplines confondues, doivent être recrutés cette année au CNRS, contre 400 en 2010. Ce chiffre descendra à 200 en 2017.AFP, 06/06

24/12/2013

Grâce posthume pour l'un des pères de l'informatique

lu sur : 

Royaume-Uni : grâce posthume pour Alan Turingcondamné pour homosexualité .

Le Monde.fr avec AFP | 24.12.2013 à 02h21 • Mis à jour le 24.12.2013 à 04h56

Le mathématicien britannique Alan Turing, qui a joué un rôle décisif pour briser les codes nazis, s'est vu accorder la grâce royale, mardi 24 décembre, à titreposthume, plus de soixante ans après sa condamnation pour homosexualité.

Considéré comme « l'Einstein des mathématiques », ce pionnier de l'informatique est mort en 1954 à l'âge de 41 ans, empoisonné au cyanure, sans que la thèse généralement retenue du suicide n'ait jamais été formellement prouvée. Il avait été condamné deux ans plus tôt pour « outrage aux bonnes mœurs » et contraint à la castration chimique en raison de son homosexualité, illégale au Royaume-Uni jusqu'en 1967.

Durant sa courte existence, Alan Turing sera parvenu à poser les fondations de l'informatique moderne et à définir les critères de l'intelligence artificielle encore en vigueur aujourd'hui : le fameux « test de Turing » qui se fonde sur la faculté d'une machine à tenirune conversation.

Lire le portrait : "Sorry Alan !"

CASSEUR DU CODE ENIGMA

Pour le grand public, son plus haut fait d'armes est d'avoir réussi à « casser » les codes de la machine Enigma utilisés par les sous-marins allemands croisant dans l'Atlantique Nord pendant la seconde guerre mondiale. Certains historiens estiment que ce coup de génie a précipité la chute d'Hitler, qui autrement aurait pu tenir un ou deux ans de plus.

Lire : Alan Turing ou la difficile réhabilitation de la mémoire d'un pionnier de l'informatique

Alan Turing a été gracié mardi, cinquante-neuf ans après sa mort, par la reine Elizabeth II sur proposition du ministre de la justice Chris Grayling qui avait évoqué un « homme exceptionnel avec un esprit brillant ».

« Son génie a été mis en œuvre à Bletchley Park [principal site de décryptage britannique] pendant la seconde guerre mondiale où son apport a été décisif pour briser le code Enigma, contribuer à mettrefin à la guerre et sauver des milliers des vies »

« Sa vie a plus tard été assombrie par sa condamnation pour homosexualité, condamnation que nous considérerions aujourd'hui comme injuste et discriminatoire, et qui est désormais annulée »

Les campagnes s'étaient intensifiées ces dernières années au Royaume-Uni pour réhabiliterAlan Turing, un excentrique timide qui portait un masque à gaz pour éviter le rhume des foins lorsqu'il faisait du vélo. En 2009, le premier ministre de l'époque, Gordon Brown, lui avait présenté des excuses posthumes, reconnaissant qu'il avait été traité « horriblement ». En 2012, l'année du centenaire de la naissance de Turing à Londres, onze scientifiques britanniques, dont Stephen Hawking, avaient demandé l'annulation de la condamnation de celui qu'ils qualifiaient de « mathématicien le plus brillant de l'époque moderne ».

Lire aussi : La Grande-Bretagne fête les 100 ans de la naissance d'Alan Turing, génie de l'informatique

14/11/2012

Odeurs et dépression

lu sur : http://presse-inserm.fr/dans-lactualite/synthese-de-presse/

 

Une étude de l’Université François-Rabelais de Tours révèle que les dépressifs sévères « distinguent moins bien les odeurs agréables », rapporte l’AFP. Catherine Belzung, coauteur de ces travaux souligne :

« Les personnes atteintes de dépression sévère ont des difficultés à expérimenter les plaisirs.Par ailleurs, la zone du cerveau impliquée dans la sensation agréable provoquée par des odeurs présente des dysfonctionnements chez ces personnes ».

Les chercheurs de l’Université de Tours ont procédé à des tests olfactifs auprès de 18 personnes hospitalisées pour un épisode de dépression sévère et ont comparé les résultats à ceux de 54 volontaires en bonne santé.

Catherine Belzung indique à l’AFP que « de façon surprenante, la vanille, la cannelle ou l’amande amère étaient classées comme des odeurs déplaisantes ».

L’Université de Tours prévoit également d’étudier le lien entre le goût et la dépression.

AFP, 12/11

19/03/2012

La RGPP : bilan

à lire sur MEDIAPART :

La Une
Joigny, «ville-martyre» de la RGPP, se cherche un avenir
PAR MATHIEU MAGNAUDEIX

C'est une des villes de France les plus touchées par la restructuration des services publics, la fameuse RGPP. En quelques années, Joigny, 10 000 habitants dans l'Yonne, a vu partir l'armée et ses deux tribunaux après la chirurgie et la maternité. Près de 500 emplois auraient disparu. La crise aussi a fait des ravages. Joigny tente de rebondir. Avec les moyens du bord.

Lire la suite

Réforme de l'Etat: préparé en catimini, l'acte II doit attaquer «l'os»
PAR LUCIE DELAPORTE

Alors que la Révision générale des politiques publiques (la RGPP et son fameux non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux) n'a pas empêché l'explosion du déficit public, certains à Bercy planchent sur une étape nettement plus radicale de la modernisation de l'Etat. En toute discrétion, conformément à la méthode suivie depuis cinq ans.

