Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/09/2015

Société et notion d'Humanité (suite)

À la base de la notion d'Humanité dans la société, il y a la religion, qu'on le veuille ou non.

Voilà pourquoi notre société doit éviter à tout prix de s'aligner le modèle anglo-saxon, où la Force prime le Droit et où la Nature peut être exploitée impunément car considérée comme un don de Dieu !

à lire sur The Guardiab :

America's dark and not-very-distant history of hating Catholics ...

www.theguardian.com/world/.../america-history-of-hating-catholics

4 hours ago ... Progressives and conservatives are in a rare unity welcoming Pope Francis to the USbut anti-Catholicism was rampant before John F ...

voir aussi sur ce blog la note du 8/6/2015 :

Société et notion d'Humanité:

20/02/2015

Un petit malin ! Comprenez-vous de quoi il s'agit ?

...si non, je vous le traduis  ... Hé hé !

lu sur :

Washington rabbi pleads guilty to 52 charges of voyeurism | US ...

www.theguardian.com/.../washington-rabbi-voyeurism-barry-freundel-kesher -israel-congregation

Image 1.png

 

Washington rabbi pleads guilty to 52 charges of voyeurism

Barry Freundel, former rabbi at Kesher Israel Congregation, secretly filmed women for years in synagogue’s bath

 

 

 

A prominent US rabbi charged with secretly filming dozens of women during ritual baths pleaded guilty to 52 counts of voyeurism on Thursday.

 

Rabbi Barry Freundel, 63, was accused of installing video cameras to spy on women in the bathing area for his Orthodox synagogue, Kesher Israel Congregation, in Washington’s upmarket Georgetown neighbourhood. 

Prosecutors said Freundel recorded the women between early 2009 and October 2014 using devices installed in two changing rooms for the bath, National Capital Mikvah, which is next to the synagogue. 

The mikvah, or ritual bath, is used as purification by people converting to Judaism and by Jewish women seven days after the end of their menstrual cycle.

Police began investigating Freundel, who headed the synagogue for 25 years, when a woman found a camera in a clock radio in the bathing area and turned it over to officers.

Investigators found six video files of nude women, with one showing Freundel’s face as he set up the camera, prosecutors said.

Police searched his home and office at Maryland’s Towson University, where he was an associate professor, and seized computers, electronic devices, remote controls, hard drives and cameras hidden in a fan and a tissue box. 

Prosecutors said at least 52 women were recorded nude or partially nude on 25 dates from March 2012 to September 2014.

Investigators also found that Freundel secretly recorded about 100 more women between 2009 and September 2014 in a bathroom at the National Capital Mikvah. 

Voyeurism charges have a three-year statute of limitation. Each of the 52 counts carries a penalty of a year in prison and/or a fine of up to $1,000 (£650), or $2,500 for those committed after June 2013.

One of the victims, Stephanie Doucette, said in a statement: “I continue to be profoundly shocked and upset by Rabbi Freundel’s outrageous conduct, which violated the security, trust and beliefs of so many women.” 

Freundel, who also is facing civil lawsuits, is scheduled to be sentenced on 15 May. 

Kesher Israel fired Freundel in December. His congregation has included the treasury secretary, Jack Lew, and the former Connecticut senator Joe Lieberman.

22/01/2015

Réchauffement climatique : il est réel mais seul Dieu est responsable ! (pas l'Homme)

Nota Bene :

les personnes qui lisent les notes mises sur ce blog ont sans doute remarqué la présence d'un bandeau publicitaire dans le haut de l'écran. Cette publicité, mise par le MIDI LIBRE, n'existait pas auparavant ; elle est apparue il y a quelques jours. 

Il faut savoir que cette publicité est extrêmement gênante pour l'enregistrement des notes et ralentit considérablement leur mise en page. 

De plus, je suis par principe opposé à toute publicité.

J'envisage donc de trouver un autre hébergeur pour ce blog.

L'adresse vous en sera donnée en temps voulu.

lu sur : (les surlignages sont de moi)

Magazine GoodPlanet 

Publié le : 22/01/2015     Last updated: 22/01/2015 15h26

- See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2015/01/22/le-senat-americain-reconnait-le-changement-climatique-mais-pas-la-responsabilite-de-lhomme/#sthash.dS8f5RMf.dpuf

Washington (AFP) – Le changement climatique est réel, ont proclamé les sénateurs américains mercredi lors d’un vote hautement symbolique. Mais dans un second vote illustrant la controverse partisane sur le sujet, les sénateurs républicains ont disculpé l’homme.

Les démocrates ont profité d’un débat sur le projet controversé d’oléoduc Keystone XL pour tenter de trancher, une bonne fois pour toutes, la question du réchauffement climatique au sein de ce que les parlementaires américains appellent « la plus grande assemblée délibérante du monde ».

Ils ont déposé deux résolutions non contraignantes, soumises au vote des 100 sénateurs américains, en majorité républicains.

La première résolution affirme en une phrase que « le changement climatique est réel et n’est pas un canular »: elle a été approuvée par 98 voix contre 1 (le sénateur républicain du Mississippi Roger Wicker).

Les républicains ont désormais consigné pour l’histoire qu’ils ne contestaient pas la réalité du réchauffement de la planète.

La seconde motion démocrate, déposée par le sénateur d’Hawaï Brian Schatz, allait plus loin qu’un simple constat pour déclarer que le réchauffement était du fait de l’activité humaine, touchant au coeur de la controverse politique américaine.

Mais cette fois, 49 des 54 républicains ont voté contre, suffisamment pour couler la résolution.

L’origine de leur opposition date des premiers projets de taxation du carbone dans les années 2000, et depuis les républicains restent opposés aux propositions de Barack Obama pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, afin de ne pas nuire à la compétitivité des entreprises américaines.

Cependant, ils restent nombreux à contester les conclusions de scientifiques qui lient le réchauffement à l’activité humaine.

« Quelle arrogance de dire que l’homme est capable de changer le climat », a redit celui qui a pris la tête du combat au Sénat, Jim Inhofe, président de la commission de l’Environnement.

« Le climat a toujours changé », a-t-il dit. « Relisez les conclusions archéologiques (…) La Bible en parle ».

Malgré la défaite, c’est dopé d’optimisme que le démocrate Brian Schatz est sorti de l’hémicycle.

« On voit émerger un groupe d’élus des deux partis qui pensent que le changement climatique est réel, causé par les humains et qu’il existe des solutions », a-t-il dit aux journalistes rassemblés pour l’événement.

« C’est un début », a dit sa collègue Barbara Boxer.

© AFP

- See more at: http://www.goodplanet.info/actualite/2015/01/22/le-senat-americain-reconnait-le-changement-climatique-mais-pas-la-responsabilite-de-lhomme/#sthash.dS8f5RMf.dpuf
 

 

US Senate refuses to accept humanity's role in global climate ...

www.theguardian.com/.../us-senate-man-climate-change-global-warming- hoax

41 minutes ago ... US Senate refuses to accept humanity's role in global climate changeagain. Senators accept global warming is not a hoax but fail to recognise ...
US Senate refuses to accept humanity's role in global climate change, again

Senators accept global warming is not a hoax but fail to recognise human activity is to blame, nearly 27 years after scientists laid out man’s role

Image 1.png

 



 

 

 

Republican and US senator James Inhofe: ‘Man can’t change climate’. Photograph: Susan Walsh/AP

 

 

 

 

It is nearly 27 years now since a Nasa scientist testified before the US Senate that the agency was 99% certain that rising global temperatures were caused by the burning of fossil fuels.

And the Senate still has not got it – based on the results of three symbolic climate change votes on Wednesday night.

The Senate voted virtually unanimously that climate change is occurring and not, as some Republicans have said, a hoax – but it defeated two measures attributing its causes to human activity.

Only one Senator, Roger Wicker, a Republican from Mississippi, voted against a resolution declaring climate change was real and not – as his fellow Republican, Jim Inhofe of Oklahoma once famous declared – a hoax. That measure passed 98 to one.

But the Senate voted down two measures that attributed climate change to human activity – and that is far more important.

Unless Senators are prepared to acknowledge the causes of climate change, it is likely they will remain unable and unwilling to do anything about it.

Democrats had planned the symbolic, “sense of the Senate” votes as a way of exposing the Republicans’ increasingly embarrassing climate change denial. Further climate votes will come up on Thursday.

Two were tacked on as Democratic amendments to a bill seeking to force approval of the contentious Keystone XL pipeline – despite a veto threat from Barack Obama.

The third, introduced by a Republican, affirmed climate change was real but expressed support for the Keystone XL pipeline.

The first vote, introduced by the Rhode Island Democrat, Senator Sheldon Whitehouse, said only: “To express the sense of the Senate that climate change is real and not a hoax.”

But Republicans have grown canny about being called out as climate deniers. For the Republican party leadership the current preferred phrase now is: “I am not a scientist” – which casts doubt but avoids outright denial. However, Obama made that line a butt of his jokes in the State of the Union address

Inhofe, the veteran climate denier in the Senate and incoming chair of the Senate Environment and Public Works Committee, stunned a number of Democrats when he asked to co-sponsor the amendment. 

For a moment it looked like the ultimate climate denier had had a change of heart – but no. Inhofe was ready to acknowledge climate change was occurring but he was adamant it had nothing to do with human activity such as the burning of fossil fuels.

“Climate is changing and climate has always changed and always will,” Inhofe told the Senate. “The hoax is that there are some people who are so arrogant to think they are so powerful they can change climate. Man can’t change climate.”

The quick thinking from Inhofe now leaves Wicker, the new chair of the National Republican Senatorial Committee, as the only Republican to still embrace the entire idea of climate change as a hoax.

Wicker did not immediately comment on his vote. But he has regularly said that there is no firm evidence of global temperature rise.

An amendment introduced by the North Dakota Republican and Keystone bill sponsor, John Hoeven, attributed climate change to human activity, but said the pipeline would have no significant impacts. Fifteen Republicans voted in favour, but the measure still failed by one vote, 59-40.

The final climate amendment, introduced by the Hawaii Democrat Brian Schatz, went further, stating: “human activity significantly contributes to climate change.”

Only five Republicans supported it – Lindsey Graham of South Carolina, Lamar Alexander of Tennessee, Kelly Ayotte of New Hampshire, Susan Collins of Maine and Mark Kirk of Illinois.

Rand Paul of Kentucky, Marco Rubio of Florida, and Ted Cruz of Texas – all thought of as leading Republican contenders for the 2016 presidential race – voted against. The bill was defeated 50-49.

Environmental groups claimed a partial victory – at least Republicans were admitting climate change was indeed occurring.

“I’m hoping that after many years of darkness and blockade that this can be a first little vote beam of light through the wall that will allow us to at least start having an honest conversation about what carbon pollution is doing to our climate and to our oceans,” Whitehouse told the Senate.

But the Senate has acknowledged the existence of climate change before and, as long ago as 2005, voted to affirm that human activity was its driver.

Since 2005, there has been an entire decade of accumulating evidence in real-time of the effects of climate change – and its threat in the future.

“We are worse off than 2005,” said Robert Brulle, a sociologist at Drexel University who writes about the climate denial movement. “The resolution saying that anthropogenic climate change is real and we need to act passed in 2005, and failed in 2015,” he said in an email. “A similar resolution failed today. 10 years, more certain science, less political will.” 

--------------

Dans le même domaine, voir :

In God We Trust — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/In_God_We_Trust
 
 

15/01/2015

D'où vient l'interdiction de représenter Mahomet ??? (et pas que lui !)

lu sur : (le surlignage est de moi)

Mahomet — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Mahomet

Les images

La traditions islamique a hérité de l’interdiction juive de la représentation de Dieu, elle-même issue du Décalogue160, mais l'aniconisme n'a jamais explicitement été promulgué : l'interdit pesant sur la fabrication d’images cultuelles « d’êtres vivants ayant un souffle vital (rûh) » (autrement dit, les êtres humains et les animaux) n’est pas posé par le Coran, ni la Sunna161, ni, a proprement parler, par aucun des hadiths162 même s'il est incontestable que ces derniers véhiculent une conception fort négative - presque diabolisante - des images163 : leurs créateurs sont soupçonnés, voire accusés, de se livrer au blasphème en prétendant rivaliser avec l'activité créatrice d'Allah164.

Si interdit il y a, c'est davantage dans un sentiment largement partagé et un certain consensus théologique - un ijmâ - qui réprouvent ces représentations et qui, même dépourvus de justification théorique objective, suscitent une large adhésion chez les musulmans, à la suite du courant majoritaire sunnite165.

Ainsi, l'interdit s'est étendu - « mais pas partout ni toujours » - à la figuration de Mahomet (jugé non digne d'être représenté afin d'assurer la primauté de la lecture et de l'iconographie du Coran ou ou contraire jugé trop digne ontologiquement pour être figuré, en-Nûr el-Muhammadî la « lumière mohammedienne » étant selon les soufis trop éclatante pour être regardée166), voire à celle de tous les prophètes, leurs familles et leur descendance165.

Différentes approches
 
Principaux courants de l'islam

Les différentes branches de l'islam ne partagent pas une vision strictement commune de la vie du message du prophète et ont développé des interprétations propres.

En matière iconographique et de manière générale, le sunnisme réprouve la représentation de tout être possédant une âme, d'autant plus s'il s'agit de Mahomet, ce qui s'apparente alors au blasphème. Au xviiie siècle, Ibn Abd al-Wahhâb, fondateur sunnite du wahabbisme, donne une interprétation innovante des hadits défavorables aux images et prône un iconoclasme radical167. L'interdiction sunnite n'est cependant pas respectée de façon absolue et certains courants sunnites n'en tiennent pas compte168.

Cet interdit est également moins saillant chez les chiites duodécimains qui ont développé un rituel et une dogmatique de l'image : l'affichage de grands portraits n'y est pas rare à la fin du xxe siècle et des artistes ont proposé des illustrations pieuses de Mahomet en majesté ou adolescent169 qui ont encore connu une certaine diffusion après les années 1990 en Iran170. Même si ces images elles-mêmes ont fait l'objet de critiques sévères et tendent à se raréfier171, les représentations iconiques des martyres Hussein et Ali, des imams sacrés et des grands ayatollahs restent très habituelles en Iran, ainsi que la production de caricatures de responsables politiques et religieux167.

Représentations
 
Mahomet selon une illustration persane (Bibliothèque nationale de France)

S'il faut constater que l'art de l'islam -qui est essentiellement un art du concept caractérisé par l'évitement de l'imitation des êtres vivants ainsi que par l'abstraction - évite d'une manière générale le portrait172, Mahomet a néanmoins été régulièrement représenté en Perse, en Inde, en Afghanistan, en Turquie, ... avec différentes variantes173. Cependant, et malgré la nature iconique de bien des épisodes de sa vie, le prophète de l'islam a été peu représenté pour lui-même : il s'agit essentiellement de représentations - pas toujours figuratives - « en mouvement » ou « en action » pour l'illustration desdits épisodes155.

Al-Dinawari rapporte l'existence de portraits dès le ixe siècle mais il n'en existe plus de trace : il faut attendre la fin du xiiie siècle pour trouver les premières représentations dans des enluminures en Perse ilkhanide. Le Prophète est alors représenté dans des chroniques à visage découvert - nimbé d'une auréole ou d'une flamme - mais le visage, ainsi que les mains, se trouvent voilés progressivement à partir du xve siècle. La silhouette se voile ensuite entièrement avant de disparaitre complètement au profit de motifs ou de formules évocatrices de sa personne, quittant une réalité anthropomorphe à laquelle se substitue une flamme, une lumière ou encore une « absence perceptible »174. Mahomet est finalement remplacé par la calligraphie de son nom, par une hilya - « portrait-écrit » -, par un arbre généalogique, voire l'empreinte de ses pieds ou de ses sandales174 dans une évolution spirituelle qui doit notamment au soufisme chiite qui considère les représentations anthropomorphes comme mondaines et non-musulmanes174.

À la fin du xxe siècle bandes dessinées, à vocation pédagogique, adaptant le Coran ont été publiées en pays sunnites175 mais ont suscité le débat avant que la publication en soit stoppée176 : en effet, au début du xxie siècle, en dehors de l'espace chiite169, l'interdit concernant les représentation de Mahomet - qui représente une réalité divine pour nombre de croyants - est devenu plus fort qu'il ne l'était auparavant, pour atteindre une grande rigueur et devenir un interdit majeur s'apparentant à un tabou177. Dans ce contexte, la publication de caricatures de Mahomet dans un journal danois en 2005, relayées dans des médias internationaux, a soulevé un tollé et provoqué des réactions violentes dans plusieurs pays de tradition et de culture islamiques et certaines communautés musulmanes des pays occidentaux.

---------------------------------

Je lis bien :

..."l'interdit pesant sur la fabrication d’images cultuelles « d’êtres vivants ayant un souffle vital (rûh) » (autrement dit, les êtres humains et les animauxn’est pas posé par le Coran"...