Lire la suite

Le conflit d'intérêts se loge au cœur de la réforme de l'Etat
PAR LUCIE DELAPORTE

À Bercy, les responsables du pilotage de la RGPP (réforme de l'Etat) sont en grande majorité issus de cabinets de conseils privés. Or ces cabinets sont aussi les premiers prestataires de l'État pour mener à bien la réforme. Un conflit d'intérêts patent qui n'a que peu mobilisé la Commission de déontologie. La RGPP ou le mélange des genres : c'est le deuxième volet de notre enquête.

Lire la suite

Réforme de l'Etat: «On n’est pas chez Toyota»
PAR LUCIE DELAPORTE

La Révision générale des politiques publiques, qui a entraîné la suppression de 150.000 postes de fonctionnaires en cinq ans, s’est appuyé sur une nouvelle méthode de management issue de l’industrie automobile japonaise. Enquête sur la fonction publique à l’heure du “lean (amaigrissement) management”: c'est le troisième volet de notre plongée dans la réforme de l'Etat.

Lire la suite

Réforme de l'Etat: un bilan financier totalement surévalué
PAR LUCIE DELAPORTE

La Révision générale des politiques publiques a provoqué des chocs violents dans la fonction publique. A-t-elle permis des économies et allégé le budget de l'Etat ? Oui, affirme le gouvernement, qui parle de 15 milliards d'euros d'économies ! Non, répondent des hauts fonctionnaires, qui évoquent le chiffre de zéro... Le détail des économies en trompe-l'œil : c'est le quatrième volet de notre plongée dans la réforme de l'Etat.

Lire la suite

20/02/2012

Leucémies et centrales nucléaires : lien potentiel

lu sur :

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/02/18/leucemies-et-centrales-nucleaires-un-lien-dangereux_1645381_3244.html

Leucémies et centrales nucléaires, un lien dangereux ?

Lorsqu'en 2007, une étude allemande a montré une association significative entre la distance séparant la résidence de la centrale nucléaire de Kummel et le risque de leucémie chez l'enfant, l'Institut de veille sanitaire lui a demandé de se pencher en priorité sur ce sujet.

Au départ, le projet Geocap de l'équipe Inserm U1018-Eq. 6 (Villejuif), dirigée par Jacqueline Clavel, visait à étudier le rôle de différents facteurs (lignes à haute tension, trafic routier, stations-service et benzène, sites nucléaires) dans la survenue des cancers de l'enfant de moins de 15 ans.

Lorsqu'en 2007, une étude allemande a montré une association significative entre la distance séparant la résidence de la centrale nucléaire de Kummel et le risque de leucémie chez l'enfant, l'Institut de veille sanitaire lui a demandé de se pencher en priorité sur ce sujet.

"Notre étude sur la période 1990-2001 n'avait montré aucun excès de risque en fonction de la proximité de la résidence. Nous avons été plutôt surpris de retrouver, lors de l'étude des données sur la période 2002-2007, un excès significatif d'incidence des leucémies aiguës chez les enfants demeurant à moins de 5 km d'une centrale nucléaire", remarque l'épidémiologiste. Le nombre de cas attendus sur cette période de six ans serait de 7,4, mais les chercheurs en ont dénombré 14, soit un quasi-doublement.

Ces résultats, comparables à ceux de l'étude allemande, constituent un signal d'autant plus sérieux que l'étude de l'équipe de Jacqueline Clavel a été réalisée avec une extrême rigueur. En tentant de comprendre le mécanisme à l'origine de cet excès de risque significatif, les épidémiologistes ont constaté la discordance entre les résultats obtenus avec le facteur distance de résidence et ceux tenant compte de l'estimation de la dose reçue dans la moelle osseuse par les enfants à partir des rejets gazeux de radioéléments de la centrale.

"Il y a bien quelque chose que nous avons observé, mais nous avons écarté la seule hypothèse que nous étions capables de tester dans cette étude, c'est-à-dire un mécanisme impliquant les radiations transmises par le panache de fumée des centrales. Nous devrons passer à l'échelle européenne pour tester d'autres hypothèses", explique Jacqueline Clavel.

25/07/2011

Lettre ouverte pour le financement de la recherche

Plus d’une centaine d’organisations  de chercheurs et de la société civile de toute l’Europe - dont la Fondation Sciences Citoyennes - s’alarment de ce que les projets préparatoires de la Commission Européenne pour le cadre stratégique commun sur le financement de la recherche (2014-2020) ne permettent pas de relever les défis que les sociétés européennes doivent affronter aujourd’hui.
Elles en appellent à un programme de recherche européen qui soit orienté en fonction des besoins de la société et de l’environnement plutôt que des intérêts des grandes entreprises, dans une lettre ouverte envoyée le 29 juin 2011 au Président et à certains membres de la Commission Européenne, aux eurodéputés ainsi qu’aux représentants des Etats Membres de l’Union Européenne.
L'appel à signature est enfin ouvert aux signatures individuelles :
http://sciencescitoyennes.org/open-letter-eu-research/

Il reste possible de la signer en tant qu'organisation via l'adresse :
openletter_csf2011@sciencescitoyennes.org


Merci de le signer et de diffuser largement l'info.