Par ma barbe ! Sacrebleu ! Ventre-saint-gris ! Nous vivons entourés d'ignorants mécréants ! Je dirais même plus : de mécréants ignorants !

sur le même sujet, lire :

Le Coran n'interdit pas les représentations de Mahomet - Le Point

www.lepoint.fr/.../le-coran-n-interdit-pas-les-representations-de-mahomet-12- 01-2015-1895682_3.php
 

07/01/2015

Charlie Hebdo : y aura-t-il une fatwa contre les assassins ???

voir :

Fatwa — Wikipédia

fr.wikipedia.org/wiki/Fatwa
 

Exemples[modifier le code]

Fatwa politique[modifier le code]

Selon Riadh Sidaoui, les Fatwas politiques ont commencé à se propager depuis la guerre du Golfe en 1991, et elles se sont ensuite propagées enÉgypte et un peu partout dans le monde arabe6.

Toutefois, il fait remarquer que c'est la conséquence d'un vide politique dans la région qui fut remplacé par des cheiks prononçant des Fatwas ; c'est ainsi qu'on trouve le Conseil des Grands Oulémas d'Arabie Saoudite qui constitue un établissement qui remplace le Parlement6

Selon lui, ces fatwas politiques ne sont pas objectives et certains pays utilisent le discours religieux pour leurs intérêts politiques et économiques. Par exemple le Qatar utilise ce système politique contre l'Arabie saoudite, ce qui cause une guerre de Fatwas entre ces deux pays ; l’Arabie saoudite à travers The Association of Muslim Scholars (رابطة العلماء المسلمين) et le Qatar qui a baptisé l'association internationale des savants musulmans présidée parYoussef al-Qaradâwî6.

------------

Charlie Hebdo : douze morts dont Cabu, Charb, Maris et Wolinski ...

rue89.nouvelobs.com/.../fusillade-a-charlie-hebdo-lon-sait-256948

08/12/2013

Commerce et biens culturels : vente d'objets sacrés de tribus amérindiennes

lu sur :

Le Monde.fr avec AFP | 07.12.2013 à 18h41

Les Etats-Unis demandent la suspension d'une vente aux enchères de masques Hopis à Paris

L'ambassade des Etats-Unis à Paris a remis samedi 7 décembre une lettre à la société EVE pour lui demander de suspendre la vente prévue lundi d'objets sacrés des tribus amérindienne Hopi et Apache San Carlos, pour permettre à ces dernières « d'identifier les (pièces), de vérifier leur provenance et de déterminer si elles pourraient (les) revendiquer selon les termes de la Convention de l'UNESCO de 1970 sur l'exportation et le transfert de propriété de biens culturels, ou de toute autre juridiction ».

« Ces objets sacrés revêtent une grande importance pour les communautés Hopi et Apache San Carlos et ne devraient pas être offerts à la vente précipitamment et sans consultation préalable », insiste la représentation américaine, qui espère que la société de ventes aux enchères « (entamera) immédiatement un dialogue avec les deux tribus améridiennes afin de répondre à leurs préoccupations ».

Vendredi, l'association de défense des peuples aborigènes Survival International avait été déboutée par la justice française de sa demande de suspension de cette vente aux enchères de 25 masques hopis. La tribu a été déclarée irrecevable à agir, dans une ordonnance de référé. Début avril, l'association avait déjà tenté, sans succès, de faire arrêter une autre vente, qui portait sur 70 masques et qui avait également été organisée dans la capitale française.

Ces masques, appelés « Katsinam » par les Hopis, sont portés par des danseurs de la tribu lors des cérémonies religieuses, généralement interdites aux personnes de l'extérieur. La tribu compte, selon les estimations, entre 8 000 et 18 000 membres, qui vivent aux Etats-Unis dans le nord-est de l'Arizona où se trouvent de hauts sommets plats appelés mesas.

 

14/08/2013

"In God we trust" (*): l'effet pervers de la conviction d'un destin messianique des États-Unis

lu sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2013/08/12/guantanamo-et-prism-perversions-de-l-antiterrorisme_3460274_3232.html

Guantanamo et Prism, perversions de l'antiterrorisme

LE MONDE | 12.08.2013 à 11h05 • Mis à jour le 12.08.2013 à 14h16 |Par Natalie Nougayrède

Edito du "Monde". L'affaire Snowden n'en finit pas de réveiller le traumatisme du 11 septembre 2001. Et de démontrer l'érosion des libertés publiques qui a accompagné la politique antiterroriste, aux Etats-Unis, mais également en Europe.

Au fil des révélations sur l'ampleur du dispositif de renseignement américain et sur le soutien actif qu'il a trouvé chez certains alliés de Washington, on prend la mesure de ce recul de la vigilance sur des valeurs démocratiques fondamentales. Tout aussi frappante est l'accoutumance, voire l'indifférence, en la matière, de nombreux responsables politiques européens. A ce jour, les Etats-Unis et l'Allemagne sont les seuls pays où le "choc" Snowden a déclenché un réel débat sur l'équilibre à trouver entre sécurité et liberté.

En France, peu de voix se sont élevées pour demander des éclaircissements, pour creuser la question d'une complicité possible entre nos services de renseignement et un appareil sécuritaire américain dont les dérives ne cessent d'être mises au jour. Comme si la lutte contre un danger terroriste – dont la France a fait la cruelle expérience sur son sol dans les années 1980-1990, avant les Américains – valait blanc-seing définitif à tout ce que les gouvernants ont puentreprendre depuis 2001 en réaction à la menace Al-Qaida.

En annonçant, le 9 août, plusieurs mesures de transparence, c'est un Barack Obama sur la défensive qui a tenté de rétablir la "confiance" de l'opinion envers les méthodes de surveillance déployées par la puissante National Security Agency (NSA). Le président américain n'a en rien annoncé un démantèlement du programme Prism, grâce auquel des masses énormes de métadonnées sont passées au peigne fin. Il assure que le système ne donne pas lieu à des abus. Selon lui, le problème résiderait dans la perception du programme – et non pas dans son existence. La démocratie américaine comporte de puissants contre-pouvoirs, qui seront mis à l'épreuve sur ce dossier comme ils l'ont déjà été, durement, durant la présidence de George W. Bush.

La sinistre victoire posthume de Ben Laden est là, dans cette marque apparemment indélébile laissée par la "guerre contre le terrorisme". La "guerre de nécessité" en Afghanistan puis la "guerre de choix" en Irak ont produit deux corruptions majeures : un recul du droit international humanitaire et la mise en cause des protections qu'accordent les conventions de Genève. Ce fut la naissance d'un droit militaire d'exception, négation de l'habeas corpus. Et d'une législation d'exception, le Patriot Act, qui fonde l'action de la NSA. La démocratie américaine a accouché de deux monstres jumeaux : Guantanamo et Prism.

L'évolution de Barack Obama est spectaculaire. Brillant théoricien de la "guerre juste" devant le comité Nobel, il s'est révélé grand praticien des guerres secrètes : le recours abondant aux drones et les écoutes électroniques mondiales. L'admirateur proclamé de Martin Luther King apparaît sans cesse en proie à des contradictions inhérentes au rôle de "commandant en chef", tel qu'il se l'assigne.

Il y a dix ans, l'intellectuel américain Robert Kagan décrivait l'Europe comme une"Vénus", en opposition au "Mars" américain. Elle donne l'impression d'assister de loin à ces dilemmes, comme s'ils ne la concernaient pas. Ce serait vite oublierqu'elle aussi a été corrompue dans ses principes par les années d'antiterrorisme. Elle a accueilli les vols secrets de la CIA et hébergé des prisons secrètes de la même agence, par où transitaient des détenus vers Guantanamo. L'Europe a enrôlé dans ses opérations antiterroristes les régimes les moins fréquentables, leur offrant un quitus, voire un statut d'alliés jusqu'à ce que certains soient renversés par des révoltes populaires en 2011.

Le continent dit du "soft power" aura beaucoup abdiqué dans ce consentement muet. Les Britanniques dans un rôle de "mercenaires" de l'équipe Bush, les Allemands, en flirtant avec les méthodes d'écoute de l'ancienne Stasi dans le cadre d'un accord passé en 2002 avec Washington par le chancelier Schröder, et les Français en accueillant au coeur de Paris un centre secret, "Alliance Base", où les services de six pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Canada,Australie) coopéraient étroitement, ainsi que l'a décrit en 2005 le Washington Post.

La DGSE qui, comme Le Monde l'a révélé en juillet, dispose d'un programme de surveillance similaire à celui de la NSA, quoique moins puissant, a-t-elle pu dans ces conditions tout ignorer des dérives de Washington ? Ou même s'en démarquer ? Les dirigeants français ont préféré s'indigner de l'espionnage américain plutôt que de s'attarder sur ces questions.

L'examen de la décennie d'efforts transatlantiques dans l'"antiterrorisme" est loin d'être terminé, et c'est là le principal mérite des révélations de Snowden. Comment, d'ailleurs, qualifier celui-ci : une nouvelle dissidence à l'heure digitale ? Un naïf instrumentalisé par la Chine et la Russie qui lui offre "l'asile" et n'ignore sans doute rien de ses fichiers ? Les nouveaux outils technologiques, la numérisation de tout et de nos vies, n'ont pas fini de soulever des questions profondes sur l'information, les libertés, le contrôle démocratique sur la surveillance opérée par les Etats et les sociétés.

Le terrorisme doit être combattu mais les démocraties perdent la bataille si elles y sacrifient l'exigence de garde-fous solides, de mécanismes de contrôle, sanctuarisant la liberté de chacun de communiquer sans avoir la crainte d'être surveillé pour des raisons opaques. Ce sont ces garanties qui distinguent les démocraties des régimes autoritaires. M. Obama l'a souligné, évoquant la propension de "certains gouvernements" non seulement à surveiller sans limites, mais "à jeter leurs propres citoyens en prison pour ce qu'ils ont dit "online"". Utile et nécessaire rappel. Mais insuffisant pour lever les doutes sur les pratiques de pays démocratiques qui se veulent exemplaires.

Natalie Nougayrède

----------------

(*) "In God we trust"

In God we trust - Wikipedia, the free encyclopedia

http://en.wikipedia.org/wiki/In_God_we_trust

History of 'In God We Trust' - Department of the Treasury

http://www.treasury.gov/about/education/Pages/in-god-we-trust.aspx


10/05/2013

Les élections au Pakistan

lu sur :

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/4de9d442-b8d3-11e2-89b6-638e06aa0196

élections vendredi10 mai 2013

Laïcs pakistanais sous la menace des talibans

      Lucie Peytermann islamabad


Visés par des attentats sanglants contre leurs candidats et militants, les partis laïcs sortants ont été dans l’incapacité de faire campagne pour les élections législatives cruciales qui se tiennent samedi. Les partis conservateurs, eux, ont eu le champ libre, avec l’accord tacite de l’armée

«Il y a eu l’explosion, puis des corps, une tête et des membres disloqués devant moi; tout a pris feu et c’est là que les tueurs ont arrosé la foule de tirs»: les yeux cernés et le corps fatigué, Bashir Jan explique avec fatalisme avoir, cette fois, été «sauvé par son véhicule blindé». Presque une habitude: à 49 ans, c’est la cinquième fois qu’il échappe à un attentat. Le 26 avril, ce candidat aux législatives et secrétaire général du Parti national Awami (ANP), une formation laïque, a été visé par un attentat à la bombe alors qu’il venait d’arriver sur les lieux d’un meeting politique dans sa ville, Karachi. Bilan parmi ses militants: 15 morts et 45 blessés.

Retranché depuis à son domicile, où il enchaîne les activités de campagne souterraine, l’homme se sait en sursis: il figure sur la liste, établie par les talibans pakistanais (Tehrik-e-Taliban Pakistan, TTP), des personnalités à éliminer durant cette campagne. D’une attaque en 2010, il garde une partie du bras droit artificielle, et un petit doigt figé. «Ils ne me laisseront probablement pas en vie», déclare-t-il au Temps.

A Karachi, capitale économique du Pakistan, dans le Baloutchistan (sud-ouest), des attentats ou assassinats ciblés revendiqués pour la plupart par le TTP frappent presque quotidiennement les trois partis laïcs et considérés à gauche: l’ANP, le Muttahida Qaumi Movement (MQM) et l’ex-parti au pouvoir, le Parti du peuple pakistanais (PPP). Ces attaques ont fait plus de 110 morts depuis mi-avril. Ces partis sont visés à deux titres: laïcs, et membres du gouvernement sortant, à qui le TTP veut faire payer les offensives militaires anti-talibans de ces dernières années. La campagne a pris des allures de mission impossible pour ces partis: déjà usés par cinq ans au pouvoir, ils sont privés de grands meetings.

Le TTP n’ayant pas les moyens de faire dérailler l’ensemble du processus électoral, il a surtout frappé le nord-ouest et Karachi, deux régions où l’ethnie d’origine des rebelles, les Pachtounes, est très présente. En tête de la liste noire du TTP figure l’ANP, parti laïc pachtoune et donc rival numéro un des talibans dans ces zones. Cette campagne marque pourtant une avancée historique pour la consolidation de la démocratie. Car, pour la première fois depuis l’indépendance en 1947 de cette république islamique, abonnée aux coups d’état militaires, un gouvernement civil a achevé un mandat complet de cinq ans et un autre est en passe de lui succéder.

Dans l’incontrôlable mégalopole de Karachi, les trois partis laïcs ont dû suspendre l’essentiel de leur campagne, se rabattant sur le porte-à-porte ou les réunions discrètes. Le chef du PPP, Bilawal Bhutto Zardari, fils de l’ex-première ministre assassinée en 2007 Benazir Bhutto et lui aussi menacé par les talibans, en est réduit à faire campagne par Skype depuis un lieu secret. Il a toutefois fait une apparition surprise à un petit meeting de son parti jeudi soir à Rawalpindi.

«On est très loin d’élections libres et justes. Elles seront au mieux acceptables», explique l’analyste Quraysh Khattak. Le contraste est saisissant avec la liberté dont jouissent les partis de droite plus conservateurs de l’ex-star du cricket devenu politicien Imran Khan (alité après une violente chute accidentelle lors d’un meeting) et du chef de l’opposition Nawaz Sharif (donné favori), ainsi que les partis religieux. Ils organisent des rassemblements monstres sans être inquiétés, et en se gardant bien de dénoncer trop fort les attaques contre leurs rivaux plus libéraux. Le candidat ANP Bashir Jan crie au complot. «On veut nous affaiblir afin que les partis de droite et religieux prennent du poids dans le prochain gouvernement. C’est l’«establishment» [ndlr: armée et services secrets] qui est derrière tout ça.» Selon l’ANP et le MQM, l’armée laisse faire pour favoriser l’arrivée au pouvoir de ces partis conservateurs dont elle est réputée plus proche.

A quelques kilomètres de la maison de Bashir Jan, dans un hôpital public où sont soignés les blessés des attentats contre le MQM et l’ANP, un militant ANP «de père en fils» est allongé dans des draps tachés, un bras et une jambe enroulés dans des bandages suintant le sang. Nasib ur Rehman, 31 ans, était en faction pour assurer la sécurité de Bashir Jan le 26 avril. C’est la deuxième fois que ce père de quatre enfants est blessé dans un attentat contre son leader, mais il refuse d’abandonner: «Je continuerai à travailler pour l’ANP. Ce qui se passe est dangereux pour la démocratie, et je ne veux pas que mes enfants souffrent encore plus du terrorisme à l’avenir.»

Pour l’ANP comme pour le MQM, pas question de boycotter les élections, car le pays est à un tournant. «Les cinq dernières années n’ont pas été brillantes pour nos concitoyens, mais on a réussi à renforcer le pouvoir des institutions et à élaborer une Constitution. Si les partis de droite et religieux se renforcent, tout ce travail progressiste sera perdu», plaide Bashir Jan.

A l’autre bout du pays, les sanglants attentats ont aussi paralysé la campagne de l’ANP dans son fief du nord-ouest. Au siège du parti à Peshawar, la déprime règne: comme pris en otage de son bureau vide, le leader Mian Iftikhar Hussain fait campagne… par téléphone. «Si certains partis majoritaires sont autorisés à faire campagne et pas d’autres, c’est tout simplement un système de fraude préélectorale organisé!» dénonce-t-il. Figure de l’ANP à Peshawar, la puissante famille Bilour a payé l’acharnement des talibans dans le sang. Le 16 avril, le député et ex-ministre Ghulam Bilour, 73 ans, échappait à un attentat suicide lors d’une réunion de campagne. En décembre, c’est son frère Bashir Bilour, 69 ans, également député, qui était assassiné par les talibans. Pour tenter de mobiliser leurs troupes, la maison de Bashir Bilour et de son fils Haroon, lui aussi candidat et sur la liste noire des talibans, a été transformée en QG, protégée par des gardes de sécurité privés lourdement armés.

Pour samedi, les autorités ont prévu de déployer 600 000 agents de sécurité autour des 73 000 bureaux de vote, dont 20 000 sont considérés comme «sensibles ou très sensibles». Mais au bazar Dalgaran de Peshawar, peur et indifférence ont remplacé la fièvre de la campagne. C’est ici qu’a eu lieu l’attentat contre Bashir Bilour. Abdul, dont le fils a été blessé et sa boutique endommagée dans l’attentat, n’ira pas voter. «Trop dangereux», souffle-t-il alors que le soir tombe. Victime d’une énième coupure de courant, conséquence de la crise énergétique, la rue est soudain plongée dans le noir. Rashid, vendeur de légumes, implose alors: «Qu’est-ce que les partis nous ont apporté? Des attaques à la bombe et de l’inflation! Ne comptez pas sur moi pour voter pour des politiciens qui s’enrichissent pendant que je m’appauvris.»

Le dernier jour de la campagne pour les élections législatives au Pakistan, hier, a été marqué par l’enlèvement d’un des fils de Yousuf Raza Gilani, premier ministre de 2008 à juin 2012, et par de nouvelles menaces des rebelles talibans, qui ont annoncé des attaques le jour du vote samedi.

(AFP)

---------------

sur le même sujet :

http://www.lemonde.fr/international/article/2013/05/10/la-rivalite-sunnites-chiites-au-pakistan-un-des-defis-du-futur-premier-ministre_3174961_3210.html

Le Monde.fr a le plaisir de vous offrir la lecture de cet article habituellement réservé aux abonnés du Monde.fr. Profitez de tous les articles réservés du Monde.fr en vousabonnant à partir de 1€ / mois | Découvrez l'édition abonnés

La rivalité sunnites-chiites au Pakistan, un des défis du futur premier ministre 

LE MONDE | 10.05.2013 à 10h41 • Mis à jour le 10.05.2013 à 13h59

Par Frédéric Bobin

Karachi, envoyé spécial. Les drapeaux noirs claquent au vent de Karachi qui souffle de la mer d'Arabie. Le noir, la couleur des chiites. La rue principale d'Abbas Town a retrouvé son calme. Le 3 mars, l'ambiance était tout autre. Elle était à la mort, aux sirènes et à la colère. Deux bombes placées devant une mosquée venaient de tuer 48 personnes et blesser 180 autres.

Selon la police, le carnage était l'œuvre du Lashkar-e-Jhangvi (LeJ). Originaire du Sud-Pendjab, le LeJ est un groupe sunnite radical. Karachi (province de Sind) et Quetta (Baloutchistan) sont les deux théâtres de prédilection de ses attaques antichiites, communauté représentant près de 20 % de la population pakistanaise et tenue pour "hérétique" par les extrémistes d'obédience wahhabite.

A l'heure où le Pakistan s'apprête à voter, samedi 11 mai, pour renouveler ses assemblées nationale et provinciales, l'antagonisme sectaire sunnite-chiite a pesé sur les esprits. Il sera l'un des principaux défis que devra affronter le futur premier ministre du Pakistan. Si le Lashkar-e-Jhangvi est resté discret durant la campagne électorale, près de 250 chiites ont néanmoins été tués depuis janvier. Le bilan des victimes chiites en 2012 – 400 tués – pourrait être dépassé.

"Un génocide antichiite est en train de se produire au Pakistan", dénonce Allama Abbas Kumaili, dirigeant de la Jaffaria Alliance Pakistan, le principal parti représentant les chiites. Toque d'astrakan calée sur la tête et barbe blanche taillée court, le chef chiite reçoit à son domicile situé au coeur de Mehfil Shah-e-Khorasan, le grand complexe chiite de Karachi où la mosquée bombe son dôme couleur or. Un fusil semi-automatique est glissé derrière une armoire. On ne sait jamais.

Il ne faut pas questionner longtemps M. Kumaili pour qu'il déverse son courroux contre la mouvance idéologique des deobandis pakistanais, du nom de l'école de Deoband (située en Inde) où s'est forgé à la fin du XIXe siècle un courant littéraliste de l'islam proche du wahhabisme saoudien.

"Les deobandis étaient opposés à la naissance du Pakistan tandis que les chiites y étaient favorables !", tempête-t-il, désireux de contrer le soupçon que font peser les cercles sunnites radicaux sur le patriotisme des chiites, souvent présentés comme des agents de l'Iran. M. Kumaili retourne la critique en accusant ces groupes d'être l'instrument de l'Arabie saoudite. "Les Saoudiens ont financé ces groupes extrémistes dans le but d'imposer au Pakistan un Etat wahhabite."

INFLUENCE SAOUDIENNE

Au début des années 1990, le Pakistan avait été touché de plein fouet par la rivalité entre l'Arabie saoudite sunnite et l'Iran chiite. Une organisation deobandie radicale, Sipah-e-Sahaba Pakistan (SSP) – rebaptisée Ahle SunnatWal Jamaat (ASWJ) –, s'était livrée à des assassinats systématiques de chiites, lesquels avaient monté leurs milices armées d'autodéfense.

En 2013, le Pakistan n'est pas complètement sorti de cette "guerre par procuration" entre l'Arabie saoudite et l'Iran. "Les effets de cette guerre d'influence sont même plus profonds aujourd'hui, souligne Ali Khan, professeur associé de sciences politiques à la Lahore University of Management Sciences (LUMS). Car toute une génération a grandi dans cette idéologie de l'intolérance à l'égard des minorités religieuses." Cette génération alimente en militants le Lashkar-e-Jhanvi, une émanation de la mouvance du Sipah-e-Sahaba Pakistan/Ahle Sunnat Wal Jamaat.

Si la campagne qui s'achève inspire l'inquiétude des milieux chiites et des cercles libéraux du Pakistan, c'est que des cadres issus de cette galaxie y ont pris part dans leur bastion du sud du Pendjab. Une quarantaine de candidats sont liés à Ahle Sunnat Wal Jamaat et sont cités dans des enquêtes antiterroristes. Peu ont une chance d'être élus, mais la campagne leur a permis de renforcer leur influence.

Tout aussi préoccupante est l'attitude à leur égard de la Pakistan Muslim League-Nawaz (PML-N), le parti de Nawaz Sharif donné gagnant du scrutin. Au pouvoir dans le Pendjab, la PML-N est accusée d'avoir ménagé cette mouvance extrémiste antichiite pour acheter la paix civile dans sa province. Un militant du Lashkar-e-Jhangvi a même été investi candidat par la PML-N.

De fait, le Pendjab a été épargné depuis deux ans par les attentats antichiites qui ont frappé Karachi ou Quetta. "Mais c'est un jeu dangereux, déplore Ali Khan. Nawaz Sharif leur doit quelque chose maintenant." Quel prix devra-t-il payer s'il devient premier ministre ? L'antagonisme sectaire risque de ressurgir au lendemain du scrutin.

Pakistan

Édition abonnés Contenu exclusif

 

23/10/2012

Religion et politique (1) : aux USA, la multinationale des Saints des derniers jours

lu sur :
http://www.letemps.ch/Page/Uuid/115f8f1c-1c75-11e2-8640-d51117ed2154/La_multinationale_des_Saints_des_derniers_jours

MONDE La multinationale des Saints des derniers jours 

Une religion, c’est toute une conception du monde. Avec Mitt Romney, les Etats-Unis pourraient se doter d’un président mormon. Voyage au cœur de cette Eglise méconnue. Et si typiquement américaine

Religion Mardi23 octobre 2012
 

La multinationale des Saints des derniers jours

Par Textes: Rinny GremaudPhotos: Eddy Mottaz salt lake city
Une religion, c’est toute une conception du monde. Avec Mitt Romney, les Etats-Unis pourraient se doter d’un président mormon. Voyage au cœur de cette Eglise méconnue. Et si typiquement américaine

Tiens, un couple de jeunes mariés. Elle en meringue à traîne, lui en clinquant costume trois pièces. Autour d’eux, deux photographes apparemment professionnels, qui tentent de reproduire le cliché du bonheur sous un soleil couchant. Ils posent devant le temple de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours, à Salt Lake City, sur un gazon parfait près de la fontaine. Il est près de 17h, la lumière est magnifique.

Ah tiens, un autre couple de mariés, là-bas, sur les escaliers du temple… Et encore un autre, en haut de la rampe surplombant le jardin. En s’attardant un peu dans le rutilant parc de Temple Square, centre névralgique de l’Eglise des mormons, on finit par en voir plus d’une dizaine, apprêtés presque à l’identique. Les mormons se marient-ils donc en masse? «Pendant la haute saison, il arrive qu’en une journée, plus de 100 mariages se pratiquent au temple, nous explique l’un des bienveillants guides mormons postés aux quatre coins du parc à l’attention des touristes. Mais là, ces couples profitent seulement du beau temps pour faire les photos. La plupart ne se marieront qu’en novembre, où la météo est plus incertaine.»

Le mariage, censé être pour tous le plus beau jour d’une vie, est d’une importance capitale dans la vie des mormons. C’est le moment où un homme et une femme sont «scellés» pour l’éternité – et non pas jusqu’à ce que la mort ou le divorce les sépare, comme pour le reste de l’humanité. Les mormons croient non seulement à l’éternité aux côtés de Dieu pour les meilleurs d’entre eux, mais aussi à l’unité des familles dans l’au-delà – c’est la raison pour laquelle ils sont particulièrement efficaces dans les recherches généalogiques et pratiquent le baptême post-mortem. Le mariage mormon est donc l’un des rites fondateurs de cette Eglise, mais surtout, il est le préalable formel à toute relation sexuelle. Les pratiquants obéissent à un code de conduite très strict qui proscrit absolument la fornication – ainsi que l’alcool, la cigarette, la théine et la caféine.

Quand on pense mormons, en général, on ne pense pas à un homme et une femme, mais à un homme et autant de femmes que possible. En réalité, si la polygamie a bien été pratiquée par les fondateurs de l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours, elle a surtout été formellement interdite en 1889 par les autorités de l’Eglise, pour que l’Utah puisse devenir le 45e Etat de l’Union. Certains fondamentalistes la pratiquent toutefois encore, parfois en cachette, parfois dans des zones de non-droit, mais il s’agit d’une sorte de «canal historique»: ils sont extrêmement gênants pour les relations publiques de l’Eglise.

Mais revenons au temple où se scellent ces unions, et que nous ne visiterons pas. «C’est un bâtiment sacré, où se pratiquent aussi le baptême des morts et les ordinations. Seuls les membres méritants peuvent s’y rendre», nous explique l’une des attachées de presse de l’Eglise.

En revanche, dans le centre des visiteurs de Temple Square, on pourra admirer une maquette de l’édifice en coupe. Partout dans le monde, les temples sont construits selon un même modèle, adapté aux traditions et aux exigences urbanistiques locales, nous apprend-on. Depuis plusieurs décennies, l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (en anglais, elle s’appelle LDS Church, pour Later Day Saints, et il est vrai que c’est plus court à écrire) investit dans la multiplication de ses lieux de culte afin de se rendre accessible à une communauté de croyants qui ne cesse de grandir, notamment en Afrique et en Amérique latine. Elle en compte désormais quelque 140, au service d’une communauté mondiale de plus de 14 millions de membres. Ces derniers sont aujourd’hui plus nombreux à l’étranger que sur son sol d’origine.

Ce qui frappe en regardant la coupe d’un temple mormon, c’est l’absence de vide. A l’extérieur, on dirait une cathédrale, mais l’intérieur ressemble à une maison de poupées. Les grands volumes en hauteur qui, chez les chrétiens, symbolisent une divinité incommensurable et confèrent aux lieux de culte un aspect mystique, sont ici remplacés par une superposition d’étages, figurant très littéralement la progression ascensionnelle des âmes. Au rez-de-chaussée, on trouve des fonts baptismaux pour les morts, de la taille d’un grand jacuzzi, posé sur le dos de 12 statues de bœufs – non, aucun cadavre n’est trempé ici, nous rassure-t-on, les morts sont baptisés par procuration, un membre de leur famille se fait immerger à leur place. Aux étages supérieurs, il y a des salles d’étude, qui ressemblent à des salles de conférence, où l’on vient perfectionner ses connaissances religieuses. Plus on progresse, plus on monte dans les étages. Certaines pièces servent à l’ordination. A mi-hauteur se trouvent une enfilade de salles de mariage, qui sont des petites chambres avec un agenouilloir double au centre. Plusieurs salons sont à disposition pour méditer. L’ensemble est décoré comme un hôtel 4 étoiles, les images du Christ en plus.

Tout dans la religion des mormons est extrêmement pragmatique, et en un sens, tout à fait américain. Née en 1830, l’Eglise fondée par Joseph Smith est la survivante d’une ère de libre entreprise religieuse qui a vu naître des centaines de sectes pseudo-protestantes dont l’immense majorité a fait long feu. Alors qu’à la même période en Europe, les exaltés du type Bernadette Soubirous étaient récupérés par l’Eglise catholique, ils avaient, dans le Nouveau Monde, tout loisir de fonder leur propre culte. «L’apparition du Livre de Mormon s’inscrit dans le sillage du Second Grand Eveil, dans les premières décennies de 1800, explique Kurt Graham, directeur du Musée d’histoire de la LDS Church. Méthodistes, baptistes, évangélistes se disputaient alors le terrain des pensées sur le sol américain. Ne sachant vers qui se tourner, Joseph Smith a choisi de tout simplement demander à Dieu ce qu’il devait faire. Ce dernier lui est alors apparu en personne, accompagné de son fils. Il s’agissait de deux figures humaines distinctes. Nous ne croyons pas au dogme de la Trinité, qui serait trois personnes et une entité à la fois. Pour nous, Dieu et Jésus sont deux personnes différentes, qui sont des hommes, et le Saint-Esprit est comme un sentiment.»

Cette manière très terre à terre de figurer la divinité se traduit dans tout ce que l’Eglise produit de tableaux et de sculptures, mais aussi de films didactiques et d’animations multimédias. La croix des chrétiens n’apparaît nulle part parce que «nous croyons à la restauration de l’Eglise de Jésus-Christ telle qu’elle était de son vivant, explique-t-on au Département des relations publiques. Notre communication montre de vraies personnes, et non pas des symboles».

Le mystère est absent de la religion des mormons. «Il n’y a rien de bizarre dans ce que dit l’Eglise, résume une fidèle. Tout est très concret. Son message nous rappelle régulièrement comment faire pour vivre selon la loi du Christ.»

C’est l’une des clés du succès de cette Eglise. Au cours de nos différentes rencontres, tous les croyants insistent sur l’appréciable clarté de la doctrine mormone, qui répond très simplement aux questions spirituelles qu’ils se posent. Et aussi sur le fait que l’Eglise délivre un message strictement identique partout, quelle que soit la paroisse dans laquelle on se rend, y compris à l’étranger.

Concrètement, la LDS Church prêche une vie saine et droite, faite de travail et d’obéissance aux lois terrestres – une doctrine qui prend racine dans le courant hygiéniste né lui aussi au milieu du XIXe siècle. La progression et l’enrichissement, tant spirituels que matériels, sont centraux chez les mormons, et sont la traduction religieuse de tous les possibles offerts par le continent américain. «Immédiatement après avoir fondé son Eglise, Joseph Smith a envoyé des missionnaires en Europe et dans le Pacifique, rappelle Kurt Graham. Les convertis ont alors convergé vers les Etats-Unis grâce à un «fonds perpétuel d’immigration» qui finançait le voyage des plus pauvres. A la même époque, les compagnies de chemins de fer recrutaient elles aussi leur main-d’œuvre en Europe, avec la promesse d’un avenir économique meilleur.»

Toutefois, en matière d’avenir, les mormons ont mieux à offrir que les compagnies de chemins de fer. Pour résumer, l’idée de Joseph Smith c’est qu’au départ, Dieu était un homme. Et qu’à force d’amélioration personnelle continue, il est devenu Dieu. En théorie, il est donc à la portée de chacun de devenir comme lui. Née sur la terre américaine de tous les possibles, la religion des Saints des derniers jours ressemble à la version hyper trophiée du mythe du «self-made-man».

En toute logique, dans sa vie terrestre, le mormon est donc souvent un homme d’affaires à succès. Encouragé dans sa progression sociale et économique, il est de son devoir d’exploiter au mieux les talents que Dieu lui a conférés. En ce sens, il est héritier de l’éthique protestante du travail et de l’esprit du capitalisme selon Max Weber.

Cela se traduit d’ailleurs dans la santé économique de l’Utah. «Nous avons ici un taux de chômage de 5,5%, contre 8,5% dans le reste du pays, confirme Jeff Edwards, directeur d’Economic Development Corporation of Utah, un organe de promotion économique. Beaucoup d’entreprises choisissent de s’installer ici parce qu’elles peuvent disposer d’une main-d’œuvre jeune, qualifiée, ambitieuse et extrêmement loyale. Mais surtout, nous offrons un contexte fiscal particulièrement stable. Le niveau d’endettement public est remarquablement bas, contrairement à la Californie par exemple, car notre Etat a su mettre de l’argent de côté en période de croissance et procéder aux coupes budgétaires qu’il fallait au moment de la crise.»

Une autre valeur capitale chez les mormons est l’autosuffisance. Ne pas s’endetter. Etre autonome. Une nécessité pour cette communauté née d’un exode vers le Far West. En 1847, les pionniers mormons, qui s’étaient d’abord installés dans l’Illinois, ont été chassés par une population hostile. Après plus de 2000 kilomètres d’une traversée en chariot qui fonde la mythologie de l’Eglise, ils s’installent au bord du Grand Lac Salé, où s’est développé ce sens si caractéristique de l’autarcie communautaire. Doublé d’un sentiment résiduel de persécution, très palpable aujour d’hui encore. La LDS Church se conçoit donc comme un réseau de solidarité extrêmement efficace. En cas de coup dur, le mormon compte d’abord sur son Eglise. D’où une certaine hostilité à l’égard de l’Etat providence et un mépris pour ceux qui vivent à ses crochets (les fameux «47% de la population», selon Mitt Romney).

Travail, autonomie et famille sont donc au cœur de la pensée mormone. Et c’est dans sa plus belle vitrine, la Brigham Young University, qu’ils s’affichent dans leur réalité la plus tape-à-l’œil. Le Département des relations publiques de l’Eglise aime faire visiter son campus mormon, situé à une septantaine de kilomètres au sud de Salt Lake City. Car on n’y croise que des jeunes gens sains, propres et studieux. Ici, professeurs et étudiants ont signé un «code d’honneur» qui les engage à mener une vie vertueuse, conformément à la doctrine de l’Eglise. Au programme, honnêteté, abstinence, respect verbal, et interdiction de consommer des substances excitantes. Les garçons sont rasés de près, les filles ne montrent pas plus des deux tiers du mollet. «Notre religion nous commande de respecter notre corps, qui est sacré, explique Elisa, une étudiante en éducation de la petite enfance. Notre tenue doit toujours rester modeste en toutes circonstances.»

On dirait un campus américain de série télévisée, dont on aurait supprimé les «bad boys» pour les remplacer par de jeunes mamans. Sur un gazon presque trop vert pour être honnête, on s’étonne en effet de croiser plusieurs jeunes femmes avec un landau. «Un quart des étudiants sont mariés, explique Jake, un «junior» en sciences de la communication, chargé ce jour-là de conduire la voiturette de golf qui nous emmène à travers le campus. Nous avons également une crèche, où les enfants sont pris en charge par nos étudiants en sciences de l’éducation.» Un programme qui bénéficie d’une excellente réputation et qui, avec celui de psychologie, forme beaucoup de femmes, qui se destinent naturellement à une carrière de mère au foyer. Dans la religion mormone, l’homme et la femme sont complémentaires. Lui met le pain sur la table, elle éduque les nombreux enfants. En commençant à procréer plus tôt (aux alentours de 23 ans), la famille mormone a en moyenne 20% d’enfants en plus que dans le reste du pays. Les couples avec quatre, cinq, six enfants ne sont pas rares.

Sur le campus, ceux qui n’étudient pas… travaillent. Nous passons en voiturette à côté d’un groupe de quatre étudiants bêchant une plate-bande fleurie. «La plupart des tâches logistiques et administratives de l’université sont assurées par nos étudiants. Cela leur permet de financer partiellement leurs études.»

Parallèlement, tous ces jeunes gens modèles cherchent l’âme sœur. «Trouver son futur mari ou sa future femme, c’est sur la «to-do list» de chacun ici», confirme Jake, qui a un rendez-vous galant le soir même. Une quête facilitée par l’homogénéité culturelle des étudiants. «Je viens du Minnesota, nous explique Karisa, elle aussi étudiante en relations publiques. Là-bas, les mormons ne sont pas majoritaires, et c’est vrai que les gens ne comprennent pas toujours pourquoi on ne boit pas d’alcool ou pourquoi on ne couche pas avant le mariage. Ici, nous avons tous les mêmes valeurs.»

Classée au 11e rang des universités favorites des recruteurs (selon le Wall Street Journal), et au 8e rang de celles où les étudiants sont le moins endettés (selon US News), la BYU est particulièrement cotée pour ses programmes de comptabilité, d’entrepreneuriat, d’informatique et de relations publiques.

Des domaines où l’Eglise elle-même excelle. Pour le comprendre, il suffit d’assister à sa conférence générale bisannuelle, qui se tient à Salt Lake City en avril et en octobre.

Dans l’un des plus grands centres de conférences jamais construits (21 000 places assises), l’événement – qui se tient sur deux jours et se déroule en six sessions qui font salle comble – donne la mesure de la puissance de frappe de cette Eglise, qui fonctionne comme une multinationale. On y vient pour voir et écouter Thomas Monson, le président-prophète actuel et ses 12 apôtres, ainsi que les éminents membres du «quorum des 70». La conférence est diffusée par satellite dans les paroisses de 102 pays, sur les chaînes de radio et de télévision de l’Eglise et sur le Web, traduite simultanément en 92 langues.

Face à l’audience, ces rangs d’oignons d’hommes en costume-cravate ressemblent à un conseil d’administration, ou dans un autre genre idéologique, au comité central du Parti communiste chinois. Lorsqu’ils s’expriment, tous commencent par raconter une anecdote personnelle teintée d’humour et terminent en démontrant l’importance de suivre les préceptes de l’Eglise. Une rhétorique formatée à l’américaine, fondée sur un story telling efficace.

Au moment de la prière finale, on réalise que la quinzaine de journalistes présents dans la salle de presse représentent tous des médias mormons: tout le monde ferme les yeux et dit amen.

L’attachée de presse de la LDS Church ne cache pas qu’elle voit défiler les médias étrangers et nationaux depuis des mois (l’effet Romney), lesquels se font tous offrir le même genre de circuit. Quant aux questions, les organes officiels de l’Eglise y répondent toujours en insistant sur deux aspects: leur travail d’aide humanitaire et le fait qu’ils sont «une Eglise chrétienne comme les autres».

Preuve que sa communication est excellemment unifiée, on entendra deux fois la même anecdote illustrant son efficacité dans l’aide humanitaire. Voici la version en Suisse: «En 2011, nous étions parmi les premiers sur place lors du Tsunami au Japon. Et vous savez ce qu’un élu local a dit aux journaux? «Deux organisations nous ont vraiment beaucoup aidés: les mormons, et l’Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours» – c’est amusant n’est-ce pas?» La même anecdote nous sera racontée à Salt Lake City, mais cette fois l’histoire se déroulait en 2005, après l’ouragan Katrina en Nouvelle-Orléans…

Quant à devenir une Eglise chrétienne comme les autres, la LDS Church est peut-être en passe de le réussir. Un président des Etats-Unis mormon, ça normalise énormément. Même si lui et l’Eglise prennent soin de se tenir à honorable distance durant la campagne. Toutefois, à côtoyer les Saints de l’Utah, on comprend qu’être un membre engagé de cette église – comme l’est notoirement Mitt Romney, qui, en son temps, y a occupé une fonction équivalente à celle d’archevêque – requiert à la fois d’être très intégré au monde, tout en se sentant à part, et différent. Etre un honnête capitaliste en costume-cravate, respecter les lois terrestres, s’intégrer dans son environnement. Et en même temps, être autonome, fidèle à sa communauté, se sentir investi du devoir de prêtrise et de l’esprit missionnaire. Chez les mormons, tous les hommes sont diacres dès 12 ans, ils partent en mission dès 18 ans, et nombreux sont ensuite appelés à être évêques de leur communauté ou archevêques de leur district. C’est une Eglise «de milice», qui n’a aucun clergé professionnel. Chaque croyant est en lien personnel avec Dieu. Cela s’appelle la «révélation continue»: il n’y a pas de raison que le Seigneur ait cessé d’apparaître aux hommes après l’an zéro de notre ère. S’il a parlé à Moïse, pourquoi pas à Joseph Smith, à Thomas Monson, et à toute personne qui s’adresse à lui avec un cœur sincère?

Etre mormon, c’est faire partie d’une communauté de Saints, d’un «peuple élu», sur une «Terre promise» (les Etats-Unis). Certains Américains le croient sans être mormons. Les mormons, eux, en ont fait leur religion.

29/06/2012

L'Unesco inscrit la Nativité de Bethléem au patrimoine mondial

lu sur :

http://www.lepoint.fr/culture/l-unesco-inscrit-la-nativite-de-bethleem-au-patrimoine-mondial-29-06-2012-1479181_3.php

L'Unesco inscrit la Nativité de Bethléem au patrimoine mondial

Le Point.fr - Publié le 29/06/2012 à 15:57

Source AFP

L'inscription, par procédure d'urgence, a suscité une vive protestation d'Israël. 

L'Unesco a inscrit vendredi l'église de la Nativité de Bethléem (Territoires palestiniens) au patrimoine mondial, par une procédure d'urgence qui a suscité une vive protestation d'Israël, lors d'une session à Saint-Pétersbourg (nord-ouest de la Russie). Le site du "Lieu de naissance de Jésus", comprenant également la route de pèlerinage, a été inscrit par 13 voix pour, 6 contre et 2 abstentions lors d'un vote des 21 membres du Comité du patrimoine, réunis dans l'ex-capitale impériale russe.

Il s'agit du premier site palestinien inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. "Nous nous félicitons, au nom (du président) Mahmoud Abbas, de la Palestine et du peuple palestinien", a déclaré le délégué palestinien, auquel la parole a été donnée aussitôt après l'annonce des résultats du vote. "Merci pour tous les efforts entrepris pour permettre au peuple palestinien de prendre son droit culturel à l'autodétermination", a-t-il ajouté.

Décision politique

"Ces sites sont menacés de destruction totale par l'occupation israélienne, la construction du mur de séparation, à cause des sanctions israéliennes et des mesures prises pour opprimer l'identité palestinienne", a encore déclaré le délégué, dont le nom n'a pas été cité. Son homologue israélien a protesté contre la décision du Comité du patrimoine. "La décision qui vient d'être prise est absolument politique et constitue de notre point de vue une atteinte grave à la convention (du Patrimoine mondial) et à son image", a-t-il déclaré.

Les Palestiniens, entrés à l'Unesco en octobre 2011 au terme d'un vote qui avait provoqué la colère des Israéliens et des Américains, avaient fait la demande d'une inscription du site dans une procédure en "urgence". Ils avaient argué du "délabrement et de la dégradation de l'ensemble architectural", notamment du fait des "forces d'occupation" israéliennes. Israël avait affirmé n'avoir "aucune objection" à l'inscription du site au Patrimoine mondial, mais avait contesté le recours à la procédure d'urgence, estimant que c'était "une façon de laisser entendre qu'Israël ne protégeait pas le site".

09/04/2012

"In God we trust"

In God We Trust - Wikipédia

« In God We Trust » (traduit de l'anglais en « En Dieu nous croyons »[1],[2] ou également « Nous avons confiance en Dieu ») est la devise nationale officielle des États-Unis son adoption par une loi votée par le Congrès en 1956. « E Pluribus Unum » (en latin : « De plusieurs un ») qui était jusqu'alors la devise de facto et qui apparait sur le Grand sceau des États-Unis d'Amérique, l'emblème usuel du pays, reste toujours employée. « In God We Trust » figure sur tous les billets et sur toutes les pièces de monnaie américaine, mais cette présence n'a été généralisée que de manière assez récente.

---------------

Que peut-on espérer d'un pays, première puissance militaire mondiale, qui tourne le dos au rationalisme?

---------------

lu sur :

http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/04/08/etats-unis-nouvelle-bataille-entre-la-bible-et-la-science-dans-le-tennessee_1682403_3222.html

Etats-Unis : nouvelle bataille entre la bible et la science dans le Tennessee

Aux Etats-Unis, chrétiens conservateurs et défenseurs de la science se livrent une nouvelle bataille dans le Tennessee autour d'un projet de loi permettant de débattre dans l'enseignement public de "failles" dans la théorie de l'évolution de Darwin.

Le texte a été adoptée haut la main par la chambre basse et le Sénat de cet Etat du sud où les membres du mouvement ultra-conservateur "tea party" y sont fortement représentés. Le gouverneur, Bill Haslam, un républicain, devrait le promulguer d'ici mardi.

Ce projet de loi a été directement inspiré par le "Discovery Institute" de Seattle, un groupe de réflexion conservateur chrétien qui fait la promotion du "dessein intelligent", un avatar du créationnisme. Selon cette hypothèse, certains mécanismes biologiques sont trop complexes pour s'expliquer seulement par la théorie darwinienne et ne peuvent résulter que de l'intervention d'une intelligence supérieure.

La loi stipule que les "professeurs doivent être autorisés à aider leurs élèves à comprendrecritiquer et étudier objectivement les points forts et les faiblesses des théories scientifiques existantes", y compris celle selon laquelle les activités humaines sont la principale cause du réchauffement climatique.

"Ce texte de loi est très habile dans sa formulation, mais le véritable objectif est d'injecter des explications non-scientifiques comme le créationnisme et le dessein intelligent dans l'enseignement de la science à l'école publique en tentant de susciter des doutes sur la théorie de l'évolution", explique Hedy Weinberg, une responsable de l'organisation de défense des droits civils ACLU, qui mène la contre-offensive. Plusieurs groupements, dont celui des professeurs de science du Tennessee, l'Institut américain des sciences biologiques et l'Association américaine pour l'avancement de la science (AAAS) ont exprimé leur ferme opposition à cette loi.

Cette dernière offensive créationniste marque la poursuite de la guerre que se livrent défenseurs de la laïcité à l'école publique et chrétiens conservateurs, pour qui l'homme est une créature divine et ne descend pas du singe comme le montre la théorie de l'évolution. Elle s'inscrit dans le droit fil du célèbre "procès du singe" de 1925 dans le Tennessee, qui avait vu un professeur de biologie condamné à 100 dollars d'amende pour avoir enseigné "illégalement les théories de Darwin" dans cet Etat.

Il a fallu attendre 1968 pour que la Cour suprême juge anticonstitutionnelle l'interdiction d'enseigner la théorie de l'évolution, au nom de la séparation de l'Eglise et de l'Etat. Enfin en 1987, la haute Cour a jugé contraire à la Constitution de rendre obligatoire l'enseignement du créationnisme, qui reviendrait à promouvoir une croyance religieuse dans l'éducation publique.

En 2004, un vote dans un conseil d'éducation en Pennsylvanie avait autorisé la présentation dans les lycées publics, de la thèse du dessein intelligent en parallèle avec la théorie de l'évolution. Des parents qui avaient intenté une action en justice ont eu gain de cause, un juge ayant tranché en leur faveur en estimant que le dessein intelligent était une forme de créationnisme.

Depuis ces revers, les créationnistes ont modifié leur tactique en se présentant comme des victimes d'une pensée dominante sur l'origine de l'homme. Ils ne réclament plus l'enseignement du créationnisme mais exigent que la théorie de l'évolution puisse être remise en cause au nom de la liberté de choix. Selon une enquête de l'institut indépendant Pew Researc Center, seulement un quart des Américains souscrivent totalement à la théorie de l'évolution.

08/03/2012

La souffrance animale

... ne rions plus.

lu sur :

http://www.lepoint.fr/societe/halal-ce-que-nous-cachent-les-abattoirs-07-03-2012-1438746_23.php

CONFIDENTIEL. Halal : ce que nous cachent les abattoirs

Un rapport pointe les dérives de l'abattage rituel en France. "Le Point" se l'est procuré.

C'est un plat que personne n'avait imaginé au menu de la campagne. Trois semaines après la polémique déclenchée par Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy a remis le couvert en réclamant un étiquetage sur les viandes issues de l'abattage rituel. "Reconnaissons à chacun le droit de savoir ce qu'il mange, halal ou non", a-t-il lancé. Les candidats sont tous à couteaux tirés sur le sujet. Derrière ces joutes électorales perce un sujet tabou, celui de la souffrance animale.

Chaque année, on tue dans notre pays 1 milliard de poulets et de lapins, 25 millions de porcs, plus de 6 millions de bovins, ou encore 4 millions de moutons. Un rapport confidentiel que Le Point s'est procuré jette une lumière crue sur l'abattage rituel tel qu'il est pratiqué en France. Remis aux autorités en novembre 2011, le document, rédigé par dix experts et hauts fonctionnaires du ministère de l'Agriculture, a été soigneusement enterré. Il est vrai que cet audit de 54 pages émanant du Conseil général de l'alimentation contient une vérité qui n'est pas bonne à dire : les Français ont progressivement, et sans le savoir, été mis au régime halal.

Aujourd'hui, comme l'indique le rapport, plus de la moitié des bovins, ovins et caprins tués en France le sont suivant un mode d'abattage "rituel", halal ou casher. Ce qui signifie que les animaux sont saignés alors qu'ils sont encore conscients. Au-delà de la souffrance animale, l'abattage rituel pose parfois aussi un problème d'hygiène, avec à la clé un danger de contamination par Escherichia coli...

Cliquez ici pour lire les extraits du rapport confidentiel du Conseil général de l'alimentation sur l'abattage

Cliquez ici pour lire la lettre de Nicolas Sarkozy à Brigitte Bardot

sur le même sujet :

EXCLUSIF. La liste des abattoirs où l'on tue les animaux sans les étourdir